Livres
483 018
Membres
470 139

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Le Cabochon d’émeraude, précédé de L’Homme à la peau de bique



Résumé

Dans ces deux brefs récits, parus en 1927 et 1930, le créateur d'Arsène Lupin donne toute la mesure de son inépuisable inventivité et de son exceptionnel talent de conteur.

L'Homme à la peau de bique est un hommage à Edgar Poe. Reprenant le thème d'une des plus célèbres nouvelles de l'écrivain américain, Double assassinat dans la rue Morgue, il parvient à le renouveler de façon imprévue, non sans conjuguer à chaque ligne l'horreur et l'humour.

Dans Le Cabochon d'émeraude, les ressorts de l'intrigue sont uniquement psychologiques. Et c'est un véritable lapsus freudien que met en scène le romancier, avec une finesse de touche et une ironie discrète qui évoquent certaines des plus belles pages de Mérimée.

Présentation et notes par Raymond Prunier.

Afficher en entier

Classement en biblio - 27 lecteurs

Extrait

Extrait de l''Homme à la peau de bique :

Mais on avait vu! On avait vu, sur le siège, couvert d’une peau de bique, coiffé de fourrure, le visage masqué de grosses lunettes, un homme qui conduisait ; et, près de lui, sur le devant de ce siège, renversée, ployée en deux, une femme dont la tête ensanglantée pendait au-dessus du capot.

Afficher en entier

Commentaire le plus apprécié

Argent

Un dimanche paisible, avec lui les premières fraîcheurs de l'automne. La messe prend fin, la petite église se vide peu à peu, la placette accueille les fidèles lorsque soudain une limousine arrive en trombe, évitant de justesse les habitants du petit village. Ceux-ci n'ont eu que quelques secondes pour apercevoir ce fou du volant et la tête en sang de la passagère à ses côtés. La limousine est retrouvée quelques centaines de mètres plus loin, dans les bois, complètement démolie avec un seul cadavre à l'intérieur...

J'ai eu beaucoup de plaisir à découvrir "L'Homme à la peau de Bique" de Maurice Leblanc. Tout va très vite, l'auteur se plaît à compliquer les choses, brouiller les pistes : le manque d'indices, des personnages qui se succèdent, des témoignages qui en appellent d'autres, des "objets" que l'on découvre, d'autres qui disparaissent... Un pas en avant, deux pas en arrière, des pistes qui renvoient à d'autres pistes, une énigme bien déroutante, des suspects que l'on arrête et que l'on relâche aussitôt faute de preuves, le fatras... qu'une envie laisser tomber l'enquête. Fallait pas défier le grand Arsène Lupin qui voit là une provocation mais surtout l'occasion idéale pour narguer les ignorants et leur jeter à la face la preuve de son talent, la démonstration d'un raisonnement logique conduisant à des déductions évidentes, la flagrance de leur incompétence. Et que dire de la chute... délectable et teintée de morale. Un bon moment de lecture assuré.

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Bronze

Ces deux récits ne concernent pas a proprement parlé une aventure d'Arsène Lupin.

Dans le cabochon d'émeraude, la comtesse Olga nous raconte comment Arsène à résolu l'énigme de la disparition du cabochon par la logique pure.

Dans le second, une mésaventure étrange est survenue dans un village et l'on mets au défi Arsène de résoudre ce problème insoluble.

Je n'ai pas accroché au Cabochon mais l'explication du deuxième m'as amené un sourire.

Si vous avez un peu de temps, n'hésiter pas à lire ces deux courtes nouvelles.

Afficher en entier
Bronze

Deux nouvelles très bien écrites avec dans chacune une intrigue et un suspens à différents degrés.

Pour ma part j'ai préféré Le cabochon d'émeraude, me laissant prendre au jeu de l'enquête.

Afficher en entier
Lu aussi

Si l'histoire est sympathique à lire, que coupable soit un singe rappel trop à mon gout la nouvelle d'Edgar Allan Poe.

Afficher en entier
Argent

Un dimanche paisible, avec lui les premières fraîcheurs de l'automne. La messe prend fin, la petite église se vide peu à peu, la placette accueille les fidèles lorsque soudain une limousine arrive en trombe, évitant de justesse les habitants du petit village. Ceux-ci n'ont eu que quelques secondes pour apercevoir ce fou du volant et la tête en sang de la passagère à ses côtés. La limousine est retrouvée quelques centaines de mètres plus loin, dans les bois, complètement démolie avec un seul cadavre à l'intérieur...

J'ai eu beaucoup de plaisir à découvrir "L'Homme à la peau de Bique" de Maurice Leblanc. Tout va très vite, l'auteur se plaît à compliquer les choses, brouiller les pistes : le manque d'indices, des personnages qui se succèdent, des témoignages qui en appellent d'autres, des "objets" que l'on découvre, d'autres qui disparaissent... Un pas en avant, deux pas en arrière, des pistes qui renvoient à d'autres pistes, une énigme bien déroutante, des suspects que l'on arrête et que l'on relâche aussitôt faute de preuves, le fatras... qu'une envie laisser tomber l'enquête. Fallait pas défier le grand Arsène Lupin qui voit là une provocation mais surtout l'occasion idéale pour narguer les ignorants et leur jeter à la face la preuve de son talent, la démonstration d'un raisonnement logique conduisant à des déductions évidentes, la flagrance de leur incompétence. Et que dire de la chute... délectable et teintée de morale. Un bon moment de lecture assuré.

Afficher en entier
Diamant

Des nouvelles hélas très courtes, mais où l'on perçoit le génie de l'auteur et de son personnage.

Et un cadavre se rangea auprès du premier cadavre... (je ne sais pourquoi, mais j’adore ce passage)

Afficher en entier

Activité récente

Évaluations

Les chiffres

Lecteurs 27
Commentaires 5
Extraits 2
Evaluations 8
Note globale 6.57 / 10

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode