Livres
439 499
Membres
369 064

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par Hathor13 2014-02-25T08:07:54+01:00

A la chute du mur de Berlin, un vent d’espoir avait soufflé sur le monde. La fin de la confrontation entre l’Occident et l’Union soviétique avait levé la menace d’un cataclysme nucléaire qui était suspendue au-dessus de nos têtes depuis une quarantaine d’années ; la démocratie allait désormais se répandre de proche en proche, croyions-nous, jusqu’à couvrir l’ensemble de la planète ; les barrières entre les diverses contrées du globe allaient s’ouvrir, et la circulation des hommes, des marchandises, des images et des idées allait se développer sans entraves, inaugurant une ère de progrès et de prospérité.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Hathor13 2014-02-25T08:07:35+01:00

Il ne s’agit pas ici des angoisses irrationnelles qui ont accompagné le passage d’un millénaire à l’autre, ni des imprécations récurrentes que lancent depuis toujours ceux qui redoutent le changement ou s’effarouchent de sa cadence. Mon inquiétude est d’un autre ordre ; c’est celle d’un adepte des Lumières, qui les voit vaciller, faiblir et, en certains pays, sur le point de s’éteindre ; c’est celle d’un passionné de la liberté, qui la croyait en passe de s’étendre sur l’ensemble de la planète et qui voit à présent se dessiner un monde où elle n’aurait plus sa place ; c’est celle d’un partisan de la diversité harmonieuse, qui se voit contraint d’assister, impuissant, à la montée du fanatisme, de la violence, de l’exclusion et du désespoir ; et c’est d’abord, tout simplement, celle d’un amoureux de la vie, qui ne veut pas se résigner à l’anéantissement qui guette.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Hathor13 2014-02-25T08:06:55+01:00

Nous sommes entrés dans le nouveau siècle sans boussole

Afficher en entier
Extrait ajouté par Caroline 2014-01-05T13:18:29+01:00

"Contrairement à l'idée reçue, la faute séculaire des puissances européennes n'est pas d'avoir voulu imposer leurs valeurs au reste du monde, mais très exactement l'inverse : d'avoir constamment renoncé à respecter leurs propres valeurs dans leurs rapports avec les peuples dominés. Tant qu'on n'aura pas levé cette équivoque, on courra le risque de retomber dans les mêmes travers.

La première de ces valeurs, c'est l'universalité, à savoir que l'humanité est une. Diverse, mais une. De ce fait, c'est une faute impardonnable que de transiger sur les principes fondamentaux sous l'éternel prétexte que les autres ne seraient pas prêts à les adopter. Il n'y a pas des droits de l'homme pour l'Europe, et d'autres droits de l'homme pour l'Afrique, l'Asie, ou pour le monde musulman. Aucun peuple sur terre n'est fait pour l'esclavage, pour la tyrannie, pour l'arbitraire, pour l'ignorance, pour l'obscurantisme, ni pour l'asservissement des femmes. Chaque fois que l'on néglige cette vérité de base, on trahit l'humanité, et on se trahit soi-même".

Afficher en entier
Extrait ajouté par Caroline 2014-01-05T13:18:07+01:00

"Nous commençons peut-être à sortir [...] d'une ère sinistre où il était de bon ton de cracher sur la culture et de faire de l'inculture un gage d'authenticité. Une attitude populiste qui, paradoxalement, rejoint celle de l'élitisme, dans la mesure où, dans un cas comme dans l'autre, on accepte implicitement l'idée selon laquelle la "population" aurait des capacités limitées, qu'il ne faudrait pas lui demander trop d'efforts intellectuels, qu'il suffirait de lui fournir des caddies bien remplis, quelques slogans simplistes, et des amusements faciles, pour qu'elle demeure béate, tranquille et reconnaissante. Et que la culture doit rester l'apanage d'une infime minorité d'intiés.

Il s'agit là d'une conception méprisante et dangereuse pour la démocratie. Parce qu'on ne peut pas être un citoyen à part entière, ni un électeur responsable, si on se laisse passivement manipuler par les propagandistes, si l'on se laisse enflammer ou calmer selon le bon vouloir des gouvernants, si l'on se laisse docilement entrainer dans des aventures guerrières. Pour pouvoir décider en connaissance de cause, surtout dans un pays dont les orientations déterminent dans une large mesure le sort de la planète, un citoyen a besoin de connaître, en profondeur et avec subtilité, le monde qui l'entoure. S'accommoder de l'ignorance, c'est renier la démocratie, c'est la réduire à un simulacre.

Pour toutes ces raison, [...] je suis persuadé que notre échelle des valeurs ne peut aujourd'hui se fonder que sur la primauté de la culture et de l'enseignement. Et que le XXI°, pour reprendre la phrase déjà citée, sera sauvé par la culture, ou bien il sombrera".

Afficher en entier
Extrait ajouté par Caroline 2014-01-05T13:17:50+01:00

"L'intimité d'un peuple, c'est sa littérature. C'est là qu'il dévoile ses passions, ses aspirations, ses rêves, ses frustrations, ses croyances, sa vision du monde qui l'entoure, sa perception de lui-même et des autres, y compris de nous-mêmes. Parce que en parlant des "autres", il faut jamais perdre de vue que nous-mêmes, qui que nous ne soyons, où que nous soyons, nous sommes aussi les "autres" pour tous les autres".

Afficher en entier
Extrait ajouté par Caroline 2014-01-05T13:17:28+01:00

"Pour toute société humaine, l'absence de légitimité est une forme d'apesanteur qui dérègle tous les comportements. Quand aucune autorité, aucune institution, aucune personnalité ne peut se prévaloir d'une réelle crédibilté morale, quand les hommes en arrivent à croire que le monde est une jungle où règne la loi du plus fort et où tous les coups sont permis, on ne peut que dériver vers la violence meurtrière, la tyrannie et le chaos.

.... l'une des leçons du 11 septembre 2001, c'est qu'à l'ère de la globalisation, aucun dérèglement ne demeure strictement local ; et lorsqu'il affecte l'émotion, la perception de soi, et la vie quotidienne de centaines de millions de personnes, ses effets se font ressentir sur toute l'étendue de la planète".

Afficher en entier
Extrait ajouté par Caroline 2014-01-05T13:17:01+01:00

"Un monde où l'on respecte chaque jour un peu mieux la diversité humaine, où toute personne peut s'exprimer dans la langue de son choix, professer librement ses croyances et assumer sereinement ses origines sans encourir l'hostilité ni le dénigrement, que ce soit de la part des autorités ou de la population, c'est un monde qui progresse, qui s'élève".

Afficher en entier
Extrait ajouté par Caroline 2014-01-05T13:16:37+01:00

"S'il y a, en ce début de siècle, une lancinante "question d'Orient" qui ne semble toujours pas en voie de se résoudre, il y a aussi, indéniablement, une "question d'Occident"; et si la tragédie des Arabes, c'est d'avoir perdu leur place parmi les nations et de se sentir incapables de la retrouver, la tragédie des Occidentaux, c'est d'avoir cédé à un rôle planétaire démesuré qu'ils ne peuvent plus assumer pleinement, mais dont ils ne peuvent non plus se dépêtrer".

Afficher en entier
Extrait ajouté par Caroline 2014-01-05T13:16:21+01:00

"Mon inquiétude est celle... d'un passionné de la liberté, qui la croyait en passe de s'étendre sur l'ensemble de la planète et qui voit à présent se dessiner un monde où elle n'aurait plus sa place ; c'est celle d'un partisan de la diversité harmonieuse, qui se voit contraint d'assister, impuissant, à la montée du fanatisme, de la violence, de l'exclusion et du désespoir ; et c'est d'abord, tout simplement, celle d'un amoureux de la vie, qui ne veut pas se résigner à l'anéantissement qui guette".

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode