Livres
546 889
Membres
583 514

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Le Dernier Jour d'un condamné



Description ajoutée par ninanina 2010-06-15T22:29:13+02:00

Résumé

Le livre se présente comme le journal qu’un condamné à mort écrit durant les vingt-quatre dernières heures de son existence dans lequel il relate ce qu’il a vécu depuis le début de son procès jusqu’au moment de son exécution, soit environ six semaines de sa vie. Ce récit, long monologue intérieur, est entrecoupé de réflexions angoissées et de souvenirs de son autre vie, la vie d’avant. Le lecteur ne connaît ni le nom de cet homme, ni ce qu’il a fait pour être condamné, mis à part la phrase : « moi, misérable qui ai commis un véritable crime, qui ai versé du sang ! ». L’œuvre se présente comme un témoignage brut, à la fois sur l’angoisse du condamné à mort et ses dernières pensées, les souffrances quotidiennes morales et physiques qu’il subit et sur les conditions de vie des prisonniers, par exemple dans la scène du ferrage des forçats. Il exprime ses sentiments sur sa vie antérieure et ses états d’âme…

Afficher en entier

Classement en biblio - 3 606 lecteurs

extrait

Extrait ajouté par sandy2312 2010-03-27T18:46:16+01:00

Ils disent que ce n'est rien, qu'on ne souffre pas, que c'est une fin douce, que la mort de cette façon est bien simplifiée. Eh! qu'est-ce donc que cette agonie de six semaines et ce râle de tout un jour? Qu'est-ce que les angoisses de cette journée irréparable, qui s'écoule si lentement et si vite? Qu'est-ce que cette échelle de torture qui aboutit à l'échafaud?

Apparemment ce n'est pas là souffrir.

Afficher en entier

Commentaires les plus appréciés

Lu aussi

Un ouvrage fort en intensité. Les dernières pensées d'un condamné sont angoissantes, torturantes. On y découvre l'espoir et le désespoir, les joies et les souffrances de l'homme avant la sentence ultime : la mort. Et comme tout le monde peut le concevoir, la peur de la mort est bien omniprésente.

L'auteur a jugé bon d'éviter de parler du crime commis (ce qui est intéressant), cela permet de ne pas dévier du chemin qu'il nous offre : l'incompréhension de cette justice qui se dit humaine ! Car qui que se soit, quoique l'on ait fait, nous ne méritons pas la peine de mort. On ne peut tuer un homme parce qu'il a tué !

Je sais que cela fera monter l'adrénaline de certains ;-)

Afficher en entier
Diamant

Un ouvrage qui marque ! Je l'ai lu au lycée et depuis je me souviens, chaque fois que je pense à Hugo, de cet ouvrage, de l'impression de malaise qui me comprimait le coeur au fur-et-à mesure de ma lecture, de l'angoisse de la mort comme si j'étais moi-même condamnée. Il s'agit du plus bel exemple de poésie militante que je connaisse. Dans le style d'Hugo, lyrique, l'impact ne pouvait être que formidable, poignant. C'est toute la conception de la justice et de la cruauté humaine qui est mise en branle ici. Le crime du condamné n'est jamais évoqué car après tout qu'importe ? Il s'agit ici d'une question sociale qui a marqué l'Histoire et les mentalités et qui dépasse cette question en interrogeant directement le lecteur : comment punir un homme qui a commis un crime, sans devenir soi-même un criminel cruel ? N'y a-t-il rien de plus humain et juste que la peine de mort ? Une question qui fait encore débat aujourd'hui, mais dont on ne peut nier qu'elle est inséparable de la notion d'humanité. Et c'est cette humanité qu'Hugo présente avec brio.

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Commentaire ajouté par Bryan-23 2021-03-22T18:33:55+01:00
Lu aussi

Une réflexion passionnante sur la peine de mort.

J'ai dévoré ce livre assez court, fasciné par le personnage pourtant anonyme. Il est d'ailleurs si anonyme que l'on semble vivre avec lui ce dernier jour.

C'est un livre à mettre entre les mains de ceux dont la pensée n'est pas encore totalement structurée, c'est un livre qui fait grandir.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Laetitia-452 2021-02-22T11:15:34+01:00
Lu aussi

Le dernier jour d'un condamné

11 juillet 2017

Le dernier jour d'un condamné de Victor Hugo

Ecrit par Victor Hugo à 27 ans, en trois semaines. Il affirmera, dans une longue préface ajoutée trois ans plus tard, avoir commencé à écrire ce livre le lendemain de l'exécution d'un certain Louis Ulbach, qui avait poignardé une jeune femme pour désespoir amoureux. Ce jeune assassin de 20 ans avait projeté de coucher sur le papier le récit de sa vie.

A sa publication ce livre déchaine des critiques : le scandale vient de l'incroyable force du texte, sans parti prit, ni larmoyant, il est l'un des premiers monologues intérieurs de la littérature. On ne connaît ni le nom, ni le crime de l'anti-héros : peut importe, ce sont ses pensées qui sont primordiales.

A cette époque (1829), la Restauration, une exécution par semaine se produit ; tandis que les députés ont voté une abolition partielle de la peine capitale pour les crimes politiques (en réponse à la période de la Convention en 1793 et 1794 ?), ils ne sont pas disposés à la supprimer complètement...

"Se laver les mains est bien, empêcher le sang de couler serait mieux" écrit Hugo en 1832.

Très émouvant : surtout dans l'espoir d'une grâce qui ne viendra pas, et lors de la visite de sa petite fille qui le croit mort....

Le seul livre à lire pour être convaincu de l'abolition de la peine de mort

Afficher en entier
Bronze

dérangeant, prenant, intéressant, et plein d'autres mots en -ant

Afficher en entier
Commentaire ajouté par elana55 2021-02-05T23:41:54+01:00
Argent

Un livre prenant et bouleversant.

On est vraiment avec ce prisonnier dans sa cellule, et on vit ses derniers instants en se demandant comment on a pu il fut un temps, en France, décider de la vie et de la mort des gens. L'image des foules se massant, femmes et enfants, pour voir un homme se faire guillotiner est effarante.

Victor Hugo réussit très bien au travers de ce texte à rendre toute l'inhumanité de la peine de mort, à retranscrire avec force la souffrance de l'attente, la douleur de la sentence.

J'ai trouvé ce texte vraiment fort et brillamment écrit, on voit que, peut importe qui est cet homme et peu importe son crime, personne ne mérite cela. Que dans le fond nous sommes tous pareil face à la mort.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par melaivy 2021-02-05T18:12:44+01:00
Argent

Le pamphlet / manifeste d'adieu d'un condamné à mort, qui raconte comment il en est arrivé là. Emouvant, cruel, riche...

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Laetitia-327 2021-01-20T14:08:15+01:00
Lu aussi

Ecrit par Victor Hugo à 27 ans, en trois semaines. Il affirmera, dans une longue préface ajoutée trois ans plus tard, avoir commencé à écrire ce livre le lendemain de l'exécution d'un certain Louis Ulbach, qui avait poignardé une jeune femme pour désespoir amoureux. Ce jeune assassin de 20 ans avait projeté de coucher sur le papier le récit de sa vie.

A sa publication ce livre déchaine des critiques : le scandale vient de l'incroyable force du texte, sans parti prit, ni larmoyant, il est l'un des premiers monologues intérieurs de la littérature. On ne connaît ni le nom, ni le crime de l'anti-héros : peut importe, ce sont ses pensées qui sont primordiales.

A cette époque (1829), la Restauration, une exécution par semaine se produit ; tandis que les députés ont voté une abolition partielle de la peine capitale pour les crimes politiques (en réponse à la période de la Convention en 1793 et 1794 ?), ils ne sont pas disposés à la supprimer complètement...

"Se laver les mains est bien, empêcher le sang de couler serait mieux" écrit Hugo en 1832.

Très émouvant : surtout dans l'espoir d'une grâce qui ne viendra pas, et lors de la visite de sa petite fille qui le croit mort....

Le seul livre à lire pour être convaincu de l'abolition de la peine de mort

Afficher en entier
Argent

Emouvant et puissant, ce grand classique n'a pas perdu de sa saveur. Relativement accessible, cette lecture me semble parfaitement lisible pour un récalcitrant aux classiques, le rendant davantage charmant. La pièce écrite par Hugo, qui apparaissait dans mon édition en préface, est fine et drôle, amorçant cette lecture pourtant parfois déroutante par une note d'humour.

Ce mélange fait que cette lecture, malgré une thématique lourde et cruelle, a été pour moi un agréable moment.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par JayC34 2021-01-11T19:25:12+01:00
Lu aussi

Un classique qui mérite d'être lu

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Callliope 2020-12-27T01:34:11+01:00
Diamant

Un classique, à lire, dans la lignée de Claude Gueux, on ne peut pas prendre parti dans le débat pour/contre (je suis profondément contre) la peine de mort si on n'a pas lu le dernier jour d'un condamné.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par armel86 2020-12-09T16:19:28+01:00
Bronze

Comment ne jamais avoir entendu parler de ce livre ? Hugo est une figure emblématique de la littérature française, tout comme ce court roman qui est bien plus qu'un simple livre qui fait prendre conscience de bien des choses sur la société d'Hugo mais également sur la nôtre. C'est tout le pouvoir de l'écriture de cet homme qui réussit un coup de maître à chacune de ses œuvres.

Afficher en entier

Date de sortie

Le Dernier Jour d'un condamné

  • France : 2012-08-29 - Poche (Français)

Activité récente

Évaluations

Les chiffres

lecteurs 3606
Commentaires 450
extraits 67
Evaluations 831
Note globale 7.37 / 10

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode