Livres
512 019
Membres
523 079

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Le ciel de Darjeeling



Description ajoutée par LadyRomance 2019-01-21T10:13:02+01:00

Résumé

Tous les rêves mènent en Inde. Tous les mirages aussi...

Cornouailles, 1876. Après la mort de son père, Helena, 16 ans, se retrouve dans la misère. Un jour, un inconnu lui fait une offre. Aussi riche que séduisant, Ian Neville lui propose de l’épouser et d’assurer l’éducation de son jeune frère. Mais il y met une condition : qu’elle accepte de le suivre en Inde, où il gère une vaste plantation de thé au pied de l’Himalaya.

En se donnant à son mystérieux bienfaiteur, la jeune femme a conscience de faire un saut dans l’inconnu. Mais l’espoir de ne manquer de rien, le cadre de vie somptueux de Darjeeling et le charme de son époux ont raison de ses réticences.

Jusqu’au jour où, Ian étant en voyage, Helena reçoit la visite d’un homme qu’elle avait rencontré lors d’un bal en Angleterre. Leurs retrouvailles éveillent en elle des questions sur le passé de Ian, dont celui-ci n’a jamais rien voulu lui dire. Pourquoi ignore-t-elle tout de son ascendance ? Cessera-t-il un jour d’être un étranger à ses yeux ?

Un voyage initiatique et sensuel aux confins de l’Inde millénaire.

Afficher en entier

Classement en biblio - 23 lecteurs

Extrait

Extrait ajouté par Cathy-72 2020-04-14T14:42:56+02:00

Le silence soudain était assourdissant, comme si le monde entier avait été immobilisé. Cela ne dura que quelques secondes, mais Helena eut l'impression que cela avait duré des heures.

Elle s'aperçut qu'Ian était à demi allongé sur elle. Ses bras la serraient si fort qu'à travers l'étoffe elle sentit la chaleur de sa peau, la fermeté de ses muscles. Elle fut envahie d'une incroyable chaleur. Quelques chose en elle se libéra qui n'avait été jusqu'ici que resserrement et contracture et qui, soudain, devint presque fluide.

Ian était si proche qu'elle distingua avec une étrange netteté la courbure sensuelle de ses lèvres sous la moustache, le petites rides sous les yeux ; elle perçut la fraîcheur et la propreté de sa chemise, l'odeur du tabac et celle, âpre, de son savon et sentit son corps dur, chaud et viril. Son regard tomba sur ma cicatrice de sa joue, au tracé irrégulier, anguleux, allant presque de l'os mollaire jusqu'au menton. Quelle que fut l'origine de cette blessure, il avait du affreusement souffrir.

Elle ne peut s'en empêcher : il lui fallut la toucher, la caresser du bout des doigts. Les larmes lui montèrent aux yeux.

On entendit des voix d'hommes hurler en hindoustani, à l'intérieur du train ainsi qu'à l'extérieur, les lourdes bottes des gardes frapper le sol devant la porte du salon, les chevaux effrayés hennir, puis il y eut des coups de feu, deux, trois, plusieurs, et des cris dans la nuit.

Ian se libéra de l'étreinte.

-Il faut que j'aille voir ce qu'il se passe.

-Non!

La main d'Helena s'agrippa à sa chemise. Peu importait ce qui s'était passé dehors : tant qu'ils étaient ensemble, ils étaient en sécurité. Elle ne supportait pas de le voir s'exposer au danger.

-Je suis heureux de te voir soudain aussi câline. Ce contretemps n'aura pas été inutile.

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Commentaire ajouté par Cathy-72 2020-04-14T13:05:47+02:00
Argent

J'ai dévoré ce roman, les personnages sont vraiment bien construits. On s'attache à eux et à cette histoire.

Le personnage ambiguë de Ian totalement envoûtant.

On nous fait réellement voyager dans un pays à une époque qui n'est pas la notre. Le travail de recherche de l'auteure est vraiment poussé.

Les descriptions parfois un peu longues coupent le récit mais nous transporte.

La deuxième partie m'a toutefois un peu coupé dans ma lecture effrénée.

Bien que très importante la mise en place de l'histoire traîne un peu en longueur. Bon soyons honnêtes c'est sans surprise qu'on découvre l'histoire et son déroulement mais c'est captivant.

C'est pour cela que je ne mets pas ce roman en liste d'or.

Mais j'ai passé un excellent moment avec cette histoire

Histoire d'amour entre Ian et Hélèna mais l'amour aussi qui s'installe petit à petit entre Hélèna et l'Inde.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Artemissia 2020-03-29T17:20:33+02:00
Or

Très sincèrement, j’ai adoré ce voyage dans l’histoire et qui m’a totalement dépaysée. J’ai également beaucoup aimé Helena malgré sa naïveté du début. C’est une héroïne qui se bat pour ses convictions et qui est loin de se laisser faire. Ian est plus « intouchable » et charismatique. On le sent calculateur. Il cache des secrets qui lui rongent l’âme et le cœur. Il s’est forgé une carapace et on se demande durant notre lecture si Helena réussira à la fendiller.

Si vous aimez les beaux romans féminins teintés de romance dans une époque historique plaisante et voyager dans un pays aussi mystérieux que dangereux, Le ciel de Darjeeling est fait pour vous, vous allez vous régaler !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par MaMt 2020-03-17T22:37:39+01:00
Argent

C'est superficiel mais la couverture m'a complétement envoûtée. Le résumé m'a intrigué. L'envie de découvrir l'Inde plus avant a été plus forte. C'est tout à fait le genre de romans que j'aime. Le ciel du Darjeeling était donc fait pour moi! Je remercie encore les éditions de l'Archipel pour la découverte de ce magnifique roman.

Helena et son petit frère Jason se retrouvent orphelins et criblés de dettes. Helena, à peine adulte, est responsable de son frère et ne sait pas comment remédier à la situation quand... débarque subitement dans sa vie _ l'homme qui va la mettre dans tous ses états _, Ian Neville, qui va lui imposer un mariage pour le bie, des deux jeunes. Au pied du mur, elle ne va avoir d'autre choix que d'accepter son offre. Très vite, ils embarquent tous pour l'Inde où Ian tient une exploitation de thé dans le Darjeeling où une toute nouvelle vie s'annonce. Aussi beau qu'insaisissable, Ian cache bien des secrets et Helena n'aura de cesse de découvrir la vérité.

Au niveau des personnages, Helena m'a bien plu dans l'ensemble. Elle a du caractère mais j'aurais voulu qu'elle en ait plus, pour encore plus de piment dans ses interactions avec Ian, que le jeu du chat et de la souris soit plus prononcé. L'atout de ce roman est sans nul doute Ian. Clairement! Il est même l'enjeu du roman! Il m'a énormément intriguée. Il a été dur à cerner, c'est un personnage ambigu avec beaucoup de secrets. Il peut être charmant, tendre, taquin mais aussi violent parfois, dur lorsque des sujets sensibles sont sur le tapis. J'avais des soupçons quant à ses secrets, à son passé et j'avais en partie raison à propos de ses origines que l'on découvre dans plusieurs chapitres en fin de roman.

Le voyage en Inde est absolument total, dingue! C'est un pays que je ne connais que trop peu alors j'ai appris tellement de choses sur ce pays, sur son Histoire, sur ce carrefour culturel, sur ses religions, sur ses populations, sur sa mythologie en général, sur ses terres, sur ses bons mais aussi mauvais côtés!

Il y a énormément de descriptions mais c'est plus que bienvenu, c'est absolument nécessaire pour un maximum de réalisme. J'avais vraiment l'impression d'être en Inde, de voir de mes propres yeux, de sentir, de toucher. Bravo à l'autrice pour avoir apporté autant de réalisme à l'histoire et puis, au vu de l'aspect historique, on sent vraiment tout le travail de recherches derrière. Franchement, ça se lit tout seul, c'est assez addictif mais je regrette quand même quelques longueurs.

En bref, j'ai beaucoup aimé ma lecture et si ce n'est pas un coup de cœur, c'est surtout dû à certaines longueurs, qui font que j'ai mis un peu de temps pour finir le roman. Avis aux fans des grandes autrices telles que Tamara McKinley, Colleen McCullough, Sarah Lark ou Anna Jacobs, Nicole Vosseler n'a rien à leur envier et ce roman vous ravira, c'est certain!

Afficher en entier
Commentaire ajouté par lecarnetdestitch 2020-03-08T15:41:36+01:00
Lu aussi

Cornouailles, en 1876, après la mort de leur père, Helen et son frère sont au bord de la ruine. Un mystérieux étranger, riche et séduisant, nommé Ian, va faire une offre à Helen : l'épouser et le suivre en Inde pour ne plus jamais manquer de rien. Direction l'Inde avec ses couleurs et ses odeurs exotiques ! Mais est-ce que Helen arrivera à voir à travers Ian autre chose qu'un étranger ? Quel lourd secret cache Ian?

Ce roman commence comme une romance banale : une jeune fille qui a tout perdu, une jeune homme énigmatique, des secrets... Autant d'éléments réunis qui font voyager vers l'Inde, un pays qui fascine et qui effraye à la fois.

Ce roman ne s'arrête pas uniquement à la romance. Il raconte tout un pan de l'histoire de l'Inde que la plupart d'entre nous ignore. On y retrouve la conquête, la domination anglaise, les rebellions sanglantes, la haine envers l'envahisseur... On assiste également au cercle vicieux de la vengeance, où le sang appelle le sang.

Ce roman nous fait voyager les yeux ouverts dans les contrées indiennes. Il nous raconte ses contrées, sa végétation, toutes les beautés comme les laideurs de ce pays, les contes, les légendes, les religions... A travers ce roman, nous découvrons toute une richesse culturelle.

Les personnages sont très bien construits avec leurs propres caractères et leurs secrets troublants. L'autrice les manie d'une main de maître dans ce contexte historique et ces paysages splendides. Les personnages sont tellement attachants, qu'on aime les suivre dans leurs aventures. On veut toujours en savoir plus !

L'écriture agréable, descriptive et maîtrisée de l'autrice rend la lecture de ce roman attrayante. On y retrouve aussi un côté poétique et émotionnel dans toutes ces horreurs. Une fois la lecture commencée, il est difficile de lâcher le roman des mains. Le suspens est très bien gardé jusqu'aux dernières pages. Ce roman est riche en surprises !

Je remercie la maison d'édition L'Archipel, et plus particulièrement Mylène, pour leur confiance dans ce partenariat et pour l'envoi de ce service de presse.

Je vous recommande vivement de découvrir ce roman.

Afficher en entier
Or

la fille du roi avait peur du lion parce que ce n'est pas dans la nature d'un lion d'aimer "

.

Voyager loin, sentir les arbres à thé, là, bas, à Darjeeling... sentir, bien avant, les embruns de la mer sur un paquebot...

"Le ciel de Darjeeling" de Nicole vosseler, et qui sort le 5 mars, m'a fait voyager de l'Angleterre à l'Inde, au cours du 19e siècle.

.

L'auteure a su mêler, avec brio, les passages de l'histoire de l'Inde avec l'histoire même du livre, ce qui rend la compréhension plus aisée et on en apprend plus sur le thé

Quand aux personnages, dès les premières pages, on sent bien qu'Helena et Ian, ce n'est pas flagrant, ce n'est pas simple. Jusqu'à ce dire "hheeuu... pourquoi?"

.

Ian, est un personnage complexe, qui souffle le froid, et 2 min plus tard, le chaud. Tout le temps. Et il est charismatique. La 2nde partie du livre est dédiée à son histoire, et là, notre chandelle est éclairée, on comprend mieux. On comprend tout.

.

En tout cas, ce fût une très belle lecture, qui fait voyager, que l'on ne peut refermer qu'une fois finit, une romance historique, mais sans fioritures ni dégoulinures de bons sentiments.

À lire

Afficher en entier
Commentaire ajouté par leboudoirdulivre 2020-03-02T17:51:55+01:00
Or

https://leboudoirdulivre.wordpress.com/2020/03/02/le-ciel-de-darjeeling-de-nicole-vosseler/

Merci à Mylène pour l’envoi de ce sublime roman. J’apprécie beaucoup ce genre de romans dans le même style qu’Anna Jacobs et Sarah Lark. Autant dire que je l’attendais avec impatience et malgré son nombre de pages, je l’ai dévoré en deux jours d’ou mon coup de cœur car quand on ne peut plus lâcher une telle histoire, il ne peut pas en être autrement.

Grèce, 13 août 1864.

Celia assiste à la prédiction d’une vieille dame à sa fille Helena. L’angoisse continue de la ronger et c’est avec regret que cette famille retourne en Angleterre.

Cornouailles, novembre 1876. La mort d’Arthur Lawrence, le père d’Helena et Jason laisse celle-ci en charge de son petit-frère, orpheline et couverte de dettes.

Ses parents dont la fuite pour se marier en Ecosse a fait scandale malgré le romanesque de la situation sont morts dans un stupide accident de voiture.

Pour assurer l’avenir de son frère, Helena, acculée se voit obligée d’accepter la demande en mariage de Ian Neville, un riche et mystérieux homme d’affaire.

Un nouveau départ pour une nouvelle vie s’offre à eux quand son mari lui annonce leur départ pour sa plantation de thé en Indes.

Helena arrivera-t-elle à percer les sombres secrets de son énigmatique mari ?

Ian abaissera-t-il les armes face à l’évidence de leur amour ?

Nicole Vosseler nous invite dans un voyage initiatique à la découverte des milles et une facette de l’Inde. Un voyage sensuel où Helena va essayer de percer les secrets entourant son mari.

Ian Neville m’a fait de suite penser à Edward Rochester de « Jane Eyre », sombre et mystérieux mais pleins de réparties. Une âme difficile à cerner qui pense que tout a un prix même l’amour.

Helena a un caractère affirmé et a une éducation assez libre. Ayant vécue loin des fastes de la haute société anglaise, elle a du répondant et ne compte pas être une femme au foyer soumise qu’on peut acheter.

Une histoire d’amour avec un soupçon de Jane Eyre dans un voyage à la découverte d’une Inde aux milles couleurs !

Le ciel de Darjeeeling nous invite dans une Inde en pleine tourmente au travers de l’histoire d’Helena et Ian, aussi tumultueuse que la mousson, aussi mystérieuse que révélatrice du destin qui unie deux personnes, deux âmes à l’image des croyances et des traditions hindoues.

Une histoire qui révèle les secrets des origines et où une seule femme permettra à Ian de trouver enfin la paix après tant d’années de haine et de vengeance.

On se laisse porter, on s’emplit de l’Inde, de son histoire, de ses castes, de ses couleurs, de ses coutumes et traditions ancestrales, de sa foi dans les divinités, au destin, à l’amour…

La découverte de ce pays qui n’a eu de cesse de subir les pires horreurs du colonialisme est entremêlé avec l’histoire d’Ian et Helena, deux âmes brisées en pleine tourmente dont l’amour va être mis à rude épreuves.

Un roman magnifique qui se dévore très rapidement de par l’intensité et la plume de l’auteur qui nous fait découvrir l’Inde des Maharajas dans toute sa magnificence.

Sous le charme de cette histoire sublimée par les descriptions de ce pays souvent conquis mais dont l’âme n’a jamais pu être achetée.

Nicole Vosseler a une plume envoûtante qui transporte et fait rêver ses lecteurs dans ce pays si mystérieux qu’est l’Inde.

Sur les traces de Sarah Lark et Anna Jacobs, « Le ciel de Darjeeling » est une invitation au voyage !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Booksandtealover 2019-04-04T20:07:02+02:00

J'avoue que les histoires historiques qui me font voyager, couplée avec une romance m'enchantent à chaque lecture.

On découvre plusieurs coins de l'Inde dans un contexte de domination britannique. Les contes indiens racontés m'ont plongé dans la magie de ces histoires. La romance est parfaitement menée avec des personnages mystérieux que j'ai aimé découvrir.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Clemocien 2019-03-19T21:21:13+01:00
Or

Comme souvent, c’est d’abord la couverture du ciel de Darjeeling qui m’a attirée, puis le résumé qui m’a vraiment emballée et poussée à vouloir découvrir ce roman de Nicolas Vosseler. Je remercie Mylène des éditions de l’Archipel pour ce voyage inattendu dans l’Inde du 19e siècle.

Le gros point fort, qui est aussi, à mon sens, un point faible du ciel de Darjeeling, est qu’il semble très bien documenté et est parfois un peu trop détaillé. En effet, je me suis plongée avec curiosité dans les coutumes et l’Histoire de l’Inde telles que nous les conte l’auteure. J’ai découvert avec beaucoup d’intérêt les croyances des autochtones et leur réaction alors que l’Inde envahie par le Royaume-Uni, mais il faut avouer que l’organisation du pays, les différences de caste, les stratégies militaires ou encore les subtilités de la fabrication du thé sont tout de même très complexes. Aussi, ceci apporte par moments quelques lourdeurs/longueurs au récit.

Pour autant, les descriptions de paysages, l’intrigue et les personnages n’en demeurent pas moins captivants et c’est réellement une très bonne lecture. J’ai été complétement charmée par ces personnages forts aux destins tragiques, Ian ayant pour moi (ne me demandez pas pourquoi, ma lecture date de plus de 15 ans c'est donc totalement subjectif), des airs de Rhett Butler dans Autant en emporte le vent (la moustache peut être). Nicole Vosseler (ou sa traductrice, c’est selon) a une plume très descriptive : on arrive parfaitement à visualiser les scènes qu’elle dépeint, « comme si on y était ». Je vous avoue qu’elle m’a vraiment donné envie de découvrir les splendeurs de l’Himalaya.

Ian Neville est un personnage très ambivalent : on est irrémédiablement attiré par lui et en même temps, alors qu’on ne devrait pas cautionner certains de ses actes, on arrive presque à lui pardonner tant son charisme est fort, son mystère hypnotisant et son côté homme blessé qui ne montre pas ses émotions mais est capable de beaucoup de douceur, touchant. Il est comme sorti de nul-part, homme riche et puissant sans origines connues. Vous l’aurez sans doute compris à la lecture du résumé, on redoute quelque peu un triangle amoureux entre son épouse, Helena, lui-même et Richard Carter, un riche homme d’affaire américain. Ce dernier, fait beaucoup plus effacé que Ian dans le récit et il va sans dire que dans mon cœur le choix était évident - d'où des appréhensions et des risques de frustration. Helena est une jeune-fille qui a grandi trop tôt et qui entoure son petit frère de toute l’affection dont elle est capable. On est plus d’un fois révolté par son destin et ce qu’elle doit traverser, au même titre qu’elle fait son possible pour aller à l’encontre de ce qu’on l’oblige à subir. Elle évolue au fil du voyage vers l’Inde qui va devenir son pays de cœur. Malgré les obligations auxquelles elle est soumise, notamment pour le bien de son frère, elle arrive à reste maitre de sa vie et de ses décisions. Helena est résolument une jeune-femme moderne pour l’époque, qui monte comme un homme et pense par elle-même. L’évolution du lien qui se tisse entre Ian et elle met le lecteur à dure épreuve alors qu’à chaque progrès ce sont deux pas en arrière ; Helena souffre d’un cruel manque de confiance en elle, son caractère affirmé nous ferait presque oublier son jeune âge et les remises en question permanentes qu’elle éprouve, notamment quant à son apparence et l’image qu’elle renvoie aux autres. Ceci notamment car elle est affectée par l’attention que lui porte (ou ne lui porte pas) son mari. Mohan Tajid serviteur Indien de Ian est un homme posé, une sorte de pilier pour tous, c’est principalement lui qui nous fait découvrir son pays et il est la voix de la raison à bien des moments.

Le récit s’interrompt à un moment crucial, alors que Richard Carter ressurgit dans la vie d’Helena. Nous rentrons dans une seconde partie qui nous fait découvrir les origines d’Ian par l’intermédiaire de ses parents. Ce passage nous aide à comprendre cet homme qui a déjà su nous charmer malgré ses travers. J’ai tout autant apprécié cet intermède sur la vie de Winston Neville et sa famille, dont le destin tragique, que nous devinions, n’en est pas moins révoltant et poignant. Nous découvrons également le lien si particulier qui uni Ian et Mohan.

Finalement, le lien entre le passé et le présent va se faire, d’une manière que je n’avais pas envisagée, certaines réactions de Ian s’en trouveront expliquées et sa rencontre imprévue avec Elena dans son plan tout tracé sera peut être finalement son salut.

Au final, Le ciel de Darjeeling est un roman dépaysant, addictif, avec des personnages percutants et, malgré quelques longueur, il nous embarque sur les bords de l’Himalaya mettant parfois notre cœur à rude épreuve ; entre acceptation du passé, vengeance et peur d’aimer.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par meg59255 2019-03-08T11:13:22+01:00
Or

bonjour, Je vous invite à venir vois ma chronique complète sur mon blog.

http://beauty-and-beauty.over-blog.com/2019/03/chronique-le-ciel-de-darjeeling-nicole-vosseler.html

C'est toujours un plaisir de me plonger dans une lecture de romance historique anglaise. N'allez pas savoir pourquoi, mais j'ai toujours l'impression, quand je lis ce genre de lecture, que je me replonge toujours dans un univers très Austen. Sauf que pour ce livre, non. Ce n'est pas du tout ça.

Le premier ressenti quand on lit le livre, c'est que Nicole Vosseler, veut vraiment nous en apprendre plus sur l'Inde. Je ne sais pas si elle est fan de ce pays et de cette culture, où si elle a seulement fait des recherches pour l'écrire. Une chose est certaine à la fin de cette histoire, vous en apprenais d'avantage sur cette comté orientale. Pour le coût, il s'agit vraiment d'une romance historique qui vous en apprend sur l'histoire du pays où se déroule l'oeuvre. J'en suis tellement friande. D'autant plus que la plume de l'autrice n'est pas lourde, ni compliqué. Elle est très fluide, très descriptive et pédagogique.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Cyrlight 2019-02-20T20:32:32+01:00
Bronze

https://leslecturesdecyrlight.home.blog/2019/08/19/le-ciel-de-darjeeling-nicole-vosseler/

Le ciel de Darjeeling est un roman de Nicole Vosseler qui nous transporte aux côtés de l’héroïne, Helena, dans l’Inde coloniale du XIXème siècle. Fraîchement mariée à un inconnu qu’elle n’estime guère dans le but de fuir une existence malheureuse et d’assurer l’avenir de son frère, elle va peu à peu découvrir l’univers et les démons d’Ian, son époux.

Merci aux éditions L’Archipel et à Babelio pour ce partenariat lecture. Je n’avais encore jamais eu l’occasion de lire un livre qui se déroule en Inde, et je dois dire qu’à ce niveau, je n’ai pas été déçue. La plume de l’auteur est tout simplement sublime et dépeint merveilleusement ce pays dans un tourbillon de couleurs et de senteurs, qui fait qu’on s’y croirait presque.

Mais, car il y a un mais, ces descriptions, aussi réussies soient-elles, nuisent au bout d’un moment au rythme de l’histoire. En effet, il ne se passe presque rien pendant toute la première partie du roman. On découvre Helena bébé en Grèce, puis ses tourments en Angleterre, avant d’embarquer avec elle pour l’Inde aux côtés d’Ian Neville.

Certes, c’est beau, c’est dépaysant, mais c’est aussi un peu long, ces descriptions de sari, palais ou autre à n’en plus finir, ces fragments de dialogues en hindoustani qui nécessitent une traduction tout de suite derrière... On voit néanmoins que l’auteur maîtrise son sujet, qu’il s’agisse de l’Histoire avec un grand H ou même de la religion et des divinités hindoues, ce qui permet de se familiariser avec la culture locale, mais au détriment de l’intrigue qui s’enlise au milieu de tout cela.

La seconde partie, en revanche, est beaucoup plus riche en action. Son rythme est même presque excessif comparé à la lenteur des deux cent cinquante premières pages, mais au moins, il nous tient en haleine et nous transmet cette image de fuite effrénée dans laquelle les protagonistes sont engagés.

Enfin, la troisième partie est un peu décevante. Elle conclut la boucle beaucoup trop facilement à mon goût, et surtout, à cause de la prédiction du prologue, on voit survenir de loin la révélation finale. C’est trop simple, et je dois avouer que j’en suis ressortie avec une impression de « beaucoup pour pas grand-chose », face à une telle conclusion.

Évoquons à présent les personnages. J’ai beaucoup aimé Mohan, dont la force tranquille inspire à la fois la sécurité et le réconfort. Ian est lui aussi intéressant à suivre, j’ai même trouvé qu’il avait plutôt bon fond, en dépit de la noirceur qui l’habite. En revanche, je n’ai pas du tout accroché à Helena, que j’ai trouvée capricieuse à souhait et toujours prompte à accabler Ian de reproches, le plus souvent sans raison valable, étant donné qu’elle-même ne fait aucun effort vis-à-vis de lui.

Quant aux motivations des protagonistes, elles m’ont plus d’une fois laissée perplexe. Déjà, le fait que Richard décide de suivre une parfaite inconnue, mariée de surcroît, à l’autre bout du monde alors qu’il a seulement discuté avec elle pendant un bal, c’est presque trop romantique pour être crédible. Il faut croire que cette petite lionne sauvage qu’est Helena à un don particulier pour faire succomber les cœurs les plus indomptables, puisque c’est déjà ce qui s’est produit avec Ian peu avant.

Ensuite, la vengeance d’Ian... Je dois dire que je m’attendais à autre chose, ou plutôt à quelque chose de plus légitime. Personne n’est tout blanc ou tout noir dans l’histoire de Winston et Sitara, comme lui-même ne manque d’ailleurs pas d’en faire la remarque au raja, quand il lui signifie que tout le monde est plus ou moins coupable du sort de sa famille. Il en va de même pour la révolte des cipayes, où Anglais et Indiens ont tous commis des actes atroces et tué des innocents.

En conclusion, ce roman bénéficie d’une qualité d’écriture indéniable et de descriptions à couper le souffle, mais qui sont paradoxalement son principal défaut, à cause de la lenteur qu’elles insufflent au récit. Je recommande néanmoins ce roman à tous ceux qui aiment s’évader à travers les pages d’un livre, car le dépaysement est total, ou tout simplement à ceux qui souhaitent découvrir l’Inde, ses mystères, ses trésors et son Histoire.

Afficher en entier

Activité récente

Évaluations

Editeurs

Les chiffres

Lecteurs 23
Commentaires 14
Extraits 6
Evaluations 15
Note globale 8.13 / 10

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode