Livres
458 534
Membres
412 108

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par casey74 2019-04-15T21:10:05+02:00

Le bon sens ne devrait jamais être discuté ; comme une bonne digestion : quand tout se passe bien, on n'en parle pas.

Afficher en entier
Extrait ajouté par casey74 2019-04-15T21:08:36+02:00

Charlotte tenait à ce qu'Eugenie sache qu'il y avait au moins une personne dans la salle qui garderait de l'amitié pour elle, quoi qu'il se dise.

Pourtant, ses sentiments à l'égard de l'épouse de l'accusé étaient assez mitigés. Sa féminité à l'eau de rose l'irritait ; non seulement elle l'exaspérait, mais elle était l'illustration vivante des ridicules préjugés masculins à l'égard des femmes. Charlotte en avait pris conscience le jour où son père lui avait arraché un journal des mains, arguant que la lecture de la presse ne convenait pas aux dames ; il lui avait vivement conseillé de retourner à l'aquarelle et à la broderie. Cette condescendance quant à la fragilité des femmes et à leur intérêt pour les futilités la faisait bouillir !

Afficher en entier
Extrait ajouté par casey74 2019-04-15T20:42:41+02:00

Elle prit le premier coussin à portée de sa main et le lui lança à la tête, de toutes ses forces. Mais elle manqua sa cible et le coussin alla heurter un vase de fleurs posé sur le buffet ; il tomba sur le tapis, heureusement sans se casser.

- Quel maladroit ! s'exclama-t-elle. Vous auriez pu le rattraper ! Regardez ce que vous avez fait ! Le tapis est inondé ! Maintenant il va falloir que je nettoie ça !

Argument fallacieux s'il en était, mais mieux valait ne pas le lui faire remarquer.

Afficher en entier
Extrait ajouté par casey74 2019-04-15T20:32:48+02:00

A présent qu'ils se trouvaient face à face, comment diable amener la conversation sur Arthur Waybourne ou Jerome ? Quelle idée de le rencontrer en pareil endroit ! Emily, elle, s'en serait sortie avec brio. Mais Madame s'absentait juste au moment où l'on avait besoin d'elle ! Elle aurait dû se trouver ici, à Londres, pour aider sa sœur à traquer un meurtrier, au lieu de galoper dans la boue du Leicestershire après un pauvre renard qui ne lui avait rien fait !

Afficher en entier
Extrait ajouté par wizbiz06 2012-05-01T14:28:41+02:00

C’est abject ! hurla-t-il. Comment osez-vous proférer de telles obscénités ? Je vous ferai renvoyer ! Comment s’appelle votre supérieur ? — Je n’invente rien, monsieur. Je me contente de vous faire part des conclusions du médecin légiste. — Eh bien, cet homme est un incompétent notoire, doublé d’un monstre ! Je veillerai à ce qu’il ne puisse plus pratiquer son art ! De toute évidence, Arthur a été enlevé, le pauvre garçon, et tué par ses ravisseurs. S’il… Il avala sa salive

Afficher en entier
Extrait ajouté par wizbiz06 2012-05-01T14:28:03+02:00

Eh bien ? dit-il en remontant le col de son manteau, car la pièce était glaciale. Qu’avez-vous à me montrer ? Gillivray, qui n’avait pas encore vu le corps et ignorait où on l’avait trouvé, dansait d’un pied sur l’autre, mal à l’aise. Curieusement, il n’avait pas posé de questions. Il se disait qu’on avait fait appel à lui pour cette mission à cause de ses bonnes manières ; il l’accomplirait de son mieux et s’empresserait de l’oublier. Il préférait de loin enquêter sur des vols, de préférence dans la bonne société et la petite aristocratie. La fréquentation discrète de ces milieux paisibles était un moyen agréable d’avancer dans sa carrière

Afficher en entier
Extrait ajouté par wizbiz06 2012-05-01T14:27:57+02:00

Le trajet fut court. Ils quittèrent rapidement les allées cossues des beaux quartiers pour pénétrer dans les ruelles crasseuses et embrumées du port, baignées par l’odeur fade de la Tamise. Bishop’s Lane était une rue sans âme. Des silhouettes grises, anonymes, y vaquaient à leurs occupations. La morgue était un endroit sinistre et mal tenu ; pour quelle raison se serait-on donné la peine de l’entretenir ? Ce n’était pas un hôpital. Aucun être vivant en ces lieux, sauf un petit homme au visage brun, aux yeux légèrement bridés et aux cheveux d’un blond étrange, avec des manières respectueuses et effacées

Afficher en entier
Extrait ajouté par wizbiz06 2012-05-01T14:27:51+02:00

Un garçon blond, d’une quinzaine d’années, environ un mètre soixante-quinze – de bonne famille, à en juger par son apparence. Malheureusement, il n’était muni d’aucun papier d’identité. Il est donc nécessaire que quelqu’un vienne reconnaître le corps. Si vous préférez ne pas vous déplacer, s’il apparaît qu’il ne s’agit pas de votre fils, nous pouvons accepter la parole de

Afficher en entier
Extrait ajouté par wizbiz06 2012-05-01T14:27:34+02:00

Il n’aimait guère son subordonné. Selon lui, Pitt prenait de grands airs parce que la sœur de sa femme avait épousé un aristocrate, et l’inspecteur donnait toujours l’impression de se moquer de la hiérarchie et des classes sociales. De plus, cette histoire de cadavre trouvé dans les égouts n’avait rien d’appétissant ; en tout cas, ce n’était pas le genre d’affaire dont Athelstan avait envie d’entendre parler. Elle lui paraissait indigne du poste qu’il occupait et très loin de celui qu’il ambitionnait d’atteindre, avec un peu de patience et d’habileté

Afficher en entier
Extrait ajouté par wizbiz06 2012-05-01T14:27:23+02:00

Il avait souvent vécu cette scène atroce : les parents venus à la morgue reconnaître le corps, livides, l’estomac noué, partagés entre la crainte et l’espoir ; la sueur au front, ils cherchaient à trouver la force de regarder le visage du mort ; enfin venaient la nausée, le soulagement pour certains, le désespoir pour les autres, ou, de nouveau, la terrible incertitude en attendant la prochaine visite à la morgue

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode