Livres
472 340
Membres
444 628

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Le Dieu oiseau



Description ajoutée par Eilia 2018-02-16T13:23:03+01:00

Résumé

Un récit psychologique sombre et violent sur le traumatisme, la résilience, la vengeance. Un roman initiatique magistral.

Une île. Dix clans. Tous les dix ans, une compétition détermine quel clan va dominer l’île pour la décennie à venir. Les perdants subiront la tradition du « banquet » : une journée d’orgie où les vainqueurs peuvent réduire en esclavage, tuer, violer, et même dévorer leurs adversaires.

Il y a dix ans, Faolan, fils du chef de clan déchu, a assisté au massacre de sa famille. Sauvé par le fils du chef victorieux, Torok, il est depuis lors son esclave et doit subir ses fantaisies perverses. Sa seule perspective d’avenir est de participer à la compétition de « l’homme-oiseau », afin de renverser l’équilibre des pouvoirs en place et de se venger.

Qui du maître ou de l’esclave va remporter la bataille ? Quel enjeu pour les habitants de l’île ? Quel est le prix à payer pour la victoire ?

Le roman le plus fort et le plus brutal d’Aurélie Wellenstein à ce jour.

Afficher en entier

Classement en biblio - 132 lecteurs

Extrait

Extrait ajouté par leclipsa 2018-07-09T13:31:39+02:00

– (…). Pendant tout ce temps, j’ai voulu revenir dans mon clan. Mais là-bas, je suis un étranger. Les gens me haïssent, car j’étais l’esclave de notre ennemi. Et maintenant, je sers ses couleurs.

Une immense lassitude s’abattit sur lui, et l’espace d’un instant, il eut de tout abandonner. Pourquoi se battait-il exactement ? Avait-il vraiment cru que ramener l’œuf dans son ancien clan lui rendrait une famille ? Il avait tout perdu. Partout où il irait, il serait rejeté. Aucun clan ne voudrait de lui. On le méprisait, lui, qui en plus, avait perturbé le bon ordre de la cérémonie du sacrifice. Il n’était qu’un paria qui s’acharnait à s’accrocher à une identité qu’on lui refusait toujours et partout. Pourquoi ne s’était-il pas laissé tuer ? Tout serait terminé à présent. Il ne ressentirait pas cette atroce confusion, cette peine qui lui crevait le cœur.

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Commentaire ajouté par kadeline 2019-10-02T09:39:38+02:00
Lu aussi

Je suis bien embêtée avec cette lecture car ça n’a pas été aussi bien que ce que j’espérais. J’en ai beaucoup entendu parlé et m’attendais probablement à trop mais c’est une lecture mitigée pour moi. C’est gore oui je confirme mais c’était à la fois pas autant et plus qu’imaginé. Les descriptions sont peu détaillées ce qui les rend dures pas si horribles (elles le sont malgré tout) mais elles sont omniprésentes, c’est non stop. Du coup, on n’est pas dans quelques scènes bien cracra englobées dans une histoire mais dans des horreurs omniprésentes ce que je trouve plus dur personnellement. C’est bien écrit, fluide, ça coule tout seul, on ne voit pas les pages défilés et on a du mal à poser ce roman. Après il y a deux gros soucis pour moi : l’univers et le dernier tiers. L’univers est original, mais il n’est pas du tout développé, on en veut plus. On est balancé dans un monde imaginaire sans aucune clé de compréhension, on lit avec une quantité de questions sans avoir une seule réponse, aucun détail : comment on en est arrivé là ? pourquoi ce sacrifice ? quelle est cette religion ? qui sont les dieux ? etc etc

Quant à la fin, je n’ai pas compris ce choix, ça a fait plouf, tout ça pour ça. Pourquoi cette orientation ?

Pour moi c’est un univers qui avait beaucoup de potentiel et pouvait donner de nombreux axes de réflexions notamment sur la société, son évolution et la vengeance mais qui n’a pas été pleinement exploité, dommage.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Lolotte2003 2019-09-13T13:17:31+02:00
Diamant

Un petit coup de foudre pour ce roman !

L'histoire m'a tout de suite attirée, et après l'avoir attendue pendant longtemps j'ai en fin pu le lire et se fut un coup de cœur en particulier pour cette fin inattendu et prenante.

Son univers est fantastique et l'histoire est bien construite. Ce qui m'a plu le plus est sa psychologie recherché, je n'ai pourtant pas l'habitude de lire ce genre.

Enfin bref, ce fût un roman prenant et additif !!!

Afficher en entier
Commentaire ajouté par AlicePrince 2019-09-05T19:35:15+02:00
Argent

Je suis tombée sur ce livre un peu au hasard en déambulant dans les allées de ma médiathèque. La couverture (que je trouve magnifique) m'a tout de suite attirée, la 4ème de couverture a fini de me convaincre.

J'ai beaucoup aimé Faolan, le personnage principal. Désiré par personne, attendu nul part, cet esclave sans autre identité que celle du "chien de Torok" est bien plus complexe qu'on pourrait le croire.

Ténèbre ou lumière, il est capable du pire comme du meilleur et jusqu'au bout on ne sait pas quel chemin il décidera d'emprunter.

Bref, si en plus vous aimez les histoires où le héros doit réussir des épreuves, ce livre est fait pour vous.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Nepheris 2019-08-19T12:04:05+02:00
Lu aussi

J'ai lu ce roman après avoir lu la critique d'une amie, qui l'a adoré. Je l'ai lu rapidement, ce qui est un point positif : le style est très simple et l'histoire avance, donc on ne s'ennuie pas. L'univers est plutôt intéressant, également. Mais ce n'est pas un coup de cœur pour autant.

J'ai été captivé par la première page, par Faolan resté sur la plage grappillant le peu de temps libre dont il dispose pour s'entraîner. Puis tout de suite, la narration commence à expliquer tout ce qui lui est arrivé pour en arriver là, la mort de sa famille, l'esclavage... je trouve souvent ce genre d'écriture un peu lourd, et globalement, les informations n'étaient pas toujours très bien gérées. Spoiler(cliquez pour révéler)Par exemple, j'ai trouvé cela dommage que la mention de viols commis par Torok n'apparaissent qu'à partir du moment où Izel commence à vouloir embrasser Faolan. (Baiser qui tombait un peu comme dans un cheveu dans la soupe mais soit.) La plupart du temps, on a plutôt l'impression que Faolan oublie complètement ces viols et que la proximité physique ne le gêne pas, alors qu'il n'a clairement pas oublié.

Plus généralement, la psychologie des personnages, en particulier de Faolan, ne m'a convaincue. On sent que Faolan oscille entre la haine et une envie d'être approuvé par Torok, mais chaque moment est tranché : un moment il sombre dans la violence et ne rêve que de tuer Torok/massacrer son adversaire, l'instant suivant c'est comme s'il changeait de personnalité et refusait cette violence. Il n'évolue pas vraiment, il ne fait qu'évoluer entre ces deux extrêmes. Torok est un peu faible : ses tortures sont assez basiques, et globalement j'ai l'impression que c'est le problème de cet univers. L'autrice n'hésite pas à aller dans le glauque et le brutal : cannibalisme, mutilation, coups de fouet, cages, etc. tout en négligeant des formes plus subtiles de violences. Assez curieux de constater que les violences sexuelles, elles, sont suggérées de manière nette mais autrement assez absentes, alors qu'elles y auraient toute leur place.

Mais le gros problème, à mon sens, c'est que l'intrigue a du potentiel, mais repose sur des mécanismes tirés par les cheveux pour fonctionner. Un esclave qui veut passer les sélections et devenir le nouveau champion des clans, pour retrouver sa liberté et changer le monde, cool. Mais le truc, c'est qu'on nous dit dès le départ qu'il n'a jamais eu le temps pour s'entraîner, qu'il est assez faible physiquement. Pourtant cet homme parvient à passer toutes les épreuves sur son chemin, y compris lorsqu'il s'agit d'affronter des guerriers entraînés qui ont l'avantage de la force et de la technique sur lui. Le pire, pour moi, c'est le passage du sacrifice. Spoiler(cliquez pour révéler)Faolan a les mains attachées derrière un pilier, mais parvient à étrangler Torok avec ses jambes, puis à récupérer son poignard, à tirer son corps jusqu'à lui, à lui ouvrir la cage thoracique et à lui manger le cœur. Le tout, je le rappelle, en ayant les mains attachées *derrière* un pilier. J'ai relu plusieurs fois le passage parce que je n'étais pas sûr d'avoir bien compris, mais visiblement, ses entraves devaient être assez lâches ?? Et puis ça continue, encore et encore. Du coup, l'histoire a rapidement perdu crédibilité à mes yeux, et j'ai été assez indifférent à la fin. D'une certaine façon, c'était assez divertissant à lire, donc je ne peux pas dire que je me suis ennuyé en lisant cet ouvrage.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Keikana 2019-08-10T12:13:08+02:00
Argent

Aurélie Wellenstein reste dans son univers sauvage et brutal que j'apprécie beaucoup car la violence n'y est ni gratuite ni perverse. Dans le Dieu Oiseau, l'autrice pousse encore un peu plus loin les limites de cet univers et nous interroge intelligemment sur l'Être Humain. Souvent sombres, ses romans portent pour autant de beaux messages à travers des personnages complexes et une plume poétique et mature et c'est encore le cas ici.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par christalla 2019-08-09T06:45:48+02:00
Or

Descente aux Enfers avec ce roman fantasy qui me laisse à chaque chapitre tendue, pantelante, la gorge sèche. Violences et traumatismes jalonnent le récit jusqu'à l'étourdissement. J'ai "apprécié" (pas le terme qui convient) me retrouver dans la tête de Faolan pour visualiser les mécanismes qui régissent son cerveau meurtri. La torture morale a laissé des séquelles irréversibles. Hallucinant...

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Elhyandra 2019-08-04T15:52:19+02:00
Lu aussi

L’intrigue :

Dans un monde ultra-violent, on rencontre Faolan, esclave et souffre-douleur de Torok du clan du Bras de fer. Dans une semaine auront lieu les sélectifs pour déterminer quel clan dominera tous les autres pour les 10 ans à venir. Torok est certain qu’il sera le champion du Bras de fer et promet depuis 10 ans à Faolan d’en faire son sacrifice, autant dire que l’esclave est déterminé à renverser la vapeur et souhaite stopper cette tradition barbare du banquet qui consiste à dévorer les guerriers adversaires. Les dieux seront-ils favorables ?

Le monde & les personnages :

Dans ce monde, Aurélie Wellenstein utilise la culture et les croyances du peuple aztèque on retrouve tout cela dans les sacrifices humains notamment quand les champions de clan doivent arracher le coeur de leur sacrifice encore battant et le manger, les noms des dieux comme la déesse-lune Coyaulxauhqui, la calendrier avec les Nemontemi ou « jours sans vie » qui durent 5 jours en fin d’année et où l’utilisation du feu est strictement interdite en souvenir des ténèbres du début du monde.

Faolan est un jeune homme qui a vu sa famille massacrée lors des derniers sélectifs quand le banquet s’est déroulé dans son clan de la Horgne. Sa mère violée, son père tourné à la broche avant d’être dévoré, Faolan ne doit la vie qu’à Torok, 11 ans à l’époque, qui l’a réclamé comme esclave à cause de ses yeux clairs. Il lui doit la vie mais une vie passée dans la souffrance physique autant que psychologique, pour se protéger Faolan se renferme de plus en plus profondément en lui-même pour ne plus ressentir et fonctionner en pilote automatique, mais ses sentiments pour son bourreau sont assez ambivalents, il n’a que lui depuis 10 ans, Torok est son monde et Faolan a besoin d’attention comme n’importe quel être humain. Torok, lui, est un jeune homme fort, très sportif, qui s’entraine depuis 10 ans pour remporter la Quête de l’homme-oiseau. Il ne s’épanouit que dans la destruction et de l’anéantissement de l’autre, il a un immense talent dans le tatouage où il fait des dessins à couper le souffle.

Il y a d’autres personnages bien sûr qui seront croisés par Faolan mais ils sont moins travaillés étant surtout présents pour faire avancer l’aventure et amener des pistes de réflexion pour notre héros et pour nous également, sur des thèmes très actuels tels que la nature humaine et notre impact écologique (un thème de prédilection de l’autrice j’ai l’impression).

Qui de Torok ou Faolan va représenter le Bras de fer ? Et quelles réponses se trouvent sur l’île où se passe la Quête ?

En bref, j’ai bien aimé ce roman car la psychologie du personnage principal est très travaillée, on le suit avancer lentement sur le fil entre raison et folie, l’amour/haine qu’il ressent pour son maître façon syndrome de Stockholm. L’une de mes meilleures lectures pour le Plib jusqu’à présent avec Rouille, il me reste encore une lecture à effectuer avant le vote.

Afficher en entier
Pas apprécié

Ce roman fait partie des 5 finalistes du PLIB 2019, en tant que membre du jury, j’ai lu ce livre.

Le moins que je puisse dire, c’est que j’ai été déroutée par cette histoire. On est plongé dans un pays imaginaire où tous les 10 ans les représentants des clans s’affrontent à mort pour devenir le maître pour les 10 prochaines années. C’est une épreuve où absolument tout est permis pour ramener l’œuf doré du dieu oiseau.

C’est un roman à l’univers glaçant, l’autrice n’a pas peur de repousser les limites de l’humanité, elle en fait presque des bêtes. Cannibalisme, esclavage, viol, violences, meurtres, rien ne nous ai épargnés. J’ai du plusieurs fois sautés des pages pour ne pas lire certains passages en particulier lors du cannibalise.

Niveau personnage, je dois dire que j’ai eu du mal avec Faolan, réduit en esclavage par Torok, fils du précédent gagnant. Au départ je l’ai pris en pitié mais j’ai eu beaucoup de mal avec son comportement au cours du roman même si j’ai peu comprendre en parti son comportement.

J’ai trouvé le roman particulièrement long. Je voyais les pages défilées et jamais les concurrents arrivaient à l’œuf. Mais dès qu’ils y sont et que l’un d’entre eux le ramène, j’ai trouvé que la fin arrivait bien trop rapidement. J’aurai simplement aimé que l’autrice révèle davantage sur l’après (peut-être cinq ans plus part), ce qui s’est passé après la victoire d’un des protagonistes.

En bref, un roman que j’ai trouvé long et qui n’a pas su me convaincre. Mon premier contact avec cette autrice n’est malheureusement pas un succès.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Lapommequirougit 2019-07-07T20:26:37+02:00
Bronze

https://lapommequirougit.com/2019/07/07/le-dieu-oiseau-%e2%80%a2-aurelie-wellenstein/

C’est une histoire bien étrange et en même temps prenante que je viens de découvrir là. Le Dieu oiseau est un roman particulier, mais en même temps touchant. En même temps, quand on lit son résumé, on sait à quoi s’attendre directement.

UN UNIVERS TERRIFIANT

Nous nous retrouvons plongé dans un univers bien atypique. Ils existent dix clans. Tous les dix ans, un champion désigné dans chaque clan à la suite de deux épreuves. Le but sera simple, les dix champions s’affrontent pour récupérer l’œuf d’or et devenir le Dieu oiseau. Ce qui assurera à leur clan prospérité et fertilité de leur terre pour les dix ans à venir.

Mais cela n’est rien à côté de l’horreur qui attend les perdants. Une fois que le Dieu oiseau est désigné pour un clan. Le clan en question doit honorer la tradition du « banquet ». Lors de ce dernier il y a des viols, des meurtres et des gens réduits en esclavages des autres clans. C’est une vraie boucherie, qui est pour eux une offrande aux Dieu.

LE TRISTE DESTIN DE FAOLAN

Faolan avait à peine six ou sept ans quand l’œuf d’or fut gagné par un clan ennemi. Il a pu assister de ses propres yeux à l’horreur du banquet. Sa mère s’est fait violer sous ses yeux. Son frère mangé, son père embroché puis manger… Il aurait préféré mourir, mais la vie en à décider autrement. Le fils du vainqueur à décider de faire de lui son esclave.

Depuis, Faolan vis dans la perspective d’une vengeance. Il n’a qu’une idée en tête. Participer aux sélections des champions dans dix ans et remporter l’œuf d’or. Afin d’organiser un banquet dans lequel il se vengerait de ceux qui ont tué, violé et mangé sa famille.

UNE HISTOIRE QUI SORT DU LOT

C’est une histoire vraiment atypique que j’ai pu découvrir ici. C’est un récit dur et il faut parfois avec le cœur accroché, surtout si comme moi vous avez une imagination très fertile.

On ressent la haine et l’envie de se venger de Faolan. Pourtant, malgré le fait qu’on pourrait penser instinctivement qu’il gagnera l’œuf d’or, vu qu’il est le héros de l’histoire. Au fur et à mesure de notre lecture et des épreuves qu’affronte notre héros, on finit par se poser la question si finalement, il y arrivera.

UN STYLE FLUIDE

Le style d’écriture d’Aurélie Wellenstein est très fluide. A par certain passage que je trouvais un peu long à certain moment, la plupart du temps, j’ai trouvé ma lecture agréable et facile à lire.

EN CONCLUSION

Le Dieu oiseau est une histoire violente. Des clans qui se combattent pour un œuf d’or afin de devenir le Dieu oiseau. Pour ensuite organiser un banquet où tu viols, dévore et met en esclavage ton ennemi. C’est le récit d’un jeune homme qui a soif de vengeance. Un style d’écriture fluide et agréable, malgré quelque longueur. Ayez le cœur accroché si vous voulez lire cette histoire, surtout si comme moi, vous êtes très sensible.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Hypermnestra 2019-06-15T18:40:31+02:00
Or

J'ai dévoré ce livre. L'histoire m'a fascinée et horrifiée. La violence, la folie... J'ai adoré, surtout le personnage principal qui est très bien développé. J'ai apprécié l'aspect psychologique et la réflexion concernant les dieux. Cependant, la fin me laisse dubitative. Elle ne m'a pas déçue mais presque. Je comprends le choix de l'auteur et cette fin est réaliste, elle correspond à l'état mental du personnage. Mais le livre est si intense que la fin paraît trop simple.

Afficher en entier

Date de sortie

Le Dieu oiseau

  • France : 2018-03-29 (Français)

Activité récente

Évaluations

Meilleurs classements dans les Listes Booknode

Editeurs

Les chiffres

Lecteurs 132
Commentaires 42
Extraits 7
Evaluations 69
Note globale 7.64 / 10

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode