Livres
472 482
Membres
445 078

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

« Je me presse de rire de tout, de peur d’être obligé d’en pleurer. »

Afficher en entier

« Le vin et la paresse

Se partagent mon cœur. »

Figaro, Acte I, scène 2.

Afficher en entier

FIGARO : Quand la jeunesse et l'amour sont d'accord pour tromper un vieillard, tout ce qu'il fait pour l'empêcher peut bien s'appeler à bon droit La Précaution inutile.

Afficher en entier

(Bazile vient de signer le contrat de mariage unissant le Comte Almaviva et Rosine)

BARTHOLO : Comment, Bazile ! vous avez signé ?

BAZILE : Que voulez-vous ? Ce diable d'homme a toujours ses poches pleines d'arguments irrésistibles.

Afficher en entier

BARTHOLO : Votre zèle n'attend pas ! Que direz-vous, monsieur le zélé, à ce malheureux qui bâille et dort tout éveillé ? Et l'autre qui, depuis trois heures, éternue à se faire sauter le crâne et jaillir la cervelle ! Que leur direz-vous ?

FIGARO : Ce que je leur dirai ?

BARTHOLO : Oui !

FIGARO : Je leur dirai... Eh ! parbleu ! je dirai à celui qui éternue : "Dieu vous bénisse !" et : "Va te coucher" à celui qui bâille.

Afficher en entier

"J’ai l’honneur de vous offrir une nouvel opuscule de ma façon."

Afficher en entier

BARTHOLO

Nous ne sommes pas ici en France, où l'on donne toujours raison aux femmes ; mais, pour vous en ôter la fantaisie, je vais fermer la porte.

Afficher en entier

LE COMTE .- [...] Je me souviens qu'à mon service tu étais mauvais sujet. [...] Paresseux, dérangé...

FIGARO .- Aux vertus qu'on exige dans un domestique, Votre Excellence connaît-elle beaucoup de maîtres qui fussent digne d'être valets ?

LE COMTE .- (riant) Pas mal [...]

Afficher en entier

LE COMTE .- Qui t'a donné une philosophie aussi gaie ?

FIGARO .- L'habitude du malheur. Je me presse de rire de tout, de peur d'être obligé d'en pleurer.

Afficher en entier

BARTHOLO.

Il vous sied bien, manipuleur ignorant, de ravaler ainsi le premier, le plus grand et le plus utile des arts !

LE COMTE.

Utile tout à fait, pour ceux qui l'exercent.

BARTHOLO.

Un art dont le soleil s'honore d'éclairer les succès !

LE COMTE.

Et dont la terre s'empresse de couvrir les bévues.

BARTHOLO.

On voit bien, malappris, que vous n'êtes habitué de parler qu'à des chevaux.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode