Livres
515 290
Membres
528 671

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

– Je t’aimerai jusqu’à mon dernier souffle, Julianne, que tu m’aimes ou non. C’est mon paradis. Et mon enfer.

Afficher en entier

Quand elle regagna la chambre, elle l’aperçut par la porte ouverte de la terrasse. Au moment de le rejoindre, son attention fut attirée par un magnifique bouquet panaché d’iris violet foncés et d’autres plus clairs, dans un vase sur le bureau. La plupart des amants auraient acheté des roses rouges à longues tiges, mais pas Gabriel.

Elle ouvrit la carte nichée au milieu des fleurs.

" Ma chère Julianne,

Merci pour ce cadeau inestimable.

La seule chose de valeur dont je dispose, c’est mon cœur.

Il t’appartient, Gabriel "

Afficher en entier

Il lui caressa les cheveux des deux mains, les soulevant et les écartant pour tous les mouiller.

– Tu as l’impression que je suis souillée.

– Loin de là.

Il lui prit la main et la pressa contre son tatouage sur la poitrine.

– Tu es ce qui ressemble le plus à un ange, reprit-il, soutenant son regard sans ciller. Mais je crois que nous devons nous débarrasser tous les deux de notre passé.

Il rassembla sa chevelure d’un côté et l’embrassa dans le cou. Reculant, il versa un peu de son shampoing à la vanille dans la paume de sa main. Il le lui fit pénétrer dans le cuir chevelu, lui massant lentement le crâne, avant de descendre jusqu’à la pointe de ses boucles. Il se montrait soigneux dans ses gestes. S’il fallait lui démontrer par un acte que son amour pour elle était bien plus profond qu’un engouement sexuel, c’était le moment ou jamais.

Quand Julia commença à se détendre, elle repensa à l’un des rares bons souvenirs qu’elle avait de sa mère. Elle était petite, et sa mère lui lavait les cheveux dans la baignoire. Elle se rappelait combien elles avaient ri toutes les deux. Elle se remémora son sourire.

Elle préférait que ce soit Gabriel qui lui lave les cheveux. Il s’agissait d’un acte très tendre et intime. Elle était nue devant lui, et il la débarrassait de sa honte.

Lui aussi était nu, mais il prit soin d’éviter de la bousculer ou de l’effleurer avec son érection légèrement embarrassante. Il n’était pas question de sexe. Il s’agissait de lui faire comprendre que quelqu’un l’aimait.

Afficher en entier

– Il n’y a eu personne d’autre. Tu étais dans mes bras même quand j’étais seul. Mais si tu devais me dire que tu es tombée amoureuse d’un autre et que tu es heureuse, je te laisserais partir. Même si ça devait m’anéantir.

Il baissa la voix.

– Je t’aimerai jusqu’à mon dernier souffle, Julianne, que tu m’aimes ou non. C’est mon paradis. Et mon enfer.

Afficher en entier

L’enseignant se dressa de toute sa hauteur.

– Je veux t’épouser. Ça implique que je fasse amende honorable auprès de ton père. J’aimerais pouvoir me trouver dans la même pièce que lui sans qu’il tente de me tirer dessus. Ou de me castrer.

– Ce n’est pas le bon moment pour lui demander ma main, chuchota-t-elle. Avec un peu de chance, il renoncera à la castration pour pouvoir t’amputer des deux jambes… avec son couteau suisse.

Afficher en entier

L’amour, c’est faire plaisir aux autres sans rien attendre en retour.

Afficher en entier

La grâce, ce n’est pas quelque chose qu’on mérite ou non, Gabriel, lui fit doucement remarquer

Julia. Elle est issue de l’amour. Et Dieu accorde à tout le monde des secondes chances, des tendres pousses et sa miséricorde, même si certains n’en veulent pas.

Il l’embrassa sur le dos de la main.

– Précisément. Dans la crypte de la basilique, quelque chose s’est produit. J’ai compris que tu ne pouvais pas me sauver. Et j’ai trouvé… la paix.

– On cherche parfois la grâce, et c’est elle qui finit par nous trouver.

Afficher en entier

À deux heures du matin, Julia sursauta. Elle était dans le lit de Gabriel, dans sa chambre plongée dans l’obscurité. Et seule.

Après le départ de Paul, Gabriel l’avait rejointe. S’il l’avait vue discuter avec Paul, il n’en avait rien montré, même s’il était resté assez silencieux pendant leur dîner festif. Alors qu’elle s’apprêtait à aller se coucher, il l’avait embrassée sur le front en lui promettant de la rejoindre très vite. Quelques heures plus tard, il n’était toujours pas couché.

Elle longea le couloir sur la pointe des pieds. Il faisait noir dans toutes les pièces de l’appartement.

Seule la lumière qui filtrait sous la porte du bureau de Gabriel était visible. Elle s’immobilisa, tendant l’oreille. Quand elle entendit le cliquetis d’un clavier d’ordinateur, elle tourna la poignée et pénétra dans la pièce.

Le moins que l’on puisse dire, c’est que Gabriel fut surpris. Il se tourna vers elle, les yeux plissés et l’air gêné derrière ses lunettes.

Afficher en entier

– Je t’aime. Follement.

Quelque chose dans le ton de sa voix fit battre son cœur plus vite.

– Moi aussi, je t’aime. Je t’aime beaucoup trop, j’en suis sûr. Mais je ne sais pas comment t’aimer autrement.

Il avait chuchoté ces dernières paroles, mais elles s’évanouirent dans l’air.

– Moi non plus, je ne sais pas comment t’aimer autrement, lui répondit-elle sur le même ton.

– Alors, que Dieu ait pitié de nous.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode