Livres
534 067
Membres
559 121

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Bibliothèque de Laurinoushka : Liste d'Or

Les Sept Sœurs, Tome 1 : Maia Les Sept Sœurs, Tome 1 : Maia
Lucinda Riley   
Oh la la !!! Comme je me suis régalée avec ce premier tome de la série "Les sept soeurs" qui promet de bons moments encore à passer avec la suite si les tomes à venir consacrés à chacune des sœurs sont aussi sympas !
J'ai aimé ce roman parce qu'il est agréable à lire. Nous voyageons entre Paris et Rio dans deux époques différentes qui se rejoignent et s'entremêlent.
J'avais déjà lu "La rose de minuit" de Lucinda Riley qui m'avait beaucoup plu mais "Les sept sœurs" est encore différent, je dirais qu'il est plus exaltant et abouti.
J'ai vraiment apprécié la plume de l'auteure et le fait qu'elle aille jusqu'au bout des événements et des situations. Parfois, lors de mes lectures, je trouve qu'il y a comme un goût d'inachevé alors qu'ici, l'auteure mène toutes les situations de son intrigue jusqu'à la fin.
Cette série débute avec Maia, 33 ans, l'aînée de sept soeurs qui doivent chacune leur prénom donné par leur père adoptif aux noms de la Pléiade, sa constellation préférée. Il s'agit d'un homme assez énigmatique ayant eu une vie pour le moins extraordinaire pour avoir beaucoup voyagé et avoir adopté six filles, la septième adoption n'ayant pas abouti. Il leur offre une vie exceptionnelle dans un château aux abords du lac de Genève, une vie aisée mais construite, avec une éducation de sorte que ses filles acquièrent leur autonomie. Celui-ci décède de façon inattendue et est très rapidement enterré dans des circonstances assez mystérieuses. Il laisse à chacune de ses filles une énigmatique enveloppe afin qu'elles aient la possibilité d'éclaircir, si elles le souhaitent, l'origine de leur adoption et découvrir d'où elles viennent. Celle de Maia contient une lettre et une pierre avec une inscription illisible. Si au début, elle n'a aucune intention particulière à ce sujet, ce sont les circonstances qui vont l'amener à fuir son quotidien car elle vivait assez cloîtrée depuis plusieurs années s'occupant de son père, situation qui lui convenait bien pour se "protéger" de l'extérieur. C'est pour échapper à son ex-fiancé qui la contacte après plusieurs années pour se consoler ensemble de leur deuil respectif, car celui-ci vient également de perdre son père, qu'elle s'envole pour le Brésil. Elle trouve ainsi un prétexte pour partir réaliser des recherches sur ses origines. Et avec elle, nous plongeons dans la vie de ses ancêtres et en particulier celle de son arrière grand-mère à qui elle ressemble énormément.
J'aime beaucoup ces récits où les vies basculent du présent vers le passé et nous décrivent en fait ce que fut la vie de deux héroïnes d'une même lignée séparées par des générations. Il est très agréable en plus de voyager avec elles dans le Rio présent et passé, puis dans le Paris des années 20. Et je me suis sentie aussi bien dans l'histoire présente que dans celle du passé au point que quand j'étais dans l'une, je ne voulais pas la quitter et cela me faisait pareil dans l'autre. Je me trouvais tellement bien dans chacune ! Un régal !
Alors, tout n'est pas rose pour l'héroïne du passé, l'ancêtre de Maia, loin sans faut, parce qu'elle doit faire un mariage de convenance mais l'histoire est addictive et très agréable à suivre.
Le roman se termine avec l'évocation de la soeur de Maia avec qui elle s'entend le mieux, la seconde, Ally, qui devient l'héroïne du tome deux de cette série intitulée "La soeur tempête" que j'aurais grand plaisir à lire plus tard pour suivre la suite des aventures des 7 soeurs.
www.ladyromance.over-blog.com
Les Sept Sœurs, Tome 2 : La Sœur de la tempête Les Sept Sœurs, Tome 2 : La Sœur de la tempête
Lucinda Riley   
https://aliceneverland.wordpress.com/2016/05/19/les-sept-soeurs-tome-2-la-soeur-de-la-tempete-lucinda-riley/

[...] Dans ce tome, l’accent est mis sur Ally, la seconde « sœur » d’Aplièse, qui part elle aussi à la recherche de ses origines suite à la disparition de son père adoptif. En effet, ce dernier a laissé une lettre à chacune de ses filles adoptives dans laquelle il révèle les conditions de leur adoption et le contexte de cette dernière. Si, avec Maïa, nous étions partis au Brésil, cette fois c’est en Europe du Nord, plus précisément en Norvège, que l’histoire d’Ally va se dévoiler à elle.

Une nouvelle fois, Lucinda Riley va jouer avec les époques. En effet, entre passé et présent, on va découvrir tout doucement les origines d’Ally. Sur le même modèle que pour Maïa, Lucinda Riley va tisser tout doucement sa toile et relier les histoires d’Anna et d’Ally malgré les nombreuses années qui les séparent.

Une chose est sûre, c’est que l’auteur maitrise parfaitement son monde et ses histoires, et nous livre une nouvelle fois une narration mélancolique, enchanteresse et poétique. C’était un vrai régal de me replonger dans la douceur de son écriture, comme si je m’entourais d’un cocon. Je me suis vraiment passionnée pour le vécu d’Anna, à l’instar d’Ally, et j’avais moi-même l’impression de découvrir l’histoire de cette personne. C’est vraiment remarquable la façon dont Lucinda Riley passe de l’une à l’autre sans à-coup, de façon très naturelle, comme si cela coulait de source. Ce qui, au final, est le cas.

Par contre, je ne vous cache pas que j’avais réussi à deviner bien des éléments quant aux rebondissements dont bénéficie l’intrigue. A ce niveau, Lucinda Riley reste très prévisible, et heureusement que sa plume parvient à combler ce fait. De plus, à l’instar du premier tome, je reste ici aussi quelque peu sur ma faim concernant Pa Salt, le fameux père adoptif des filles dont on ne sait, encore une fois, presque rien. Je m’interroge toujours autant à son propos, et j’ai l’impression qu’il va encore en falloir des pages pour en découvrir plus sur ce fil rouge qui relie les filles entre elles.

Pour conclure : je suis complètement retombée sous le charme de la plume de Lucinda Riley. Elle a une nouvelle fois su me séduire grâce à cette histoire se déroulant dans les fjords norvégiens. J’espère par contre que l’auteur saura se renouveler, car même si la construction de ses livres est prenante et magnifique, j’ai peur qu’elle réussisse à lasser son lecteur si elle continue sur le même schéma pour les prochains tomes. Pour l’instant, je reste conquise, et j’ai vraiment hâte de découvrir le prochain opus sur Star !

par Kesciana
Les Sept Sœurs, Tome 3 : La Sœur de l'ombre Les Sept Sœurs, Tome 3 : La Sœur de l'ombre
Lucinda Riley   
Dans ce troisième tome des « Sept soeurs », « La soeur de l’ombre », l’histoire se focalise sur la troisième fille de Pa Salt : Star.
Femme timide, parlant peu et vivant dans l’ombre de sa soeur Cece, elle a toujours le coeur brisé suite au décès de son père adoptif.
Parcourant le monde avec sa soeur, elles finissent par s’installer à Londres. Cependant, Star n’est pas heureuse et elle sait qu’elle ne vivra pas éternellement aux côtés de Cece, qu’un jour il faudra qu’elle s’émancipe.
Et quoi de mieux que d’écrire un nouveau chapitre de sa vie en ouvrant la lettre que Pa Salt lui a laissée et enfin découvrir ses origines ?
Les indices sur ses parents d’origines la mèneront dans une vieille librairie, lui faisant découvrir des personnes extravagantes, mais aussi son ancêtre, Flora, qui a eu un destin très particulier.

J’avoue ne pas avoir lu les deux premiers tomes de cette saga. Même si les histoires sont liées entre elles, on n’est pas obligé d’avoir lu les deux premiers tomes pour comprendre le sens de cette histoire de soeurs.
Cela ne m’a pas empêché d’avoir complètement adoré cette histoire, d’avoir succomber au charme des personnages et de dire haut et fort que c’est un gros coup de coeur.

Nous suivons l’évolution de Star, le personnage principal, à travers son enquête sur ses parents biologiques. C’est en lisant les journaux intimes d’une lointaine parente à elle, Flora, qui a vécu au début des années 1900 en Angleterre, que tous les secrets concernant sa famille vont se révéler.
Star va peu à peu s’ouvrir au monde, aux autres, et son émancipation est touchante à suivre. Son caractère a tout pour plaire et attendrir le lecteur : elle est altruiste, gentille, douce et pense toujours au bonheur des autres avant le sien.

Le récit se divise entre deux parties qui s’alternent, avec d’un côté le ‘moment présent’ avec Star et de l’autre les ‘instants passés’ lorsqu’elle lit les journaux de Flora. Nous avons alors des chapitres du point de vue de Flora et découvrons son quotidien et les péripéties qu’elle a vécues.
J’ai autant aimé le présent que le passé, les personnages étant tous intéressants et les problématiques très prenantes.
Il faut dire que Lucinda RILEY sait parfaitement jongler entre ces deux époques, installant à chaque fois du suspens, changeant de période lorsque l’on s’y attend le moins. De plus, elle adapte son style d’écriture et surtout son vocabulaire selon si l’on se trouve dans l’époque de Star ou de Flora et ce soucis du détail fait que l’on est vraiment immergé dans cette histoire.

Le style d’écriture de l’auteur est de ce fait particulièrement plaisant. Simple, mais riche et recherché, elle sait trouver les mots justes pour nous toucher. Cela est certainement dû au fait que les personnages sont vraiment faits pour transmettre des émotions et nous les faire ressentir.
De plus, le travail de recherche que Lucinda RILEY a fait sur l’époque de Flora est vraiment abouti car on s’y croirait presque. Sans compter tout ce qui touche l’univers de la mythologie grecque que j’affectionne particulièrement.

La grande force de « La soeur de l’ombre » réside dans les nombreux personnages, tous différents, mais chacun plaisants à sa manière.
En plus de Star qui est très attendrissante et Flora, cette femme forte et pleine de convictions pour son époque, nous avons Orlando, le libraire excentrique et perdu dans le passé. Il y a aussi Mouse, d’apparence antipathique mais au coeur tendre, et Rory qui ne parle pas mais exprime plus ses sentiments que la plupart des personnages. Sans compter les nombreux protagonistes du passé, connus ou non, comme Beatrix Potter ou Violet.
Mis à part Cece, la soeur de Star, que j’ai trouvé vraiment agaçante, chaque personnage a su m’émouvoir à sa façon.

Tout au long de l’histoire, l’auteur aborde des thématiques qui sont universelles.
Le deuil et la mort ont une place importante, avec le décès de Pa Salt. Même s’il était le père adoptif de Star, il était un véritable pilier pour cette femme.
Il y a aussi l’émancipation qui est abordée, mais également essayer de plonger dans l’inconnu, grandir. Sans compter l’amour et l’amitié, savoir suivre son coeur, mais aussi continuer à croire en ses convictions et ne pas se laisser faire.

La fin est particulièrement touchante. J’avoue en avoir eu les larmes aux yeux.
Star passe par toutes les émotions et nous avec. Le dénouement m’a complètement satisfaite et je n’ai qu’une hâte : connaître les aventures de ses autres soeurs.


En conclusion, « La soeur de l’ombre » est un énorme coup de coeur. Lucinda RILEY a su me transporter avec facilité dans son univers, me faisait accepter toutes les situations dans lesquelles se trouvent les personnages, me faisant aimer leurs décisions et parfois les détester. J’ai ressenti une palette d’émotions, j’ai souri et même pleuré.
Avec son histoire, elle a su toucher mon coeur de lectrice, de soeur et de femme.

Un livre à lire si vous aimez les histoires de soeurs, de deuil et de renaissance, mais surtout de recherche du bonheur.

( http://lectrice-lambda.blogspot.fr/2017/04/les-sept-soeurs-tome-3-la-soeur-de.html )
Les Sept Sœurs, Tome 4 : La Sœur à la perle Les Sept Sœurs, Tome 4 : La Sœur à la perle
Lucinda Riley   
Dur dur de lâcher ce tome 4 tellement il est prenant.
En route pour l'Australie et suivant Cee dans ses recherches.
En proie au silence, Tome 1 En proie au silence, Tome 1
Akane Torikai   
Un premier tome qui donne le ton d'un drame psychologique, avec pour assises la violence sexuelle. Pour Misuzu, c'est la domination mâle qui semble être au coeur du problème, comme si la violence faite à son encontre était globale. Un point de vue dérangeant, certes, mais qui ouvre la porte au débat et , surtout, à la prise de conscience de la condition des femmes. J'ai également apprécié que dans cette histoire, il y ait également la présence de la violence faite aux hommes avec ce jeune étudiant forcé d'avoir un rapport avec une femme adulte. Il ne faudrait pas oublier que les gens qui abusent sont des deux côtés, comme le sont aussi les victimes.
Les rapports de force occupent une grande place de manière générale, à ce que je vois, dans cette histoire, on se sens dans une jungle sociale où les "faibles" se font dévorer. Oui, c'est cru. Ce n'est pas le genre de manga que l'on lit pour la détente, mais plutôt le genre que l'on lit pour être "bousculés". Le genre qui fait réagir. Mais c'est bien de voir que les manga aussi peuvent devenir des plateformes pour aborder les sujets sensibles, voir susciter une certaine polymique.

J'ajoute que le viol est encore un tabou au Japon. Il y a d'ailleurs une autrice qui traite de ce problème, elle-même japonaise et victime de viol. Il faut comprendre que les facteurs sociaux de ce pays ne sont pas forcément les même que ceux des pays occidentaux. Le livre s'intitule "La boite noire", de Shiori Ito.

Certaines scènes sont dures, bien que partiellement censurées ( on ne voit pas les parties génitales, par exemple). Un manga pour les adultes donc.

par Shaynning
En proie au silence, Tome 2 En proie au silence, Tome 2
Akane Torikai   
Le tome 1 de En proie au silence (ici) m’avait déjà fait une forte impression par les thèmes abordés, mais surtout, par la manière de les traiter, d’insuffler aux personnages des réactions réalistes mais dérangeantes

Ce tome est de la même lignée….J’ai eu la sensation d’avoir en miroir des comportements de notre société en pleine figure, et je n’ai pu que grimacer et fermer les yeux de douleur devant certaines scènes.

Ma condition de femme me lie au récit, ma colère face aux injustices et ma nature tempétueuse renforcent le fait que je me sente concernée, au delà de la fiction, par ce que l’autrice décrit.

Dans le mot de l’autrice il est écrit :

En dessinant ce manga, je passe du rire à l’écœurement. Bref, je m’amuse bien.

Ma foi, je ne suis pas du tout passé par la case rire, mais plutôt par l’hébétude, le désarroi, l’affliction, et la colère.

Si l’interlude créé par Wadajima en début de tome façonne le portrait de l’homme jouissant des opportunités offertes par la société constituée de femmes « craquantes », le tableau principal de la victime silencieuse est rapidement repris.

Alors que les abus sexuels qu’elle endure régulièrement depuis 4 ans par l’ignoble Hayafuji lui a fait déverser sa douleur coléreuse sur Niizuma, et qu’un malaise s’installe entre eux, elle remet ses chaussures de proie silencieuse. Et c’est pourquoi sa confrontation avec son antonyme : Midorikawa, sera d’autant plus forte car elle est ce qu’en 2020 (et même depuis quelques années déjà) chaque femme clame : propriétaire de son corps, décideuse de ses choix, que ce soit pour l’exposer ou non.

Plus complet sur le blog : https://letempodeslivres.wordpress.com/2020/06/04/en-proie-au-silence-tome-2/
En proie au silence, Tome 3 En proie au silence, Tome 3
Akane Torikai   
Les comportements humains sont quelque chose de bien complexe et d’assez ardu à parfaitement saisir pour chacun.

La sensibilité de chaque personne, son histoire, son caractère, ses valeurs, ses défauts et qualités, ainsi que son passé et ses traumatismes la façonne à tel point que chaque individu est unique. Et dans ce 3e tome d’En proie au silence, Akane Torikai a réussi encore une fois à bien retranscrire cela.

Au tome 2 (ici), je pensais avoir commencé à appréhender la façon de penser de certains personnages, à les cerner un petit peu, et à la fin du précédent opus, j’avais une certaine crainte qui s’est réalisée.

« L’amie » de Misuzu, Minako, ne devrait même pas porter ce nom. L’aspect égoïste et centrée sur elle-même que j’avais entraperçu est doublé d’une personnalité de mythomanie et d’insensibilité. La question posée sans le moindre tact, l’expression du visage, et le rapide flash-back de Misuzu concernant un épisode de jeunesse où elle s’était confiée à elle le démontrent.

Misuzu a toujours été, malgré elle, un aimant à personnes désagréables : des pervers, des voleurs de culotte, des stalkeurs et des crapules comme Hayafuji, qui combine le tout en plus d’être un violeur. Et, pensant que son « amie » l’écouterait, en parlant du problème qu’elle avait rencontrée, elle s’est rendue compte qu’elle avait une bien trop haute opinion de Minako que ce qu’il en était réellement.

En somme, les questions « pourquoi Misuzu reste en compagnie d’une telle fille ? Pourquoi elle ne la remet pas à sa place ? » ne cessaient d’apparaître en boucle lors de la lecture.

Et avec ces questions plein la tête, d’autres surviennent lorsqu’on voit les manies, interactions et façons de se comporter des autres personnages. Chacun d’entre eux, à sa manière, et jamais vraiment comme on le pense, créé une dynamique particulière et réelle des relations humaines, que ce soit vers l’extrême, le juste milieu ou du côté des « fragiles ».

Plus complet sur le blog : https://letempodeslivres.wordpress.com/2020/08/03/en-proie-au-silence-tome-3/
En proie au silence, Tome 4 En proie au silence, Tome 4
Akane Torikai   
Un nouveau tome ou les aspects psychologiques de la peur sont mis en avant [spoiler](comme la scène de l’ascenseur)[/spoiler] comme quoi il ne suffit pas de se décider à agir, il faut aussi passer à l’action.
La sonnette d’alarme est tirée il ne reste plus qu’à appuyer le geste. L’étau se resserre autour de Hayafuji tandis que les autres personnages sont en train de s’éveiller avec leurs vies qui s’entremêlent.

par Moooi
Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire Le vieux qui ne voulait pas fêter son anniversaire
Jonas Jonasson   
Un roman loufoque que j'ai dévoré.
J'ai adoré les personnages burlesques, loufoques et vraiment attachants pour le coup.
Avec Allan on traverse le siècle et les différents pays. En parallèle, on traverse la Suède avec Allan et ses amis.

1Q84, Intégrale 1Q84, Intégrale
Haruki Murakami   
Ce monde 1Q84 est bien étrange. J'ai beaucoup aimé l'écriture et l'ambiance du livre. Haruki Murakami nous emporte et nous fait voir le monde d'une autre façon. Le suspens est bien tenu et il est difficile de savoir qu'elle est la destination finale d'Aomame et de Tengo.

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode