Livres
464 125
Membres
424 340

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par Suzanne55 2017-01-05T04:30:30+01:00

La route de montagne sinueuse luisait dans la lueur des phares. Beth regarda les lumières de la ville disparaître, happées par un virage. Ils avaient quitté Oliena un quart d’heure plus tôt, et la pluie semblait redoubler à mesure que la voiture prenait de l’altitude.

Elle se pencha vers le chauffeur de taxi.

— Est-ce encore loin ?

Puis elle se rappela qu’il ne parlait pas anglais et laissa échapper un long soupir. Il avait cependant dû comprendre sa question car, quelques instants plus tard, il lui jeta un coup d’œil dans son rétroviseur.

— Bientôt, Castello del Falco… le château du Faucon, comme vous dites, expliqua-t-il avec un fort accent italien.

Beth fronça les sourcils.

— Vous voulez dire que M. Piras habite un véritable château ?

Dans son esprit, la résidence privée du président de la banque Piras-Cossu, en Sardaigne, n’était rien d’autre qu’une luxueuse villa, qualifiée de « château » par snobisme.

Sans répondre, le chauffeur franchit une nouvelle crête du Gennargentu, l’impressionnant massif montagneux de l’île. Alors surgirent dans la nuit les contours sinistres d’une imposante forteresse médiévale. Beth retint son souffle. La route disparaissait sous un haut porche en pierre, comme avalée par cette gueule noire et béante. Des lampes illuminaient les murailles extérieures, révélant l’immensité du château, dont les gargouilles menaçantes apparaissaient comme autant de mauvais présages.

« Ça suffit ! » se réprimanda-t-elle, maudissant son imagination débordante. Pourtant, à mesure que la voiture approchait de l’édifice, elle fut envahie par une étrange appréhension, au point d’être tentée de faire demi-tour. Inexplicablement, il lui semblait que si elle passait le seuil du Castello del Falco sa vie en serait bouleversée à jamais.

En se tournant vers le lit nacelle fixé au siège, elle se répéta qu’elle était venue en Sardaigne pour Sophie. Pas question de faire marche arrière. Alors pourquoi son cœur battait-il à tout rompre lorsque la voiture passa l’immense porte noire ? Elle jeta un dernier regard en arrière, avec la sensation de pénétrer dans un monde inconnu.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode