Livres
472 648
Membres
445 523

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Commentaire de CecileM

Le Docteur Pascal


Commentaire ajouté par CecileM 2019-07-09T15:30:40+02:00

Je dois dire que j'ai trouvé ce tome assez décevant. C'est une sorte de commentaire de la série elle-même, une oeuvre méta-romanesque donc. Zola y expose de manière explicite sa philosophie par l'intermédiaire du personnage du docteur Pascal. Mais je vois peu d'intérêt à ces passages très didactiques, voire idéologiques, scientifiquement datés. D'un point de vue purement littéraire, ce tome est d'un bien moindre niveau que la plupart des autres tomes de la série. Avec le personnage de Clotilde, il dresse un portrait très traditionnel et bourgeois de la femme, qui se donne entièrement à l'homme, donne une vue très traditionnelle aussi de l'amour et du rapport sexuel entre les amants qui doit avoir pour finalité l'enfantement. Zola se projette bien sûr dans le personnage du docteur Pascal et met dans ce roman beaucoup de la relation qu'il a eu sur le tard avec Jeanne Rozerot, bien plus jeune que lui et dont il a eu deux enfants. Il est notable qu'il n'emploie jamais le mot inceste pour qualifier la relation entre Pascal et sa nièce Clotilde, alors qu'il utilisait ce mot dans "La Curée" pour la relation entre Maxime et sa belle-mère Renée, relation qui, elle n'a rien de consanguin. D'autre part, la théorie de l'hérédité, telle qu'il la présente, apparaît finalement comme une justification de l'ordre social. Il faut laisser faire la vie et la nature (une conclusion somme toute proche de celles des partisans du libéralisme économique). "Il faut vivre pour l'effort de vivre, pour la pierre apportée à l'oeuvre lointaine et mystérieuse, et la seule paix possible, sur cette terre, est dans la joie de cet effort accompli."

Je retient cependant la scène entre la tante Dide, l'ancêtre qui finit sa vie à l'asile et le petit Charles, dernier rejeton de la famille hémophile, symbole de la dégénérescence finale de la lignée, opposition et ressemblance entre la plus âgée et le plus jeune. Subsiste aussi le parchemin jauni de l'arbre généalogique sur lequel Pascal écrit à la main la date de sa mort.

Afficher en entier

Répondre à ce commentaire

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode