Livres
553 811
Membres
598 305

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode


Ajouter un commentaire


Liste des commentaires

Commentaire ajouté par TulipeNoire 2014-11-11T16:38:18+01:00
Argent

Palpitant et cruel

Le monde a sombré dans un mystérieux chaos depuis que les adultes sont plongés dans un profond sommeil dont rien ne semble pouvoir les tirer. Enfants, bébés et adolescents sont très vite livrés à eux-mêmes, les réserves de nourriture sont pillées, les centres commerciaux deviennent la cible de bandes organisées, prêtes à tout. Léo, Marie, Sam, Paul et quelques autres tentent de survivre en faisant face à toujours plus d'obstacles, de souffrances et de drames. La résistance s'organise autour du petit groupe et bientôt les enfants affamés affluent de toute part, réclamant toujours plus de nourriture, plus de sécurité. Un roman qui m'a énormément fait penser à la série Gone, un monde sans adultes, un sujet déjà vu, des enfants broyés dans l'engrenage de la survie à laquelle ils ne sont pas préparés. Léo et Sam m'ont particulièrement rappelé Matt et Dekka, mais là où l'oeuvre de Paul Beorn diffère, c'est certainement concernant la noirceur de certaines situations plus ancrées dans un monde réel alors que celui de Gone déviait largement en SF. En résumé un excellent roman, intense, sombre, émouvant et parfois cruel, qui ravira à coup sûr les fans de Gone, d'Autre-monde, d'Ennemis, ou encore de Seuls au monde.

Argent : 8/10

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Jadan 2017-12-14T15:54:12+01:00
Or

L'aventure est vu par le point de vue de 2 jeunes Léo et Marie. Marie est une fille intelligente, belle, curieuse et amoureuse de Léo.

Léo est un chef née, il restera tout au long du livre le seul qui n'aura jamais été un trou de cul ou un salopard. Il a des amis sur qui il peut compter.

Alors l'histoire est assez unique en soit même si bien sur on reste sur de la post-apo. l'histoire donne assez bien de point de réflexion sur notre vie quotidienne. Un des sujets pilier du roman est le viole :/

A certain moment malheureusement il manque un peu d'action mais sinon cela n'est pas non plus dérangent cela le fais juste plus réelle.

Quelque révélation plus surprenante les une que les autres.

Si j'ai pas mis diamant c'est parce que j'aurais vraiment aimé qu'il y ai une sorte (je sais pas comment dire) de par exemple: 3 mois plus tard. Pour voir une bonne conclusion et ne pas se poser 3 milles question vu qu'il n'y a pas de suite

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Freshdeline 2014-12-29T02:08:47+01:00
Bronze

Ce livre à été pour moi si fascinant, si prenant, si génial mais en même temps tellement horrible. J'avais du mal à vouloir le finir mais j'avais encore plus de mal à lâcher cette lecture. C'est un livre poignant. On se croirait acteur du livre et non lecteur. Les personnages nous prennent à la gorge, on les sent en nous, on est en eux, à leur place. Cette situation de fin du monde dans laquelle se trouvent Marie, Léo et les autres nous paraît si réaliste, on a l'impression de vivre la même chose et puis on lève les yeux du livre deux secondes et on voit, on se souvient que ce n'est qu'une fiction. Les détails sont tellement crus mais si importants. On se dit que l'auteur aurait pu faire quelque chose de moins frappant, être plus soft, et au final on se rend compte que s'il n'y été pas allé aussi fort, on n'aurait j'aimais cru à son histoire. L'ambiance chaotique de ce roman est oppressante mais il nous est impossible d'y détacher les yeux. En lisant, la panique nous prend quand l'un des personnages a des soucis ou quand quelque chose va de travers. Même quand tout va bien, on stresse à l'idée de la prochaine horreur qu'ils vont subir et comment ils vont bien pouvoir s'en sortir.

Un livre étonnant où l'on voit que même dans un monde fait de cruauté il y a toujours de bons côtés et de bonnes personnes. Mais surtout, un livre qui nous fait réfléchir sur cette question plus qu'une autre : et si c'était nous dans cette situation, comment réagirions-nous ?

Afficher en entier
Commentaire ajouté par lecturedeClara 2015-01-29T18:10:39+01:00
Diamant

Ce livre est est un vrai COUP DE CŒUR!

Mon cœur battait tellement vite du début à la fin que je suis épuisée.

Comment ne pas rentrer dans l'histoire de Léo et toute sa bande?

Les personnages sont attachants Spoiler(cliquez pour révéler)Certains avec un destin plus tragique que d'autre.

Leur monde est cruel et sans pitié Spoiler(cliquez pour révéler)La preuve avec la mort de Marcelo Je ne vous cache pas qu'à certain passage j'étais obligée de verser quelques larmes, c'était vraiment trop triste!

Afficher en entier
Commentaire ajouté par carolee 2015-05-26T07:26:48+02:00
Bronze

Livre qui m'a plu de suite par son titre et sa couverture . Un monde de chaos quand , du jour au lendemain les enfants se retrouvent seuls , sans adultes pour faire tourner le monde .

Cette histoire m'a fortement rappelé une série que j'ai commencé à lire , ( Gone ) , donc j'avoue que je n'ai pas été emballée plus que ça .

Les personnages sont bons , l'écriture très fluide et agréable à lire mais voilà , il m'a manqué ce petit plus .

La fin m'a déçue aussi , ce n' est pas tant la chute mais je trouve que ça c'est déroulé trop vite .

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Alanna2 2015-07-09T18:49:02+02:00
Or

Enorme ! Les deux personnages principaux, Léo et Marie sont deux personnes totalement différents et apportent à l'histoire tout ce qui fait le charme du livre. les écritures sont aussi totalement différent, quand on est dans la peau de Léo l'écriture est tout en vrac, comme s'il pensait à plusieurs choses à la fois. Cela contraste avec Marie, où l'écriture est plus posé.

Le livre rappelle un peu Gone mais en un peu plus réelle ou encore Seuls au monde mais en plus cruel.

Ce livre est fort, intense. Il nous déchire, nous secoue.

Léo est un personnage tellement vrai et tellement beau qu'il a été une des raisons majeurs pour laquelle j'ai continué ma lecture. Les petits sont tellement mignons au milieu de ce monde de haine et les sources de joies sont tellement rare qu'elles nous remplissent d'un bonheur intense.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par loufoka 2014-12-09T10:56:18+01:00
Or

http://meloufoka.blog4ever.com/le-jour-ou-de-paul-beorn

Apres un début où j’ai failli crier au scandale pour plagiat du livre « seuls au monde » !!!Je rectifie beaucoup ma rage car au final un livre qui m’a emmené plus loin, plus sombre que seuls au monde…

Un jour un virus inconnu, se répand sur terre et les personnes âgées de + de 17/18 ans sombrent dans une sorte de coma ou stase énigmatique. Et les enfants se retrouvent livrés à eux même et commence l’anarchie la plus totale bien évidemment…

Le coté y a des bons, y a des gentils, déjà vu ! Mais arrivé au 2/3 du livre, là débute les choses sérieuses ! L’auteur a été publié en jeunesse mais je mets tout de même en garde, l’aspect un peu glauque (mais hyper réaliste pour une fois…) de ce que peuvent faire des enfants coupés de directive parentale ou d’autorité d'adultes. De le faire paraitre en jeunesse est quand même un peu juste au vu de scènes chocs ! Heureusement ce ne sont que quelques passages du livre, mais il vaut mieux être prévenu qu’ en dessous de 14 ans je pense que ce livre fera un peu trop « réfléchir »…

Mais justement c’est pour ça que je l’ai trouvé original, la direction prise par l’auteur. Enfin un livre sur ce thème qui bouscule un peu le coté trop gentillet et du coup + réaliste.

Les personnages un peu stéréotypés, sans être non plus sans intérêt. Je ne savais pas qu’il était un one shot et au final tant mieux car je n’ai pas envie de lire une suite sans fin ou juste pour faire une suite.

Je suis parti en voulant le brûler, pour finir super contente de ne pas avoir perdu mon temps dans une lecture archi lu. Il a été une bonne surprise et je le conseille si vous êtes fan de « gone » « seuls au monde » et d’ « autre monde de Chattam »

Afficher en entier
Commentaire ajouté par LesFantasydAmanda 2021-05-11T11:00:36+02:00
Argent

Retrouvez d'autres chroniques sur mon blog : https://lesfantasydamanda.wordpress.com/

--- Une nouveauté à petit prix ---

Les éditions Castelmore (intégrées au groupe Bragelonne) profitent de leur nouvelle collection BigBang pour rééditer certains de leurs anciens titres en poche, et donc à moindre prix. Est-ce que j’en profite allègrement ? Absolument !

Je remercie donc la maison d’édition pour cet envoi. Honnêtement, je n’ai pas hésité longtemps avant de demander Le jour où… en service de presse. D’abord, parce qu’il est écrit par Paul Beorn, auteur auquel je souhaitais m’essayer depuis longtemps. Ensuite, parce qu’il s’agit d’un roman d’anticipation faisant mention d’un étrange virus. En somme, ma came !

Je tiens toutefois à préciser que ce one-shot n’est pas à mettre entre toutes les mains. En effet, même s’il est catégorisé en young adult en raison de ses héros adolescents, il n’en demeure pas moins très violent. Meurtres, viols et tortures parsèment donc le récit, et ce n’est pas toujours beau à voir…

--- Les adolescents aux commandes ---

Ils ont 14, 15 ou 16 ans et n’ont plus le temps d’être des enfants. Plongés dans un profond coma, papa et maman ne veilleront plus sur leur bien-être, ne les aideront plus à grandir. Aujourd’hui, ils sont seuls et livrés à eux-mêmes…

Un tel scénario fait froid dans le dos, pas vrai ? C’est pourtant le postulat de départ exploité avec brio par Paul Beorn dans ce roman aux allures de fin du monde. La survie devient donc la priorité de chacun, et tous les coups sont permis !

Si la première partie du livre fut plaisante, la seconde m’a carrément prise aux tripes. Entre coups bas, représailles et manipulations, l’intrigue gagne progressivement en intensité jusqu’à faire exploser le cœur du lecteur. L’auteur n’épargne pas ses personnages, et tant mieux. En plus de créer de nombreux rebondissements, cela apporte du crédit au récit !

--- Des héros aux hormones survoltées… ---

Voilà qui les caractérise à merveille. Autant vous dire que ce ne fut pas toujours une partie de plaisir. Maintes fois, j’ai levé les yeux au ciel, tant leur attitude me paraissait exagérée. Regards lubriques, propositions indécentes et pulsions irrésistibles sont leur lot quotidien, alors que le monde s’écroule autour d’eux. Qu’à cela ne tienne, ils peuvent tout à fait s’organiser afin de survivre et, dans le même temps, songer à cette proximité qui les excite. Heureusement, cet aspect de l’histoire s’estompe quelque peu (mais pas totalement) face à l’urgence de la situation !

Ceci étant dit, l’auteur s’appuie sur ces comportements libidineux pour démontrer les dérives sexuelles qui ne manqueraient pas de survenir en l’absence de règles et, surtout, de respect envers autrui. De jeunes femmes sont ainsi reléguées au rang de jouets sexuels, comme si elles ne valaient pas plus qu’une paire de vieilles chaussettes. Horrible, mais hautement probable…

Notez que la plume est adaptée aux héros, et donc au public. À la fois jeune et percutante, elle retranscrit parfaitement le langage utilisé par les personnages.

--- …mais terriblement attachants ! ---

Deux adolescents prêtent leur voix au roman de manière alternée. D’un côté, nous suivons Léo, un gamin de 16 ans qui n’est pas près de renoncer à ses valeurs. Si vous voulez mon avis, il joue un peu trop les héros, mais il n’est ni invincible, ni surdoué, ce qui lui confère une véritable substance.

En parallèle, des chapitres sont consacrés à Marie, l’une de ses meilleures amies et probablement sa soupirante la plus déterminée. Et comme pour Léo, cette première impression ne fut pas très positive. Pourtant, au fil des pages, Paul Beorn a su démontrer tout son talent afin de développer la psychologie de ses personnages. Certes, ceux-ci sont un tantinet trop obnubilés par le sexe mais, du reste, ils sont tous finement construits.

J’ai étrangement apprécié Joan en dépit de son attitude too much, car elle sonne terriblement vrai sous les couches d’artifices derrière lesquelles elle s’abrite. Mon seul bémol concerne Charly, qui tombe dans le cliché du prédateur en un claquement de doigts. Quel dommage !

--- J’ai retenu mon souffle jusqu’à la dernière page ---

Si, en milieu de roman, la tournure des événements m’avait déjà scotchée, ce fut l’escalade jusqu’au dénouement. Empruntant quelque peu au thriller, Le jour où… s’achève de manière spectaculaire, malgré quelques facilités ici et là.

Je tiens d’ailleurs à remercier l’auteur pour avoir apporté des réponses au sujet du virus, car c’est souvent ce qui manque dans ce genre d’histoire. Je prends pour exemple la saga U4 qui, si mes souvenirs de Jules sont bons, fournissait très peu d’explications.

En bref, une belle réussite qui me donne envie de découvrir Paul Beorn en fantasy. Et, justement, le premier tome de Calame m’attend bien sagement dans ma PAL…

Afficher en entier
Commentaire ajouté par LesFantasydAmanda 2021-05-11T10:59:35+02:00
Argent

Retrouvez d'autres chroniques sur mon blog : https://lesfantasydamanda.wordpress.com/

--- Une nouveauté à petit prix ---

Les éditions Castelmore (intégrées au groupe Bragelonne) profitent de leur nouvelle collection BigBang pour rééditer certains de leurs anciens titres en poche, et donc à moindre prix. Est-ce que j’en profite allègrement ? Absolument !

Je remercie donc la maison d’édition pour cet envoi. Honnêtement, je n’ai pas hésité longtemps avant de demander Le jour où… en service de presse. D’abord, parce qu’il est écrit par Paul Beorn, auteur auquel je souhaitais m’essayer depuis longtemps. Ensuite, parce qu’il s’agit d’un roman d’anticipation faisant mention d’un étrange virus. En somme, ma came !

Je tiens toutefois à préciser que ce one-shot n’est pas à mettre entre toutes les mains. En effet, même s’il est catégorisé en young adult en raison de ses héros adolescents, il n’en demeure pas moins très violent. Meurtres, viols et tortures parsèment donc le récit, et ce n’est pas toujours beau à voir…

--- Les adolescents aux commandes ---

Ils ont 14, 15 ou 16 ans et n’ont plus le temps d’être des enfants. Plongés dans un profond coma, papa et maman ne veilleront plus sur leur bien-être, ne les aideront plus à grandir. Aujourd’hui, ils sont seuls et livrés à eux-mêmes…

Un tel scénario fait froid dans le dos, pas vrai ? C’est pourtant le postulat de départ exploité avec brio par Paul Beorn dans ce roman aux allures de fin du monde. La survie devient donc la priorité de chacun, et tous les coups sont permis !

Si la première partie du livre fut plaisante, la seconde m’a carrément prise aux tripes. Entre coups bas, représailles et manipulations, l’intrigue gagne progressivement en intensité jusqu’à faire exploser le cœur du lecteur. L’auteur n’épargne pas ses personnages, et tant mieux. En plus de créer de nombreux rebondissements, cela apporte du crédit au récit !

--- Des héros aux hormones survoltées… ---

Voilà qui les caractérise à merveille. Autant vous dire que ce ne fut pas toujours une partie de plaisir. Maintes fois, j’ai levé les yeux au ciel, tant leur attitude me paraissait exagérée. Regards lubriques, propositions indécentes et pulsions irrésistibles sont leur lot quotidien, alors que le monde s’écroule autour d’eux. Qu’à cela ne tienne, ils peuvent tout à fait s’organiser afin de survivre et, dans le même temps, songer à cette proximité qui les excite. Heureusement, cet aspect de l’histoire s’estompe quelque peu (mais pas totalement) face à l’urgence de la situation !

Ceci étant dit, l’auteur s’appuie sur ces comportements libidineux pour démontrer les dérives sexuelles qui ne manqueraient pas de survenir en l’absence de règles et, surtout, de respect envers autrui. De jeunes femmes sont ainsi reléguées au rang de jouets sexuels, comme si elles ne valaient pas plus qu’une paire de vieilles chaussettes. Horrible, mais hautement probable…

Notez que la plume est adaptée aux héros, et donc au public. À la fois jeune et percutante, elle retranscrit parfaitement le langage utilisé par les personnages.

--- …mais terriblement attachants ! ---

Deux adolescents prêtent leur voix au roman de manière alternée. D’un côté, nous suivons Léo, un gamin de 16 ans qui n’est pas près de renoncer à ses valeurs. Si vous voulez mon avis, il joue un peu trop les héros, mais il n’est ni invincible, ni surdoué, ce qui lui confère une véritable substance.

En parallèle, des chapitres sont consacrés à Marie, l’une de ses meilleures amies et probablement sa soupirante la plus déterminée. Et comme pour Léo, cette première impression ne fut pas très positive. Pourtant, au fil des pages, Paul Beorn a su démontrer tout son talent afin de développer la psychologie de ses personnages. Certes, ceux-ci sont un tantinet trop obnubilés par le sexe mais, du reste, ils sont tous finement construits.

J’ai étrangement apprécié Joan en dépit de son attitude too much, car elle sonne terriblement vrai sous les couches d’artifices derrière lesquelles elle s’abrite. Mon seul bémol concerne Charly, qui tombe dans le cliché du prédateur en un claquement de doigts. Quel dommage !

--- J’ai retenu mon souffle jusqu’à la dernière page ---

Si, en milieu de roman, la tournure des événements m’avait déjà scotchée, ce fut l’escalade jusqu’au dénouement. Empruntant quelque peu au thriller, Le jour où… s’achève de manière spectaculaire, malgré quelques facilités ici et là.

Je tiens d’ailleurs à remercier l’auteur pour avoir apporté des réponses au sujet du virus, car c’est souvent ce qui manque dans ce genre d’histoire. Je prends pour exemple la saga U4 qui, si mes souvenirs de Jules sont bons, fournissait très peu d’explications.

En bref, une belle réussite qui me donne envie de découvrir Paul Beorn en fantasy. Et, justement, le premier tome de Calame m’attend bien sagement dans ma PAL…

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Marina009 2021-05-10T20:28:40+02:00
Pas apprécié

https://booksbookmarks.wordpress.com/2021/05/10/le-jour-ou-paul-beorn/

Tout d’abord, je souhaite remercier les éditions Bragelonne pour l’envoi de ce roman en version poche !

Je me faisais une joie de commencer ce titre mais curieusement, à chaque fois que j’essayais de le commencer, je n’arrivais pas à dépasser le chapitre 2 et je me disais que ce n’était donc pas le moment. J’ai reposé le livre et ai essayé de lire d’autres livres à la place. Puis, près d’un mois plus tard, je me suis dit qu’il serait temps de le ressortir puisque sinon je n’arriverai jamais à m’y mettre.

Et je crois que m’être forcée à le reprendre n’a pas été une bonne chose puisque je n’ai pas réussi à aimer ma lecture ni à m’y attacher. L’écriture était pourtant bien agréable et fluide mais les chapitres longs ont quelque peu alourdi le récit pour moi. L’auteur n’a pas réussi à m’embarquer suffisamment pour que naisse mon intérêt pour l’histoire.

Le point où j’ai eu le plus de mal est les enfants qui évoluent sans adultes. Je n’avais jamais lu de récit de ce style mais je sais que plusieurs récits sont assez semblables. J’ai voulu tenter avec celui-ci et je pense que finalement le sujet n’est pas vraiment pour moi. J’ai vraiment du mal avec le fait que les enfants gouvernent le monde au final, donnant une touche assez immature, de plus, leurs histoires d’amour me semblent assez mal placées dans ce genre-là.

Malgré ça, j’ai plutôt bien apprécié Léo, un de nos personnages principaux et j’ai apprécié que le livre se découpe en plusieurs points de vue. Cela apporte de la dynamique.

Malgré tout, même si je n’ai pas vraiment été embarquée dans le récit, j’ai quand même apprécié la résolution de l’histoire même si je m’y attendais un peu et je le recommande tout de même pour ceux qui cherchent un récit qui tient en un tome et tout de même haletant !

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode