Vous utilisez un bloqueur de publicité

Cher Lecteur,

Nous avons détecté que vous utilisez un bloqueur de publicités (AdBlock) pendant votre navigation sur notre site. Bien que nous comprenions les raisons qui peuvent vous pousser à utiliser ces outils, nous tenons à préciser que notre plateforme se finance principalement grâce à des publicités.

Ces publicités, soigneusement sélectionnées, sont principalement axées sur la littérature et l'art. Elles ne sont pas intrusives et peuvent même vous offrir des opportunités intéressantes dans ces domaines. En bloquant ces publicités, vous limitez nos ressources et risquez de manquer des offres pertinentes.

Afin de pouvoir continuer à naviguer et profiter de nos contenus, nous vous demandons de bien vouloir désactiver votre bloqueur de publicités pour notre site. Cela nous permettra de continuer à vous fournir un contenu de qualité et vous de rester connecté aux dernières nouvelles et tendances de la littérature et de l'art.

Pour continuer à accéder à notre contenu, veuillez désactiver votre bloqueur de publicités et cliquer sur le bouton ci-dessous pour recharger la page.

Recharger la page

Nous vous remercions pour votre compréhension et votre soutien.

Cordialement,

L'équipe BookNode

P.S : Si vous souhaitez profiter d'une navigation sans publicité, nous vous proposons notre option Premium. Avec cette offre, vous pourrez parcourir notre contenu de manière illimitée, sans aucune publicité. Pour découvrir plus sur notre offre Premium et prendre un abonnement, cliquez ici.

Livres
713 220
Membres
1 004 822

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Le Joueur d'échecs



Description ajoutée par Virgile 2009-01-01T00:00:00+01:00

Résumé

Qui est cet inconnu capable d'en remontrer au grand Czentovic, le champion mondial des échecs, véritable prodige aussi fruste qu'antipathique ? Peut-on croire, comme il l'affirme, qu'il n'a pas joué depuis plus de vingt ans ? Voilà un mystère que les passagers oisifs de ce paquebot de luxe aimeraient bien percer.

Le narrateur y parviendra. Les circonstances dans lesquelles l'inconnu a acquis cette science sont terribles. Elles nous reportent aux expérimentations nazies sur les effets de l'isolement absolu, lorsque, aux frontières de la folie, entre deux interrogatoires, le cerveau humain parvient à déployer ses facultés les plus étranges.

Une fable inquiétante, fantastique, qui, comme le dit le personnage avec une ironie douloureuse, " pourrait servir d'illustration à la charmante époque où nous vivons ".

Afficher en entier

Classement en biblio - 2 814 lecteurs

extrait

Extrait ajouté par x-Key 2010-11-20T18:13:59+01:00

Vouloir jouer aux échecs contre soi-même est aussi paradoxal que vouloir marcher sur son ombre.

Afficher en entier

Commentaires les plus appréciés

Diamant

un livre magistral...

on se laisse emporter par le récit du 'joueur', par la description de la manière dont il en est arrivé là...

Zweig explore les limites et les dépassements du cerveau humain; au final on ne sait même plus si on doit plaindre ou envier cet homme!

Afficher en entier
Lu aussi

Ce court roman ne vous laissera pas indifférent. C'est dérangeant, troublant et même désespérant.

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Commentaire ajouté par Shinies 2024-04-10T10:09:25+02:00
Lu aussi

Je n’ai pas grand-chose à en dire. De mal comme de bien. On ne fait qu’effleurer le sujet, les échecs, la folie, la passion et la guerre et, quelque part, ca reste suffisant. Ca se laisse lire, tout simplement. Et ca me donne envie, au final, de faire une partie d’échecs, so, what else ?

Afficher en entier
Commentaire ajouté par 1001chapitres 2024-02-26T10:20:14+01:00
Lu aussi

Je lis peu de classiques et si ce sont généralement des lectures que j’apprécie, je cale toujours un peu au moment de les chroniquer. Que dire qui n’a déjà été dit mille fois? Suis-je vraiment en mesure de produire un jugement pertinent sur une œuvre qui a traversé le décennies, voir les siècles?

Je pourrais commencer par dire que c’est un classique relativement facile d’accès, par sa longueur (100 pages à peine) mais aussi par son style pas trop alambiqué. Et j’embraierais sur le propos en lui-même, fort intéressant au premier comme au second degré de lecture!

Comment ne pas se passionner pour ce face-à-face entre un rustaud génial et un aristocrate cultivé, deux personnages qui s’opposent mais sont réunis par une même monomanie: les échecs? L’un se complaît dans le vide tandis que l’autre l’abhorre au point de sombrer dans la folie quand il y est confronté. La partie d’échecs entre deux mondes antinomiques révèle le talent génial de Zweig, qui métaphorise sa propose révolte contre le régime nazi.

Une lecture idéale pour celles-ci qui voudraient aborder les classiques sans plonger tout de go dans un pavé de 800 pages!

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Zeniox 2024-02-25T20:02:18+01:00
Or

J'ai adoré cette nouvelle de Stefan Sweig

On voit ici l'histoire d'un homme qui pour échapper à la folie que lui procure l'isolement total de son emprisonnement, se tourne vers les échecs ce qui paradoxalement le rendra fou.

La psychologie de Mr.B qui pour qui faire face à la barbarie qu'il éprouve dépasse les limites de l'esprit humain. On ne peut que remarquer qu'il lui est aussi facile de retomber dans la folie, qu'une personne retombe facilement dans une addiction au moindre écart.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par KennyG6 2024-02-24T17:11:40+01:00
Pas apprécié

J'ai été totalement déçue par ce roman ! Tout d'abord, on croit qu'on va avoir affaire à un thriller alors que c'est juste un traité sur les échecs et sur les horreurs de la seconde guerre mondiale avec un pseudo fil narrateur. En réalité, il aurait été plus pertinent de prendre plus de temps pour s'épancher sur la folie qui atteint le protagoniste plutôt que de vouloir simuler une histoire qu'il ne prend même pas la peine de développer. Les personnages sont très mal développés, excepté le protagoniste, l'auteur ne fait que gratter la surface des personnages qu'il présente pour les abandonner presque aussitôt. Par exemple, le champion du monde d'échecs semble avoir une personnalité particulière, l'auteur insiste de nombreuses lignes sur son caractère si spécial pour passer du coq à l'âne et l'abandonner totalement jusqu'à la fin du roman, ça n'a aucun sens ! Je me suis sentie frustrée par le fait que l'auteur ne travaille pas davantage son oeuvre et que le seul objet de ce court roman, je pense qu'on pourrait plutôt parler de nouvelle, reste les échecs. En plus, l'écriture est fade, plate et sans le moindre intérêt. Le style d'écriture de l'auteur est simpliste, il n'y a aucun jeu rythmique ni syntaxique et les mots se suivent de manière monotone et presque aléatoire. Une lecture plus que décevante. J'en suis triste car j'avais beaucoup d'attentes au début de cette lecture et elles ont toutes été déçues et réduites en cendres.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Oce_907 2024-02-21T00:31:24+01:00
Argent

J'ai lu ce livre pour un projet en français et j'en ressors très contente ! Il mélange virtuosement l'amour d'un jeu et la psychologie. Très bon livre pour les amoureux des échecs et de la psychologie !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Loloduf 2024-02-10T16:25:42+01:00
Argent

Je découvre avec cette nouvelle au programme du bac français le style de Stefan Zweig et c’est une bonne surprise : le style est fluide et abordable, l’histoire bien que courte est prenante. Les notes de bas de page, la préface et la postface apportent une dimension supplémentaire à l’histoire. Je lirai avec plaisir d’autres œuvres de cet auteur.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par NatalieT 2024-02-10T07:34:55+01:00
Or

Ce roman évoque le pouvoir de la force mentale pour échapper à la barbarie et ici en l’occurrence, des échecs comme échappatoire.

Sur un bateau en route pour Buenos Aires a lieu le tournoi du champion du monde d’échecs alias Czentovic, contre un redoutable adversaire, le seul capable de le vaincre et qui n’a pourtant pas joué depuis des années. C’est essentiellement l’histoire de ce deuxième protagoniste qui nous est contée. Cet homme a appris à jouer en dilettante à ce jeu de stratégie passionnant et a pu survivre sans sombrer dans la folie auxquelles d’autres n’auraient pas échappé.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Chrystal_09 2024-02-03T22:27:00+01:00
Argent

Qui est cet inconnu capable d'en remontrer au grand Czentovic, le champion mondial des échecs, véritable prodige aussi fruste qu’antipathique ? Peut-on croire, comme il l'affirme, qu'il n'a pas joué depuis plus de vingt ans ? Voilà un mystère que les passagers oisifs de ce paquebot de luxe aimeraient bien percer.

Le narrateur y parviendra. Les circonstances dans lesquelles l'inconnu a acquis cette science sont terribles. Elles nous rapportent aux expérimentations nazies sur les effets de l'isolement absolu, lorsque, aux frontières de la folie, entre deux interrogatoires, le cerveau humain parvient à déployer ses facultés les plus étranges.

Une fable inquiétante, fantastique, qui, comme le dit le personnage avec une ironie douloureuse, " pourrait servir d'illustration à la charmante époque où nous vivons ".✨

Un des rares bons livres qu'on vous fait acheter au collège, j'ai vraiment beaucoup aimé surtout le passage cloîtré entre quatre murs.✨

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Inesraptor 2024-02-03T09:40:53+01:00
Or

Le docteur B. raconte au narrateur la torture subie dans un asile nazi.

Contrairement aux méthodes létales et physiquement violentes appliquées aux juifs, le docteur B., dont les nazi soupçonnaient les activités illégales/espionnes (cachait la fortune de personnes juives), était soumis à une torture psychologique (enfermement dans une pièce blanche contenant que 5 meubles et sans aucun contact humain). L’absence d’information commence à le rendre fou (« rien ne terrasse autant l’âme humaine que le néant »). Il commence à essayer de se souvenir de poèmes ou de calculs mathématiques appris à l’école, essaie de découvrir de nouveaux détails manqués dans sa cellule (« aucun sens n’avait la moindre nourriture à avaler », il pointe le fait qu’il n’avait ni livre ni feuille ni stylo pour nourrir ou poser ses pensées). « Ici, rien ne pouvait me détourner de mes pensées, de mes fantasmes, de mes ressassements maladifs. Et c’est précisément ce qu’ils recherchaient : je devais ressasser et ressasser encore mes pensées, m’en étouffer jusqu’à n’avoir d’autres choix que de les vomir, de déballer mon sac, de déballer tout ce qu’ils voulaient entendre pour, enfin, leur livrer les informations et les gens qu’il souhaitaient. »

Il est sur le point de sombrer dans la folie lorsqu’il parvient à voler un livre lors d’un de ses interrogatoires. Il s’agit d’un livre de stratégie d’échecs.

Il apprend par cœur les jeux des grands maîtres et les joue dans relâche dans sa tête. Puis il se met à élaborer ses propres jeux. Pour cela il se dédouble. Il joue et rêve échecs. Son monde ne se limitait plus qu’à 64 cases, toutes ses facultés mentales tendaient vers ces 64 cases. Il sombre dans la folie et doit être hospitalisé.

Quand il rejoue pour la première fois après 25 ans contre le champion du monde, à la demande du narrateur, il le bat mais replonge dans un état de trans.Spoiler(cliquez pour révéler)[spoiler][/spoiler]

Afficher en entier
Commentaire ajouté par phenicia1 2024-02-02T12:01:44+01:00
Diamant

J'ai beaucoup aimé cette nouvelle, la manière dont s'était écrite et la manière dont se trame l'histoire.

Afficher en entier

Date de sortie

Le Joueur d'échecs

  • France : 2013-01-09 (Français)

Activité récente

Titres alternatifs

  • Nouvelle du jeu d'échecs - Français
  • Schachnovelle - Allemand

Évaluations

Les chiffres

lecteurs 2814
Commentaires 282
extraits 50
Evaluations 669
Note globale 8.06 / 10

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode