Livres
458 486
Membres
411 889

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Le ciel de Darjeeling



Description ajoutée par LadyRomance 2019-01-21T10:13:02+01:00

Résumé

Tous les rêves mènent en Inde. Tous les mirages aussi...

Cornouailles, 1876. Après la mort de son père, Helena, 16 ans, se retrouve dans la misère. Un jour, un inconnu lui fait une offre. Aussi riche que séduisant, Ian Neville lui propose de l’épouser et d’assurer l’éducation de son jeune frère. Mais il y met une condition : qu’elle accepte de le suivre en Inde, où il gère une vaste plantation de thé au pied de l’Himalaya.

En se donnant à son mystérieux bienfaiteur, la jeune femme a conscience de faire un saut dans l’inconnu. Mais l’espoir de ne manquer de rien, le cadre de vie somptueux de Darjeeling et le charme de son époux ont raison de ses réticences.

Jusqu’au jour où, Ian étant en voyage, Helena reçoit la visite d’un homme qu’elle avait rencontré lors d’un bal en Angleterre. Leurs retrouvailles éveillent en elle des questions sur le passé de Ian, dont celui-ci n’a jamais rien voulu lui dire. Pourquoi ignore-t-elle tout de son ascendance ? Cessera-t-il un jour d’être un étranger à ses yeux ?

Un voyage initiatique et sensuel aux confins de l’Inde millénaire.

Afficher en entier

Classement en biblio - 9 lecteurs

Extrait

Extrait ajouté par LadyRomance 2019-02-02T11:13:44+01:00

- Chryso, mon enfant d'or, tu es née princesse, l'entendit chuchoté Celia tandis que le visage ridé de la femme se déplissait. Le destin t'emmènera au loin. Deux hommes - deux ennemis - se disputeront pour toi et tu découvriras le secret qui unit leurs destinées. L'un d'eux fera ton bonheur. Mais ne te laisse pas abuser par le premier regard. Les choses, souvent, ne sont pas telles qu'elles apparaissent d'abord ou telles que tu voudras les voir...

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Commentaire ajouté par Booksandtealover 2019-04-04T20:07:02+02:00

J'avoue que les histoires historiques qui me font voyager, couplée avec une romance m'enchantent à chaque lecture.

On découvre plusieurs coins de l'Inde dans un contexte de domination britannique. Les contes indiens racontés m'ont plongé dans la magie de ces histoires. La romance est parfaitement menée avec des personnages mystérieux que j'ai aimé découvrir.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Clemocien 2019-03-19T21:21:13+01:00
Or

Comme souvent, c’est d’abord la couverture du ciel de Darjeeling qui m’a attirée, puis le résumé qui m’a vraiment emballée et poussée à vouloir découvrir ce roman de Nicolas Vosseler. Je remercie Mylène des éditions de l’Archipel pour ce voyage inattendu dans l’Inde du 19e siècle.

Le gros point fort, qui est aussi, à mon sens, un point faible du ciel de Darjeeling, est qu’il semble très bien documenté et est parfois un peu trop détaillé. En effet, je me suis plongée avec curiosité dans les coutumes et l’Histoire de l’Inde telles que nous les conte l’auteure. J’ai découvert avec beaucoup d’intérêt les croyances des autochtones et leur réaction alors que l’Inde envahie par le Royaume-Uni, mais il faut avouer que l’organisation du pays, les différences de caste, les stratégies militaires ou encore les subtilités de la fabrication du thé sont tout de même très complexes. Aussi, ceci apporte par moments quelques lourdeurs/longueurs au récit.

Pour autant, les descriptions de paysages, l’intrigue et les personnages n’en demeurent pas moins captivants et c’est réellement une très bonne lecture. J’ai été complétement charmée par ces personnages forts aux destins tragiques, Ian ayant pour moi (ne me demandez pas pourquoi, ma lecture date de plus de 15 ans c'est donc totalement subjectif), des airs de Rhett Butler dans Autant en emporte le vent (la moustache peut être). Nicole Vosseler (ou sa traductrice, c’est selon) a une plume très descriptive : on arrive parfaitement à visualiser les scènes qu’elle dépeint, « comme si on y était ». Je vous avoue qu’elle m’a vraiment donné envie de découvrir les splendeurs de l’Himalaya.

Ian Neville est un personnage très ambivalent : on est irrémédiablement attiré par lui et en même temps, alors qu’on ne devrait pas cautionner certains de ses actes, on arrive presque à lui pardonner tant son charisme est fort, son mystère hypnotisant et son côté homme blessé qui ne montre pas ses émotions mais est capable de beaucoup de douceur, touchant. Il est comme sorti de nul-part, homme riche et puissant sans origines connues. Vous l’aurez sans doute compris à la lecture du résumé, on redoute quelque peu un triangle amoureux entre son épouse, Helena, lui-même et Richard Carter, un riche homme d’affaire américain. Ce dernier, fait beaucoup plus effacé que Ian dans le récit et il va sans dire que dans mon cœur le choix était évident - d'où des appréhensions et des risques de frustration. Helena est une jeune-fille qui a grandi trop tôt et qui entoure son petit frère de toute l’affection dont elle est capable. On est plus d’un fois révolté par son destin et ce qu’elle doit traverser, au même titre qu’elle fait son possible pour aller à l’encontre de ce qu’on l’oblige à subir. Elle évolue au fil du voyage vers l’Inde qui va devenir son pays de cœur. Malgré les obligations auxquelles elle est soumise, notamment pour le bien de son frère, elle arrive à reste maitre de sa vie et de ses décisions. Helena est résolument une jeune-femme moderne pour l’époque, qui monte comme un homme et pense par elle-même. L’évolution du lien qui se tisse entre Ian et elle met le lecteur à dure épreuve alors qu’à chaque progrès ce sont deux pas en arrière ; Helena souffre d’un cruel manque de confiance en elle, son caractère affirmé nous ferait presque oublier son jeune âge et les remises en question permanentes qu’elle éprouve, notamment quant à son apparence et l’image qu’elle renvoie aux autres. Ceci notamment car elle est affectée par l’attention que lui porte (ou ne lui porte pas) son mari. Mohan Tajid serviteur Indien de Ian est un homme posé, une sorte de pilier pour tous, c’est principalement lui qui nous fait découvrir son pays et il est la voix de la raison à bien des moments.

Le récit s’interrompt à un moment crucial, alors que Richard Carter ressurgit dans la vie d’Helena. Nous rentrons dans une seconde partie qui nous fait découvrir les origines d’Ian par l’intermédiaire de ses parents. Ce passage nous aide à comprendre cet homme qui a déjà su nous charmer malgré ses travers. J’ai tout autant apprécié cet intermède sur la vie de Winston Neville et sa famille, dont le destin tragique, que nous devinions, n’en est pas moins révoltant et poignant. Nous découvrons également le lien si particulier qui uni Ian et Mohan.

Finalement, le lien entre le passé et le présent va se faire, d’une manière que je n’avais pas envisagée, certaines réactions de Ian s’en trouveront expliquées et sa rencontre imprévue avec Elena dans son plan tout tracé sera peut être finalement son salut.

Au final, Le ciel de Darjeeling est un roman dépaysant, addictif, avec des personnages percutants et, malgré quelques longueur, il nous embarque sur les bords de l’Himalaya mettant parfois notre cœur à rude épreuve ; entre acceptation du passé, vengeance et peur d’aimer.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par meg59255 2019-03-08T11:13:22+01:00
Or

bonjour, Je vous invite à venir vois ma chronique complète sur mon blog.

http://beauty-and-beauty.over-blog.com/2019/03/chronique-le-ciel-de-darjeeling-nicole-vosseler.html

C'est toujours un plaisir de me plonger dans une lecture de romance historique anglaise. N'allez pas savoir pourquoi, mais j'ai toujours l'impression, quand je lis ce genre de lecture, que je me replonge toujours dans un univers très Austen. Sauf que pour ce livre, non. Ce n'est pas du tout ça.

Le premier ressenti quand on lit le livre, c'est que Nicole Vosseler, veut vraiment nous en apprendre plus sur l'Inde. Je ne sais pas si elle est fan de ce pays et de cette culture, où si elle a seulement fait des recherches pour l'écrire. Une chose est certaine à la fin de cette histoire, vous en apprenais d'avantage sur cette comté orientale. Pour le coût, il s'agit vraiment d'une romance historique qui vous en apprend sur l'histoire du pays où se déroule l'oeuvre. J'en suis tellement friande. D'autant plus que la plume de l'autrice n'est pas lourde, ni compliqué. Elle est très fluide, très descriptive et pédagogique.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Cyrlight 2019-02-20T20:32:32+01:00
Bronze

https://leslecturesdelietcyrlight.blogspot.com/2019/02/le-ciel-de-darjeeling.html

Le ciel de Darjeeling est un roman de Nicole Vosseler qui nous transporte aux côtés de l’héroïne, Helena, dans l’Inde coloniale du XIXème siècle. Fraîchement mariée à un inconnu qu’elle n’estime guère dans le but de fuir une existence malheureuse et d’assurer l’avenir de son frère, elle va peu à peu découvrir l’univers et les démons d’Ian, son époux.

Merci aux éditions L’Archipel et à Babelio pour ce partenariat lecture. Je n’avais encore jamais eu l’occasion de lire un livre qui se déroule en Inde, et je dois dire qu’à ce niveau, je n’ai pas été déçue. La plume de l’auteur est tout simplement sublime et dépeint merveilleusement ce pays dans un tourbillon de couleurs et de senteurs, qui fait qu’on s’y croirait presque.

Mais, car il y a un mais, ces descriptions, aussi réussies soient-elles, nuisent au bout d’un moment au rythme de l’histoire. En effet, il ne se passe presque rien pendant toute la première partie du roman. On découvre Helena bébé en Grèce, puis ses tourments en Angleterre, avant d’embarquer avec elle pour l’Inde aux côtés d’Ian Neville.

Certes, c’est beau, c’est dépaysant, mais c’est aussi un peu long, ces descriptions de sari, palais ou autre à n’en plus finir, ces fragments de dialogues en hindoustani qui nécessitent une traduction tout de suite derrière... On voit néanmoins que l’auteur maîtrise son sujet, qu’il s’agisse de l’Histoire avec un grand H ou même de la religion et des divinités hindoues, ce qui permet de se familiariser avec la culture locale, mais au détriment de l’intrigue qui s’enlise au milieu de tout cela.

La seconde partie, en revanche, est beaucoup plus riche en action. Son rythme est même presque excessif comparé à la lenteur des deux cent cinquante premières pages, mais au moins, il nous tient en haleine et nous transmet cette image de fuite effrénée dans laquelle les protagonistes sont engagés.

Enfin, la troisième partie est un peu décevante. Elle conclut la boucle beaucoup trop facilement à mon goût, et surtout, à cause de la prédiction du prologue, on voit survenir de loin la révélation finale. C’est trop simple, et je dois avouer que j’en suis ressortie avec une impression de « beaucoup pour pas grand-chose », face à une telle conclusion.

Évoquons à présent les personnages. J’ai beaucoup aimé Mohan, dont la force tranquille inspire à la fois la sécurité et le réconfort. Ian est lui aussi intéressant à suivre, j’ai même trouvé qu’il avait plutôt bon fond, en dépit de la noirceur qui l’habite. En revanche, je n’ai pas du tout accroché à Helena, que j’ai trouvée capricieuse à souhait et toujours prompte à accabler Ian de reproches, le plus souvent sans raison valable, étant donné qu’elle-même ne fait aucun effort vis-à-vis de lui.

Quant aux motivations des protagonistes, elles m’ont plus d’une fois laissée perplexe. Déjà, le fait que Richard décide de suivre une parfaite inconnue, mariée de surcroît, à l’autre bout du monde alors qu’il a seulement discuté avec elle pendant un bal, c’est presque trop romantique pour être crédible. Il faut croire que cette petite lionne sauvage qu’est Helena à un don particulier pour faire succomber les cœurs les plus indomptables, puisque c’est déjà ce qui s’est produit avec Ian peu avant.

Ensuite, la vengeance d’Ian... Je dois dire que je m’attendais à autre chose, ou plutôt à quelque chose de plus légitime. Personne n’est tout blanc ou tout noir dans l’histoire de Winston et Sitara, comme lui-même ne manque d’ailleurs pas d’en faire la remarque au raja, quand il lui signifie que tout le monde est plus ou moins coupable du sort de sa famille. Il en va de même pour la révolte des cipayes, où Anglais et Indiens ont tous commis des actes atroces et tué des innocents.

En conclusion, ce roman bénéficie d’une qualité d’écriture indéniable et de descriptions à couper le souffle, mais qui sont paradoxalement son principal défaut, à cause de la lenteur qu’elles insufflent au récit. Je recommande néanmoins ce roman à tous ceux qui aiment s’évader à travers les pages d’un livre, car le dépaysement est total, ou tout simplement à ceux qui souhaitent découvrir l’Inde, ses mystères, ses trésors et son Histoire.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Ridley 2019-02-19T22:58:05+01:00
Or

Quand j'ai lu le résumé de cette histoire je me suis dit qu'elle allait me plaire ! Il y avait l'air d'y avoir de la romance, un homme mystérieux... en fait rien que pour ça je voulais découvrir cette histoire ! Et puis la couverture est quand même pleine de charme !

Helena est désespérée à la mort de son père, qui lui a laissé des dettes et quasiment rien pour subvenir à ses besoins et à ceux de son petit frère. Lorsqu'un inconnu, Ian, lui propose un marché (l'épouser et venir avec lui en Inde) Helena ne peut refuser.

Elle va alors découvrir un pays et sa culture qu'elle ne connaissait pas mais aussi, et surtout, que sous la façade très froide d'Ian se cache une histoire très sombre !

Ian... j'ai eu un vrai coup de cœur pour ce personnage ! C'est un être vraiment blessé par la vie qui se cache derrière une froideur et une noirceur. En bref c'est un personnage torturés ! Et j'adore les personnages torturés.

Helena est un personnage féminin qui a vraiment beaucoup de caractère, surtout pour l'époque ! Et je suis plus qu'heureuse qu'elle soit ainsi, les héroïnes qui se laissent marcher dessus, très peu pour moi. En tout cas j'ai vraiment beaucoup aimé suivre son histoire.

Ce que j'ai aimé encore plus c'est ce qui lie Helena et Ian ensemble. Ce n'est pas un lien que l'on découvre tout de suite, et c'est vrai qu'il n'est pas non plus évident ! Mais de voir que ce sont leurs passés personnels qui les font être aussi bien ensemble est vraiment très touchant.

J'ai A-DO-RÉ ce voyage à travers le temps et le monde. J'ai découvert la fin du XIXe siècle mais aussi, et surtout, l'Inde, pays que je ne connais pas beaucoup.

Les personnages sont également un point fort de cette histoire ! Chacun ayant son petit caractère, surtout le personnage féminin qui pour l'époque est sacrément caractérielle.

Il y avait pas mal de description à tel point que (je l'avoue) j'en ai passé quelques unes... Mais justement il faut savoir passer outre ces nombreuses descriptions pour découvrir cette pépite.

On sent malgré tout une toute petite influence contemporaine. Ce n'est absolument pas négatif, j'ai vraiment aimé lire cette histoire du début à la fin ! J'ai adoré découvrir au fur et à mesure de ma lecture les histoires d'amour qui s'y cachent...

Bref une lecture, un voyage même, vraiment sympathique que je recommande vivement.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Elooh-die 2019-02-17T18:16:18+01:00
Bronze

En bref, l'histoire était plutôt agréable à lire malgré les trop nombreuses descriptions. Le dépaysement est total ce qui est un énorme plus parce que j'ai vraiment eu l'impression de voyager en Inde pour le coup. En revanche, j'ai trouvé que la fin arrivait beaucoup trop vite.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par LadyRomance 2019-02-04T11:06:36+01:00
Or

Le ciel de Darjeeling est un beau roman d'évasion et d'aventure particulièrement magnifique pour ses descriptions de l'Inde de la fin du XIXème siècle et la sensualité qui en émane.

Cela raconte l'histoire de Helena, seize ans, orpheline de mère depuis l'âge de cinq ans, qui se retrouve ruinée avec son frère de onze ans à la mort de leur père. Elle est contrainte de se marier avec un bienfaiteur, Ian Neville, un bel homme riche et ombrageux qui cache les secrets de son passé. Helena quitte alors les Cornouailles à la fin de l'année 1876 pour les Indes afin de s'occuper avec son mari de fraiche date de leur plantation de thé. Son frère croyant sa sœur heureuse de s'être mariée, est ravi de ce départ et des études qu'il entreprendra là-bas. Quelques mois plus tard, à la fin de la saison des récoltes, Helena reçoit la visite de Richard Carter tombé follement amoureux d'elle lors d'un bal la veille du départ précipité de celle-ci et son mari de l'Angleterre.

Le ciel de Darjeeling est une immersion dans l'Inde des Maharajas imprégnée de mythes et de légendes, de rituels et de traditions. Le roman évoque également le monde fascinant d'une plantation et de la cueillette du thé qui s'y déroule chaque saison. Il décrit aussi la période de rébellion, celle de l’Insurrection des cipayes contre les anglais en 1853, la première guerre d'indépendance indienne. L'autrice nous plonge dans un monde à la fois merveilleux de par ses riches décors de palais et de maison coloniale au milieu d'une nature luxuriante, de récits ancestraux tels des contes mais aussi un monde chargé de violence, d'émeutes et de massacres. Des destins tourmentés par la perte de proches, des souvenirs nostalgiques d'un passé révolu et la folie meurtrière de la vengeance...

Cependant, j'ai rencontré un problème au niveau de la structure du roman car si j'en garde un sentiment d'ensemble agréable en fonction de l'histoire générale, lors de sa lecture même ce fut un peut gâché pour moi. En effet, le récit est divisé en trois partie très inégales. La première est consacrée aux motifs du départ et à l'installation en Indes jusqu'à la saison de la cueillette du thé, se terminant avec l'arrivée de Richard Carter. Il y a peu d'action car on se trouve plutôt dans la description me demandant au fil des pages arrivée à plus de la moitié du roman où l'autrice voulait bien nous amener car j'avais l'impression qu'il ne se passait pas grand chose. Et puis, je me suis sentie déstabilisée à la seconde partie qui raconte des événements qui se sont produits plus de trente ans auparavant durant lesquels nous abandonnons tous nos personnages pour avoir affaire à d'autres. C'est la première fois que je lis un roman dans lequel l'héroïne disparaît durant 140 pages avec des personnages inconnus même si le lien se retrouve vers la fin de cette partie. Et puis, la troisième et dernière partie est très rapide. Elle se déroule en une petite trentaine de pages seulement pour un dénouement que j'ai trouvé un peu facile et pas à la hauteur des événements marquants précédents. Alors, comme je le disais plus haut, dans l'ensemble, une fois le roman terminé, le souvenir de l'histoire m'a provoqué plus d'effet qu'au moment de sa lecture qui m'a semblé longue à cause de sa structure, je pense. Il aurait été plus appréciable me concernant qu'il y ait une alternance entre les éléments de la première partie plus descriptive et la seconde plus dans l'action pour former un équilibre et un rythme qui me permettent de garder un intérêt constant pour la totalité du récit.

En résumé, la structure du roman ne m'a pas convaincu. J'aurais trouvé plus appréciable une alternance des époques pour maintenir l'intérêt et le suspense avec un récit plus rythmé entre les descriptions et l'action. Toutefois, le grand atout de ce roman est la plume de qualité de Nicole Vosseler pour nous raconter cette merveilleuse histoire de l'Inde coloniale du XIXème siècle somptueusement décrite et restituée . Le roman est d'une beauté sensuelle remarquable. J'ai eu une impression de contes des mille et une nuit pour ce voyage initiatique dans lequel le merveilleux, le divin même, vient se heurter à la dureté de l'Histoire Coloniale d'une Inde d'un autre temps entre rêve fabuleux et âpre réalité.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par JessSwann 2019-02-02T13:15:16+01:00
Or

Alors, ça faisait bien longtemps que je n'avais pas lu une aussi bonne romance historique (même si pour le coup, le terme romance est un peu restrictif). L'auteure débute son histoire en Grèce, puis nous emmène en Cornouailles pour finir en Inde. Et quelle Inde ! Grâce à l'histoire d'Helena, on découvre l'Inde du 19 eme siècle. L'auteure laisse le temps à l'histoire pour s'installer et j'ai apprécié la manière dont les relations entre Ian et Helena évoluent, ce n'est pas trop fleur bleue et leur couple prend le temps de se construire en dépit d'un dépit fulgurant. Sans trop spoiler l'histoire, même si j'ai beaucoup aimé découvrir l'Inde à travers les yeux d'Helena, ma partie préférée du roman est celle de l'histoire de Winston et Sitara qui m'a passionnée ainsi que la manière dont l'auteure l'a liée à la grande histoire (à commencer par la révolte des cipayes) . L'auteure réussit parfaitement à reconstituer l'ambiance et le décor de l'époque et on est projeté en Inde au fil des pages. Par ailleurs, le roman est très bien documenté et est riche en apports historiques et culturels.

Ce que j'aime : la plume de l'auteure qui nous immerge complétement en Inde, le travail de reconstitution historique et culturelle, l'histoire de Winston et Sitara et la relation entre Helena et Ian

Ce que j'aime moins : eh bien je dirais qu'à la fin, j'aurais aimé qu'Helena prenne le médaillon, même si je comprends le choix de l'auteure

En bref : Un excellent roman qui mêle romance et reconstitution historique

Ma note

8/10

Afficher en entier

Activité récente

Ridley le place en liste or
2019-02-19T22:53:28+01:00

Les chiffres

Lecteurs 9
Commentaires 8
Extraits 3
Evaluations 4
Note globale 8.25 / 10

Évaluations

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode