Livres
450 567
Membres
395 403

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Prologue

Depuis quelque temps, Morgane King avait vraiment la poisse... Pour commencer, son fiancé avait décidé de la quitter juste après son enterrement de vie de jeune fille... La raison ? Elle n’avait jamais pu la connaître, puisque son ex n’avait pas daigné la prévenir avant de disparaître. Morgane venait de rentrer du travail et avait constaté que Nicholas était parti avec toutes ses affaires et sans un mot. Ce type n’avait réalisé qu’à quelques jours du grand événement, qu’il n’avait jamais fréquenté personne d’autre et n’avait plus voulu s’engager « pour toujours » alors qu’il avait tant à expérimenter. Malgré sa douleur, Morgane essayait encore de lui inventer des excuses, elle cherchait une explication pour rendre cette rupture moins éprouvante, pour s’y raccrocher et se sentir moins trahie…

Cependant, ce lâche l’avait abandonnée dans un sale état. Elle avait dû rester dans leur appartement, le temps de trouver une solution plus durable. Tous les jours, ses collègues et amis veillaient sur sa santé pour s’assurer que l’ancienne future mariée ne se laissait pas dépérir. Ceci dit, il fallait bien avouer que, malheureusement, l’idée lui avait traversé l’esprit. Cela aurait été tellement simple : attendre la fin, s’oublier.

Mais le sort s’acharna sur Morgane King encore une fois. Ayant son nom sur le bail, celle-ci n’avait pas eu d’autres choix que de gérer les charges qu’ils payaient à deux jusqu’à présent. Heureusement, sa propriétaire avait accepté de réduire sa période de préavis et de la libérer de ses obligations dès que l’agence immobilière lui aurait déniché un nouveau locataire. Ses revenus ne lui permettant pas encore de s’acquitter d’un loyer, ses parents l’hébergeaient de nouveau, en espérant voir leur fille retomber rapidement sur ses pieds. Vivre chez son père et sa mère à vingt-cinq ans, ce n’était pas l’idéal pour se reconstruire.

Le coup de grâce lui fut assené le jour J, celui de son mariage avorté. Des invités attendaient devant l’église, ses convives à lui... Nicholas n’assumait toujours pas ses actes. Morgane s’était chargée d’avertir tout son entourage et les prestataires. Ceux-ci n’avaient pas manqué de lui rappeler que les arrhes n’étaient pas remboursables. Pourtant, la jeune femme avait cru que Nicholas aurait tout de même eu le cran de faire de même avec les personnes dont il ne lui avait jamais confié les coordonnées. Mais, là encore, il s’était contenté de s’enfuir, se montrant aussi dégonflé avec les siens qu’avec sa fiancée. Non, son ancienne fiancée, elle devait enregistrer cet état de fait.

Au moins, sa « chère maman » avait pris les choses en main. C’est du moins ce que Morgane en avait déduit puisque quelqu’un avait effectivement avisé la famille nombreuse de son ex, ses oncles et ses tantes, ses grands-parents et ce n’était pas elle… Mais lui avait tout simplement disparu on ne sait où sans prévenir. En prime, « madame, sa mère » avait eu le culot de lui écrire pour que Morgane trouve la force de pardonner à son fils si parfait…

Lâche jusqu’au bout…

Et c’était à Morgane d’en payer les frais. Cette journée-là, la jeune femme avait reçu des appels tout l’après-midi. Cela avait été la goutte de trop, celle qui l’avait fait basculer. La petite brune avait ressenti comme un électrochoc. Il fallait qu’elle se change les idées, qu’elle s’enfuie pour aller n’importe où... En y repensant à présent, Morgane se serait abstenue si on l’avait mise au courant de ce qui lui arriverait. Elle était partie en n’emportant que son sac à main, afin que personne ne puisse plus la déranger avec l’un de ces appels qui la tourmentaient. Elle voulait disparaître de la circulation et redevenir une anonyme, ce qui n’était pas possible dans le quartier où vivaient ses parents. Là-bas, tous ses voisins la regardaient en murmurant : « La pauvre fille, tu sais ce qui lui est arrivé ? » ou d’autres remarques du même acabit. D’ailleurs, ils n’avaient rien manqué de la scène lorsque la jeune femme avait pris la route dans un état second. Morgane ne s’arrêta que bien plus tard, pour la soirée, dans un coin perdu, après environ quatre cents kilomètres, à court de carburant.

Eh oui ! Quand on souhaite fuir la réalité et que l’on a à disposition une voiture avec le plein d’essence, on peut aller très loin !

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode