Livres
473 036
Membres
446 421

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Le vol de l’or

Le funeste poignard, le froid,

Le froid qui fige le souffle,

Le néant de la mort.

Il n’y a au fond des ténèbres,

Ni œil ni lèvres, ni étincelle.

La lumière qui meurt,

L’inexistence de la nuit.

Afficher en entier

Tout comme la Coupe Céleste est la source de la lumière, le Maîtreya qui amène tous les peuples et tous les royaumes vers une seule source et un seul destin

Afficher en entier

chapitre 1

Le destin d’un homme, disent les prophétesses, est inscrit dans les étoiles. Au-dessous de ces points de lumière étincelants, la terre notre mère nous donne la vie afin que nous contemplions le ciel avec émerveillement, que nous dansions, rêvions et mourions. Certains naissent pour être laboureurs ou chasseurs, d’autres pour être tisserands, ménestrels ou rois. Et alors que les meurtriers ont l’âme attirée par l’éclatante constellation du Dragon, les saints cherchent la source de leur bonté dans celle des Sept Sœurs. Quelques-uns se détournent complètement des cieux et forgent leur destin au feu de leur cœur. Mais je crois qu’un homme, un seul, a été choisi pour porter la coupe en or jadis envoyée sur terre par les anges. Tout comme une épée est faite pour la poigne solide d’un guerrier, seul l’Être de Lumière est destiné à prendre la Pierre de Lumière entre ses mains pour faire jaillir sa lumière secrète aux yeux de tous.

Cependant, il en est qui pensent différemment. En l’an 2813 de l’Âge du Dragon, quand la Pierre de Lumière fut arrachée de la salle du trône de Morjin le Menteur, le Dragon Rouge en personne, la nouvelle que la quête de la coupe merveilleuse avait été couronnée de succès se répandit comme un feu de broussailles dans toutes les terres d’Ea. Dans le lointain Hespéru, les esclaves dans les champs serraient amèrement leur houe entre leurs mains en priant pour qu’un héros utilise la Pierre de Lumière pour les libérer de leurs chaînes. Dans le Surrapam vaincu, des jeunes affamés s’emparaient de leur arc en rêvant de partir à la recherche de l’or véritable plutôt que du gibier. Les prêtres Kallimuns de Morjin ourdissaient leurs complots pour récupérer la Pierre de Lumière tandis que les ménestrels des terres soumises de Galda et de Yarkona parcouraient les plaines en flammes pour chanter ses miracles et apprendre de nouvelles chansons. Les grands rois des royaumes encore libres tels que le roi Kiritan Narmada et le roi Waray de Taron, envoyèrent des émissaires pour exiger que la Pierre de Lumière leur soit apportée. Du nord et du sud, de l’est et de l’ouest, ceux-ci se joignirent à une armée de chevaliers sans seigneurs, d’exilés, de prophètes, de quêteurs et de gredins en route pour Mesh. Ils se rendaient au château de mon père, Shavashar Elahad, pour voir la merveilleuse Pierre de Lumière. Car c’était là, derrière ses murailles de granit blanc, que mes amis et moi l’avions rapportée pour la mettre à l’abri du mal et de la convoitise du monde.

Afficher en entier

Je regrette, frère Maram, mais c’est l’heure du thé », répondit maître Juwain. Lui au moins était resté fidèle à son vœu de renoncer au vin, aux femmes et à la guerre. « Aujourd’hui, nous devons garder les idées claires. Et ce soir aussi. 

Afficher en entier

« On n’aurait jamais dû les autoriser à entrer dans Mesh, dit maître Juwain. » Il effleura l’orifice de son oreille que l’un des prêtres de Morjin avait élargi avec un fer rouge. « C’est presque aussi dangereux que de permettre aux rêves pernicieux du Dragon Rouge de s’emparer de notre esprit

Afficher en entier

« Il est facile de deviner ce que les Prêtres Rouges vont dire : des mensonges, encore des mensonges, fit remarquer maître Juwain. Mais qu’en est-il des émissaires du roi Kiritan ? Auraient-ils accepté le principe du conclave ? 

Afficher en entier

Il marqua une pause pour frotter son gros postérieur dont les deux fesses avaient été transpercées par une flèche empênée lors du siège de Khaisham. Il prétendait avoir encore du mal à monter à cheval et à s’asseoir sur une chaise

Afficher en entier

En entendant cela Maram prit une nouvelle gorgée de thé et sourit pour tenter de dissimuler la peur qui montait en lui. « Ah, maître, on dirait presque que vous suggérez de faire une nouvelle quête pour trouver ce Maîtreya. Je vous en prie, dites-moi que ce n’est pas ce à quoi vous pensez

Afficher en entier

Je levai mon épée et la pointai vers le nord en direction de la grande salle du château dans laquelle se trouvait la Pierre de Lumière. Entrant en résonance avec la grande gelstei d’or dans laquelle la coupe avait été forgée, la gelstei d’argent d’Alkaladur se mit à briller d’un éclat blanc. Sa lumière éblouissante chassa la haine qui menaçait de m’anéantir chaque fois que je pensais à Morjin et à la manière dont il avait arraché les yeux de la femme que j’aimais

Afficher en entier

« Eh bien, Sar Maram, murmura maître Juwain en inclinant sa tête chauve, vous ne devez souhaiter de mal à personne, pas même au Dragon Rouge

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode