Livres
535 088
Membres
560 943

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

- Je suis tout proche.

- Du précipice ?

- De lui.

- Il y a une différence ?

Afficher en entier

My father was there.

Sometimes, he was a wolf. White with black on his chest and back.

Other times, he was a man, a breakable man who watched me with knowing eyes.

He tried to speak to me. He said, “Carter, I know—”

“Shut up, shut up, shut up,” I chanted, my hands over my ears. “You’re not real, you’re not real, you’re dead, you died, you let him take you, you let him hurt you, why why why, did you do it? Why did you—”

When I opened my eyes again, he was further away from me, standing on the other side of the clearing.

I ran toward him.

I only made it half-way before I smashed into an unseen barrier. My breath was knocked from my chest as my nose broke and blood poured down onto my lips. I swallowed it down, relishing in the taste as my father watched.

“Tethers,” he said. “It all comes back to tethers.”

I screamed for him. I begged him to save me, to love me, to choose me.

And he looked away.

I smashed my hands against the barrier, knowing my eyes were Omega violet. I didn’t care. All that mattered was he’d known this could happen, he’d known what his former witch was capable of, and even though he was nothing but a ghost made of swirling motes of dust, I wanted to wrap my hands around his throat and choke the life out of him.

He said, “You are more than this.”

I said, “It was always Joe, wasn’t it? He was your favorite. We were your firstborn, but when Joe came, nothing else mattered.”

He said, “You can beat this. Remember who you are.”

I said, “I wanted you to love me as much as you loved him. I wanted you to believe in me as much as you did him. Why wasn’t I enough?”

He said, “This isn’t you. This isn’t you, Carter. There is something inside you, something rotten, and if you don’t fight this, if you don’t rise above it, you will be lost.”

I said, “Pack pack pack. You put the pack above everything else. Pack and Joe. Pack and Joe. Mom didn’t want it. Gordo didn’t want you to leave him behind. Mark didn’t want to be taken from his mate. And then there was Ox. He was a child. He didn’t know what you were asking of him, what you made him into. How could you do that to him? How could you let it happen? His mother died because of you. Because of your war. How could you look him in the eyes? How could you even breathe knowing what you’d done? You’re a monster. A beast. You’re no better than Richard Collins. Or Elijah. Or Robert Livingstone. When Joe was taken, you moved heaven and earth to get to him. But where are you now? Why aren’t you here to save me?”

http://www.tjklunebooks.com/new-blog/2019/6/2/brothersong-reveal

Afficher en entier

Il chassa mes mains et se renfrogna.

— Je sais.

— Et fais attention à tes yeux.

— Je sais.

— Et…

— Carter.

Je soupirai.

— Juste… si tu as besoin de moi, tu m’appelles, d’accord ? Quoi qu’il arrive. J’arriverai en courant.

Il plissa les yeux dans ma direction.

— Prends un pick-up. Plus rapide.

Jessie toussa, et cela ressemblait vicieusement à un rire.

— Peu importe, murmurai-je. Vas-y. Fiche le camp d’ici. Je serai là quand tu reviendras.

Afficher en entier

— Nous sommes frères, dit-il. Et personne ne sera jamais capable de nous enlever ça. Carter, ne vois-tu pas ? Nous t’avons trouvé. Nous t’avons trouvé.

Ils me maintinrent debout tandis que mes genoux cédaient, et je sus que quoi qu’il arrive ensuite, je ne serais pas seul.

Afficher en entier

Respirer me faisait mal.

— Je sais que tu vas être furieux. Mais j’espère que tu comprends, du moins, un peu.

Je regardai à nouveau l’écran.

— Parce que j’ai ce trou dans mon cœur. Ce néant. Et je sais pourquoi. C’est à cause de lui.

Partir. Avec toi. J’irai. Avec toi. Ne. Les. Touche pas.

— Je dois le trouver, Kelly. Je dois le trouver, parce que je pense que, sans lui, il y aura toujours une partie de moi qui aura l’impression d’être incomplète. J’aurais dû t’écouter davantage lorsque Robbie a disparu. J’aurais dû me battre plus dur. Je ne comprenais pas à ce moment-là. Aujourd’hui, je comprends, et je suis désolé. Je suis tellement désolé. Peut-être qu’il ne voudra rien avoir à faire avec moi. Peut-être qu’il…

Non. T’en mêle. Pas. Veux pas. Ça. Veux pas. Meute. Veux pas. Frère. Veux pas. Toi. Enfant. Tu es. Un enfant. Je suis pas. Comme toi. Je suis pas. Meute.

— Je dois essayer, plaidai-je. Et je sais que Ox, Joe et tous les autres le cherchent, les cherchent tous les deux, mais ce n’est pas suffisant. Il nous a sauvés, Kelly. Je le vois aujourd’hui. Il nous a tous sauvés. Et je dois faire pareil pour lui. Je le dois.

Afficher en entier

Je trouvai les liens en moi, brillants, et vivants, et forts.

Pouvais-je le faire ?

Je découvris que oui.

Les trancher fut plus facile que je m’y étais attendu. Du moins, au début. Ce ne fut qu’à la fin que j’ouvris la portière du pick-up et vomis sur le sol, mon visage couvert de sueur.

J’eus un haut-le-cœur lorsque les liens disparurent. 

Afficher en entier

- Tu es mon compagnon. Et si tu ne le veux pas, j'apprendrai à vivre avec. J'irai de l'avant. Trouverai quelqu'un d'autre. Mais même si ça arrive, je ne t'abandonnerai pas. La meute n'abandonne personne. Et peu importe ce que nous serons l'un pour l'autre, nous serons toujours une meute. Tu étais à lui au début. Mais tu es à nous maintenant. Rien ne le changera jamais.

Afficher en entier

— Je peux y arriver, répliquai-je, détestant à quel point je semblais sur la défensive.

— Je sais. Et il a de la chance d’avoir quelqu’un comme toi. Sois juste doux pour certains trucs.

Je le regardai en plissant les yeux.

— Doux ? Doux pour quoi ?

Il soupira.

— Oh bon sang.

— Quels trucs ? Kelly ? Kelly !

Mais il m’ignora et contourna le véhicule jusqu’au siège conducteur.

Afficher en entier

— La leur était une histoire de pères et de fils, reprit la femme.

Et j’eus l’impression de flotter.

— Mais la vôtre. La vôtre est une histoire de frères. Et pourtant, vous avez payé encore et encore pour les péchés de vos pères. Quand cela prendra-t-il fin ?

Afficher en entier

Je regardai dans sa direction. Elle essayait de ne pas rire. Je haussai un sourcil, ne sachant pas trop si je voulais vraiment savoir. — Pantalon, dit-elle. Pas vraiment fan.

Je gémis.

— Il ne peut pas être nu en public.

— Je ne le suis pas, lança-t-il, l’air extraordinairement en rogne. Il passa les portes battantes. Je me mis à m’étrangler quand je vis sa tenue. Oh, le jean était bien, les revers retroussés autour de ses chevilles. Il portait des tongs bon marché. Mais c’était son tee-shirt qui faillit me faire tomber du box.

Il était rose.

Et avait des strass sur le devant, formant le mot DIVA.

— Bon sang, soufflai-je faiblement. Il baissa les yeux sur lui en fronçant les sourcils.

— Quoi ?

— Je ne pense pas que ce soit le bon tee-shirt, réussis-je à dire.

Il me lança un regard noir.

— Pourquoi ? Ça brille.

Il toucha du doigt les strass sur son torse.

— J’aime quand ça brille.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode