Livres
547 432
Membres
584 495

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Lucia n'en croyait pas ses oreilles.

- Un mariage arrangé.

Magnus la dévisagea d'un drôle d'air.

- Oh non, pas du tout! Après avoir contribué à prendre le royaume de son père, et à détruire sa vie, je n'ai pas pu m'empêcher de tomber fou amoureux d'elle. Oui, bien sûr que c'est un mariage arrangé!

Afficher en entier

Pourtant, Magnus devait le reconnaître : cette fille était une excellente comédienne. Ses lèvres collées aux siennes, il aurait pu jurer sentir du miel chaud et non du venin froid dans son baiser. Et il devait aussi reconnaître, ne serait-ce qu’au plus profond de lui-même, qu’en raison de cette douceur inattendue, leur baiser avait duré bien plus longtemps qu’il ne l’avait prévu.

La princesse était dangereuse… Pourtant, elle pouvait avoir l’air si innocente pour qui ne connaissait pas la vérité – un peu comme une araignée et sa toile chatoyante

Afficher en entier

" - Vous gardez des souvenirs flous d'une enchanteresse qui a vécu et respiré il y a mille ans... Quel âge avez-vous ?

- Je vous l'ai déjà dit princesse, je suis âgé.

- Oui mais quel âge avez-vous précisément ?

Il hésite, à peine.

- Deux mille ans.

Elle le regarda fixement, sous le choc

- Vous n'êtes pas vieux alors, vous êtes une relique. "

Afficher en entier

« vous pensez pouvoir changer les choses, n’est-ce pas ?

Elle n’hésita pas une seconde avant de lui répondre.

– J’en suis sûre, oui.

– Vous êtes si jeune, et si naïve. Peut-être un peu trop pour devenir reine.

Les yeux de la princesse s’étrécirent.

– Des insultes, rebelle…

Il éclata de rire.

– Lors de notre première rencontre, vous m’avez traité de sauvage. Maintenant, j’ai droit au titre un peu plus respectable de rebelle.

Un instant il se moquait d’elle, et juste après il avait l’air si sincère.

– La première fois que je vous ai rencontré, vous étiez un sauvage.

– Très contestable.

– Que vous vous soyez raccroché si longtemps à cette arme m’incite à me demander dans quelle mesure cela a changé.

– On dirait que nous allons devoir nous mettre d’accord pour ne pas être d’accord. »

Afficher en entier

« Peu importait qui l’on était, princesse, paysan, rebelle, ou un garçon ou une fille comme les autres. Tous portaient le deuil de la même façon quand leurs bien-aimés disparaissaient »

Afficher en entier

– J’espère seulement, pour vous, qu’elle a oublié notre nuit passionnée…

Magnus le regarda d’un air dur.

– Vous vous montrez très imprudent d’aborder un tel sujet maintenant.

Aron blêmit aussitôt.

– Je ne voulais pas vous manquer de respect.

Une vague de colère ardente allait balayer son simple agacement.

– Bien sûr que si. Tout ce qui sort de votre bouche est irrespectueux, Lagaris.

Aron se passa une main dans les cheveux et se mit à marcher de long en large, tout en prenant une autre gorgée à même sa flasque.

– C’est juste qu’épouser une fille qui n’a pas su garder sa virginité pour son futur mari…

– Taisez-vous avant d’insulter l’honneur de mon épouse !

Magnus sortit sa dague pour la passer sous ses ongles d’un air absent. Aron suivit les mouvements de la lame, les yeux emplis de terreur.

– Elle m’appartient désormais. Et non à vous. Ne l’oubliez jamais.

Afficher en entier

- Tâchez de cacher votre enthousiasme, princesse, marmonna Magnus, du moins jusqu’à la fin de la cérémonie.

À chaque mot prononcé par le prêtre, elle perdait un peu plus sa capacité à tout garder pour elle, mais elle restait vigilante. Sa force durement gagnée commençait déjà à l’abandonner et laissait place à la panique. Ses jambes menaçaient de se dérober sous elle.

– Je ferai de mon mieux, dit-elle d’un ton cinglant.

Le roi, impassible, se contentait de regarder.

– Ne me dites pas que vous n’êtes pas contente d’être ici, fit le prince entre ses dents.

– Je le suis sûrement autant que vous.

– Donnez-vous la main, ordonna le prêtre.

Cléo regarda la main de Magnus d’un air consterné.

– Allez, lui dit-il, vous me brisez le cœur !

Cléo serra les mâchoires.

– Pour cela, il faudrait que vous en ayez un.

Afficher en entier

"La mort ne résolvait rien. Ce n'était qu'une fin."

Afficher en entier

"L'obscurité essaiera toujours d'éteindre la lumière. La lumière essaiera toujours de réprimer l'obscurité."

Afficher en entier

"Le mal est un choix, pas un état naturel. Toujours."

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode