Livres
472 903
Membres
446 197

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par Zinthia 2011-12-29T13:21:34+01:00

Dans la chaleur de l’ardente après-midi de juillet, la salle, aux volets soigneusement clos, était pleine d’un grand calme. Il ne venait, des trois fenêtres, que de minces flèches de lumière, par les fentes des vieilles boiseries ; et c’était, au milieu de l’ombre, une clarté très douce, baignant les objets d’une lueur diffuse et tendre. Il faisait là relativement frais, dans l’écrasement torride qu’on sentait au dehors, sous le coup de soleil qui incendiait la façade.

Debout devant l’armoire, en face des fenêtres, le docteur Pascal cherchait une note, qu’il y était venu prendre. Grande ouverte, cette immense armoire de chêne sculpté, aux fortes et belles ferrures, datant du dernier siècle, montrait sur ses planches, dans la profondeur de ses flancs, un amas extraordinaire de papiers, de dossiers, de manuscrits, s’entassant, débordant, pêle-mêle. Il y avait plus de trente ans que le docteur y jetait toutes les pages qu’il écrivait, depuis les notes brèves jusqu’aux textes complets de ses grands travaux sur l’hérédité. Aussi les recherches n’y étaient-elles pas toujours faciles. Plein de patience, il fouillait, et il eut un sourire, quand il trouva enfin.

Afficher en entier
Extrait ajouté par clarenceglyndon 2018-04-22T20:07:49+02:00

Une joie de savant s’était emparée du docteur, devant cette œuvre de vingt années, où se trouvaient appliquées, si nettement et si complètement, les lois de l’hérédité, fixées par lui.

Chapitre V

Afficher en entier
Extrait ajouté par clarenceglyndon 2018-04-22T20:06:06+02:00

Mais il semblait qu’une infinie tendresse, toute frémissante de pitié fraternelle, se faisait en lui, au moment de descendre dans les douloureuses vérités de l’existence ; et c’était quelque chose de très indulgent et de très grand, émané de sa personne, qui allait innocenter, devant la jeune fille, l’effrayante débâcle des faits. Il en avait la volonté, il dirait tout, puisqu’il faut tout dire pour tout guérir. N’était-ce pas l’évolution fatale, l’argument suprême, que l’histoire des êtres qui les touchaient de si près ? La vie était telle, et il fallait la vivre. Sans doute, elle en sortirait trempée, pleine de tolérance et de courage.

Chapitre V

Afficher en entier
Extrait ajouté par clarenceglyndon 2018-04-22T19:58:26+02:00

C'est le conflit de la science et de la foi, ou plus exactement de la sérénité scientifique et de l'inquiétude de l'inconnu, qui donne au roman toute sa portée, et qui le place en face à face avec le Disciple, Làs-bas, Un homme libre ou Le Désesperé.

Préface

Edition d'Henri Mitterand

Folio Classique

Afficher en entier
Extrait ajouté par clarenceglyndon 2018-04-22T19:57:44+02:00

Le fait marquant, aux alentours de 1890, est la renaissance de l'idéalisme. Les foules se précipitent à Lourdes. L'Eglise multiplie les efforts, à la fois pour enfiévrer le mysticisme des fidèles, avec l'érection des basiliques et le culte du Sacré-Coeur, et pour ramener à elle des basiliques et le culte du Sacré-Coeur, (...).

A l'inverse, Léon Bloy dénonce le ramollissement de la foi et des oeuvres. brunnetière affirme que la science a perdu son prestige et que la religion a reconquis une partie du sien. De Vogué, Bourget, Huysmans font le procès du rationalisme, de l'esprit de libre examen ; ils proclament que le besoin de foi est éternel et que la science ne répondra jamais à toutes les aspirations des hommes. On attaque, pêle-mêle, la "France juive ", les franc-maçons et l'école sans Dieu. (...)

Le Docteur Pascal sera écrit comme un premier barrage contre tout cela -dont l'affaire Dreyfus sera l'épiphénomène le plus spectaculaire.

Préface

Edition d'Henri Mitterand

Folio Classique

Afficher en entier
Extrait ajouté par clarenceglyndon 2018-04-22T19:56:22+02:00

Le docteur Pascal, (...), résumera et ennoblira tous les traits d'un type d'homme auquel Zola porte une grande déférence, à la fois pour la nature de son savoir et de son pouvoir, pour l'importance de sa mission humaine et pour les découvertes futures de la science médicale.

Préface

Edition d'Henri Mitterand

Folio Classique

Afficher en entier
Extrait ajouté par lelette1610 2017-09-19T14:31:19+02:00

Il faut vivre, vivre tout entier, vivre toute la vie, et plutôt la souffrance, la souffrance seule, que ce renoncement, cette mort à ce que l'on a de vivant et d'humain en soi.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode