Livres
523 639
Membres
541 414

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Le Crépuscule d'une idole, l'affabulation freudienne



Description ajoutée par MiLn 2015-04-13T18:29:03+02:00

Résumé

Michel Onfray, cohérent avec lui-même, s'en prend ici à une religion qui, bien plus que les monothéismes qu'il pourfendait dans son Traité d'athéologie, semble avoir encore de beaux jours devant elle. Cette religion, c'est la psychanalyse - et, plus particulièrement, le freudisme. Son idée est simple, radicale, brutale : Freud a voulu bâtir une « science », et il n'y est pas parvenu; il a voulu « prouver » que l'inconscient avait ses lois, sa logique intrinséque, ses protocoles expérimentaux - mais, hélas, il a un peu (beaucoup ?) menti pour se parer des emblèmes de la scientificité. Cela méritait bien une contre-expertise. Tel est l'objet de ce travail. Avec rigueur, avec une patience d'archiviste, Michel Onfray a donc repris, depuis le début, les textes sacrés de cette nouvelle église. Et, sans redouter l'opprobre qu'il suscitera, les confronte aux témoignages, aux contradictions, aux correspondances. A l'arrivée, le bilan est terrible : la psychanalyse, selon Onfray, ne serait qu'une dépendance de la psychologie, de la littérature, de la philosophie - mais, en aucun cas, la science « dure » à laquelle aspirait son fondateur. On sera, devant une telle somme, un peu médusé : Freud n'en ressort pas à son avantage. Et encore moins sa postérité qui aura beau jeu de prétendre que si Michel Onfray conteste si violemment la religiosité en vogue chez les archéologues de l'inconscient, ce serait précisément parce qu'il craindrait de contempler le sien. Une « ouverture » biographique, semblable à celle qui précède chacun de ces essais, devance cette objection en racontant comment et pourquoi Michel Onfray a découvert - en vain - cette « science de l'âme » qui n'en est pas une.

Afficher en entier

Classement en biblio - 41 lecteurs

Extrait

... Freud crée l'inconscient en prononçant son nom... Cette magie de la création d'un monde par le seul fait de son énonciation définit la méthode de Freud : il dit, et les choses sont.

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

En train de lire

Ne connaissant pas Kant, Nietzsche ni Schopenhauer au début de cette lecture, et ayant très envie de comprendre ce livre sur Freud dont j'ignorais tout, j'ai dû faire beaucoup d'effort de recherche afin de comprendre certains passages contenant des considérations philosophiques. Mon a priori originel sur Freud, - après avoir lu un seul de ses livres - était que tout tournait trop autour de son membre viril. J'ai été rassurée de retrouver cet avis partagé dans l'ouvrage de Michel Onfray; mais plus que ce sentiment de partage d'opinion, ces analyses ont éveillé en moi beaucoup d'émotion, à commencer par la préface: comment un professeur de philosophie a pu être dupé sur l'origine, le contexte et la valeur du contenu de ses enseignements ?

Je suis reconnaissante à l'auteur d'avoir éveillé une curiosité suffisante pour partir à la découverte des philosophes "quasi-contemporains"; je partage aussi le sentiment d'indignation sur l'erreur de diagnostic d'Emma Eckstein. Mais je m'efforce de pardonner à ce médecin, qui après tout, en tant qu'être humain, reste imparfait. Bien que je n'aie pas encore terminé à ce jour la lecture de la quatrième partie, il me semble qu'il manque la dimension de l'aura de Freud, et de sa persévérance dans la transmission de son point de vue. Même s'il était ambitieux et pervers, il a réussi à être écouté par d'autres confrères à un moment de sa vie; on peut donc se réjouir que ce débat sur la meilleure manière de traiter les maladies mentales ait eu lieu. Peut-être que sans ce recul par rapport aux autres approches de l'époque, les causes des maladies mentales seraient-elles restées exclusivement biologiques - et alors, me direz-vous ? On aurait peut-être guéri l'autisme plus tôt ?

Afficher en entier
Or

Un livre passionnant qui démontre point par point que la psychanalyse est une doctrine philosophique qui nous en apprend davantage sur les névroses de son auteur, Freud, que sur la nature humaine en elle-même. Cependant, un petit bémol dans cet ouvrage car Michel Onfray a un style parfois redondant, complexe, et qui nécessite de solides connaissances en philosophie pour comprendre certains de ses développements. J'ai malheureusement été contrainte parfois de sauter quelques pages qui m'étaient incompréhensibles... Globalement, je conseille la lecture de cet ouvrage passionnant et sourcé !

Afficher en entier
Or

Certains travaillent à leur propre légende, celle-ci est ensuite transportée et transmise sans même jamais être remise en perspective avec les faits. Michel Onfray remet les pendules à l'heure afin que l'on puisse en notre âme et conscience se faire notre propre idée, sur ces quelques aspects d'un mythe qui perdure dans notre inconscient…

Afficher en entier
Or

Un livre superbement bien écrit. Un exposé vigoureux contre la psychanalyse freudienne, avec l'appui de la correspondance (dont une partie est encore innaccessible!) et des textes de Freud. Onfray nous montre ainsi un psychanalyste partisan de Mussolini, pervers, tatillont, peu sûr de ses découvertes, et menteur. Je le conseille fortement.

Afficher en entier
Argent

J'en espérais beaucoup par les effets d'annonce cumulés et la polémique hystérique des "convaincus" blessés (sans jeu de mots revendiqué, comme on dit... c'est-à-dire, avec). Aussi, je suis resté sur un... bof ! mais quand même.

Rappelez-vous, si la mémoire vous le permet et donc conjointement un certain âge, de ces Vespas au démarrage à kick. Il fallait, en tenant le guidon et en inclinant l'engin, appuyer du pied sur le levier récalcitrant. Chaque tentative provoquait des ronrons avortés du moteur en finissant par noyer le carburateur, si ce n'était le cylindre. Alors, après un temps de pose, un nouvel essai, par miracle, lançait le va-et-vient du piston de la machine. Quelques rotations de la poignée des gaz, et chacun pouvait rêver aux cheveux dans le vent. Voilà l'impression qui me reste à la lecture du livre.

J'attends « Apostille au Crépuscule. Pour une psychanalyse non freudienne » qui devrait en rajouter une couche supplémentaire. Une façon de verser de l'alcool sur les plaies ouvertes, ou de doter la Vespa d'un démarreur électrique.

Afficher en entier
En train de lire

Et pour cause : il est très bien documenté, assez objectif, clair, bien analysé (si je peux m'exprimer ainsi...), dépassionné et formidablement intéressant.

Son succès est justifié.

Afficher en entier

Date de sortie

Le Crépuscule d'une idole, l'affabulation freudienne

  • France : 2011-09-01 - Poche (Français)

Activité récente

Évaluations

Les chiffres

lecteurs 41
Commentaires 6
Extraits 5
Evaluations 6
Note globale 9 / 10

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode