Livres
461 499
Membres
417 891

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par Stephanelefort 2016-12-24T19:20:08+01:00

Une heure plus tard, à 17 heures, arriva Shirley Trueblood, la seconde serveuse, qui venait en renfort pour le service du soir. Âgée de cinquante-six ans, bien en chair, parfumée au jasmin, Shirley avait elle aussi sa propre cour. Certains hommes dans les bars aiment être maternés. Certaines femmes aussi.

Le cuisinier de jour, Ben Vernon, quitta ses fourneaux pour rentrer chez lui.

Celui du soir, Ramon Padillo, prit la relève. Au menu, des plats simples, typiques des bars : cheeseburgers, frites, ailes de poulet, quesadillas, nachos, etc.

Ramon avait remarqué que les soirs où Ivy était présente, les plats épicés se vendaient mieux. Les types commandaient de préférence des plats à base de sauce tomate pimentée, vidaient des bouteilles de Tabasco, et réclamaient des hamburgers relevés avec des morceaux de jalapeños.

—Mon idée, avait-il confié un soir à Billy, est qu’ inconsciemment ils se remplissent les testicules de stimulants, au cas où ils auraient une aventure avec elle.

—Avec Ivy, ils n’ont aucune chance.

—Sait-on jamais ? avait répondu Ramon d’une voix timide.

—Ne me dis pas que tu marches aussi aux piments ?

—J’en mange tellement que, certains soirs, j’ai l’estomac en feu. Mais je suis prêt.

Steve Zillis, le barman du soir, arrivait en même temps que Ramon. Ses horaires et ceux de Billy se chevauchaient pendant une heure. Steve était âgé de vingt-quatre ans ; sur le papier, il était de dix ans son cadet, mais en âge mental, il avait bien vingt ans de moins.

L’humour de Steve se limitait à raconter des blagues obscènes à faire piquer un fard à un bidasse en rut.

Il savait faire un nœud dans une queue de cerise rien qu’avec la langue, introduire des cacahuètes dans sa narine et les projeter en rafales dans un verre, ou bien encore faire sortir de la fumée de cigarette par ses oreilles.

Comme d’habitude, Steve fit son entrée en bondissant pardessus la porte du bar, au lieu de la pousser tout simplement.

—Quoi de neuf, docteur ?

—Encore une heure à tirer, déclara Billy. Et la vraie vie reprendra son cours.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Alexiia 2013-06-02T23:16:39+02:00

Un demi pression à la main, le sourire aux lèvres, Ned Pearsall portait un toast à feu son voisin, Henry Friddle, dont la mort le mettait en joie.

Friddle avait été tué par un nain de jardin. Le malheureux avait dégringolé du toit de sa maison, pour atterrir sur le petit être au visage jovial. Le nain était en béton. Pas Henry Friddle.

Les vertèbres cervicales et le crâne brisés, Friddle était mort sur le coup.

Ce crash mortel sur un nain remontait à quatre ans déjà. Mais Pearsall célébrait encore l’événement au moins une fois par semaine.

Le seul autre client du bar, un gars de passage, était assis sur un tabouret, dans la courbe du comptoir en acajou. La haine tenace de Pearsall aiguisait sa curiosité.

— Ce voisin devait vraiment être un sale type, pour que vous soyez encore si remonté contre lui…

D’ordinaire, Pearsall aurait ignoré la remarque. Il se souciait des touristes comme des bretzels sur le comptoir.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Fiametta 2019-04-14T08:42:02+02:00

L'absence de tout épanchement de sang de la blessure indiquait deux choses : la mort avait été instantanée, et l'arrière du crâne avait dû éclater en morceaux.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Fiametta 2019-04-14T08:39:57+02:00

Napolitino, tout juste sorti de l'Ecole de police, avait déjà été promu sergent. Il était de mise soignée, l'oeil vif, l'air intelligent avec, dans le regard, l'assurance de celui qui sait qu'il sera lieutenant à vingt-cinq ans, capitaine à trente, commandant à trente-cinq et chef de la police avant quarante.

Billy aurait préféré un bon gros flic débraillé, blasé et cynique. C'était sans doute son jour de déveine, un jour à ne pas s'approcher d'une salle de casino si on ne voulait pas y laisser sa chemise.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Fiametta 2019-04-14T08:36:12+02:00

Si le psychopathe était intelligent - et nul doute qu'il l'était - la police goberait cette supercherie aussi facilement qu'une cuillère de glace à la vanille.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Fiametta 2019-04-14T08:34:34+02:00

Murs lambrissés, placards vitrés, carrelage blanc au sol agrémenté de cabochons noirs, avec un je-ne-sais-quoi qui rappelait le charme particulier des maisons des bayous de Louisiane.

Deux fenêtres, donnant sur le jardin, étaient ouvertes pour aérer la pièce. Sur l'appui de l'une d'elles, un grand oiseau noir.

Le volatile était aussi immobile que l'oeuvre d'un taxidermiste. Puis l'animal tourna la tête.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Fiametta 2019-04-14T08:31:51+02:00

Sur la toile cirée à damiers rouges et blancs, il y avait un autre verre de thé, une assiette de cerises, un ramequin débordant de pistaches et un bol à moitié rempli de baies décortiquées.

- C'est joli chez toi.

- C'est la maison de ma grand-mère. (Elle prit trois cerises dans l'assiette.) C'est elle qui m'a élevée.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Fiametta 2019-04-14T08:27:00+02:00

Le dingue avait bien préparé son coup. Il n'avait rien laissé au hasard. Il tenait à ce que tout se déroule suivant le scénario prévu.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Fiametta 2019-04-14T08:25:37+02:00

"Bourreau" n'était pas le bon terme. On ne pouvait vaincre son bourreau. Il exécutait toujours la sentence. Ennemi, adversaire étaient de termes moins implacables.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Fiametta 2019-04-14T08:24:16+02:00

Billy ne sentit pas tout de suite que le monde autour de lui venait de s'effondrer. Le grand plongeon n'avait pas encore commencé. Mais il était imminent.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode