Livres
462 169
Membres
419 177

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Lavinia



Description ajoutée par sylvain 2016-10-29T00:07:00+02:00

Résumé

Comme Hélène de Sparte j’ai causé une guerre. La sienne, ce fut en se laissant prendre par les hommes qui la voulaient ; la mienne, en refusant d’être donnée, d’être prise, en choisissant mon homme et mon destin. L’homme était illustre, le destin obscur : un bon équilibre.

Dans l’Énéide, Virgile ne la cite qu’une fois. Jamais il ne lui donne la parole. Prise dans les filets du poète qui n’écrira l’épopée des origines de Rome que des siècles plus tard et sans avoir le temps de l’achever avant sa mort, Lavinia transforme sa condition en destin. De ce qui sera écrit elle fait une vie de son choix. Et cela dans la douceur amère et la passion maîtrisée que suscite son improbable position : elle se veut libre mais tout est dit.

Lavinia a obtenu le Locus Award 2009, le prix de la plus prestigieuse revue américaine consacrée au domaine de l’imaginaire.

L'Atalante.

Afficher en entier

Classement en biblio - 34 lecteurs

Extrait

Extrait ajouté par Lili-Prune 2013-01-19T15:25:17+01:00

Les portes de la guerre de Laurentum se trouvent sur une petite place non loin des véritables portes : deux vantaux de chêne cloutés de bronze qui pivotent dans un cadre de cèdre, avec, à l’est, un autel dédié à Janus et, tout autour, un espace désert. Ces portes étaient toujours fermées, barrées, vieilles, triste et dépourvues de sens. De toute ma vie on n’y avait pas tenu de cérémonie, sauf pour les calendes de janvier, quand nous offrions des libations à Janus. Mais à présent tout le monde criait : « La reine, la reine va ouvrir les portes de la guerre ! » et la foule y accourait. Un instant, j’ai distingué ma mère et la haute aigrette du casque de Turnus. Puis les arbres m’ont bouché la vue, et j’entendais seulement les cris. On a crié : « Mars ! Mavors ! Macte esto ! » Et des gens sont revenus, dansant dans la ville, pour annoncer que les portes de la guerre étaient ouvertes.

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Commentaire ajouté par neelhann 2019-04-22T11:53:32+02:00
Bronze

L'histoire est très longue à démarré. J ai eu vraiment du mal à accrocher.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Nacera-Aanor 2019-03-15T09:34:34+01:00
Bronze

"Lavinia" est un roman au concept très intéressant car il donne la voix à Lavinia, un personnage mythologique présent dans le poème de Virgile auquel il n'a pas donné de voix. Ursula Le Gin s'en charge à sa place, sans chercher à en faire trop.

J'ai lu dans certains commentaires que des lecteurs trouvaient que "l'action était longue à démarrer" parce qu'"Enée n'arrive qu'au milieu du livre". Ce serait trop vite oublier qu'Enée n'est pas le héros du livre. Lavinia est un personnage en construction, à la recherche de sa voix, qui suit le destin qu'on lui trace (que ce soit Virgile ou Ursula Le Gin). Il n'y a pas vraiment de "surprise" car elle est à l'écoute des oracles, et les oracles ne se trompent jamais (tout au moins dans la retranscription des mythes, et Ursula Le Gin a parfaitement suivi cette idée-là, ce qui rend le récit très intéressant). Alors oui, ce n'est pas une histoire pleine d'actions et de rebondissements. Mais c'est une histoire vraiment intéressante dans son parti pris, par son personnage principal qui est capable d'avoir un regard autant de personne que de personnage.

Vraiment une bonne lecture.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Elerinna2 2018-02-26T13:53:49+01:00
Lu aussi

Lavinia est un roman sympathique mais qui ne restera pas gravé dans ma mémoire. La plume de l'auteur est agréable mais l'histoires est très longue a démarré (Enée n'arrive qu'à la moitié du livre). Et dans tout le livre on nous vante Lavinia comme une femme exceptionnelle, bien plus impressionante que les autres femmes qu'a évoqué Virgile alors que pour moi c'est très exagéré et au final ça n'a fait que me décevoir sur Lavina qui ne méritait pas tant.

Mais j'ai quand même passé un moment plaisant. Et je tiens à souligner la magnifique postface.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Mereiane 2017-01-12T11:03:30+01:00
Argent

Dans ce roman, Ursula Le Guin donne la parole au personnage de Lavinia, à peine esquissé par le poète Virgile dans son Énéide, et lui fait raconter elle-même son histoire: sa vie en tant que fille du roi, ses devoirs sacrés, l'absurdité de la guerre, son amour pour Énée ainsi que leur fils. On découvre à travers ces mots une jeune femme grave, digne et responsable, très touchante, on voit Énée sous un jour plus humain. Le style très sobre d'Ursula Le Guin et son écriture délicate laissent toute la place à la richesse des personnages ainsi qu'à leur univers, et j'ai trouvé la conclusion du récit particulièrement belle. Cette lecture m'a en définitive donné envie de lire l'Énéide, que je ne connais actuellement que par bribes.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Lili-Prune 2012-10-13T18:44:15+02:00
Argent

J’ai entendu parler de Virgile pour la première fois en lisant « Un chat dans l’œil » de Silvana Gandolfi, et il s’agissait du Virgile de Dante. Depuis, je l’ai croisé en cours de latin – je me demande s’il n’était pas l’auteur de cet épouvantable texte sur les comètes dont on ne comprenait même pas la traduction – et j’ai donné son nom à mon vélo… Donc, même si l’intertextualité est un phénomène assez courant en littérature, j’ai trouvé émouvant qu’Ursula Le Guin rende avec son roman hommage à Virgile, cet auteur si ancien.

Parlons un peu du livre en lui-même, maintenant. Je trouve qu’on y plonge dans la même ambiance que Terremer (les premiers tomes en tout cas ; je n’ai pas lu les autres) : l’histoire est à la fois envoûtante et d’une grande simplicité ; tout est dans l’atmosphère baignée de sacré et de magie, au sein d’une nature brute et sauvage…

Outre les coutumes et rites décrits, le texte est émaillé de formules et mots latins que j’ai trouvés très beaux. Dans la postface, Ursula Le Guin écrit une chose abominablement triste :

« Depuis le Moyen-Âge, le latin, langue prétendue morte, était par sa littérature intensément vivant, actif et influent. Cela n’est plus vrai. Au cours de ce dernier siècle, l’enseignement et l’apprentissage du latin se sont réduits à une spécialité universitaire. Sa langue effectivement morte, la voix de Virgile va désormais se taire. »

S’il-vous-plaît, le plus tard possible.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Alysse 2012-06-28T11:27:58+02:00
Diamant

Ce livre a pour héroïne le personnage dont Virgile parle le moins dans son Eneïde, alors qu'elle nest pas de moindre importance, au contraire, puisqu'elle est la cause de la guerre entre les Latins et les Troyens.

Bien qu'un peu dur à lire à certains moments, je trouve ce livre vraiment bien et le conseille à tous les amateurs de la mithologie latine.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par strawberry56 2012-05-28T22:09:00+02:00
Lu aussi

Un roman qui redonne ses lettres de noblesse à un personnage oublié de l'histoire de la Rome Antique.

Lavinia est le personnage le plus flou de l'Enéide de Virgile. Et pourtant, elle va jouer un des rôles les plus importants dans la fondation de la mythique cité romaine. Par son mariage avec Enée, son refus de se plier aux exigences de sa mère et à son union avec Turnus, elle va ainsi donner naissance à la dynastie des rois d'Albe par son fils Silvius, d'où descendront les futurs Romulus et Remus.

Lavinia suit ainsi son destin conté par Virgile, rencontré en rêve, qui regrette de ne pas avoir su donner une place plus important à son héroïne dans son oeuvre inachevée.

Un roman très interessant et prenant, conseillé à tous les amoureux de la Rome Antique. De plus, le style fluide de l'auteur apporte ici un plus à l'histoire.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par lutin82 2011-10-19T19:16:54+02:00
Or

Résumé :

Lavinia est la fille du roi des Latin avant l’illustre Rome antique, elle est «destinée» à devenir l’épouse d’Enée qui fut l’objet d’un poème épique. : l’Énéide, de Virgile. Dans cette oeuvre, le poète ne la cite qu’une fois. Jamais il ne lui donne la parole. Elle est en fait une simple figurante.

Dans le roman de Leguin, Lavinia prend plus de consistance, la plume du poète lui donne la vie par le truchement de son épopée des origines de Rome qu’il écrira des siècles plus tard. Lavinia va alors prendre son destin en main...

«Comme Hélène de Sparte j’ai causé une guerre. La sienne, ce fut en se laissant prendre par les hommes qui la voulaient ; la mienne, en refusant d’être donnée, d’être prise, en choisissant mon homme et mon destin.»


Critique :

Lavinia, fille de Latinus roi des Latins, est fiancée à Turnus - parent de sa mère avec laquelle elle entretien une relation distante et teintée d’amertume.

L’arrivée d’Enée bouleverse ces projets de mariage. Et, nous retrouvons dans les grandes lignes l’Enéide de Virgile.

Virgile, au crépuscule de sa vie - qui contera l’épopée de son époux des siècles plus tard - apparaît d’une manière spectrale dans la vie de Lavinia et va influer sensiblement sur sa destinée. Le poète se pose en trait d’union entre la passé et le futur, mais également entre le roman et le poème épique. Il se fait à la fois prophète et confident, provoquant sans doute l’avènement de Rome des siècles plus tard...

Afficher en entier

Date de sortie

Lavinia

  • France : 2016-11-21 (Français)

Activité récente

Les chiffres

Lecteurs 34
Commentaires 8
Extraits 7
Evaluations 12
Note globale 8.17 / 10

Évaluations

Meilleurs classements dans les Listes Booknode

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode