Livres
451 237
Membres
396 518

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par MaYamaha 2016-07-27T14:55:29+02:00

Le Seigneur des pies

Une pie, le chagrin ;

Deux pies, le bonheur ;

Trois pies, une fille ;

Quatre pies, un garçon ;

Cinq pies, l'argent ;

Six pies, l'or ;

Sept pies, un secret à jamais gardé ;

Huit pies, une bouteille à la mer ;

Neuf pies, un amant aussi fidèle que possible.

Une pie, le chagrin ;

Deux pies, l'allégresse ;

Trois pies, des funérailles ;

Quatre pies, une naissance ;

Cinq pies, le paradis ;

Six pies, l'enfer ;

Sept pies, le diable en personne.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Pauline9562 2019-02-22T23:33:33+01:00

—J’en conclus que vous vous sentez mieux, déclara Merrick lorsque son maître atteignit des sommets en matière d’obscénité.

—Non, pas du tout. Au nom de la bite tumescente de Satan, qu’est-ce que c’était que ce putain de truc merdique ?

—C’est comme ça que vous vous exprimez à la Chambre des lords ?

Afficher en entier
Extrait ajouté par Folize 2016-11-20T17:30:36+01:00

Il posa sa plume.

Il savait que les yeux de cet homme étaient dorés, changeants, avec un éclat intense. Il les avait regardés assez souvent pour en être sûr. Mais il savait aussi qu’ils étaient ternes et sans attrait, parce que…

Parce que le magicien lui-même le lui avait dit ?

Crane se força à se remémorer la soirée précédente à plusieurs reprises, de nouveaux souvenirs se formant à la surface de son esprit au fur et à mesure que sa concentration augmentait. La pierre froide, rugueuse. Day à genoux. Un souffle chaud et des lèvres douces contre sa main.

Il savait que tout ça avait vraiment eu lieu. Mais quelque chose en lui insistait pour dire que ce n’était pas le cas… Parce que Day le lui avait fait croire. Parce que Day s’était introduit dans son esprit et qu’il avait utilisé sa pratique pour jouer avec ses pensées.

(...)

Il appuyait douloureusement sur les poignets du magicien et la présence de son corps tendu juste au-dessus du sien évoquait de bien trop près les fantasmes qu’avait développés ce dernier la nuit précédente. Day déglutit, maudissant l’afflux de sang soudain. Il aurait bien voulu se décaler, mais n’osait pas.

— Cette position est très inconfortable.

— Tant mieux. Je me suis souvenu de ce qui s’était passé hier soir.

— Il ne s’est rien passé, répliqua Day immédiatement, sur la défensive.

— Si, il s’est passé quelque chose. Il y avait un fantôme.

— Oh… Eh bien, oui…

— Mais ça n’est pas ce que tu avais en tête à l’instant, n’est-ce pas ?

Day se mordit la lèvre. Tu dois reprendre le contrôle.

— Et, d’après vous, que s’est-il passé hier soir ?

Crane eut un rictus.

— Sauf erreur, j’ai bien failli te baiser sur place dans le jardin. Je crois qu’il s’en est fallu de très peu que tu ne te retrouves sur le dos dans l’herbe.

Day sentit le sang quitter son visage. Fantastique, Steph, bien joué. Crane leva la jambe pour qu’elle vienne frotter contre le sexe douloureusement bandé de Day, et celui-ci perdit tout espoir qu’il n’ait pas encore remarqué son érection.

— Et je crois que te voilà exactement dans la même situation.

— Oh, mon Dieu ! lâcha Day sans le vouloir.

Il n’était pas certain de ce que Crane voulait dire car il était étourdi par l’excitation et avait du mal à penser. Le corps de l’aristocrate était tendu contre lui et il sentait son membre qui appuyait sur son ventre.

— Écoutez…

— Ferme ta gueule ! (Crane avait crié, mais sa voix se transforma immédiatement en un ronronnement sauvage.) J’ai l’intention de te faire payer pour ça tout de suite, espèce de petit salaud manipulateur. Je veux te faire payer, tu le sais, et… (Il esquissa un sourire et appuya cruellement la cuisse contre l’érection de Day une nouvelle fois.) Et tu aimes ça. En fait, je crois même que tu ne demandes que ça. Je me trompe ?

Day était incapable de parler ou de bouger.

— Eh bien ?

Day s’humecta les lèvres.

— Qu’est-ce que vous voulez que je dise ?

Il avait eu l’impression de chuchoter.

— Dis-moi pourquoi tu m’as fait ça hier soir. Et ne me mens pas ! Je sais ce que tu voulais, ce que tu veux. Alors pourquoi ?

Day ne voulait pas répondre à cette question.

— Je… C’était…

— Tu avais envie que je te baise, n’est-ce pas ?

Day ferma les yeux.

— Un bref instant, oui.

Crane inclina la tête, de telle sorte que sa bouche se retrouva collée à l’oreille de Day. Sa voix vibrait et ses dents et ses lèvres touchaient la chair sensible du magicien.

— Quand je vous baiserai, Mr Day, ce ne sera pas bref. Ce sera long, sauvage et efficace. Je vais me donner de la peine avec vous.

Day se mit à gémir, incapable de se contrôler, et à osciller des hanches pour frotter son sexe contre le corps de Crane.

Afficher en entier
Extrait ajouté par AnteikuUta 2016-08-12T22:00:37+02:00

« — Une fantaisie. Je me suis retrouvé obligé de me faire faire un tatouage très grand et très cher et ça m’a semblé changer un peu des habituels dragons et carpes. Puis il s’est trouvé que je l’ai bien aimé et j’en ai fait ajouter d’autres.

— Obligé de vous faire faire un tatouage ?

— C’est une longue histoire.

Day ne parvenait pas à détacher son regard du corps de Crane. Les tatouages dont il était orné étaient magnifique, mais ce qu’il recouvrait n’était pas moins impressionnant : un torse musclé, puissant et beaucoup plus large que ce qu’il avait cru. La taille de Crane et la coupe élégante de ses vêtement le faisaient passer pour plus mince qu’il n’était et, lorsqu’on le contemplait torse nu, couvert de tatouages et de cicatrices, ce qu’on voyait était clairement le corps ferme d’un homme dur. Soudain, Day fut parcouru par un frisson.

Il fallait qu’il détourne le regard à présent. »

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode