Livres
506 147
Membres
514 074

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Le baiser



Description ajoutée par TERVERCHANTAL 2018-12-03T11:15:26+01:00

Résumé

Camille a toujours exercé son métier d'avocate avec sérieux, mais sans grande passion. Jusqu'au jour où on lui confie une affaire inhabituelle : identifier le propriétaire d'une sculpture de Brancusi, Le Baiser, scellée sur la tombe d'une inconnue au cimetière du Montparnasse. Pour déterminer à qui appartient cette œuvre, il lui faudra suivre la destinée d'une jeune exilée russe qui a trouvé refuge à Paris en 1910. En rupture avec sa famille, Tania s'est liée à l'avant-garde artistique et a fait la rencontre d'un sculpteur roumain, Constantin Brancusi. Avec lui elle découvre la vie de bohème. Cent ans plus tard, élucider les raisons de sa mort devient pour Camille un combat personnel : rendre sa dignité à une femme libre, injustement mise au ban de la société.

Avec ce portrait vibrant de deux femmes en quête de justice et d'indépendance, Le Baiser questionne aussi le statut des œuvres d'art, éternelles propriétés marchandes, qui sont pourtant le patrimoine commun de l'humanité.

Afficher en entier

Classement en biblio - 9 lecteurs

Extrait

Extrait ajouté par polacrit 2020-05-01T11:14:06+02:00

Elle m'étouffe sous ses interdits, ses règles, ses rites. Elle me traite comme une enfant. Pis, comme une idiote frissonnante, effarouchée, incapable de penser par elle-même. Elle me refuse la liberté élémentaire d'une jeune fille de vingt-deux ans. Pour elle, la jeunesse est une maladie infantile dont il faut surveiller le moindre épanchement avec une attention constante.

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Commentaire ajouté par polacrit 2020-05-01T11:00:27+02:00
Or

Marc Gomard, directeur des cimetières parisiens, reçoit une étrange requête: un marchand d'art parisien exprime le souhait de son commanditaire de desceller la sculpture nommée Le Baiser, réalisée par l'artiste roumain Constantin Brancusi, de la tombe qu'elle accompagne dans le cimetière de Montparnasse. Il s'agit de la tombe d'une jeune inconnue, morte un siècle plus tôt.

1910. Tania, fille d'aristocrates russes, est envoyée à Paris chez une tante afin d'étouffer les idées subversives devenues siennes depuis qu'elle fréquente l'université où elle étudie la médecine pour en faire son métier; mais surtout depuis qu'elle a assisté au massacre du peuple lors du dimanche rouge en janvier 1905, tragique journée au cours de laquelle un jeune homme est mort dans ses bras.

Etouffée par ce milieu sclérosé, engoncé dans un univers de convenances étriquées, incapable de voir que les choses changent et évoluent, que l'ancien monde craque de toutes parts, Tania confie ses rêves et ses pensées à son journal intime. La jeune fille, éprise de liberté, refuse qu'on lui impose les règles de sa vie: elle veut décider de son avenir, étudier la médecine et devenir médecin, faire un mariage d'amour..."Paraître toujours la bonne petite Tania, insolente à l'occasion, audacieuse parfois, mais incapable de remettre en cause les règles de mon clan et le principe du mariage bienfaiteur, de la descendance bénie, telle sera ma couverture...Bien protégée derrière le loup de ces apparences, je poursuivrai avec entêtement ma quête de liberté et d'indépendance." (Page 91).

Néanmoins, Tania, qui a toujours vécu une existence riche et protégée, n'a aucune idée de ce que travailler pour survivre signifie. Pour elle, le seul moyen d'être libre pour une femme, est d'être indépendante financièrement, d'où son ambition de devenir médecin. Mais sa rencontre avec le sculpteur Brancusi, pour qui elle posera, va bouleverser son destin à jamais...

Un siècle plus tard, Camille, intriguée par cette histoire, part en quête de cette jeune fille russe, afin de comprendre pourquoi elle s'est suicidée, et défendre la statue qui empêche qu'elle ne sombre dans un éternel anonymat.

Contexte socio-politique en 1910:

L'année 1910 se distingue par diverses luttes politiques, écloses dans le but d'améliorer les conditions de travail des ouvriers, souvent réprimées dans la violence: grève des facteurs l'année précédente avec pour résultat la révocation de centaines d'entre eux et l'interdiction du droit de vote pour les fonctionnaires; combat reprit par les femmes qui militent pour l'égalité des sexes et pour que les femmes soient traitées comme des êtres humains et non comme des esclaves: "Pourquoi mon cerveau n'est-il pas l'égal du sien? Pourquoi mon labeur n'est-il pas rétribué comme le sien? Pourquoi faut-il que je lui consente les faveurs sexuelles qu'il exige? Pourquoi me fait-il payer avec mon corps le fait de rester à la maison pendant qu'il travaille alors que je le sers déjà comme une domestique?" (Page 87). =>Questions parfois encore d'actualité malgré les avancées sociales acquises au fil des années de lutte.

La statue intitulée Le Baiser, représentante de l'art de Brancusi opposé au réalisme, dans sa quête jamais achevée de la beauté naturelle, du principe même du miracle de la vie, de l'âme transparaissant sous l'apparence des choses, constitue le fil rouge de ce roman dédié à la liberté individuelle, au droit pour chacun, homme ou femme, de décider de sa vie: "Après toute cette chantilly de décors finement ouvragés, ces odes au patriotisme et à la bravoure, après le triomphe de l'académisme, Le Baiser de Brancusi lui fit l'effet d'une eau claire et vivifiante de torrent."(Page 64).

Les lieux:

Cimetière Montparnasse: bien que moins connu que le célèbre Père-Lachaise, le cimetière Montparnasse abrite néanmoins les tombes d'artistes contemporains, de sculpteurs, de peintres, notamment cette curieuse sépulture surmontée de la statue Le Baiser, aux antipodes, il faut bien l'avouer, des monuments funéraires traditionnels.

Paris de 1910: la langue riche et sensuelle de Sophie Brocas restitue à merveille l'atmosphère du vieux Paris, à jamais disparu, que, l'espace d'un instant, elle fait revivre sous nos yeux: "Les quais, la Seine qui coule à pleins bords, le rythme soutenu des ponts qui n'arrêtent jamais le regard, la ligne accidentée des toits sur les quais hauts, trouée, ici et là, par une flèche d'église, la proue du square du Vert-Galant avec la statue équestre d'Henri IV. Mon chemin préféré...J'adore ce vieux Paris. Ses murs encollés de réclames, ses cafés, ses ruelles, ses cours crapoteuses, ses odeurs de café qu'on brûle et de soupes qui cuisent.. Les commères qui s'interpellent sur le pas de porte, le claquement du fouet sur les croupes des vieux chevaux, les cochers qui jurent, le petit tramway jaune qui gronde." (Pages 67-69).

La construction en allers-retours, basé sur le voyage dans le journal de Tania écrit en 1910, propose une enquête passionnante entre présent et passé, réalité et fiction. A vrai dire, on ne sait pas si la jeune Tania a été la maîtresse de Brancusi ou du docteur Bémard, si elle s'est suicidée par amour pour l'artiste ou pour le médecin. Mais finalement, peu importe! Seul compte ce magnifique portrait d'une jeune femme éprise de liberté, animée du souffle de vie qui pousse à sortir de sa zone de confort, à découvrir le monde, à vivre passionnément et intensément chaque minute qui nous est accordée, portrait esquissé en parallèle de celui de Camille, asservie par d'autres dogmes que ceux de la caste sociale. 

Le +: en filigrane du destin tragique de Tania, Sophie Brocas ébauche une réflexion sur l'art, juste de quoi attirer notre attention sur l'essence intrinsèque de l'art: "Quels critères pour juger la notion d’œuvre? Qu'est-ce qui définit un artiste? Une pièce brute de fonderie polie à la main par l'artiste est-elle une œuvre d'art? Faut-il obligatoirement modeler une œuvre d'après nature pour que cela soit de l'art?" (Pages 214-215). =>Le débat est lancé...

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Lauraline-Xywz 2019-03-03T17:35:27+01:00
Or

J'aime quand un livre m'apprend quelque chose et ce fut le cas avec ce roman : Brancusi et les artistes d'avant-garde du début du XXè siècle, la condition féminine, le droit de la propriété...

J'aime un peu moins le style de l'auteur, ses longues énumérations, et son style ternaire.

Reste qu'elle nous raconte là une histoire passionnante et rythmée que je vous recommande.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Cetsak 2019-02-18T14:47:10+01:00
Diamant

Quel délice ce baiser ! Un bel hymne à l Amour et à l Art ... J ai savouré et adoré ce tendre baiser de Sophie Brocas, qui s est inspirée d une histoire vraie :

« Le baiser » cette mystérieuse sculpture d un certain Brancusi, artiste roumain peu connu en réalité ... une sculpture qui a la particularité d être exposée non pas dans un musée mais .... au cimetiere de Montparnasse à Paris et plus précisément sur la tombe d une jeune russe, Tatiana ...

Avec justesse, l auteur nous invite, dans un subtil mélange entre fiction et réalité, , à découvrir l histoire de cette sculpture et à en percer les nombreux mystères qui l entourent ...

Le roman alterne entre l histoire de Camille en 2010 et le journal intime de Tatania, écrit en 1910 ... Donc d un côté Camille, avocate dans un cabinet réputé de Paris, qui voit son quotidien basculer par une demande quelque peu « spéciale » : identifier le propriétaire d une sculpture de Brancusi le Baiser, scellée sur la tombe d une jeune russe decedée à 23 ans. Cette sculpture étant en péril car convoitée sur le marché de l art, elle risque d être descellée et certainement expatriée ... et de l autre côté, le journal de Tatiana, cette jeune russe aristocrate, exilée à Paris, qui aspire à la liberté et ne se retrouve plus dans la rigidité et la superfialite imposé par son rang ...

Ainsi, un siècle sépare ces deux histoires de femme et pourtant le destin les rapproche par leurs aspirations, leurs volontés, leurs besoins d émancipation et même les rues de Paris ...

Un récit qui évoque la femme, l Amour et la passion et aussi l Art ... Ce dernier, au centre de l intrigue, pousse le lecteur à la réflexion : comment définir la propriété d une oeuvre d art ? Ces oeuvres sont-elles uniquement des propriétés marchandes ?

En conclusion, un très beau roman très riche et écrit d une merveilleuse plume. Une fois la dernière page tournée, j ai eu également l envie de faire mes recherches personnelles sur le net et de découvrir ce fameux artiste Brancusi, ses oeuvres et bien sûre cette belle sculpture ... le baiser ....

Afficher en entier

Date de sortie

Sortie récente

"Le baiser" est sorti 2020-02-05T18:24:09+01:00 en version poche
background Layer 1 05 Février

Dates de sortie

Le baiser

  • France : 2019-01-03 (Français)
  • France : 2020-02-05 - Poche (Français)

Activité récente

Editeurs

Les chiffres

Lecteurs 9
Commentaires 3
Extraits 6
Evaluations 2
Note globale 8.5 / 10

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode