Livres
528 833
Membres
549 061

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par sanhou 2019-11-01T00:28:50+01:00

– Qu’est-ce que t’as fait à ma cousine ?!

– Comment ça, qu’est-ce que j’ai fait à ta cousine ? Tu veux que je te dessine un croquis ?

– Non, ça va, j’ai une vague idée… quoique, franchement, dans le cas présent, je serais curieuse, m’agacé-je. Comment t’as fait pour la mettre dans cet état-là ? Elle vient de me virer de chez elle après m'avoir hurlé dessus, clamant au passage qu’on aurait couché ensemble et que tu étais le pire des connards. Ce que je n’ai pas trop de mal à croire.

Plutôt que de répondre, Ethan me regarde avec l’air de ne rien comprendre mais de trouver la situation presque distrayante. Ce qui devrait m’énerver au plus haut point, sauf qu’entre la fatigue et le fait qu’il soit présentement torse nu, je n’ai pas vraiment les idées claires…

Je n’arriverai jamais à m’habituer à sa gueule de dieu grec, contrairement à ce qu’en dit Kristen, c’est affligeant.

– Écoute, si elle pète un plomb parce que je ne partage pas mon lit avec les femmes avec qui je couche, et qu’elle a supposé qu’on avait déjà couché ensemble – ce qui n’aurait pas été la première fois, je n’ai rien contre les cousines – c’est son problème. Au fond, je suis sûr que t’es d’accord avec moi : ça ne vaut pas le coup de s’énerver. Du coup, je ne comprends pas, t’es venue jusqu'ici sous la pluie au milieu de la nuit pour me faire la morale ?

– Non, pour que tu me loges, petit con, balancé-je.

Je laisse tomber mon sac à terre dans un geste emphatique. Ce qui fonctionne et le déstabilise une seconde.

– Je ne fais pas foyer pour jeunes filles en détresse, chérie.

– Ne m’appelle pas chérie ! Et si je suis à la rue, c’est à cause de toi.

Nous restons un temps silencieux, lui beau et sceptique, moi fatiguée et rongeant mon frein. Puis j’en rajoute une couche.

– Mais sinon, vas-y, mets-moi dehors, proposé-je en écartant grand les bras. Je pèse quarante-huit kilos, ça ne devrait pas être difficile.

La lueur amusée mais quelque peu décontenancée qui danse dans ses yeux me fait comprendre que je suis en train de gagner la partie.

– Très bien. Je t’en prie, il y a une place dans mon lit.

Afficher en entier

Chapitre 6 : Le volcan

Lola

«… T’es quand même pas le mec le plus rapide au monde…

Au lieu de s’offusquer, Ethan affiche un demi-sourire aussi adorable qu’exaspérant.

– Écoute, si elle pète un plomb parce que je ne partage pas mon lit avec les femmes avec qui je couche, et qu’elle a supposé qu’on avait déjà couché ensemble – ce qui n’aurait pas été la première fois, je n’ai rien contre les cousines – c’est son problème. Au fond, je suis sûr que t’es d’accord avec moi : ça ne vaut pas le coup de s’énerver. Du coup, je ne comprends pas, t’es venue jusqu’ici sous la pluie au milieu de la nuit pour me faire la morale ?

– Non, pour que tu me loges, petit con, balancé-je.

Je laisse tomber mon sac à terre dans un geste emphatique. Ce qui fonctionne et le déstabilise une seconde.

– Je ne fais pas foyer pour jeunes filles en détresse, chérie.

– Ne m’appelle pas chérie ! Et si je suis à la rue, c’est à cause de toi. Si tu n’avais pas des principes à deux balles concernant qui dort ou pas avec toi et que tu avais eu la décence de ne pas balancer le soutien-gorge de sa meilleure amie à la figure de ta dernière conquête, on n’en serait pas là !

Nous restons un temps silencieux, lui beau et sceptique, moi fatiguée et rongeant mon frein. Puis j’en rajoute une couche.

– Mais sinon, vas-y, mets-moi dehors, proposé-je en écartant grand les bras. Je pèse quarante-huit kilos, ça ne devrait pas être difficile.

La lueur amusée mais quelque peu décontenancée qui danse dans ses yeux me fait comprendre que je suis en train de gagner la partie.

– Très bien. Je t’en prie, il y a une place dans mon lit, me dit-il alors.

Il accompagne sa fausse proposition d’un bras tendu vers sa chambre, comme pour répondre à ma provocation.

– J’imagine qu’ils ne s’ouvrent pas, tes canapés ? tenté-je.

– C’est des sofas Mies van der Rohe, pas des clic-clac Ikea, se désespère-t-il. Mais tu peux aller te coucher dans le lit de Mike ou de Kristen, ça leur fera une bonne surprise quand ils rentreront.

– Non, ça me va très bien, un bout de ton lit…Cette fois, Ethan est vraiment déstabilisé, chose qui ne doit pas lui arriver souvent. Il me regarde sans comprendre. Il ne s’attendait visiblement pas à ce que j’insiste pour rester, encore moins à ce que j’accepte réellement de dormir dans son lit.

– Je sais pertinemment que t’es un connard de base, pas un violeur, balancé-je comme pour me justifier.

Ma réplique lui arrache finalement un demi-sourire...»

Afficher en entier

Chapitre 2 : What’s next ?

Lola

«…

– T’es à l’heure. Les jolis minois ont tendance à être en retard… me lance-t-il en guise d’introduction.

– Oui, c’est vrai. Et les arrogants empreints de clichés misogynes ont tendance à être moins intelligents qu’ils ne le prétendent, rétorqué-je.

Cette fois-ci, il est franchement étonné. Et moi, je ne suis pas sûre de regretter ma réponse. OK, c’est lui qui m’embauche, et je le connais depuis moins de vingt-quatre heures, mais faut pas pousser, ce n’est pas interdit, la politesse de base. Sa surprise se transforme cependant en amusement.

– Tu n’as pas tort sur ce point… Bienvenue. Au pays des incompétents en manque d’inspiration, ajoute-t-il, las....»

Afficher en entier

– Vous vouliez me voir…

Ah, si…

– Arrête ça, Frenchy, on dirait un porno soft des années quatre-vingt. Lola rigole.

– Plus sérieusement, annoncé-je pour couper court. Tu veux du boulot dans la photo ? En vrai, il y en a plein. Du moins, si tu sais où chercher et une fois que t’as évincé les wannabe photographes qui n’ont pas grand-chose d’autre qu’un appareil hors de prix et de l’arrogance. Et c’est bien ça le problème : il te manque un peu du second. Faut que t’apprennes à te vendre, c’est tout.

– Si ça veut dire enlever un bouton de ma chemise, tu peux te trouver un nouveau projet, se pique-t-elle.

– À vendre tes photos, Lola, me désespéré-je. Tu n’as pas besoin d’enlever quoi que ce soit pour être déjà beaucoup trop séduisante…

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode