Livres
600 624
Membres
684 393

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode


Ajouter un commentaire


Liste des commentaires

https://fantasybooksaddict.blogspot.com/2022/06/le-crepuscule-des-urmes-tome-1-arnaud.html

Après un prologue assez dur où nous découvrons le kidnapping d'un bébé, l'auteur nous propose dans un premier temps de suivre à travers une alternance de points de vue, Yana devenue Jane, la sœur du disparu ; Ainsi qu'Azko, un jeune Tzigane, jusqu'à leur rencontre inévitable. Cela permet de s'immerger progressivement dans l'univers proposé, de prendre ses marques. Ensuite, d'autres s'ajoutent à mesure apportant ainsi une certaine plus value et surtout une vision plus vaste de l'intrigue !

Les personnages sont intéressants, malgré leur jeune âge. En effet, par exemple, la détermination de Jane m'a épaté tandis que j'ai apprécié le caractère d'Azko. Au delà de leur personnalité, ils permettent de mettre en avant 2 communautés longtemps méprisée.

Néanmoins, je ne sais pas pour quelle raison, j'ai gardé une certaine distance. Je n'ai pas réussi à m'attacher à eux alors qu'ils ont vécu des choses difficiles. En effet, habituellement, cela aurait suffit pour que j'ai de l'empathie (que voulez-vous, j'ai une âme sensible lol). Parfois, c'est vrai que j'ai peut être eu l'impression qu'on tombait dans les extrêmes, notamment en ce qui concerne la naïveté de certains personnages... C'est peut-être pour cette raison...

Par ailleurs, vers le milieu du roman, j'ai ressenti quelques longueurs. Pourtant, il y a des rebondissements mais j'attendais davantage notamment pour la partie fantastique. Ce n'est qu'un tome 1 mais j'ai besoin d'éléments de réponses ou ne serait-ce que de pistes. Ici, on en a quelques unes qui sont disséminés ici et là mais avec lesquelles on a du mal à faire le lien pour élaborer une théorie...

Pour conclure, c'est assez rare mais je ressors de cette lecture mitigée ! Je ne saurais dire si j'ai aimé ou non car il y a d'excellentes choses tandis que d'autres m'ont dérangé. A voir avec le tome 2 si mes sentiments évoluent au sujet de cette saga !

Afficher en entier
Pas apprécié

Une lecture qui a la qualité d'être originale sur son fond avec toutes ses légendes sur la mythologie tziganes (et cette couverture mazette) cependant la forme est plate avec tous ces enfants archétypés (surtout Jane la Mary Sue) et je n'ai pas pu aller au delà d'une scène d'agression sexuelle en début de livre où on pardonne plus tard à ce personnages infect (et ça se voit ENCORE que c'est un homme qui a écrit rien que pour ce passage)... Un gros bof pour moi.

Afficher en entier
Or

Quand j'ai appris qu'Arnaud Druelle allait sortir un nouveau roman, je n'ai pas hésité à remplir le formulaire d'inscription destiné aux chroniqueurs. Quelle surprise lorsque j'ai reçu le mail de confirmation ! Une fois le livre entre mes mains, j'ai été, d'emblée, charmée par la couverture mais aussi et surtout, par ce résumé si prometteur ! En lisant des chroniques avant de m'y lancer, j'ai appris que ce roman est le prequel de l'Enfant Pan. L'ayant lu et beaucoup apprécié, mes attentes pour le Crépuscule des Urmes ont augmenté.

Autant le dire tout de suite, mes attentes ont été comblées. Je me suis totalement immergée dans ce nouvel univers. Clairement, Arnaud Druelle a le don de transporter son lecteur. J'ai eu vraiment le sentiment de lire un conte tout droit sorti de son imagination. Je veux dire : je n'ai pas eu ce sentiment de déjà-vu, bien au contraire. L'auteur nous impose sa plume si poétique et si délicate avec ses codes qui n'appartiennent qu'à lui.

Pour moi, la force de ce récit est indéniablement son ambiance si magique, si ... envoutante ! J'ai littéralement voyagé à Aberhay. L'auteur a la capacité de nous poser efficacement son décor, c'est-à-dire s'attarder sur les détails sans en faire trop pour ne pas perdre l'attention du lecteur. De cette manière, j'ai eu comme l'impression de regarder un film. Vraiment, j'étais à fond dedans.

Ce qui m'a surtout plu, c'est cette mise en avant du peuple Tzigane qui fait incontestablement le charme du livre. C'est bien la première fois que je lis une histoire sur cette culture qui m'a toujours fascinée. Le rapport à la nature et aux esprits sont très présents ce qui apporte une atmosphère chamanique. Totalement le genre d'ambiance qui me fait fondre ! En plus, l'auteur approfondit énormément cet élément en y apportant des termes spécifiques ainsi que des rituels. Le travail de recherche est extrêment bien amené sans en faire trop. Cela rend le récit tellement complexe et intrigant.

Au niveau de l'intrigue, j'ai été totalement prise par le dénouement. Le rythme est relativement bien dosé. Les événements s'enchaînent sans aucun répit. Une tension palpable s'accentue au fil des pages. Pour ma part, je n'avais qu'une envie : connaître le sort de nos personnages. Si je me suis laissée surprendre par la tournure du récit, la scène finale ne m'a aucunement étonnée. Parvenue au trois quart, j'ai facilement deviné l'issue et comment dire ... J'aurai aimé que l'auteur me surprenne davantage. Peut-être est-ce dû au fait que j'ai lu l'Enfant-Pan et qu'il est donc assez facile de déterminer le destin de nos personnages ? En tout cas, je suis ressortie un peu sur ma faim. Il m'a manqué ce petit quelque chose en plus. Cela ne change pas que j'ai très envie de lire la suite des aventures de nos personnages.

Parlons de ces derniers justement ! Non mais sérieux ! Quel charisme, quelle classe ! Je suis complètement tombée amoureuse de nos protagonistes ! Ils ont clairement cette personnalité à la manière de Peter Pan. Comment ne pas voir tous ces petits clins d'oeil qui font référence à mon conte préféré de tous les temps ? Vraiment, j'en ai été plus charmée que l'Enfant Pan car, dans le Crépuscule des Urmes, cet élément est amené plus subtilement.

On se doute que je vais évoquer en premier Rhyan allias Le Prince qui incarne à la perfection le syndrôme de Peter Pan tel qu'on le connaît. Evidement, c'est le personnage qui m'a fait le plus fondre. Je comprends totalement Louise qui est tombée amoureuse de lui. Le mec est tellement badasse avec sa monchalence et sa désinvolture à toute épreuve. J'ai beaucoup aimé Asko aussi qui est plus discret mais terriblement tenace. Sa force d'acier m'a totalement séduite et l'amour qu'il porte à Jane est terriblement beau. Je me demande comment nous allons le retrouver dans le deuxième volet. Je redoute tellement le destin de ce personnage car j'ai déjà une idée du sort qui lui est peut-être reservé. Quant à Egon, ce qui m'intrigue chez lui est sa relation envers le Monde Oublié. Je sais comment il va finir mais je me demande que va-t-il se passer pour qu'il en arrive là ? De même pour Jane qui est un personnage féminin comme je les aime au niveau de la personnalité. Néanmoins, sur le plan "quête", je la trouve un peu lourde. Je comprends son désir de retrouver son frère disparu mais un moment, elle se laisse complètement aveuglée au point de négliger ses relations amicales et sentimentales. Par moments, elle m'a parue égoiste mais je pense que c'est voulu de la part de l'auteur. Enfin, parlons de Marcus ! Non mais OMG ! J'ai tellement peur pour lui ! S'il y a bien un personnage qui connait une évolution de dingue, c'est lui. Si, au début, je l'ai détesté, il a clairement remonté dans mon estime et on sait à tel point que j'adore ce type de personnage.

Enfin, bref, vous l'avez compris. Les personnages m'ont tous fait passer par mille et une émotions. Aucun n'est négligé. Ils apportent tous une touche particulière à l'intrigue. L'auteur a vraiment su tisser ses ficelles sans laisser échapper une longueur de trop. Vraiment, chapeau pour le bon coup de maître ! Pour moi, Arnaud Druelle fait clairement parti de mes auteurs chouchous incontournable. Vive la suite !

Afficher en entier
Argent

La couverture est magnifiquement illustrée par Cyrielle Foucher, les dorures sont à tomber et le dos en fait un superbe objet à ranger dans sa bibliothèque.

Au-delà des considérations esthétiques de ce premier tome, l'histoire en elle-même a éveillé ma curiosité.

Il s'agit d'un livre jeunesse mais dont la profondeur en fait une lecture pour tous.

Cette lecture m'a entraînée dans une ambiance qui m'a terriblement fait penser aux premiers volumes de la bande dessinée "Seuls" avec ces jeunes qui se retrouvent livrés à eux mêmes à la suite d'événements tragiques et difficilement explicables, devant apprendre à vivre ensemble.

On y suit principalement Yana, jeune fille élevée par son oncle et sa tante après que ses parents aient été assassiné et son petit frère enlevé dans des conditions mystérieuses.

Dans une quête sous le signe du destin et du doute, Yana se met en quête de son frère disparu, clé de voûte pour contrecarrer les plans d'une menace ombreuse.

Suite à un drame, elle et ses compagnons se mettent en route.

Ces enfants ayant subi des épreuves qui les feront grandir trop vite, doivent faire face à des situations qui les feront évoluer, grandir et s'élever, notamment en ce qui concerne la tolérance et l'acceptation de la différence.

L'atmosphère qui se dégage fait terriblement penser aux enfants perdus de James Barry dans Peter Pan, et tout s'est éclairé quand j'ai découvert que le premier livre de l'auteur était "L'enfant Pan" se déroulant 5 ans plus tôt, en 1881.

Plein de sujets sont abordés, parfois de façon crue.

La mise en des coutumes tziganes et de la langue Romani ont été également une très chouette trame de l'histoire.

𝐄𝐧 𝐛𝐫𝐞𝐟: Ce premier tome met énormément de choses en place et est donc très introductif.

Cependant le twist final ne donne qu'une envie, avoir la suite très prochainement sous la main pour voir tout cela se décanter, dans un univers qui semble converger vers le Pays de Nulle Part, un argument de taille!

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode