Livres
506 132
Membres
514 050

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par fan06 2018-05-29T07:38:48+02:00

Le Baltic Charisma a été construit en 1989, à Split en Croatie. Il fait 170 mètres de long, 28 mètres de large et peut accueillir plus de deux mille passagers. Mais cela fait bien longtemps que ce ferry sous pavillon suédois n’a pas affiché complet. Aujourd’hui, c’est un jeudi et à peine mille deux cents passagers se pressent pour y embarquer. Il y a peu d’enfants, on est début novembre et les vacances d’automne sont terminées. En été, le pont supérieur est encombré de transats, mais à présent il est presque vide, sauf quelques passagers qui ont embarqué ce matin en Finlande. Pour rejoindre un Stockholm automnal, où les derniers rayons du soleil n’arrivent pas à réchauffer la ville. Nombre de passagers attendent avec impatience que le Charisma quitte le port pour que les bars puissent ouvrir.

La femme nommée Marianne se trouve parmi les dernières personnes dans la foule qui gravissent lentement la passerelle vitrée surplombant le bitume du parking. Un homme aux cheveux longs l’entoure d’un bras. Les rayons obliques et dorés rendent leurs visages plus doux. La passerelle tourne à angle droit vers la gauche et Marianne aperçoit le ferry, dont la taille l’impressionne. Il est plus haut que son immeuble. Des étages sur étages de métal peint en blanc et jaune. Comment peut-il flotter ? Elle voit l’ouverture dans la proue, une énorme bouche affamée qui se nourrit de véhicules. Le roulis sous ses pieds, comme s’ils étaient déjà en haute mer, est-il provoqué par cette ouverture ? Elle songe à la cabine qu’elle a réservée. L’option la moins chère, sous le pont des voitures. Sous le niveau de l’eau. Sans fenêtre. Le ferry semble grandir à chacun de ses pas. Le nom « BALTIC CHARISMA » est tracé dans une typographie élégante, ses lettres de plusieurs mètres de hauteur. L’oiseau de mer fumant la pipe lui sourit. Elle veut retourner à terre. Courir vers le terminal. Mais il lui semble entendre le tic-tac de l’horloge de son appartement vide, et elle continue d’avancer. Feint d’ignorer cette sensation qu’ils sont tous des animaux en route vers l’abattoir.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode