Vous utilisez un bloqueur de publicité

Cher Lecteur,

Nous avons détecté que vous utilisez un bloqueur de publicités (AdBlock) pendant votre navigation sur notre site. Bien que nous comprenions les raisons qui peuvent vous pousser à utiliser ces outils, nous tenons à préciser que notre plateforme se finance principalement grâce à des publicités.

Ces publicités, soigneusement sélectionnées, sont principalement axées sur la littérature et l'art. Elles ne sont pas intrusives et peuvent même vous offrir des opportunités intéressantes dans ces domaines. En bloquant ces publicités, vous limitez nos ressources et risquez de manquer des offres pertinentes.

Afin de pouvoir continuer à naviguer et profiter de nos contenus, nous vous demandons de bien vouloir désactiver votre bloqueur de publicités pour notre site. Cela nous permettra de continuer à vous fournir un contenu de qualité et vous de rester connecté aux dernières nouvelles et tendances de la littérature et de l'art.

Pour continuer à accéder à notre contenu, veuillez désactiver votre bloqueur de publicités et cliquer sur le bouton ci-dessous pour recharger la page.

Recharger la page

Nous vous remercions pour votre compréhension et votre soutien.

Cordialement,

L'équipe BookNode

P.S : Si vous souhaitez profiter d'une navigation sans publicité, nous vous proposons notre option Premium. Avec cette offre, vous pourrez parcourir notre contenu de manière illimitée, sans aucune publicité. Pour découvrir plus sur notre offre Premium et prendre un abonnement, cliquez ici.

Livres
728 413
Membres
1 066 679

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Le bureau d'éclaircissement des destins



Description ajoutée par Mykado 2023-01-01T13:38:56+01:00

Résumé

Au cœur de l’Allemagne, l’International Tracing Service est le plus grand centre de documentation sur les persécutions nazies. La jeune Irène y trouve un emploi en 1990 et se découvre une vocation pour le travail d’investigation. Méticuleuse, obsessionnelle, elle se laisse happer par ses dossiers, au regret de son fils qu’elle élève seule depuis son divorce d’avec son mari allemand.

A l'automne 2016, Irène se voit confier une mission inédite : restituer les milliers d’objets dont le centre a hérité à la libération des camps. Un Pierrot de tissu terni, un médaillon, un mouchoir brodé… Chaque objet, même modeste, renferme ses secrets. Il faut retrouver la trace de son propriétaire déporté, afin de remettre à ses descendants le souvenir de leur parent. Au fil de ses enquêtes, Irène se heurte aux mystères du Centre et à son propre passé. Cherchant les disparus, elle rencontre ses contemporains qui la bouleversent et la guident, de Varsovie à Paris et Berlin, en passant par Thessalonique ou l’Argentine. Au bout du chemin, comment les vivants recevront-ils ces objets hantés ?

Afficher en entier

Classement en biblio - 103 lecteurs

extrait

Le premier jour, c’est l’odeur qui l’a saisie. Ce mélange de moisi, de vieux papier, d’encre de photocopieuse et de café froid. Elle a respiré, avant d’en avoir conscience, le mystère enclos dans ces murs, ces tiroirs innombrables, ces dossiers hâtivement refermés à son passage.

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Or

J'avais été impressionné par le travail méticuleux de documentation qui avait permis de retracer le parcours et les rencontres d'un grand nombre d'artistes et écrivains par Robert Desnos, dans le "roman"(?) Le Dormeur éveillé.

A nouveau, avec cet ouvrage, je suis impressionné par sa maîtrise. Une enquêtrice consacre une énergie impressionnante à remonter des généalogies perturbées par la Shoah, à retrouver des survivants et descendants des déportations, à restituer des objets dont la seule valeur est émotionnelle.

Je me suis trouvé pris par cette quête hasardeuse de noms, de filiations, de personnes dont une administration criminelle avait tâché d'effacer toute trace. L'aspect d'enquête policière n'est pas envahissant: cette femme passionnée a aussi une vie, un fils qu'elle s'efforce de protéger sans le surveiller (dilemme fort bien décrit), une soif de contacts et d'amour.

J'ai trouvé bien difficile, d'autant que le livre est épais, de m'y retrouver dans ces relations familiales à raccommoder, il y a tellement de personnages. Je me suis laissé porter, en sachant que parfois je ne situais pas exactement les personnages déjà entrevus.

De l'émotion, aussi. En particulier, cette scène où un vieil homme atteint d'Alzheimer retrouve, non tant sa soeur, que les sons d'une berceuse qu'il connaissait tout petit.

Afficher en entier
Argent

"NE RESTENT QUE LES LARMES", phrase tirée du roman, je pense que ce titre aurait clairement été plus approprié à ce roman que ce titre à rallonge par forcément très attractif. Par ce que oui, à l'heure où j'ai lu ce roman, à l'heure où j'écris ces lignes, il ne reste plus que les larmes de ceux qui ont perdu un proche. Larmes de colère, larmes de joie, larmes de soulagement, larmes d'incompréhension, larmes d'espoir, ce roman renferme une pléthore de sentiments mais pas forcément bien exploités.

Encore une fois, je suis déçue par la forme du roman mais pas dans son fond. Les sans cesse aller-retours entre de nombreux personnages et les époques font qu'il est parfois difficile de suivre le fil et j'ai dû m'accrocher quelques fois pour reprendre le cours de ma lecture. C'est donc un roman exigeant et qui demande de le lire presque d'une traite pour s'imprégner de ces histoires au combien douloureuses pour les morts comme pour ceux qui restent.

Pourtant j'ai particulièrement apprécié dans ce roman, la mise en avant des conséquences encore présentes de nos jours, ces générations qui pour exister dans le monde actuel ont besoin de connaitre leur passé, la vie de leurs ancêtres pour savoir d'où ils viennent pour décider d'où ils veulent aller. L'autrice a particulièrement bien réussi le pari de lier l'Histoire à ces histoires qui ont une répercussion encore aujourd'hui. Très intéressée par la partie concernant la Pologne de nos jours, j'ai été surprise, tout simplement, prise au dépourvue de ce qu'il se passe actuellement dans ce pays à moins de 2000 km de chez nous.

La Pologne est aussi traitée dans le passé avec un sujet que je connaissais également mais que j'ai aimé retrouver plus profondément, est le programme de germanisation, ces enfants volés par les allemands pour en faire de vrais aryens. En revanche, je ne savais tout simplement pas qu'ils étaient placés en Lebensborn avant leur adoption. Je pensais naïvement que ces lieux étaient tout simplement des foyers d'enfants de père SS mis au monde par des mères porteuses dans le but du développement de la race aryenne. Gaëlle Nohant aborde ce sujet délicat en revenant sur la "bataille entre les Allemands, le gouvernement militaire américain et les représentants de leurs pays d'origine" lors de la fin de guerre et leur potentielle réattribution. J'ai trouvé cette partie passionnante.

"Même si on répare personne, si l'on peut rendre à quelqu'un un peu de ce qui lui a été volé, sans bien savoir ce qu'on lui rend, rien n'est tout à fait perdu."

On va suivre Irène dans son travail d'investigation pour restituer des objets à la famille de disparus. Irène ne m'a rien provoqué, malgré une vie ni minable ni extraordinaire, elle est tout simplement normale pour un travail qui lui, ne l'est pas. J'ai trouvé ce personnage fade, sans saveur. L'autrice distille un peu de mélodramatique dans sa vie qui ne m'a nullement touchée. Je l'ai trouvé totalement transparente. Mais inversement, il y a des personnages qui marquent et qui m'ont fait vibrer et je parlerai de Hanka, cette petite fille que nous allons suivre sur seulement 4 pages sur un total de 416 pages, moins de 1% d'un destin tragique avec une intensité incroyable, où mes larmes ont jailli sans m'en rendre compte et qui a été mon déclencheur pour m'immerger complétement dans la fin de ce roman.

J'ai donc perçu ce roman comme presque un journal intime. Pas un coup de cœur mais un roman qui au fur et à mesure fait ressentir à la fois espoir et tristesse où je me suis attachée à ces hommes et à ces femmes et à leur histoire et j'entends encore cette mélodie qui flotte autour de moi en refermant ces pages.

https://exulire.blogspot.com/2024/05/le-bureau-declaircissement-des-destins.html

Afficher en entier

Au temps où le fascisme veut se racheter une virginité, il est vital de se rappeler que tout ça a existé côté à côté: la cruauté et le sadisme, le courage et la dignité.

Afficher en entier
Diamant

Au terme de son roman, l'auteure, comme souvent, remercie les personnes qui l'ont accompagnée dans son travail d'écriture.

Je pense qu'il serait bon de remercier également Gaelle Nohant pour son travail de "passeuse de mémoire" à une époque où on a tendance à oublier qu'une guerre est une guerre et qu'il n'y a pas de vainqueur...Seulement des victimes.

Dans cette histoire, l'auteure explique le travail de l'ITS, un service dont l'objectif est de rendre à qui de droit les objets confisqués aux Juifs par les nazis.

Et il ne faut pas croire que c'est une petite tâche car il reste encore quelques milliers d'objets à rendre.

IGaëlle Nohant ne fait pas de cadeau au CICR pour la position prise lors de la Shoah. Mais, dans le mesure ou le CICR a fait son mea culpa public, il est bon que le roman relate les faits tels qu'ils ont eu lieu.

J'ai appris beaucoup de choses en lisant ce livre. D'abord, l'existence de l'ITS. Et puis, l'importance pour chacun de savoir d'où il vient et vers quoi il va.

J'apprécie beaucoup la plume de Gaëlle Nohant même si, dans ce récit, je n'ai pas retrouvé la magicienne des mots comme dans ses autres romans que j'ai adoré.

Mais, au travers de ses mots, c'est la pudeur, l'émotion, le chagrin et l'espoir qu'on côtoie.

Afficher en entier
Diamant

Une histoire bouleversante et magnifique

Un coup de coeur !

Afficher en entier
Or

Un roman poignant sur une thématique dure. Un ouvrage à découvrir absolument.

Afficher en entier
Argent

Excellente lecture ! Un roman qui se lit aisément et addictif.

Afficher en entier
Diamant

Un récit bouleversant.

L'International Tracing Service est un centre de documentation effectuant des recherches sur les personnes disparues durant la seconde guerre mondiale sur la demande de leurs proches. Ici, le roman est centré sur le personnage d'Irène, qui a comme mission de rendre les objets détenus par le centre à leur propriétaire ou descendants.

Je n'avais pas connaissance de cet établissement, qui pourtant effectue un travail très important. J'admire énormément les personnes qui y travaillent car être confronté aux horreurs de la guerre ne doit pas être facile tous les jours.

Un récit que je ne peux que vous conseiller de lire, ne serait-ce que pour mettre en avant ce centre qui mérite davantage de visibilité.

Afficher en entier
Argent

Une lecture bouleversante par moments qui ne m’a pourtant pas complètement transportée. Mais la balance penche bien du côté positif.

Si les personnages sont fictifs, le centre d’Arolsen, où travaille Irène, est bien réel. On sait tous que des objets ont été dérobés par les SS durant cette période très noire de notre Histoire. Certains ont une valeur marchande reconnue, mais d’autres ont une valeur à mes yeux encore plus inestimable, la valeur « sentimentale » (une paire de lunettes brisée, un bijou de pacotille, quelques mots écrits sur un morceau de papier…).

Irène est chargée de retrouver, s’il y en a, les descendants des propriétaires puis de leur restituer ces « fragments de vie ». De véritables enquêtes, et un travail de longue haleine pour Irène, qui a bien entendu une vie privée.

J’ai lu pas mal de documentaires sur ces camps de la mort. Un thème que l’on retrouve aussi dans les thrillers ou la littérature blanche. Mais j’ai trouvé originale l’approche de l’auteure, une autre « facette ».

Les personnages sont « vrais », presque tangibles. Des « témoignages » qu’on pourrait penser réels et qui donnent une lecture assez bouleversante.

Ce qui m’a le plus « gênée » dans cette fiction, ce ne sont pas les passages sur la vie privée d’Irène, mais le manque, pour moi, de réelle transition entre son métier et sa vie perso. Et puis je ne m’attendais pas vraiment à la tournure que va prendre le récit. Que la vie d’Irène soit impactée par ce qu’elle découvre, oui bien sûr. Mais pas comme ça. Pour moi, il y a des moments où ça détonne quelque peu avec le ton plus grave du roman.

Les « enquêtes » sont reliées entre elles, et les personnages deviennent plus nombreux, ce qui m’a un peu égarée à un moment. Ma lecture est devenue moins fluide, parce que je n’étais plus sûre de qui était qui.

Après réflexion, je me suis dit que c’était peut-être voulu par l’auteure, pour souligner l’ampleur et la difficulté de la tâche. Si c’est le cas, c’est vraiment bien fait. Mais d’un autre côté, ça empiète parfois un peu sur le ressenti émotionnel (trop de ramifications, d’où une sorte de décrochage, un temps de « compréhension » des personnages).

Une lecture dans l’ensemble agréable, avec une écriture sensible et pudique et pourtant sans concession.

Afficher en entier
Argent

Irène travaille à l’International Tracing Service (ITS) en Allemagne depuis plus de 20 ans (elle commence à y travailler dans les années 1990 et l’histoire se déroule en 2016). Il s’agit du plus grand centre de documentation sur les persécutions nazies. Après un changement dans la direction, ses collègues et elle se voient confier une mission par la nouvelle directrice : restituer les affaires récupérées dans les camps de concentration aux survivants s’ils sont encore en vie, ou à leurs descendants s’ils en ont. (Je me suis cependant posé une question, et il ne me semble pas avoir trouvé de réponse dans le roman : que deviennent les affaires s’il n’y a pas de survivants ? Je suppose qu’ils iront à des musées, ou qu’ils resteront dans les archives.)

À partir de simples objets, manipulés comme des reliques, Irène remonte le cours du temps et des horreurs vécues par les personnes qui les ont possédés. Si l’histoire relate celle de plusieurs personnages, on se concentre surtout sur une enquête, qui mène Irène en Pologne, en Amérique, en Allemagne, en Israël… Elle ne se rend pas dans chaque pays en personne, mais l’enquête ne quitte pas son esprit et elle voyage aussi grâce aux mots, aux témoignages laissés par certains personnages, et grâce à des collègues qu’elle contacte aux quatre coins du monde.

Gaëlle Nohant s’est énormément documentée et si elle prévient dans les remerciements que les personnages sont fictifs et qu’elle a pris des libertés pour son intrigue et sa trame romanesque, on ne doute pas que certains ont réellement vécu toutes ces atrocités, et pire encore. Autour de l'histoire vraie du centre d'archives d'Arolsen, chaque chapitre fait monter son lit de larmes, de sourires, de chair de poule…

Sur fond d’horreurs causées par les nazis, on découvre une humanité comme on a du mal à s’imaginer dans un tel contexte. Les femmes qui se soutiennent entre elles, les déportés qui se révoltent, qui se permettent de survivre parfois, qui ne lâchent rien là où d’autres auraient tout abandonné. On (re)découvre aussi à quel point les Hommes peuvent être inventifs dans leur cruauté, à quel point la nature humaine peut dégoûter. L’après-guerre est aussi traité : les nazis réfugiés dans des pays qui les protègent, ceux qui se font juger, ceux qu’on tue pour se faire justice soi-même… Aucun aspect n’est oublié.

Les personnages sont extrêmement touchants, quel qu’ils soient : femmes, enfants, hommes, déportés, personnages contemporains qui font des recherches sur leur famille, leurs origines, ou bien à qui on apprend soudain que leurs ancêtres ont vécu des horreurs ou en ont fait subir… Et parmi eux, Irène, cette femme qui jongle entre son travail et son fils, et qui se découvre au présent en même temps qu’elle fouille le passé.

Afficher en entier

Date de sortie

Sortie récente

"Le bureau d'éclaircissement des destins" est sorti 2024-02-28T14:44:40+01:00 en version poche
background Layer 1 28 Février

Dates de sortie

Le bureau d'éclaircissement des destins

  • France : 2023-01-04 (Français)
  • France : 2024-02-28 - Poche (Français)

Activité récente

arade l'ajoute dans sa biblio or
2024-04-28T22:55:34+02:00

Évaluations

Les chiffres

lecteurs 103
Commentaires 27
extraits 12
Evaluations 44
Note globale 8.45 / 10