Livres
540 223
Membres
570 524

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Nouvel extrait :

- A ta place, je tournerais la langue sept fois avant de parler, répliqua-t-il, une pointe d'espièglerie dans les yeux.

- Dans ta bouche ou la mienne?

Il se redressa et haussa un sourcil, l'air surpris.

- Isabella, serais-tu en train de me faire du charme?

Celle-ci poussa un long soupire théâtral.

- Pas très subtil, hein?

Afficher en entier

- Alors, ta réponse?

- Tu m'as posé une question?

- Je crois t'avoir demandé de m'épouser.

- Ah... Eh bien, je ne me souviens pas t'avoir vue t'agenouiller, objecta-t-il.

- Ecoute, je suis une femme moderne, mais là ça va trop loin. Et après quoi? Tu vas exiger une bague en diamant?

-En fait, je préfère less émeraudes, gloussa-t-il.

Afficher en entier

- Petit fleur, regretteras-tu un jour de m'avoir rncontré, lui demanda-t-il tout bas.

- Oui, répondit-elle sans ambages.

- Je vois, dit-il d'une voix crispée.

- Tu veux une date précise?

- Tu es en train de me taquiner, comprit-il soudain.

- Non, je suis très sérieuse. J'ai une date bien précise en tête.

Jacob recula pour la regarder dans les yeux, et arbora un air perplexe devant la lueur malicieuse qui illuminait ses pupilles.

- Quelle est cette date? Et pourquoi penses-tu à des éléphants roses?

- C'est le 8 septembre, parce que d'après Gideon, ce sera le jour de mon accouchement. Ca peut encore changer, car avec la combinaison d'ADN de druide, d'humain et de démon la destation risque de durer plus de neuf mois, comme me l'a expliqué l'Ancien. Et à ma connaissance, quand les contraction commencent, les femmes regrettent tooujours d'avoir laissé un homme les touchées.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Klava 2013-04-10T00:18:26+02:00

"Jacob avait bien porté sa bien-aimée à travers les bois, mais en la faisant basculer par-dessus son épaule, exposant sans remords son arrière-train.

Elijah manqua de s'étouffer de rire, et Legna laissa échapper un soupir horrifié. Noah empêcha sa sœur d'intervenir.

-Ne t'en mêle pas, Legna. Qu'attendais-tu de ces deux-là?

-Ça t'apprendra, petite allumeuse.

-Jacob,je t'en prie! C'est humiliant!

-Et me retrouver devant l'autel complètement excité ne m'aurais pas embarrassé, peut-être?

-J'ai dit que j'étais désolée!

-Avant ou après les striptease mental que tu m'as retransmis?"

Afficher en entier

- C'est tellement facile pour toi de me faire perdre la tête et d'attiser mon désir. Si tu continues à m’exciter comme ça, tu seras toute rouge et en sueur quand on arrivera devant l'autel, et nos invités n'auront pas à faire intrusion dans nos esprits pour en deviner la cause.

- Je suis désolé, tu as raison.

Elle se détourna de son cou.

Jacob reprit sa marche rituelle avant de s'interrompre de nouveau au bout de trente seconde.

- Bella... l'avertit-il sur un ton menaçant.

- Pardon! L'idée ma effleuré l'esprit, c'est tout!

Afficher en entier

- Qu'y a-t-il, petite fleur?

Elle reposa les yeux sur Jacob, et se mordilla la lèvre inférieure avec anxiété.

- Jacob, d'après la prophétie, toi et moi aurons un enfant un jour.

Le démon se figea, le souffle coupé, tandis qu'une inexplicable sensation de peur l'envahissait.

- Cela de perturbe? s'enquit-il l'air le plus détaché possible.

Isabella se demanda s'il se rendait compte à quel point son esprit était pénétrable à cet instant précis. Parfois, Jacob semblait oublier qu'il ne quittait jamais vraiment ses pensées. L'idée qu'elle ne désire pas avoir d'enfants avec lui le terrifiait presque.

- Franchement, oui, commença-t-elle, baissant la tête afin de cacher son sourire.

- Je vois.

- Tant mieux. C'est impensable, et je compte sur toi pour remédier à la question.

Jacob ne pouvait parler. Il sentit son coeur se serrer douloureusement dans sa poitrine.

Puis, elle se retournaa, les yeux pétillants de malice.

- Au fait, comment se marient les démons?

Jacob respira enfin, la gamme d'émotions qui le traversait se reflétait sur son visage.

- Isabella..., dit-il, d'une voix lourde de reproches. Isabella Russ, serais-tu en train de te moquer de moi?

- Comment? Mais non, Jacob! s'offusqua-t-elle avec innocence. Je te demandais de faire de moi une honnête femme. Si tu imagines que c'est une blague, je pense qu'il est temps que je rentre chez moi.

Elle fit mine de se lever, mais il la retint et la rejeta sur le lit avant de se pencher sur elle, l'air menaçant.

- Tu mérites une bonne correction, siffla-t-il en la secouant par les épaules. Tu prends plaisir à me torturer!

Afficher en entier

Bella éclata en sanglots. Elle semblait si désespérée que Jacob tomba à genoux et la serra tout contre lui.

(...)

- J'ai... J'ai oublié, hoqueta-t-elle lamentablement avant de tressaillir. C'est stupide. J'ai oublié que quand on les tue... ils explosent! Oh, Jacob! Jacob! Mes cheveux sont brûlés! gémit-elle d'une voix pathétique.

Afficher en entier

Jacob étouffa un juron, passant la main dans ses cheveux tandis qu'il s'avançait vers Bella tel un cerbère.

- Ne laisse jamais, ordonna-t-il le souffle court, un autre homme te toucher sans d'abord me prévenir. Mieux encore, ne laisse jamais un autre homme te toucher.

- Jacob, ne sois pas ridicule, le tança-t-elle.

- Obéis-moi pour une fois, Bella.

Afficher en entier

- J'aurais dû m'en rendre compte. C'était mon corps, mes réfllexions. Pourquoi n'ai-je pas fait le lien? Oh, Seigneur! Quand je pense à ce qui aurait pu arriver... à ce qui est arrivé...

- Depuis plus de mille ans, cela a été le lot de tous les néophytes doués de talents extraordinaires, que ce soit parmis les démons oou chez les autres espèces de Nocturnes. Ni Legna, ni Noah, ni personne ne te tient pour responsable de ce qu'aucun de nous n'aurait pu prévoir. Tu n'imagines pas le nombre de fois où Noah a perdu son sang-froid étant jeune et mis le feu à la maison de ses parents... (Il secoua la tête.) Bon sang, Bella, la première fois que je me suis transformé, il m'a fallu une semaine pour comprendre comment reprendre mon apparence normale.

Cette confidence lui arracha un petit rire.

- Ah, voilà qui est mieux. Demande-moi sur quel animal s'&tait porté mon choix.

- Je ne préfère pas...

- Un cochon. Mais pas n'importe lequel, bien sûr, poursuivit-il, tandis que la jeune femme éclatait de rire. Un immense phacochère, féroce, la bave aux lèvres. J'en avais apperçu un au zoo, et paf... (Bella se retint de pouffer.) Pendant des années, mon père a adoré raconter à tout le monde comment il a dû extirper son propre fils du zoo. J'en étais si contrarié, paraît-il, que j'ai couiné tout le long du trajet. Comme c'était un démon de matière, il n'étais pas en mesure de me transformer en une créature moins voyante. Il ne m'a jamais lâché avec ça. Tu imagines? On te rappelle pendant des siècles le moment le plus humiliant de toute ta vie.

(...)

- Bien sûr, je crois que Legna nous a tous battus à ce petit jeu. Vois-tu, quand les démons de l'esprit se téléportent, ils doivent penser à téléporter aussi leurs vêtements.

- Oh non...

- Oh si. Une cérémonie fastueuse a lieu tous les dix ans pour l'anniversaire du sacre de Noah, et tout le monde y assiste, même les plus solitaires d'entre nous. Legna avait seize ans, et était en retard comme tout adolescent qui se respecte. Elle a fait irruption dans la pièce, et avant, vu son jeune âge, elle était dix fois moins discrète qu'aujourd'hui. Toute l'attention s'est portée sur elle. Elle est devenue écarlate! Je ne savais même pas qu'on pouvait rougir à ces endroits-là. c'était un moment fort enrichissant.

- Tu m'étonnes! s'esclaffa Isabella, et son visage rosit de compassion. La pauvre!

- Noah a réagis très vite et l'a enveloppée d'un épais écran de fumée pour la soustraire à une multitude d'yeux ébahis. On ne plaisante pas avec ça, cela dit. Noah a même édicté une loi nous l'interdisant. C'était le seul moyen pour qu'elle accepte de se montrer de nouveau en public. Je risque gros en te racontant ceci. Si tu pouffesen la voyant, petite fleur, c'en est fini de moi. Alors, je t'en prie...

Afficher en entier

- oh, jacob, soupira t elle avant de l'embrasser avec avidité. comment ai- je fait pour avoir une chance pareille?

- eh bien pour autant que je me souvienne.... tu as eu le malheur de tomber d'une fenetre.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode