Livres
387 775
Comms
1 359 919
Membres
276 077

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Le Chaperon rouge



Description ajoutée par Virgile 2011-03-23T12:19:30+01:00

Résumé

Le village de Daggerhorn semble sommeiller au creux de la vallée.

Depuis des générations, le Loup qui menace sa tranquillité est tenu à l’écart grâce à un sacrifice mensuel. Mais aujourd’hui, plus personne n’est à l’abri.

Et la peur rôde…

Depuis la mort de sa sœur, la plus douce des jeunes filles, Valérie est inconsolable. Henry, le superbe fils du forgeron, tente de gagner ses faveurs, mais le cœur indompté de la belle bat pour un autre garçon : Peter, le bûcheron exclu du groupe, qui lui offre des escapades palpitantes loin du cocon familial.

Un beau jour, un chasseur de loups de passage dans la région fait une terrible révélation qui provoque la stupeur des villageois : la Bête qui les terrorise depuis des années vit parmi eux. Tout le monde devient suspect.

Bientôt, on comprend que seule Valérie peut entendre la voix du Loup. Et celui-ci exige qu’elle le rejoigne avant que le sang coule… et que tous ceux qu’elle aime disparaissent.

Afficher en entier

Classement en biblio - 1 148 lecteur

Or
293 lecteurs
PAL
311 lecteurs

Extrait

Extrait ajouté par lillylou 2011-12-08T19:15:32+01:00

attention!!

ceci est l'ultime chapitre!! ne le lisez pas si vous n'avez pas lu le reste du livre!!!

sinon bonne lecture=)

Peter ? s’écria Valérie en reculant d’un pas.

Son visage tuméfié ressemblait à une fleur violette, une balafre écarlate lui barrait la paupière.

Il tendit le bras vers Valérie, mais elle se raidit, les yeux rivés sur sa main… Ses mains ! Il portait des gants. Des gants de soldat.

Valérie songea au Loup… à sa patte roussie qui s’était enflammée lorsqu’il avait franchi les limites de la terre consacrée du cimetière, devant l’église.

– Dieu merci, tu vas bien, dit-elle, car tout cela n’avait pas d’importance.

Peter gratta le sol de sa botte avant de lever les yeux vers elle. Les flocons de neige d’un blanc immaculé se reflétaient dans le noir de ses yeux.

– Où étais-tu passé ? risqua-t-elle.

– Ils m’avaient enfermé à l’intérieur de ce machin, cette saleté d’éléphant en métal, protesta Peter, indigné, car il avait perçu un mouvement de frayeur sur son visage.

4

Valérie scruta d’abord ses yeux sombres qui lui étaient devenus si familiers, puis elle s’intéressa aux ecchymoses qui brunissaient sa peau.

– Tu doutes donc de moi ? dit Peter en s’avançant vers elle, déterminé à lui faire changer d’avis.

– N’approche pas, rétorqua-t-elle, surprise par l’intensité

de sa propre voix.

Valérie ne se sentait pas forte, bien au contraire. Elle était plus faible que jamais et la peur dominait ses émotions.

Elle se sentait si petite face à lui, mais lorsqu’il voulut lui caresser le visage, Valérie se baissa pour tirer son couteau de sa botte. Elle rassembla alors tout son courage et brandit son arme en reculant.

– Je t’en prie, n’approche pas, supplia-t-elle.

Mais Peter ne l’écouta pas.

Valérie réagit instinctivement. Elle regarda le couteau qu’elle tenait encore à la main alors que Peter se tordait de douleur. Il avait la peau fendue d’une entaille rouge vif.

Sans lui laisser le temps de relever la tête, Valérie fit volteface et s’enfuit en toute hâte. Il fallait qu’elle parte le plus loin possible.

Les silhouettes enchevêtrées des arbres noueux se brouillaient dans sa course. Elle se sentait à la fois vide et submergée par l’émotion. Elle ne s’était même pas aperçue qu’elle pleurait au moment où, hors d’haleine, elle s’arrêta enfin, incapable de courir davantage. Le sang lui battait aux tempes. Ses larmes tombaient sur la neige dont elles rompaient la surface pour se forer un chemin jusqu’au sol.

Valérie se retourna lentement.

5

Peter était-il parti, ou bien l’averse de neige formait-elle un rideau trop opaque ?

Cela n’avait pas d’importance, décréta-t-elle. Elle continuerait

à fuir, elle s’entraînerait à prendre les choses telles qu’elles viendraient. Elle se tourna vers la maison de mèregrand et prit la direction des bois.

d

– Mère-grand ? Laisse-moi entrer ! hurla Valérie en tambourinant sur la porte.

– Tire la chevillette, ma chérie, dit-elle, et Valérie s’exécuta.

À peine avait-elle entendu la voix de sa grand-mère tout au fond de la maison que la jeune fille se précipita à l’intérieur, claqua la porte derrière elle et ferma le verrou. Elle posa son panier et s’installa sur une frêle chaise à bascule pour contempler la pièce qui lui était si familière.

Cet endroit avait toujours été enchanté. C’était une forêt intérieure où la nature suivait son cours et où tout parvenait

à sa pleine maturité. La végétation était magnifique et luxuriante. Un ragoût mijotait sur le feu. La pièce était aussi calme qu’un tableau. Comme il était étrange que rien n’ait changé dans la maison de mère-grand ! Valérie avait l’impression de pénétrer dans un monde miniature parfaitement clos sur lui-même. La lueur du feu de cheminée baignait la pièce, mais sa grand-mère demeurait invisible.

– Tout va bien ? lança Valérie en direction de la chambre.

6

Comme mère-grand ne répondait toujours pas, Valérie se sentit le devoir de justifier sa visite inopinée.

– J’ai fait un cauchemar.

Valérie se sentait idiote maintenant qu’elle l’avait énoncé

à voix haute, mais son embarras se mua rapidement en terreur lorsqu’elle vit une silhouette sombre qui fonçait vers la chambre.

Valérie lui emboîta le pas et se rapprocha tout doucement du lit de mère-grand jusqu’à ce qu’elle soit assez près pour voir au travers des rideaux de soie vaporeux. Elle inclina la tête, saisie par la peur, car elle avait toujours su au fond d’elle-même ce qu’elle découvrirait là.

Ses yeux perçants brillaient d’une lueur dorée dans le noir. Le Loup.

La créature craqua une allumette et c’est alors que le visage de sa grand-mère s’illumina à la lueur d’une chandelle.

Non, ce n’était pas le Loup, et cela ne l’avait jamais

été d’ailleurs. Ce n’était que mère-grand.

– Je serai prête dans une minute, ma chérie, lui dit-elle.

À travers les rideaux, Valérie distinguait à peine mèregrand qui se frottait les yeux et lissait sa robe de chambre.

Valérie s’appuya contre la table de nuit tout en s’efforçant de contenir ses émotions, puis se palpa le crâne à l’endroit où elle avait été blessée.

– Je… commença Valérie d’une voix chevrotante avant de se reprendre. Je crois que le Loup est là, dehors.

– Tout va bien, ma chérie, répondit mère-grand qui ne semblait guère inquiète.

Elle avait la voix aussi calme qu’un lac aux premières lueurs de l’aube.

7

– Nous sommes en sécurité ici, Valérie. Il y a du ragoût qui mijote. Tu sais bien que bon pain…

– … chasse tous les chagrins, murmura Valérie en se servant une timide louchée de ragoût, puis elle alimenta le feu.

Mère-grand s’esclaffa. Elle avait un drôle de visage derrière les voilages. Sa voix avait changé, son rire n’était plus le même, mais c’était bien elle, se dit Valérie. Comment en aurait-il pu être autrement ?

– C’est bien, mange, ma chérie, lança mère-grand d’une voix sourde et grave, presque masculine.

Valérie n’avait pas faim, mais elle ne voulait pas se montrer impolie. Elle n’était pas très à l’aise, alors que d’ordinaire elle était parfaitement naturelle avec mère-grand. Tout

à coup, alors qu’elle s’apprêtait à avaler à contrecoeur une cuillerée de bouillon, elle sentit quelque chose lui toucher la jambe et son sang ne fit qu’un tour. Mais ce n’était que le chat noir de mère-grand. Valérie se pencha pour gratter ses fines oreilles de velours. Cependant, le chat ne cherchait nullement les caresses et se pourléchait les babines en regardant le bol de ragoût fumant posé sur ses genoux.

Valérie écarquilla soudain les yeux : la pièce tournoyait autour d’elle.

– J’ai le vertige… dit-elle d’une voix traînante, puis elle examina l’unique feuille de laurier qui surnageait à la surface de son bouillon, masquant la viande coriace qui reposait au fond de son bol. Qu’est-ce que c’est que ça ?

Elle releva la tête, la vue embuée, et distingua mère-grand qui se tenait délibérément derrière les voilages de soie. On ne voyait que sa silhouette informe sous sa robe de chambre.

8

Valérie détourna les yeux un instant pour la laisser se déshabiller, mais lorsque les rideaux s’ouvrirent enfin, mèregrand s’avança vers elle d’un pas bien plus déterminé que celui d’une vieille dame. Non, ce visage enténébré n’était pas celui de sa grand-mère, mais Valérie refusait d’admettre l’évidence

: c’était bien son père qui se tenait là devant elle. Oui, son père, et pourtant il ne ressemblait pas à l’homme qu’elle connaissait. On aurait dit l’avatar de Césaire, à l’instar d’un papillon qui aurait cherché à passer pour la chenille qu’il avait incarnée naguère. Il rayonnait de puissance et d’autorité

comme jamais auparavant, et inspirait la terreur. Cet homme avait bien le visage de Césaire, mais il avait les yeux du Loup qu’elle avait affronté plus tôt.

Valérie resta sans voix, et pourtant tant de questions lui brûlaient la langue.

– Père ?…

Le visage de Césaire s’affaissa.

– Je suis tellement navré, dit-il d’une voix qui ressemblait soudain à la sienne. Elle… elle est morte.

Morte ? Outre le chagrin, Valérie décelait quelque chose d’autre dans sa voix. Comme du remords, du regret, de la culpabilité… un sentiment mâtiné d’une pointe de triomphe.

Que s’était-il donc passé ?

– Je n’avais pas le choix. Ta grand-mère avait fini par comprendre ce que je suis.

Réveille-toi. Ce n’est qu’un rêve. Réveille-toi, bon sang !

– Quoi ? C’est impossible ! Papa, non ! s’écria Valérie en riant maladroitement.

Elle refusait d’y croire.

9

– Tu plaisantes, n’est-ce pas ?

– Si seulement…

Valérie voyait pourtant la honte qui ternissait son regard.

C’est alors qu’elle remarqua sa main brûlée, comme la patte du Loup.

Valérie aurait voulu pouvoir se dire que cet homme n’était pas son père, que son père à elle était bon. Cependant, comment aurait-elle pu nier les faits plus longtemps ?

Elle était piégée face au Loup, comme si elle était cernée par le mal qui émanait de la bête.

– Père, non… bredouilla Valérie en guise de protestation, mais en vain, elle n’avait pas le choix et ne l’avait jamais eu.

Comment… comment est-ce que tu as pu ? Comment est-ce que tu as pu faire une chose pareille ?

Césaire baissa les yeux un instant, puis il reprit l’attitude d’un homme bien plus puissant que celui qu’elle avait toujours connu.

– Valérie, je t’aime tant. Je voulais que tu aies une enfance normale, et c’est pourquoi j’ai choisi cette double vie. Caché, et pourtant exposé à la vue de tous, je menais une existence modeste, expliqua-t-il en parcourant la pièce de long en large, pris d’une soudaine logorrhée. J’ai essayé

de continuer ainsi, mais on m’a tellement manqué de respect.

Jusqu’à ma femme ! Je n’en pouvais plus. Je me suis contenté de bien moins que ce que je méritais… Puis j’ai décidé qu’il était temps pour moi de partir pour la ville…

vers des chasses plus giboyeuses.

Césaire rugissait à présent. Il émanait de lui une terrible puissance… si fascinante. Valérie prit une profonde inspiration et retrouva enfin ses esprits. Non, elle n’éprouvait

10 aucune frayeur, mais un sentiment bien plus complexe qu’elle avait peine à comprendre.

– Pourquoi ne pas être parti, dans ce cas ?

– Parce que je vous aimais, mes filles, et je voulais que vous veniez avec moi pour partager cette abondance.

– Mais il fallait que tu attendes la lune sanglante, conclut

Valérie qui tremblait alors qu’elle rassemblait les pièces de ce puzzle terrifiant.

Elle ne voulait plus rien avoir à faire avec cet homme, mais elle devait d’abord comprendre et s’efforcer de surmonter sa rage.

– Oui, dit-il, ravi des efforts de sa fille. Selon son droit d’aînesse, ce don revenait d’abord à ta soeur, Lucie. Je savais qu’elle aimait Henry, et c’est pourquoi j’ai rédigé cette fausse lettre pour la retrouver sous les traits du Loup. Je lui ai dit qu’Henry avait déjà demandé ta main, mais que j’avais bien mieux à lui offrir en lui révélant sa véritable puissance.

Valérie avait l’impression de flotter au-dessus de son corps.

– Mais lorsque je me suis adressé à elle sous ma forme animale, poursuivit Césaire, elle ne m’a pas compris. N’importe lequel de mes enfants possédant le sang du Loup aurait pu me comprendre. Tout s’éclairait soudain. Lucie ne pouvait être ma fille. Ta mère m’avait menti, mais tu le sais déjà, Valérie.

Les jambes de la jeune fille flageolèrent. Elle avait soupçonné la vérité, mais elle avait eu bien trop peur de l’énoncer à voix haute. Qu’importait l’identité du véritable père de Lucie, pour Valérie, elle demeurait sa soeur et on l’avait assassinée.

11

– Elle était si belle cette nuit-là, parée de sa plus belle robe. Après toutes ces années de prudence et de ruse, j’ai perdu le contrôle de moi-même.

Valérie acquiesça lentement. Elle comprenait la véritable nature de son père. Ce qu’elle avait toujours pris pour de la faiblesse n’était autre qu’une puissance cachée.

– Tu t’es vengé de mère.

– Et de son amant, dit-il avec une fierté démoniaque en passant devant elle.

À cet instant, Valérie perçut soudain l’odeur de son père.

C’était un parfum boisé et musqué, comme un mélange d’oignons et de noix de muscade.

– Mon père était un loup, lui aussi. Ses vêtements sont encore imprégnés de notre odeur… celle des loups-garous.

Césaire arracha le couvercle de la malle et en extirpa l’une des chemises de son père pour la porter à ses narines.

– Ma mère n’a su ce que signifiait cette odeur que quelques instants avant de mourir, dit-il après avoir pris une profonde inspiration.

Il serrait si fort la mâchoire pour réprimer ses larmes qu’il en grinçait des dents.

– J’aimais ma femme et mes filles, et pour moi Lucie

était bien ma fille. Jamais je n’aurais voulu lui faire de mal, poursuivit-il en laissant retomber la chemise dans la malle.

Mais c’était faux. Il voulait leur faire du mal, et il y était parvenu, songea Valérie en s’avançant vers son panier.

– Pars avec moi, lui dit-il en se tournant vers elle. Une simple morsure et tu seras semblable à moi.

– Pourquoi n’emploies-tu pas la force ?

12

– J’ai besoin d’une alliée, non d’une esclave, dit-il comme s’il cherchait à rester gentleman.

– Je refuse de suivre ton exemple. Je ne puis agir de la sorte.

– Bien sûr que si, Valérie. Mon sang coule déjà dans tes veines, insista-t-il en la dominant de toute sa hauteur comme pour la contraindre à admettre la vérité.

Césaire avait un sourire lugubre et carnassier.

– C’est un don ! Mon père me l’a transmis et je puis te le transmettre à mon tour. Je suis plus fort qu’il ne l’était, et tu seras encore plus forte que moi.

Comme il aurait été simple de céder !

– Le monde sera à tes pieds. Nous serons invincibles, dit-il de la voix sombre du tentateur.

Valérie essaya de résister, mais après le calvaire et les trahisons qu’elle venait de subir, elle ne souhaitait plus qu’une seule chose : qu’on s’occupe d’elle. Ce serait tellement simple.

Elle se mit à songer à tous ceux qui s’étaient effectivement occupés d’elle, à sa mère, sa soeur, mère-grand… À tout ce qu’il y avait de bon en ce monde, comme elle avait pu le constater cette fameuse nuit dans le cimetière qui jouxtait l’église. À la puissance de l’amour. Non, incarner le Loup n’était pas dans sa nature. Elle était au moins sûre de cela.

– Il doit exister un Dieu, dit-elle en rassemblant son courage, puisque toi, tu es le diable incarné.

– Ce qui fait de toi sa fille, ironisa Césaire.

Sans lui laisser le temps de répondre, Césaire inclina la tête et tendit l’oreille comme un chien… ou plutôt comme

13 un loup. Une hache déchira soudain le bois de la porte et fit voler la clenche en éclats. Peter se tenait là, sur le seuil.

D’un coup d’oeil, Césaire évalua la situation en jaugeant l’espace alentour.

– Tu n’es pas très impressionnant une fois le soleil levé, murmura Peter d’une voix vibrante d’intensité avant de charger en brandissant sa hache.

Valérie poussa un soupir de soulagement : voilà qui mettrait fin à cette histoire. Mais plus vif que l’éclair, Césaire para le coup en levant les mains, stoppant la lame à quelques centimètres de son front.

– Qu’en sais-tu ? rugit-il, le visage déformé par la colère.

Valérie s’était réfugiée contre le mur, les mains pressées sur le bois rugueux. Que pouvait-elle faire ? Elle se sentait encore patraque suite à la blessure qu’elle avait reçue à la tête et le fumet du ragoût lui donnait le vertige.

À l’autre bout de la pièce, Peter était aux prises avec

Césaire qu’il s’efforçait de faire reculer, si bien qu’il avait les muscles du cou tendus à se rompre. Les deux hommes luttaient dans un silence pesant qui rendait presque palpables leurs pulsions meurtrières. Césaire cognait fort. Des tempêtes de poussière s’élevaient du plancher tandis qu’ils dérapaient sur le sol. Peter s’avança brusquement et décocha un coup de poing à Césaire, le touchant en pleine mâchoire.

Valérie ne broncha pas. Elle avait cédé tout entière à l’emprise de ses propres instincts meurtriers. Césaire n’était plus un père, un homme, ni même un loup. Ce n’était qu’une masse maléfique qu’il convenait d’anéantir.

14

Peter leva l’arme qu’il tenait à deux mains pour fendre le crâne de son adversaire, mais Césaire esquiva le coup in extremis, se faufila entre ses jambes et le fit tournoyer sur lui-même avant de l’envoyer valdinguer à l’autre bout de la pièce. Peter s’écrasa parmi les étagères à côté du métier à

tisser. Des bocaux en verre se brisèrent sur le sol au moment où Peter s’y effondrait. Césaire avançait sur lui en lui assénant sans relâche de méchants coups de pied.

– Père ?

Césaire s’immobilisa, puis il se tourna lentement pour faire face à sa fille.

Valérie ressemblait à une icône, tout droit sortie d’un conte de fées. De même qu’il lui était apparu comme la figure du père idéal, Valérie incarnait en cet instant la fille qu’il avait toujours voulu avoir. La capuche de son chaperon rouge paraissait flotter autour de son visage.

– J’ai quelque chose pour toi, dit-elle d’une voix mielleuse en lui tendant son panier.

– Qu’est-ce que c’est ? demanda-t-il, fasciné mais hésitant encore à s’approcher d’elle.

– Je vais te montrer, répondit-elle avec douceur.

Césaire regarda Peter qui gisait à terre, puis il se tourna

à nouveau vers Valérie.

– Fais-moi voir ça, dit-il en s’essuyant la bouche avec un chiffon.

Valérie lui tendit le panier dont elle avait à peine entrouvert le couvercle. Alors que Césaire regardait ce qu’il y avait

à l’intérieur, Valérie lança un coup d’oeil à Peter en lui indiquant la hache qui gisait à quelques mètres de lui. Il fallait qu’il réagisse, et vite.

15

Penché au-dessus du panier, Césaire n’eut pas le temps de voir Peter qui se déplaça à une vitesse fulgurante : il s’empara de son arme, prit son élan et lui planta la hache dans l’échine. L’omoplate de Césaire, fendue, saillait à présent telle une aile d’ange tordue.

Césaire se cabra de fureur et extirpa la hache en s’aidant des deux mains. Il poussa un rugissement qui venait du plus profond de son être et faisait vibrer ses cordes vocales tels des élastiques. La bête tapie à l’intérieur de lui cherchait

à s’affranchir de son enveloppe humaine, mais Valérie ne perdit pas un instant.

– Voici ce que je t’ai apporté, dit-elle avant de soulever le mouchoir pour découvrir ce que recelait son panier : la main de Salomon figée dans la rigidité cadavérique, les doigts recourbés, prêts à se refermer sur le vide.

Valérie releva la tête et croisa le regard paniqué de son père.

Comme il aurait été simple de devenir une bête à mon tour plutôt que de traverser cette nouvelle épreuve, songea

Valérie.

Sans lui laisser le temps de réagir, elle saisit la main glacée et plongea les ongles acérés dans les entrailles de son père, lui portant un coup fatal. Elle tint bon, sans broncher, tandis que les pointes d’argent s’enfonçaient dans sa chair.

Valérie croisa un instant son regard comme si elle apercevait une étincelle dans un miroir. Il peinait à respirer, tel un enfant, puis il s’effondra, mort à jamais.

Valérie resta plantée là, les larmes aux yeux. Son monde venait de s’effondrer. Peter s’avança vers elle pour enlacer son corps frêle, la serrant tout près de lui le temps que

16 s’apaise sa fureur. Valérie fixait non pas le corps de la bête qui avait tué tant de gens qui lui étaient chers, mais celui de son père. Elle se sentait anéantie. Elle n’avait plus rien.

– Emmène-moi loin d’ici, s’il te plaît.

Peter prit Valérie par la main, mais grimaça au moment où elle lui saisit le bras, se dérobant aussitôt à son étreinte.

– Qu’est-ce qu’il y a ? demanda-t-elle en le voyant remonter sa manche déchirée.

– Il m’a mordu, cracha Peter d’une voix étranglée.

Son bras portait une marque de morsure, profonde et infectée. Son sang se figeait déjà sous l’effet de la corruption maléfique. Ils échangèrent un regard entendu.

– Peter…

Valérie était abasourdie.

Peter secoua la tête. Non, il refusait d’y croire.

– À la prochaine lune sanglante, je serai comme lui. Je deviendrai une bête sauvage.

Il se rua hors de la maison, trébuchant à moitié alors qu’il descendait de l’arbre, horrifié par le mal qui se répandait déjà en lui.

Valérie le suivit tandis qu’il pataugeait dans la neige, pris dans les affres de la douleur. C’était l’une de ces journées magiques où la lune est encore visible dans l’azur ensoleillé.

La neige alourdissait leurs bottes comme pour les retenir.

Peter tomba soudain à genoux. Valérie s’agenouilla devant lui, en larmes. Ils s’étreignirent et s’embrassèrent, puis Peter déploya le chaperon sur le sol, tache rouge sur fond blanc, et y allongea sa compagne.

La neige crissait sous leurs ébats tandis que le froid enserrait leurs corps enfiévrés. Ils étaient animés par des

17 sentiments complexes où se mêlaient l’horreur de ce qu’ils venaient d’accomplir, la honte et le triomphe. Peter avait tout donné pour elle alors qu’elle avait douté de lui. Il ne lui restait donc plus qu’une seule chose à faire : l’aimer. Sa lourde main se déplaçait sur son corps et il finit par trouver le sanctuaire de sa féminité. Elle l’imita, le laissant guider sa main à son tour. Les corps enchevêtrés, ils se réchauffèrent ainsi l’un l’autre au coeur d’un monde glacé.

d

Valérie et Peter se dirigeaient lentement vers la rivière à

demi gelée. Peter tirait derrière lui une brouette, transportant le cadavre de Césaire recouvert d’un linceul. Valérie ramassait les plus belles pierres, choisissant les plus lisses.

– Il ne faut pas qu’ils trouvent son corps. Jamais. On t’accuserait de sorcellerie, dit Peter en lui caressant le visage, et

Valérie acquiesça d’un air solennel.

Postée sur le quai, Valérie détourna les yeux tandis que

Peter déposait le cadavre dans une barque avant de l’éventrer d’une profonde entaille. Elle lui tendit les pierres, une

à une, sans jamais regarder. Dans l’air frais, elles tintaient en s’entrechoquant, mais ces sons légers résonnaient aux oreilles de Valérie tels des hurlements stridents. Cependant, une fois à l’intérieur du cadavre, le bruit des cailloux devenait rond et mat.

Valérie porta enfin la dernière pierre à ses lèvres et frémit

à son contact glacé, puis elle la tendit à Peter. Elle passa ensuite du fil noir dans le chas d’une aiguille qu’elle lui donna pour qu’il recouse la plaie béante.

18

Une fois que Peter eut accompli son ouvrage, ils grimpèrent dans la barque et se laissèrent dériver jusqu’au milieu de la rivière. La chemise de Césaire voletait au vent, découvrant la suture irrégulière qui balafrait son ventre rendu difforme par les pierres qu’il contenait. Mais alors que Peter s’apprêtait à s’emparer de son cadavre, Valérie le retint un instant.

Elle songea au père qu’elle avait connu, à l’homme

étrange et doux qui versait de l’eau brûlante dans son bain, qui lui avait appris à panser une plaie, avec lequel elle avait ri aux éclats alors qu’ils fuyaient après avoir délogé un nid de frelons.

Papa. Papa, où es-tu donc passé ?

Les pierres tintaient au rythme de la barque qui tanguait sur l’eau, comme pour imiter les battements de son coeur.

Valérie adressa enfin un geste de la tête à Peter, qui souleva le corps de Césaire avec douceur et le laissa glisser dans la rivière. Il s’enfonça lentement dans l’eau, et dans un ultime salut adressé à la fille qu’il avait tant chérie, sa main surnagea encore quelques instants avant de sombrer

à son tour.

Peter ramena Valérie sur le quai, mais à peine avait-elle débarqué que Peter ramait déjà en sens inverse.

– Peter ?

Il ne pouvait la regarder et gardait les yeux rivés sur son bras contaminé par le poison du Loup.

– Je pourrais te faire subir des choses terribles, lui dit-il tristement. Il faut que je te quitte. Tu ne seras pas en sécurité

tant que je n’aurai pas appris à me contrôler.

– Je t’attendrai.

Ce n’est qu’après avoir ressenti toute la force de leur engagement mutuel qu’il se tourna enfin vers Valérie, s’ouvrant

à elle un instant.

– J’espérais que tu dirais cela.

Mais Peter ne pouvait la regarder plus longtemps. Il se tourna vers la rivière qui se confondait avec l’horizon gris et plat, vers son avenir vide. Valérie le regarda disparaître jusqu’à ce qu’elle ne puisse plus distinguer son embarcation de la houle.

Valérie reprit alors le chemin de sa demeure où elle attendrait…

son amour… le retour du Loup.

Afficher en entier

Commentaires les plus appréciés

Argent

Super livre!

Je sors juste du cinéma et le livre est beacoup mieux ( les livres sont toujours mieux). Mais la fin est totalement différente du livre...Il est écrit à la fin de ce dernier que la suite de l'histoire se trouve sur le site de "Michel Lafon". J'ai beau chercher, rien à faire, le dernier chapitre est i-n-t-r-o-u-v-a-b-l-e. Malédiction, je déteste ne pas connaître la fin d'un livre!

Ps: finalement j'ai trouvé la fin OUF. Et je suis contente que mon commentaire plaise autant :D

Afficher en entier
Commentaire ajouté par cl<3
Or

Je n'ai pas aimé devoir chercher le dernier chapitre du livre... Quand j'achète un livre, c'est pour qu'il soit complet !!

Par contre, l'histoire est très bien faite, car on se dirige sur une idée, et la fin est totalement différente !

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Commentaire ajouté par Lyanaa 2017-10-09T11:13:06+02:00
Bronze

Une version revue et corrigée du Petit Chaperon Rouge agrémentée du mythe du Loup-Garou qui ne m'a pas déplût, bien au contraire.

Lu avant d'avoir visionné le film (comme souvent c'est le cas pour ma part car les livres sont toujours meilleurs), j'ai apprécié cette tournure des évènements, cette vision personnelle et originale du conte et cette approche très fantastique où viennent s'y mêler magie, superstitions et créatures surnaturelles avec quelques codes du thriller: suspense, suspicion, effroi et presque terreur. Un fameux mélange qui fonctionne!

La plume est agréable, ça se lit tout seul et c'est relativement bien décrit dans l'ensemble. Ayant visionné le film après ma lecture, j'ai trouvé dans le livre tous les éléments vu à l'écran avec plus de profondeurs et des personnages un peu plus développés. Ce roman ayant été écrit pendant le tournage, ça apporterait presque un complément au film qui est plutôt bienvenu, puisqu'il développe le point de vue et les ressentis des autres personnages, et plus seulement Valérie, Henri ou Peter. Un bon point, je dois dire.

L'histoire est pleine de rebondissements, de révélations surprenantes et d'indices subtilement disséminés. On ne s'attend pas à la véritable identité du Loup, même si nos soupçons commencent à être fondés à mesure qu'on avance dans l'histoire. Car par moment, on en vient vraiment à soupçonner tout le monde tour à tour, ou presque. C'est habilement écrit pour qu'on doute de tous les protagonistes, Valérie y compris.

Le personnage de Valérie est sympathique, elle dénote des autres, ce qui n'est pas plus mal en fin de compte. Elle apporte un peu de regain à ce village trop sage, trop suspicieux et superstitieux, et sa vision des choses semble éloignée de celle des autres (se rapprochant même un peu de son adorable sorcière de grand-mère). Un plus. Juste ses choix (enfin disons sa fausse hésitation) en ce qui concerne les garçons qui laissent à méditer. Personnellement, je n'aurais pas hésité longtemps (je me comprends).

Peter est intriguant, j'aime ce genre de personnage sombre et désinvolte, épris de liberté, qui transgresse les règles. Il est plus intéressant que le trop sage et moralisateur Henri auquel je n'ai pas tellement adhéré. Pour moi, ce triangle amoureux n'en est pas tellement un finalement. Même si on nous laisse supposer que la belle hésite, en réalité son choix est déjà fait.

On retrouve tous ces personnages du conte original (chasseur, bûcheron, mère-grand, le Loup) et quelques prises de liberté assumées qui passent plutôt bien. Vraiment agréable! Cela correspond tout à fait, à quelques détails près, à ma vision du conte des frère Grimm. Ma passion des loups l'emportant sans doute sur la fillette et la grand-mère dévorées par la bête. Voir que d'autres ont réinventé l'histoire dans la même ligne que celle que j'ai pu imaginer enfant, je ne pouvais qu'adhérer. Car la version officielle du Petit Chaperon Rouge ne m'a jamais vraiment convaincue.

Ce livre est pour moi un incontournable. Je sais de quoi je parle, et au regard de ma bibliothèque lupine, je pense que l'idée est passée. J'aimerai que plus de romans de ce genre soient écris et publiés. Ça changerait un peu des vampires boules à facettes et autres suceurs de sang dont je ne supporte plus les histoires redondantes. D'autant que Le Chaperon Rouge n'est pas une histoire d'amour entre une humaine et un être surnaturelle, c'est un peu plus que ça. Entre fantastique et thriller, où la recherche de la vérité et dévoiler les secrets prennent le pas sur le triangle amoureux.

Seul point négatif à cet ouvrage: il nous faut aller chercher le dernier chapitre sur le site des Éditions "Michel Lafon" (dans sa première édition en tout cas). Je ne comprends pas l'intérêt de ne pas le mettre à la fin, comme s'est fait d'ordinaire. Et la fin nous laisse entrevoir une possible suite qui ne vient pas, c'est dommage. On aimerait presque en savoir plus. Enfin bon, à part ça, ce roman nous permet de redécouvrir un des plus célèbres contes revisité avec fantasy, ingéniosité et brio.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Swein 2017-07-07T18:58:26+02:00
Bronze

J'ai horreur des résumés qui racontent tout le livre. Il y a des trucs dans ce résumé qui n'arrivent qu'au trois quart du livre! Même à propos de sa sœur ça ne se passe qu'après la première partie! C'est comme cette histoire de dernier chapitre sur internet c'est vraiment nul!

Bon sinon une bonne ambiance dans ce livre ou la menace plane. J'ai vu le film il y a très longtemps mais je n'en ai que de flou souvenir (dont la révélation du Loup qui m'avait vraiment surprise). On tombe pas dans les clichés et on pose dès le début le mode de vie du village qui justifie tous les événements suivants, à savoir le comportement des villageois. Bon par contre j'ai pas été très convaincue du côté "dix ans plus tard nous nous revoyons et c'est le coup de foudre". Le pire c'est à la fin :

Spoiler(cliquez pour révéler)
j'ai mal compris ou après avoir tuer son père elle fait crac-crac dans la neige? Glauque!

Honnêtement on peut se passer du "Chapitre Ultime" sur internet et savourer le livre.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Emakhtila 2017-07-07T09:47:27+02:00
Argent

Je connaissais le film que j'avais bien aimé. Ce livre qui a été écrit suite au film est un peu plus riche au niveau des personnages. Il se lit facilement, la plume de l'auteure est agréable. Dommage qu'il n'y ai pas de suite la fin laisse vraiment en attente.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par MzelleLo 2017-07-01T18:35:41+02:00
Lu aussi

J'ai été tenté par cette revisite du conte. L'intrigue est intéressante cependant, pendant toute la première partie du roman, je me suis ennuyée et il m'a manqué quelque chose pour m'attacher aux personnages. La deuxième partie de l'histoire, plus riche en action, m'a un peu plus intéressée mais sans plus.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par La-nuit-est-mon-amie 2017-06-08T23:45:58+02:00
Bronze

J'ai adoré le film de Catherine Hardwicke, et logiquement j'ai voulu lire le livre que je pensais à l'origine de l'ouvre cinématographique. J'avais tort sur quelques points, en effet, le roman a été écrit après/pendant le tournage du film, le scénario étant une idée originale. En voyant cela j'étais quelque peu déçue, mais cela ne m'a pas empêcher d'apprécier le roman.

On suit donc l'histoire de Valérie, une jeune habitante du village de Daggerhorn où chaque mois le sacrifice d'un animal est effectué pour que le Loup ne tue aucun des habitants. Mais lorsque Lucie, la sœur de Valérie est retrouvée morte des suites de violentes blessures, tout change dans le village. On comprend tout de suite le désir de la réalisatrice d'avoir un roman de ce projet; en effet les personnages sont beaucoup plus développés. On a le point de vue de nombreux villageois, pas uniquement celui de Valérie ou Peter, ce qui m'a d'ailleurs perturbé au début, car la narration passe de l’intériorité d'un personnage à l'autre assez rapidement et sans limite dans la présentation de texte.

L'histoire suit la même ligne narrative, il n'y a pas de grand changement si ce n'est la fin. En effet ici la fin est disponible en ligne, mais dans le film il y a encore un aspect supplémentaire qui est présent. J'ai apprécier l'univers et ce roman, même si je pense avoir préférer le film, une fois n'est pas coutume.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Audreyleli 2017-05-03T01:33:49+02:00
Bronze

J'ai aimé lire se livre qui était une variante pour ado de l'histoire pour enfant puisque Valérie tombe en amour avec Peter. La fin du livre laisse penser qu'il y aura une suite, mais c'est décevant de se rendre compte qu'il ni en aura pas.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par monanavarra 2017-04-14T17:01:25+02:00
Diamant

Le petit chaperon rouge est génial !

La couverture est tout simplement magnifique ! Le résumé dit ni trop de l'histoire, ni pas assez. Juste assez pour nous donner une terrible envie de lire le livre.

L'histoire du petit chaperon rouge est connue de tous. Et pourtant, l'auteur réussi à en faire livre pleins de suspenses.

Ce livre est même sortit en film.

Dommage qu'il n'y ait pas de tome deux !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Marianne29 2017-03-05T18:10:59+01:00
Or

Je trouve qu'il ressemble plus au film "Le village" qu'au Chaperon rouge...

Les sauts dans l'histoire, la façon de raconter le temps qui passe est vraiment bizarre, on a l'impression de louper des pages ?

Les fautes sont une horreur, les erreurs de mots/frappes également, bref il faut vraiment s'accrocher.

Malgré tout cela, j'ai aimé ce livre, toutes les personnes sont intéressantes, ont vraiment une histoire, elles sont attachantes ou au contraire détestables, mais elles nous touchent toutes.

La fin n'est pas celle que j'aurais aimé, mais elle reste plausible.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par sachatigrou11 2016-12-29T21:45:16+01:00
Or

Un excellent roman que je conseille assurément. Le scénario est génial et il y a beaucoup de mystères autour des personnages.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par amand0802 2016-12-03T23:00:38+01:00
Or

Un livre bien avec une chute parfaite, je n'ai jamais soupçonné un seul instant le vrai loup garou

Bravo pour ce renversement de situation !

Afficher en entier

Dates de sortie

Le Chaperon rouge

  • France : 2014-10-02 (Français)
  • France : 2014-10-02 - Poche (Français)
  • Canada : 2011-04-11 (Français)
  • Canada : 2014-11-03 - Poche (Français)
  • USA : 2011-01-25 (English)

Activité récente

Les chiffres

Lecteurs 1 148
Commentaires 296
Extraits 20
Evaluations 346
Note globale 7.91 / 10

Évaluations

Meilleurs classements dans les Listes Booknode

Titres alternatifs

  • Red Riding Hood - Anglais