Livres
477 492
Membres
458 107

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par Loulou4 2014-07-22T02:42:34+02:00

Benson me fixe des yeux.

- Quand tu étais petite, arrivais-tu à faire quoi que ce soit de... je ne sais pas, surnaturel?

- Ouais, j'ai fait disparaître la vitre d'une cage de serpent avant de recevoir une lettre d'admission à Poudlard.

Afficher en entier
Extrait ajouté par JennDidi 2017-03-10T00:01:59+01:00

Dans mes cauchemars, je revis souvent le crash, ces moments dont je ne me souviens pas. Parfois, je vois les corps de mes parents se déchirer lentement, le sang gicle sur mon visage et tout vire au rouge. Parfois, c’est moi qui me retrouve écrasée sous les débris. Mes mains se tordent selon des angles étranges, mes os sont réduits en bouillie.

Ce qui est exactement ce qui aurait dû m’arriver.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Suta7504 2017-08-12T20:59:18+02:00

" Nous creions des merveilles. Toi, tu façonnais des montages; moi, des gouffres et des ravins. Dans un vrai souci d'équilibre, ainsi que l'exigeait la mission Créaterres.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Suta7504 2017-08-12T20:53:58+02:00

- Elle ne manquera à personne, continue la femme.

Écarquillant les yeux, je la regarde. Elle me paraît gentille, elle est majesteuse, belle.

Mais elle ne montre ni remords ni hésitation alors qu'elle arme le pistolet. Ma tête bascule en arrière, dans un éclair de douleur.

Afficher en entier
Extrait ajouté par fifidu74 2017-02-24T22:31:02+01:00

Pas le genre de secret douloureux qui me remplirait de culpabilité et me rongerait la nuit, mais plutôt un secret "cappuccino" - quelque chose de doux et mousseux qui me réchauffe le cœur.

Afficher en entier
Extrait ajouté par leila4046 2014-04-21T16:07:09+02:00

Benson est… Eh bien, Benson est différent. Je le vois pratiquement tous les jours. Nous échangeons beaucoup de textos et avons de longues conversations au téléphone parfois.

Et il sait. Absolument tout.

Il est le seul à tout savoir.

Être l’unique survivante d’une catastrophe majeure attire l’attention. Et les questions. Ce qui signifie devoir se remémorer : la douleur, les chirurgies, les souvenirs troubles.

Mes parents.

Il est plus simple de mentir, de dire à tout le monde que je me suis fracturé la jambe dans un accident de voiture. Personne ne questionne cette histoire. Parfois, on me dit que « je suis chanceuse d’être en vie ». Ceux qui affirment une telle chose n’ont jamais perdu un être cher. Mes médecins connaissent la vérité, de même que ma physiothérapeute, Elizabeth et, bien entendu, Reese et Jay, mais c’est tout. Ceci limite le nombre de personnes pouvant communiquer mon emplacement aux médias, qui adoreraient atterrir ici pour obtenir une histoire exclusive, même si des mois se sont écoulés depuis les événements.

En fait, j’ai raconté la vérité à Benson aussi. Ou peut-être serait-il plus juste de dire que Benson a réussi à me tirer les vers du nez. Pas tout à fait contre mon gré. Plus je me suis rapprochée de Benson et plus je voulais lui dire. Cesser de mentir. Quand j’ai enfin admis la vérité, j’ai ressenti un soulagement énorme. C’était agréable de dire la vérité. Surtout à une personne que j’ai choisie.

Je n’ai pas mentionné à Reese que j’ai déballé mon sac à Benson. J’ignore si elle serait fâchée (c’est ma vie, après tout), mais le fait de ne pas en être certaine suffit à me convaincre de ne pas lui dire.

Par ailleurs, Benson gardera mon secret.

Parfois, je pense avoir besoin de lui — avoir besoin de notre camaraderie facile —, et cela m’effraie.

Tous ceux dont j’avais vraiment besoin dans ma vie sont morts.

Dès que j’appuie sur « Envoyer », mes yeux dardent de nouveau en direction du porche où se tenaient le grand jeune homme et la fillette, mais ils sont entrés. J’essaie de chasser la sensation bizarre de mélancolie qui m’enveloppe. Je fixe la maison en espérant, je suppose, que les étrangers réapparaîtront, et au moment où je cligne des yeux, quelque chose scintille sur la porte. J’écarquille les yeux, mais l’éclat a disparu… Non, pas tout à fait disparu…

À la manière d’une ombre dans ma vision périphérique, si faible que je dois cligner plusieurs fois des yeux pour être certaine de ne pas avoir la berlue, une forme brille au-dessus de la porte. Un triangle.

Et pour une raison que je ne peux ni comprendre ni expliquer, mon cœur se met à battre la chamade

Afficher en entier

Apparrament, je vais devoir renoncer à l'amour pour sauver le monde.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Zaviassa 2017-12-27T09:06:11+01:00

_Attention, dis-je, je vais te faire mal.

_Ça m'est égal, soupire-t-il, et ses lèvres effleurent mon cou. J'ai tellement envie de toi que je m'en fiche.

Il m'étreint davantage,enfonçant ses doigts dans le creux de mes reins, mais c'est trop bon que j'en oublie d'avoir mal - et je comprends mieux ce qu'il veut dire.

Ensuite il plaque ses lèvres contre les miennes, avec fougue et tendresse, et j'attrape sont tee-shirt afin de le tirer vers moi. Mes jambes s'enroulent autour des siennes., nos corps s'entremêlent, fusionnent et ses mains caressent ma taille, mon ventre, mes hanches.

Chaque parcelle de mon corps se consume de désir. Dans ma tête résonne un chant qui chasse tout les mots, les maux, les peurs. Je m'abandonne à nos baisers, me fichant du fait que je ne sais pas trop ce que je fait. Aucune importance, avec Benson, c'est toujours parfait. A bout de souffle, nous nous arrêtons pour reprendre notre respiration. Il passe sa main sur mon font, repoussant quelques mèches, puis il cale ma joue dans le creux de son cou, m'enveloppant dans ses bras.

Nous restons ainsi l'un contre l'autre, sans rien dire, bercé par nos coeurs, qui battent à l'unisson. Poussant un long soupir, je sens mon corps se détendre, enfin,pour la première fois depuis des semaines. J'aimerai rester éveillée, afin de profiter de notre proximité dont j'apprécie la simplicité ; pour une fois, je ne me sens pas en proie au doute ou au désespoir. Mais je suis incapable de résister à la fatigue et, quand je rouvre les yeux, il fait jour.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode