Livres
614 909
Membres
712 887

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Le Dernier Jour d'un condamné



Description ajoutée par ninanina 2010-06-15T22:29:13+02:00

Résumé

Le livre se présente comme le journal qu’un condamné à mort écrit durant les vingt-quatre dernières heures de son existence dans lequel il relate ce qu’il a vécu depuis le début de son procès jusqu’au moment de son exécution, soit environ six semaines de sa vie. Ce récit, long monologue intérieur, est entrecoupé de réflexions angoissées et de souvenirs de son autre vie, la vie d’avant. Le lecteur ne connaît ni le nom de cet homme, ni ce qu’il a fait pour être condamné, mis à part la phrase : « moi, misérable qui ai commis un véritable crime, qui ai versé du sang ! ». L’œuvre se présente comme un témoignage brut, à la fois sur l’angoisse du condamné à mort et ses dernières pensées, les souffrances quotidiennes morales et physiques qu’il subit et sur les conditions de vie des prisonniers, par exemple dans la scène du ferrage des forçats. Il exprime ses sentiments sur sa vie antérieure et ses états d’âme…

Afficher en entier

Classement en biblio - 3 853 lecteurs

extrait

Extrait ajouté par sandy2312 2010-03-27T18:46:16+01:00

Ils disent que ce n'est rien, qu'on ne souffre pas, que c'est une fin douce, que la mort de cette façon est bien simplifiée. Eh! qu'est-ce donc que cette agonie de six semaines et ce râle de tout un jour? Qu'est-ce que les angoisses de cette journée irréparable, qui s'écoule si lentement et si vite? Qu'est-ce que cette échelle de torture qui aboutit à l'échafaud?

Apparemment ce n'est pas là souffrir.

Afficher en entier

Commentaires les plus appréciés

Lu aussi

Un ouvrage fort en intensité. Les dernières pensées d'un condamné sont angoissantes, torturantes. On y découvre l'espoir et le désespoir, les joies et les souffrances de l'homme avant la sentence ultime : la mort. Et comme tout le monde peut le concevoir, la peur de la mort est bien omniprésente.

L'auteur a jugé bon d'éviter de parler du crime commis (ce qui est intéressant), cela permet de ne pas dévier du chemin qu'il nous offre : l'incompréhension de cette justice qui se dit humaine ! Car qui que se soit, quoique l'on ait fait, nous ne méritons pas la peine de mort. On ne peut tuer un homme parce qu'il a tué !

Je sais que cela fera monter l'adrénaline de certains ;-)

Afficher en entier
Diamant

Un ouvrage qui marque ! Je l'ai lu au lycée et depuis je me souviens, chaque fois que je pense à Hugo, de cet ouvrage, de l'impression de malaise qui me comprimait le coeur au fur-et-à mesure de ma lecture, de l'angoisse de la mort comme si j'étais moi-même condamnée. Il s'agit du plus bel exemple de poésie militante que je connaisse. Dans le style d'Hugo, lyrique, l'impact ne pouvait être que formidable, poignant. C'est toute la conception de la justice et de la cruauté humaine qui est mise en branle ici. Le crime du condamné n'est jamais évoqué car après tout qu'importe ? Il s'agit ici d'une question sociale qui a marqué l'Histoire et les mentalités et qui dépasse cette question en interrogeant directement le lecteur : comment punir un homme qui a commis un crime, sans devenir soi-même un criminel cruel ? N'y a-t-il rien de plus humain et juste que la peine de mort ? Une question qui fait encore débat aujourd'hui, mais dont on ne peut nier qu'elle est inséparable de la notion d'humanité. Et c'est cette humanité qu'Hugo présente avec brio.

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Commentaire ajouté par Coriakin 2022-08-13T19:35:21+02:00
Diamant

Je vous conseille de commencer par ce livre si vous penser à vous attaquer à Victor Hugo mais que vous ne savez pas par où commencer. On y retrouve toutes les qualités du grand écrivain, en condensé puisque cette œuvre est plus courte que certaines autres de sa plume. Le sujet est brûlant, l'auteur engagé et clair sur ses positions. Le style est magnifique, les images puissantes et la fin grandiose à sa manière, à la manière d'un condamné.

Afficher en entier
Bronze

Je pense être malheureusement passée à côté de cette lecture : le sujet tout comme l'idée sont intéressants ; mais si la plume d'Hugo m'avait charmé dans un autre de ses romans, ici, elle manqua de captiver mon attention. Bien qu'il s'agisse d'un récit court, les pages défilaient lentement tant c'était fastidieux.

La préface de 1832, ajoutée à la fin du roman, se dévoile plus passionnante à lire que le contenu qui la précède : elle dévoile les intentions de l'auteur à travers une écriture dynamique.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Blog_Oceane 2022-07-13T15:29:27+02:00
Pas apprécié

J'ai lu ce livre dans le cadre de mes études. J'ai préféré anticiper surtout que je redoutais beaucoup sa lecture par son thème.

Victor Hugo et moi, c'est une relation assez spéciale que nous avons. En effet, je l'avais eu à mon oral de mon BAC de français avec Les Misérables. Il a donc considérablement marqué ma vie de lectrice et d'étudiante. Puis, Victor Hugo m'a fait apprécier un peu plus la poésie avec La Légende des siècles quand je faisais une licence de lettres. Là, je le découvre dans un essai assez original dans le cadre de mon master littéraire.

Comment dire ? Cette lecture m'a donné le cafard, était très dure d'un point de vue émotionnel. C'est pour cela que j'ai eu beaucoup de mal à le lire car les sentiments me prenaient aux tripes. Je trouve cela intéressant que Victor Hugo fasse un monologue d'un homme condamné à la mort. On ne sait rien de lui, ni son nom, ni son crime si ce n'est qu'il va laisser sa fille et sa femme.

La plume de Victor Hugo est bouleversante car il joue avec les métaphores, le registre romantique qui accentue ce "moi" et les émotions. Tout contribue pour ne pas nous laisser indifférent.

Au-delà de ce monologue autour des derniers jours de la vie d'un homme jugé coupable pour un crime, on assiste impuissant à la destinée de l'homme, à son calvaire, à cette mort presque instantanée. Son destin est scellé.

Victor Hugo a rédigé ce roman enfin essai pour promouvoir l'abolition de la peine de mort. D'un point de vue argumentaire, l'auteur s'étend dans sa préface et répond aux nombreuses critiques notamment l'absence d'informations sur le protagoniste malgré ce "moi" omniprésent. L'auteur tend de généraliser ce combat, de le rendre universel. Personnellement, la préface ne m'a guère convaincue dans les arguments à certains niveaux mais le monologue, c'est-à-dire le récit, a su me toucher.

J'apprécie également la mini pièce de théâtre avant le monologue autour de la réception de l’œuvre pour alléger l'atmosphère. Cela me rappelle fortement Molière qui prenait un malin plaisir à imaginer la réception de sa pièce, à utiliser l'humour et l'ironie pour se moquer de lui-même tout en critiquant la société.

Pour conclure, la note peut sembler sévère malgré mon avis mais c'est une lecture qui est très difficile à lire car elle nous fait ressentir des émotions extrêmes. Elle touche notre humanité.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par ilovelire 2022-05-31T17:44:13+02:00
Bronze

C’est très bien écrit mais je reste un peu froide face au personnage et à sa trajectoire ce qui est un peu dommage vu le sujet...

Afficher en entier
Commentaire ajouté par creartistlea 2022-05-19T17:04:19+02:00
Or

Note : 8/10

C’est une histoire courte et facile à lire malgré tout, très accessible. On dépeint les forçats, leur condition de vie pitoyable. L’auteur dit en comparant les travail forcé à la peine de mort “qu’il vaut mieux etre condamné au néant qu’etre condamné à l’enfer”. L’on suit les pensées du condamné, ses émotions contradictoires qu’il endure pour affronter cette idée insupportable qu’est la mort. La mort comme sentence. C’était un récit bien fait, cependant j’aurais aimé que le prisonnier n’est pas de regret face à son crime, que l’on soit juste offusqué par la peine de mort plutôt que de dire “voilà ! il a des regrets, il fait pénitence, on peut le laissé vivre”

Afficher en entier
Or

Quel récit poignant ! Malgré que l’on connaît ni le nom, ni le crime de cet homme condamné à mort, tous ses états d’âme nous sont dépeints. Le pire, c’est le décompte des jours et des heures précédents sa mort, ainsi on ne peut que comprendre la souffrance qu’endure cet homme.

Aussi, vers la fin de ce récit, un passage avec sa fille m’a carrément bouleversé tellement cela est émouvant et terrible pour ce père qui va mourir.

A savoir que Victor Hugo a vu plusieurs fois des guillotines et s’est toujours indigné sur ce que la société faisait de sang-froid. D’ailleurs, c’est au lendemain d’une exécution qu’il a écrit « Le dernier jour d’un condamné. » C’est pour cela que ce récit est si juste et se définit aussi comme une plaidoirie.

Pour conclure, cela faisait un moment que je repoussais la lecture de ce classique sans savoir pourquoi et là, je ne regrette pas de l’avoir enfin lu. Je pense qu’il faut quand même choisir le bon moment pour le découvrir car malgré qu’il soit court, il est assez bouleversant. Bref, un livre marquant dont je ne suis pas prête d’oublier !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par cleooo 2022-04-17T23:23:06+02:00
Bronze

Je l'ai lu à la demande de mon fils pour l'aider et ce fût une lecture étrange et déstabilisante. Je n'ai pas été en accords aux idées émises tant à la pièce de théâtre qu'il y a avant qu'avec les impressions faites du condamné. C'est une lecture que j'ai du mal à admettre qu'elle soit étudiée pour le BAC tant elle est dure et étrange.

Afficher en entier
Argent

Comme promis dans le TBTL du 3 février, je me suis attelée à faire baisser ma PAL en lisant le livre le plus fin de ma bibliothèque : Le Dernier jour d’un condamné de Victor Hugo. Si tu veux tout savoir, je me suis adonnée à des calculs savants et je suis maintenant en mesure d’avouer que ce livre attendait depuis 8 ans que je m’intéresse à lui. Oui, c’est long.

Et franchement, il n’y avait pas de quoi en faire tout un cinéma, puisque ma lecture s’est très bien passée et que je l’ai même appréciée !

Je suppose que je n’ai pas besoin de présenter ce très cours classique, écrit engagé contre la peine de mort, publié pour la première fois en 1829 et écrit par ni plus ni moins que celui que je considère comme le Saint-Père de la littérature française ? Oui, c’est bien ce que je pensais.

Ce fut donc une bonne lecture, très fluide, rapide et pleine de mots forts qui poussent à la réflexion. Ce personnage a réussi à m’interpeller dans ce récit d’attente qu’il nous conte. Car oui, c’est une véritable attente que nous vivons avec lui, de longs jours passés dans la solitude et ce huis-clos à la fois physique et mental que nous endurons avec lui. Et bien sûr, j’ai beaucoup apprécié tout le travail de projection qu’à fait Hugo en se mettant dans la peau d’un homme qui ne peut littéralement qu’attendre que le couperet tombe. C’est certes un écrit politique qui lutte pour des idées et tente de changer la loi alors en vigueur, mais j’ai surtout vu dans Le Dernier jour d’un condamné un récit plein d’humanité, qui veut à tout prix faire comprendre au peuple la nécessité de la compassion (même contre des hommes visés par la justice).

Je vais redire mon amour pour Hugo, mais tant pis parce que je trouve que lui qui a si bien l’habitude de s’illustrer dans de longues descriptions qui n’en finissent plus, parvient avec ce livre à développer tout un aspect ultra intéressant de la psychologie du personnage. Cet homme coincé qui doit patienter des jours pour obtenir ce qui s’apparente à la fois comme une sentence et une libération, avec toutes les émotions et les sentiments éprouvés qui deviennent de plus en plus contradictoires et violents au fur et à mesure que l’on s’approche de la fin – entre besoin de rester digne et réflexe de survie qui pousse à des gestes nerveux. Entre espoir d’apercevoir une échappatoire et résignation inébranlable qui ne font que se croiser.

Bref, ce fut une bonne lecture pour ce classique tout à fait accessible, à la lecture fluide et rapide avec ce récit engagé qui nous entraîne pendant quelques heures dans la réalité judiciaire du XIXe siècle et finit forcément par nous interroger sur notre société actuelle… À lire sans crainte !

https://desrevesdanslamarge.com/victor-hugo-le-dernier-jour-dun-condamne/

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Belami77 2022-03-17T15:42:13+01:00
Argent

« Le dernier jour d’un condamné » est un plaidoyer contre la peine de mort ainsi qu’un réquisitoire contre les conditions de détention et de traitement des forçats. Ecrit en 1829, Victor Hugo encore jeune, au regard de la sensibilité du sujet, le fit paraître de manière anonyme. Après avoir révélé son nom, on lui reprocha de ne faire aucune place au crime pour lequel le prisonnier avait été condamné à mort : le bien-fondé de la sentence, l’horreur du crime commis n’était pas le sujet !!

Au fur et à mesure de la lecture, par la puissance de l’évocation, le décor, les sentiments et l’approche du moment suprême, le lecteur s’identifie au narrateur. Et l’on vit, non pas avec lui mais à sa place, ces derniers instants d’une vie…

Glaçant !!

Victor Hugo était l’un des premiers à démontrer l’absurdité de la peine de mort et à se battre pour son abolition, arguant que la société perpétrait de la sorte un meurtre ; meurtre que l’on reprochait par ailleurs au condamné…

150 ans furent nécessaires en France pour que le souhait de Victor Hugo soit exhaussé !!

Afficher en entier
Commentaire ajouté par a_chim 2022-02-11T16:20:56+01:00
Lu aussi

Connaître la fin du livre dès son début n'empêche pas qu'il soit une oeuvre forte, qui laisse une marque. Notamment quand on sait pourquoi il a été écrit.

Afficher en entier

Date de sortie

Le Dernier Jour d'un condamné

  • France : 2012-08-29 - Poche (Français)

Activité récente

amel2 le place en liste or
2022-09-02T13:13:13+02:00

Distinctions de ce livre

Évaluations

Les chiffres

lecteurs 3853
Commentaires 473
extraits 74
Evaluations 893
Note globale 7.35 / 10

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode