Livres
477 527
Membres
458 258

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Le Chemin des âmes



Description ajoutée par Lilou 2009-09-10T20:34:17+02:00

Résumé

Présentation de l'éditeur

1919. Nord de l'Ontario. Niska, une vieille Indienne Cree, attend sur un quai de gare le retour d'un soldat qui a survécu à la guerre. Pourtant, l'homme qui descend du train n'est pas Elijah, mais son neveu Xavier qu'elle croyait disparu, ou plutôt son ombre malade et méconnaissable. Trois jours durant, à bord du canoë qui les ramène chez eux, Xavier, entre la vie et la mort, replonge dans les eaux sombres de son passé. En 1914, Xavier et Elijah, son meilleur ami, s'étaient engagés dans l'armée canadienne, certains l'un et l'autre de vivre l'aventure de leur vie. Mais sur les champs de bataille français, l'enfer les attendait... A travers le destin brisé de ces deux personnages, Joseph Boyden évoque, dans ce remarquable premier roman, l'horreur de la guerre avec une force rare.

Déchirant, passionnant, Le chemin des âmes est aussi une réflexion sur notre propre humanité et ce qui la menace.

Afficher en entier

Classement en biblio - 58 lecteurs

Extrait

Extrait ajouté par Didie6 2014-10-25T19:33:37+02:00

Couchés à l' affût, des jours entiers, nous guettons nos cibles. Nous sommes après des officiers.../...Thomson nous a dit un jour qu' on a pas de mal à les repérer : ce sont les seuls qui ne fassent rien pendant que les autres bossent.

Afficher en entier

Commentaire le plus apprécié

Bronze

Un livre à lire pour qui est intéressé aux guerres, aux coutumes indo canadiennes ou bien la folie humaine. Il traite le sujet sans merci. Sans en rajouter non plus. Juste ce qu’il faut d’horreur pour que cela reste gravé en nous. Pour faire comprendre que l’on ne revient jamais de la guerre comme on y est allé.

Pour ma part, j’ai une pensée pour toutes les âmes qui ont disparues dans les tranchées. Tous ces enfants qui auraient pu vivre une vie normale. Se marier. Avoir à leur tour des enfants. Pour ces pères qui ont tout perdus.

On oublie trop souvent leurs sacrifices qui font que notre monde est plus ou moins en paix aujourd’hui. Et ce livre, me rappelle leurs mémoires.

Pour lire la chronique complète c'est ici => http://fancy-world.over-blog.com/article-le-chemin-des-ames-de-joseph-boyden-106375652.html

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Commentaire ajouté par Irene-Adler 2018-12-22T20:48:03+01:00
Diamant

La Grande Guerre racontée par un survivant où par les mémoires d'un qui l'a fait, c'est assez courant dans la littérature.

D'accord, mais par un indien Cree, ça l'est moins, non ? Ah, je sens que je viens d'éveiller une étincelle de curiosité dans vos yeux blasés.

Ce roman - dont les qualificatifs me manquent pour vous dire à quel point je l'ai aimé - fut un véritable page turner dans mon cas.

Attention, pas une frénésie qui vous fait tourner les pages dans le but de savoir la fin. Non ! Les pages se tournent lentement afin de se laisser déguster et que l'on puisse s'imprégner de l'atmosphère assez dense de ce roman.

En fait, à un moment donné, vu le temps que j'avais passé à lire d'une traite, je me croyais bien plus loin dans la lecture. Et non, c'était tellement concentré que j'en avais lu moins que je ne le pensais.

Oh, ne me faite pas dire ce que je n'ai pas écrit : le livre n'est pas touffu et indigeste ! Mais il est tellement prenant qu'on oublie tout.

D'un côté, nous avons Xavier Bird (Neveu ou X), un jeune Amérindien qui rentre au Canada après avoir passé quatre années dans l'enfer des tranchées de celle que nous avons nommé "La Grande Guerre" .

La tête basse, l'âme en peine, écorchée, le coeur broyé, une jambe en moins, ce jeune homme rentre seul : son ami d'enfance, Elijah, avec lequel il s'était engagé comme tireur d'élite est mort.

Pourtant, une surprise de taille l'attend à la gare de Toronto : Niska, sa tante, vieille indienne Cree, se trouve sur le quai de la gare, afin de le ramener en canoë.

Xavier la croyait morte, quand à elle, elle attendait Elijah car on lui avait dit que son neveu était mort.

Entre nous, vu son état, il est quasi mort au sens "imagé" du terme car Xavier erre entre le monde des vivants et celui des morts, ayant goûté la médecine de l'homme blanc nommée "morphine" et qui fit des ravages parmi les soldats, dont Xavier et avant, Elijah.

C'est cette putain de guerre qui a détruit son amitié avec Elijah et broyé leurs destinées. On sent bien que la morphine est plus un substitut à sa douleur "mentale" qu'à sa douleur "physique". Cela l'empêche de penser à ce qu'il s'est passé là-bas.

Ce roman nous raconte donc (entre autre) la remontée du fleuve de Niska et son neveu, jusqu'au Nord de l'Ontario.

Le voyage durera trois jours, trois jours au cours desquels sa tante cherchera à maintenir Xavier en vie afin de le sauver. Ces trois jours seront son voyage sur « le chemin des âmes ».

Ce que j'ai aimé dans cette lecture addictive, c'est le croisement de deux récits : celui de Xavier, quand il repense à la guerre, à son ami, à leur rencontre à l'orphelinat, à leur jeunesse insouciante... et le récit de Niska qui nous conte une partie de sa vie et des problèmes que rencontreront son peuple avec l'Homme Blanc !

Pour ce qui est de la partie "dans les tranchées", j'ai courbé l'échine afin de ne pas me faire descendre, les balles sifflaient à mes oreilles, la boue collait à mes basques, les poux me dévoraient et les rats qui grouillaient autour de moi me dégoutaient (pourtant, je n'ai rien contre les rats).

Récit flamboyant de la bêtise humaine (certains étaient heureux d'aller botter le cul des Fritz), des officiers qui donnent des ordres à la con puisqu'ils ne sont pas en première ligne, du fait que l'on apprend à des hommes à tuer, à s'entretuer et que l'on récompense ceux qui le font bien. Terrible.

La descente aux Enfers de nos deux amis est tout aussi terrible et j'ai souffert en voyant Elijah s'enfoncer dans sa douce folie, laissant son ami désemparé, lui qui n'avait pas son éloquence, lui qui le voyait s'éloigner de lui au sens propre comme au figuré.

Elijah aime la guerre, il aime tuer, Xavier pas...

Pour ce qui est du récit de sa tante Niska... Ah, là, nous ne pouvons que saluer l'arrivée de l'Homme Blanc et de ses bienfaits rangés dans sa musette.

Arrivant afin de "civiliser" tous ces païens, l'Homme Blanc les instruit, envoyant de force les enfants dans des écoles tenues pas des bonnes soeurs qui leurs inculqueront à grands coups de verge ou de cravache ce qu'est un Dieu, un vrai, et pas un Manitou de pacotille. Seul notre Dieu est le Vrai !

Pour le même prix, l'Homme Blanc vous offre même le Fils de Dieu et le Saint-Esprit, ainsi qu'un calendrier avec 365 saints ! Non, pas les seins auxquels vous pensez, messieurs les sauvages.

Vos enfants seront renommés et se verront offrir une vie merveilleuse au sein de l'internat, leur faisant oublier tous vos rituels de malade, faisant d'eux de futurs consommateurs capitalistes et de grands consommateurs d'alcool.

En plus, ayant fait de votre "chez vous" son "chez lui", l'Homme Blanc vous dictera votre conduite afin de mieux vous aider.

Ah, les bienfaits de la civilisation apportée par l'Homme Blanc !

Pour ceux qui ne disposeraient pas du second degré, je précise que c'était de l'ironie, mon discours sur "les bienfaits de la civilisation apportée par l'Homme Blanc" !

Ce genre d'horreur, commises par les colons sur les enfants indiens envoyés dans des orphelinats avec conversion à notre merveilleuse religion, j'en avais entendu parler dans une émission télévisée (Thalassa ? Envoyé Spécial ? Je ne sais plus) et j'avais été horrifiée par le traitement de barbare réservé à ses enfants, arraché de leur culture.

C'est ainsi que l'on détruit un peuple, en détruisant sa culture...

Tenez, voici un extrait de Niska sur la roublardise de l'Homme Blanc :

"A l'époque où je suis née, les wemistikoshiw (les blancs) dépendaient encore de nous. Ils venaient à nous comme de petits enfants au potlatch.

Quand l'hiver se faisait trop rude, nous leur donnions des fourrures à porter, de la viande séchée d'orignal pour leurs ventres vides. Au printemps, quand les mouches noires menaçaient de les rendre fous, nous leur apprenions à jeter dans leur feu le bois vert de l'épinette.

Nous leur montrions où se cachaient les poissons dans la rivière, quand l'été devenait chaud ; comment piéger les nombreux castors sans mettre en fuite toute la colonie.

Les Crees sont un peuple généreux. Comme les tiques des bois, les wemistikoshiw se collaient à nous, engraissant de saison en saison, jusqu'au jour où ce fut à nous de nous justifier devant eux."

Et voilà ! Avec des mots simples mais forts, Niska nous livre une critique amère de ce que furent les colonisateurs de son peuple : des tiques !

Son récit s'entremêle à celui de Xavier et on plonge tout entier dans ce roman, frémissant et frissonnant pour nos deux copains : Xavier et Elijah, livrés à cette grande boucherie humaine.

Que furent leurs vies et leur enfance, comment en-est-on arrivé là... Petit à petit l'histoire se dévoile.

Sans tomber dans le pathos, on a les larmes aux yeux sur la fin et c'est avec regret que j'ai refermé ce livre.

C'est pour tout cela que ce livre m'a séduite directement et que je le conseille.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par bookovore13 2017-10-30T09:11:26+01:00
Argent

Le début est très long on ne comprend pas forcément tout avec le changement de narrateur mais j’ai beaucoup aimé ce livre vraiment !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Nymphae 2017-07-22T18:12:41+02:00
Lu aussi

Ce livre parle de la première guerre en Belgique et en France.

Pour la première fois je découvre cette guerre au sein d’une armée américaine qui se bat contre les Allemands.

Pour lire ce livre, il faut être intéressé par le thème car nous suivons un long périple guerrier…

Certes nous découvrons le coté psychologique subi par les soldats, mais nous suivons aussi tout un coté technique et stratégique de la guerre…

Ce qui m’a attirée dans l’histoire afin d’arriver au bout du récit, c’est l’interet de savoir comment l’histoire nous amène à ce que Xavier revienne à sa tante et la curiosité de savoir ce qui est arrivé à Elijah. On s’attache fortement à ces deux personnages ainsi qu’à la tante qui nous dévoile des petites histoires de sa vie particulière…

Ce fut un livre découverte… Je ne dirai pas que ce fut positif ou négatif car tant le sujet ne m’a pas passionnée, tant l’histoire m’a quand meme offert un certain interet…

Afficher en entier
Commentaire ajouté par jane24 2017-05-13T10:52:35+02:00
Diamant

C'est un beau livre qui relate les horreurs et le déroulement de la guerre. Les rares passages les plus touchants sont les moments profondément humains. Pour comprendre, il vous suffit de lire la page 114.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Ukko-Ukko 2016-09-19T15:39:58+02:00
Or

Encore un cadeau que je n'ai pas regretté. Comment des gens que rien ne prépare à cela (à supposer qu'on puisse y être préparé...) se fraient un chemin sur les sentiers de la guerre.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par MrsKite 2015-12-05T14:51:11+01:00
Diamant

Un vrai coup de cœur, qui m'a permis de découvrir d'autres livres de cet auteur qui associe souvent différentes voix dans son récit

Afficher en entier
Commentaire ajouté par DaVinci 2013-05-06T20:09:46+02:00
Diamant

Une de mes plus belles lectures.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Hanaelle 2012-06-04T15:46:36+02:00
Bronze

Un livre à lire pour qui est intéressé aux guerres, aux coutumes indo canadiennes ou bien la folie humaine. Il traite le sujet sans merci. Sans en rajouter non plus. Juste ce qu’il faut d’horreur pour que cela reste gravé en nous. Pour faire comprendre que l’on ne revient jamais de la guerre comme on y est allé.

Pour ma part, j’ai une pensée pour toutes les âmes qui ont disparues dans les tranchées. Tous ces enfants qui auraient pu vivre une vie normale. Se marier. Avoir à leur tour des enfants. Pour ces pères qui ont tout perdus.

On oublie trop souvent leurs sacrifices qui font que notre monde est plus ou moins en paix aujourd’hui. Et ce livre, me rappelle leurs mémoires.

Pour lire la chronique complète c'est ici => http://fancy-world.over-blog.com/article-le-chemin-des-ames-de-joseph-boyden-106375652.html

Afficher en entier

Date de sortie

Le Chemin des âmes

  • France : 2008-03-12 - Poche (Français)

Activité récente

gdmd l'ajoute dans sa biblio or
2019-05-06T20:34:40+02:00
mcn89 l'ajoute dans sa biblio or
2018-08-27T17:08:02+02:00

Évaluations

Les chiffres

Lecteurs 58
Commentaires 8
Extraits 76
Evaluations 18
Note globale 8.56 / 10

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode