Livres
486 068
Membres
475 842

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Le calife magnifique



Description ajoutée par sarahlys 2013-04-05T12:26:05+02:00

Résumé

Le très long règne d'Abd al-Rahman III (912-961) marque l'apogée de l'Andalousie omeyyade, où coexistent désormais en paix les trois religions du Livre. En quelques années, le successeur d'Abdallah le Cruel impose son autorité en mettant au pas les seigneurs rebelles et en s'emparant de Bobastro, repaire du plus illustre d'entre eux. Trop confiant dans ses capacités, Abd al-Rahman se lance dans une campagne désastreuse contre les royaumes chrétiens du Nord où il essuie une cinglante défaite à la bataille de Santas Markas. II saura néanmoins acquérir une renommée inégalée en reprenant le titre de calife, porté jadis par ses ancêtres. La splendeur de Cordoue, alors la plus belle ville d'Europe, et de ses somptueux palais, contribue à rehausser son prestige. Il devient le souverain le plus respecté et le plus puissant de l'Occident avec qui l'empereur de Constantinople et celui de Germanie concluront des traités d'alliance. Dans ce roman, troisième volume de la saga al-Andalous, défilent des personnages hauts en couleur, musulmans, chrétiens et juifs, tous familiers d'un calife qui aura bien mérité son surnom d'Abd al-Rahman le Magnifique.

Afficher en entier

Classement en biblio - 1 lecteur

Extrait

Extrait ajouté par ilovelire 2016-06-30T02:41:43+02:00

À la surprise générale, un personnage qui avait commencé sa carrière comme un très modeste fonctionnaire, Badr Ibn Ahmad, fut nommé hajib, « maire du palais », une fonction qu'Abdallah avait supprimée, préférant n'avoir à partager avec personne son pouvoir. Abd al-Rahman avait remarqué depuis des années cet Arabe syrien chargé de l'approvisionnement des résidences émirales. À partir d'une modeste pièce, où il travaillait en compagnie de quelques secrétaires, ce fils de guerrier, que la ruine familiale avait empêché d'embrasser la carrière militaire, déployait une étonnante énergie. Il traquait sans pitié le moindre gaspillage et négociait âprement avec les commerçants du souk dont il savait rabattre les prétentions exorbitantes. Il était si affairé qu'on murmurait qu'il considérait comme une perte de temps la récitation des cinq prières quotidiennes. Il n'en disconvenait pas, à la grande colère des foqahas, les docteurs de la Loi. Il choisissait avec soin ses principaux collaborateurs, des jeunes gens aux charmes desquels il n'était pas, selon les mauvaises langues, insensible, mais qui auraient été bien en peine d'obtenir de lui la moindre faveur.

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents


Activité récente

Editeurs

Les chiffres

Lecteurs 1
Commentaires 0
Extraits 9
Evaluations 0
Note globale 0 / 10

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode