Livres
443 226
Membres
378 366

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par Celine-65 2018-10-20T17:43:14+02:00

- Griffin Shipley t'appelle PRINCESSE ?

- Euh, ouais. C'est horrible, pas vrai ?

Tout ma vie, les gens ont pris pour acquis que je suis une enfant pourrie gâtée. J'avais toujours les vêtements dernier cri et j'étais inscrite dans une école privée, très cotée. Le prix de tout ça, c'est que ma mère me rappelait tous les jours combien je la décevais.

Souvenirs, souvenirs.

Je range mon téléphone dans mon sac à main.

- C'est pas horrible, c'est ... wouah.

Zara prend un air rêveur.

- Pourquoi ? Je ne comprends pas !

Elle soupire.

- Il se prend pour Han Solo, tu sais ? Son rêve le plus fou c'est d’être un héros d'aventure.

Je ris.

- Ok. Et alors ?

- Comment est-ce que Han appelle Leia ? PRINCESSE. J'ai vu ce putain de film une douzaine de fois pour essayer de comprendre ce mec. J'ai jamais réussi. On dirait que tu as eu plus de chance.

Elle pose son menton dans le creux de sa main et poursuit.

- Je suis sérieuse. Je n'ai jamais vu Griff faire le moindre effort pour une fille. Bien joué petite sœur.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Roxy427 2018-12-07T21:19:40+01:00

Je jette un coup d'œil à Audrey, qui fronce les sourcils en regardant ce cochon d'environ quatre-vingt-dix kilos, vidé, sans peau, et étalé sur notre immense plateau en aluminium. Puis, malencontreusement, elle tombe sur la tête de Tauntaun posée juste là, dans un seau, et dont les yeux nous fixent quasiment.

-Attendez ! crie-t-elle en gesticulant.

Oh merde !

-Si tu as la nausée, tu peux reculer.

Audrey se tourne vers moi.

-Griff Shipley, tu n'as tout de même pas l'intention de jeter cette tête sans enlever la viande des joue !

-Excuse-moi ?

-Tu m'as très bien entendu. Non, tu sais quoi, je vais le faire.

Elle s'agenouille et tire le seau vers elle pour que ce soit plus commode. Puis elle tend la main pour qu'on lui donne un couteau.

Ahuri, je lui remets le mien. Se penchant au-dessus du seau, elle saisit l'oreille du porc et enfonce la lame du couteau sous la peau.

-La joue est la seule partie de l'animal qui est à la fois maigre et tendre. C'est délicieux, braisé avec des épices du Szechuan. Je suis sûre qu'en une seconde je pourrais faire de vous des italiens pure souche, si on y ajoutait vite fait des tomates italiennes, du vin, un peu d'ail et de l'origan frais...

Elle continue à découper en faisant un cercle délicat sur le visage du cochon à l'aide du grand couteau.

Zach, à côté de moi, me donne un coup de coude, incrédule. Le regard que je lui renvoie veut dire, je sais, on est d'accord, elle est incroyable. Même le nouveau met la main devant sa bouche pour cacher un sourire.

Audrey pose alors un morceau de viande sur le plat que ma mère nous a laissé. Puis elle tourne la tête et continue la découpe, de l'autre côté cette fois. Après avoir obtenu la pièce qu'elle voulait, elle repousse du coude le seau sous la table et lève les yeux vers moi.

-Est-ce que je peux continuer ? Je n'ai jamais découpé de rôti d'épaule. Cette partie-là sera pour des steaks de lame, et ensuite il y a les filets...

Epouse-moi. Mon cerveau est tout à elle et je suis bouche-bée devant ses mains ensanglantées et son sourire éclatant. Note à moi-même : ne plus jamais énerver Audrey à l'avenir, du moins s'il y a un couteau de chef bien aiguisé dans les parages.

Afficher en entier

" Cuisiner, c'est comme aimer. On devrait le faire en s'abandonnant complètement ou ne pas le faire du tout." Harriet Van Horne.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Elouu 2019-01-02T13:27:38+01:00

- J’adore quand tu veux faire une dégustation, bébé.

Griff me respire, puis il recule.

- Monte dans ce truck avant que je te saute ici, maintenant, dans l’allée.

- D’accord.

J’ouvre la portière.

- Mais uniquement parce que ça risquerait de traumatiser ta mère et Zach.

Afficher en entier

C'est juste que....putain, nous deux ensemble, c'est une combinaison dangereuse. On aurait besoin de panneaux comme on en voit accrochés aux bidons de gas-oil, dans les granges à tracteurs, avec écrit dessus : ATTENTION : INFLAMMABLE.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Emi-1 2018-11-25T12:04:43+01:00

Son sourire un peu timide va droit à ma bite.

Putain je suis foutu.

Afficher en entier
Extrait ajouté par clem005 2018-11-05T10:48:39+01:00

- Grand-Père, qu'en dis-tu si on te déménage demain dans la maison ?

Son grand-père, une fourchette à la main et l'excellent breuvage de Griffin dans l'autre, se contente de grogner.

- Je ne peux pas persuader Audrey de rester dans le Vermont si je l'installe dans le dortoir. On pourrait avoir un peu plus d'espace dans la petite maison et tu pourrais avoir un meilleur accès à la salle à manger ici.

Ruth retient son souffle. Grand-Père ne dit rien pendant un long moment. Il prend un peu d'accompagnement et mâche, avant de boire une gorgée de cidre.

- Du riz à la noix de coco, finit-il par dire.

- Mais encore ? dit Griffin.

- J'emménage ici demain si Audrey me fait son riz à la noix de coco. Avec les légumes épicés.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Soleil-1 2018-10-11T23:39:59+02:00

« – Tu es un garçon malin, tu sais ça ? Tu trouves la bonne fille et tu la traites bien.

– J’essaie, dit Griffin d’une voix grave.

– Tu peux m’apporter des cartons vides ce soir. Après le dessert, bien sûr.

– Je vais le faire, promet Griff.

Ruth joint les mains.

– Parfait ! J’organise ta chambre demain à la première heure. On va brancher ta télévision et je pense même que Griff pourra y installer ton fauteuil réglable, si tu veux. Ou bien je lui trouverai un endroit dans la maison.

– N’importe, dit Grand-Père, comme s’il s’en moquait.

Il tend son assiette pour qu’on lui serve une tranche de dinde.

Après ça, j’ai du mal à parler. Je mange mon plat et écoute les Shipley se disputer pour savoir qui va avoir le contrôle de la télécommande de la télé ce soir. (Le match de football du lundi soir versus l’émission de Daphné. Ce n’est pas elle qui a gagné…) Je sirote mon homonyme de cidre et m’émerveille sur ma bonne étoile. »

Extrait de 

Amertume - Le Grand Nord Tome 1

Sarina Bowen

Afficher en entier

C'est elle, mon vrai plan quinquennal. Je ne sais pas encore comment ça va se passer. Mais je n'ai pas l'intention d'abandonner.

Afficher en entier

Je tends la main pour attraper la sienne et, du bout des doigts, je caresse son poignet, puis son avant-bras.

Elle tremble et je rigole.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode