Livres
464 287
Membres
424 685

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Son regard effleura le mien, et des larmes me piquèrent les yeux. Moi qui étais si jalouse, certaine qu'il préférait Evite! Son bref coup d'oeil le plaçait au-delà de son rôle de père : c'était mon allié.

Afficher en entier

Il ne voulait pas songer à son intervention sur le marché, mais je tenais à ce qu'il sût que je le comprenais. " Oui, c'est le travail d'un père. Et certains se risquent dans une foule déchaînée pour sauver un malheureux chien d'une lente agonie et mettre des chiots et un âne à l'abri." Je me tournais vers Crible. Je ne l'avais jamais regardé en face et cela me fut pénible mais je plantai mes yeux dans les siens. "Rappelez à ma soeur qur mon père est un homme d'un grand courage, quand vous la verrez ; dites-lui que j'apprends moi aussi à être courageuse"

Afficher en entier

Évite avait raison: ma vigilance n'était plus ce qu'elle était; j'avais perdu l'habitude de l'intrigue. Je réfléchis à toute allure. La messagère disait être pourchassé; ses poursuivants avaient-ils pénétré dans Fletribois pour la capturer et l'emmener? Dans la vieille résidence pleine de coins et de recoins, c'était tout an fait possible. J'avais examiné ses blessures et ne la jugeais pas en état de menacer quiconque; il n'était pas non plus vraisemblable qu'elle eût décidé de s'en aller sans délivrer son message.

Afficher en entier

C'est aujourd'hui. [...] Le papillon dans le jardin, papa. L'aile est par terre et l'homme pâle t'attend.

Afficher en entier

[...] Celui qui étrangle, celui qui étouffe, celui qui saigne à blanc, tous peuvent bien prétendre que leurs victimes ne souffrent pas, ils mentent. Tout ce qu'ils peuvent affirmer avec véracité, c'est que leurs souffrances leur sont invisibles ; et nul ne revient leur dire qu'ils se trompent.

Afficher en entier

Ceci est le rêve de la fin de mon temps. Je l'ai fait sous six formes différentes, mais je ne décrirai que ce qui ne change pas. Il y a un loup grand comme un cheval; il est noir, immobile comme une statue, les yeux fixes. Mon père est gris poussière et vieux, très vieux. 'Je suis épuisé' dit-il dans deux des rêves; dans trois autres, c'est: 'Je regrette, Abeille.' Dans le dernier, le se tait, mais son silence exprime tout. J'aimerais ne plus faire ce rêve; il est trop puissant, comme s'il devait se réaliser quelle que soit la voie que j'emprunte. Quand je me réveille, j'ai l'impression de m'être encore rapprochée d'un lieu froid et dangereux.

Journal de mes rêves, Abeille Loinvoyant

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode