Livres
436 851
Membres
362 873

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Le jour où mon pénis est tombé



Description ajoutée par marionbel 2017-09-15T14:04:53+02:00

Résumé

Je m'appelle Fabrice Carmen, j'ai 43 ans, je suis le présentateur vedette de la matinale d'une grande radio française. J'ai du fric, je suis connu, les meufs m'adorent, je suis le mec que tout le monde rêve d'être! Sauf que récemment les petits désagréments s'accumulent. Mon pénis, par exemple, il est tombé, un matin, sous la douche. Ça fait un choc de le voir à côté de la savonnette... Et cette nouvelle animatrice à la radio qui ne porte jamais de culotte, c'est la fille d'un cinéaste connu, je crois qu'elle essaie de me piquer ma place. Et comme une apothéose, à l'instant où je vous parle, une femme est allongée sur mon canapé hors de prix, une coupe de champagne plantée dans la gorge. Je m'allumerais bien une clope, moi...

Afficher en entier

Classement en biblio - 9 lecteurs

Extrait

Extrait ajouté par GabrielleViszs 2018-07-12T12:00:45+02:00

Y’a des jours comme ça, qui vous changent une vie… Ces jours où quelque chose bascule et rien ne sera jamais plus comme avant… J’ai vécu deux évènements de ce type-là, cette année… Le premier, c’est aujourd’hui, un vulgaire lundi de la fin août 2013… L’autre, c’est au mois de novembre de la même année… mais on en parlera plus tard… Faut toujours garder le meilleur pour la fin…

Pour l’instant, nous sommes à l’aube d’un lundi comme on en vit dans une sociale démocratie occidentale… On est le vingt-six août de l’année 2013 à Paris… Pas de guerre, pas de pénurie particulière, une certaine liberté d’action… Il est trois heures quinze du matin et curieusement, je ne panique pas… Je suis debout… Je me dis que je vais pas pouvoir aller bosser… L’eau tiède me coule sur la nuque et je ne saigne pratiquement pas… Je fixe le sol, je le regarde, là… À terre… Il gît, pas très loin du gel douche… La mosaïque est moderne, heureusement, ça égaye un peu…

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Commentaire ajouté par GabrielleViszs 2018-07-12T12:00:01+02:00
Or

Je remercie l'auteur David Duranteau pour être venu toquer à ma porte afin de me proposer son roman par le biais du site simplement. Au début, la couverture ne m'a pas attiré et au final... toujours pas mdr, sauf qu'elle va parfaitement avec l'histoire. J'avoue que le titre m'a bien fait rire et une fois plongée entre les pages, difficile de ne pas lever les yeux au ciel, mais c'est pour plus tard.

Fabrice Carmen est un super présentateur radio, le matin, vraiment très tôt. Il a ses habitudes, ses envies, bref tout ce qu'il faut pour lui. Les femmes tombent sous son charme, il drague tout ce qui bouge ou presque. Imbu de sa personne sans vraiment martyriser les gens, mais plutôt en se moquant d'eux, il va lui arriver quelque chose d'impensable : il perd son pénis. Oui, littéralement. Depuis quelques jours, il voit bien qu'il y a quelque chose de pas normal. Il bande sans cesse, il est violacé, mais qu'importe, cela va s'arranger. Sauf qu'une douche, un coup de zizi dans l'une des parois et le morceau tombe... Pourquoi ? Comment ? Où l'a-t-il foutu pour être dans cet état ? Parce que franchement il faut y aller non ? Étant une femme je ne risque pas d'avoir ce problème, mais pour lui, les ennuis commencent. Les urgences sont obligatoires, avec le morceau dans une poche de glace... Le rendez-vous pour faire trinquer une certaine Léa le soir même tombe à l'eau... Le pauvre est bien obligé de composer avec ce qui va lui rester. Et s'il devenait un homme sans pénis ?

Promis je ne me moque pas de l'auteur, mais du personnage. Bon sang, lorsque j'ai compris qu'il venait de le perdre littéralement, j'ai explosé de rire. Je me suis même dis : bien fait ! Macho à fond, l'auteur dépeint ce Fabrice comme LE mec parfait en tout point (selon le point de vue de môssieur FAbrice, excusez du peu). Imbu, nombrilisme, il ne s'attache pas, enfin ça c'est un point à soulever. Parce qu'en fait il joue les m'as-tu-vu-de-service, le meilleur-en-tout-genre, ouais ouais, mais il cache bien son jeu le pépère. L'histoire débute sur cet homme qui a tout fait, qui gagne très bien sa vie et de gauche en plus. Bah voyons, autant fourrer de la politique là-dedans ! L'auteur en rajoute des couches et des couches, des tonnes et des tonnes de clichés que, non, cela n'en est pas lassant. Au contraire. Tout le monde y passe, non pas dans le lit de Fabrice, même si apparemment Dieu c'est lui et qu'il sait s'en servir... Enfin il savait !

J'ai cherché le flic, le policier, le truc qui allait tomber et paf, c'est là juste devant nous sans avoir vu venir la chose. Enfin presque. De petits détails font qu'il y a anguille sous roche. Quelqu'un semble le surveiller de près. Est-ce pour cela qu'il a perdu sa virilité ? Passons ce détail qui horripile Fabrice durant... toute l'histoire en fait. Il tente de s'en sortir, l'opération est une réussite d'un certain point de vue. Le médecin urgentiste est... une femme ! Pas de bol, surtout qu'elle est sarcastique à souhait et j'adore les joutes verbales que l'on a eu le droit. D'ailleurs tout le livre ne cesse d'être rempli de sarcasmes. Que ce soit sur ses amis, son patron, les femmes, Fabrice en a pour tout le monde. Un peu comme ce comique qui a un humour noir que j'adore, c'est tout a fait ce que nous avons ! J'allais oublier le chauffeur de VTC, Benito et pas un chauffeur de taxi banal.

Plusieurs personnages font leur apparition. Il y a Léa qui va remplacer Fabrice à la matinale. Avec son enthousiasme et le fait qu'elle n'y connaisse rien, elle fait un peu cruche tout de même. Le médecin, Hélène est bourré de complexes, surtout au niveau de sa poitrine... Fréderic Mansard, inspecteur de police. Comment parler de lui ? En fait, on va le zapper ! De toute façon, c'est un flic, un peu comme celui qui entend ce que lui raconte Fabrice lors d'une déposition, mais qui écrit ce qu'il veut bien. Son patron dont j'ai déjà oublié le prénom parce qu'il n'en vaut pas la peine. Benito qui m'a bien fait rire, qui veut le meilleur pour sa famille et pour lui, comme son père veut pour ses propres enfants. La voisine de palier un peu nympho sur les bords. Tout ce petit monde gravite autour de notre Dieu en puissance. Il y en a bien d'autres qui ont un intérêt certain. Et forcément quand au lieu de se taper une femme, il revient des toilettes et la trouve morte sur son canapé, quelle mauvaise idée elle a eut là !

Petit bémol, le changement de personnage n'est pas facile à suivre, j'ai été un peu perdu par moment sans avoir les prénoms au début, après cela va mieux.

En conclusion, une histoire qui fait sourire, rire même. Il ne faut pas tout prendre au premier degré comme dans la vie, sinon on serait "mâle" ! Un côté policier léger avec un auteur qui a réussi à me faire croire à un coupable, alors que ce n'était pas ce personnage mais un autre. Le monde est montré comme superficiel, mais il y a de bonnes âmes capable du meilleur comme du pire ! Une histoire qui n'a ni queue ni tête (sans mauvais jeu de mots, quoique...) mais qui au final montre jusqu'où nous pouvons aller pour obtenir ce que l'on désire. Enfin pour certains il vaut mieux ne pas aller n'importe où ! Attention, humour noir garanti !

http://chroniqueslivresques.eklablog.com/le-jour-ou-mon-penis-est-tombe-david-duranteau-a146196550

Afficher en entier
Commentaire ajouté par fan06 2018-06-05T15:43:54+02:00
Lu aussi

Roman ponctué de points de suspension, j'ai trouvé cela agaçant, ça coupe le rythme, en plus on passe d'un personnage à l'autre sans preambule, ce qui rend la lecture encore plus fastidieuse. Point positif, beaucoup d'humour : humour caustique et décalé.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par EgideOfBooks 2018-02-23T18:28:52+01:00
Pas apprécié

http://egideofbooks.blogspot.com/2018/02/19-le-jour-ou-mon-penis-est-tombe.html

Fabrice Carmen, présentateur radio, qui gagne un salaire avec plein de chiffres, se croit irrésistible, invisible jusqu’à que le karma décide de s’occuper de lui : Il perd son pénis au sens propre. Qu’est-ce qu’un homme sans pénis finalement ? Ce petit incident va lui apporter pas mal d’ennuis.

Quand j’ai reçu l’email, j’ai cru à une mauvaise blague au début car je n’avais pas vu le roman en pièce jointe. Je suis curieuse de nature et aie décidé de me plonger dans ce fameux roman. Moi qui croyais à un roman humour, j’ai été plutôt surprise qu’il soit plutôt polar en fin de compte.

Fabrice est un personnage que je n’ai pas aimé, et pas du tout accroché. Le genre de...

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Poljack 2018-01-09T17:04:26+01:00
Bronze

Mon avis :

Je dois bien l’avouer, lorsque David Duranteau m’a proposé de lire son roman, le titre m’a un peu laissé perplexe… J’ai craint, un moment, avoir affaire à une pantalonnade à l’humour gras et navigant bien en dessous de la ligne de flottaison. Il faut dire qu’avec un tel énoncé, on pouvait attendre le pire, encore que le choix du mot pénis, plutôt que l’un de ces nombreux synonymes populaires ou argotiques, laissait présager une certaine tenue. Mais ne nous abusons pas, si Le jour où mon pénis est tombé est à l’opposé d’une farce potache à la limite de la vulgarité, il s’agit bien une comédie.

Comédie de mœurs à l’humour grinçant, ce roman écrit d’une plume vive a d’abord emporté mon adhésion avant de me laisser, sur la longueur, un tant soit peu dépité. Pour être précis, disons que mon plaisir de lecture s’est un peu essoufflé au fil des pages. Non pas à cause de la qualité d’écriture, qui est bien présente, mais parce que j’ai eu peu à peu le sentiment que l’auteur, à travers ses personnages, réglait ses comptes avec les travers les plus désagréables de la société.

Vous me direz : « Et alors ? Beaucoup d’auteurs ne le font-ils pas ? »

Si, vous répondrais-je ! Moi le premier !

Mais là, j’ai parfois eu l’impression que c’était au détriment de l’histoire, qu’à certains moments, David Duranteau se préoccupait plus de placer ses pamphlets que de laisser se dérouler le fil du récit. À cause de cela, j’ai aussi trouvé que les deux personnages principaux (Fabrice et Hélène) n’étaient pas assez nuancés et faisaient doublons en tant que vecteurs de la pensée de l’auteur, tandis que les secondaires tournaient plus ou moins à la caricature. Cela a un peu gâché mon plaisir de lecture, de même que cette incohérence, presque à la fin, quand, au Cap Ferret, Hélène se met au volant de la Lexus de Fabrice alors que ce dernier est arrivé dans le véhicule de service de l’inspecteur Mansard…

Mais assez de coups de règle sur les doigts ! Si ce roman n’est pas, selon moi, complètement exempt de reproches, il est de ceux que j’aimerais rencontrés plus souvent : bien écrit et inventif, il manie l’irrévérence avec un certain bonheur et une finesse bien éloignée de ce que le titre pouvait laisser craindre. Malgré mes quelques réserves, si vous aimez les comédies grinçantes et la satire sociale, vous adorerez détester Fabrice Carmen et tout ce qu’il représente.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par lesparolesenvolent 2017-12-07T07:58:48+01:00
Lu aussi

Ce livre m’inspirait un moment de détente avec un titre aussi insolite qui m'orientait à varier mes lectures avec cette petite comédie légère.

L’auteur est totalement barré - merci à l'auteur de sa confiance pour ce Sp où je livre mon avis-, et celui-ci tente de nous emporter dans son délire total, ô dramatique situation pour la respectable virilité (!) dans la réalité, même je ne suis pas un homme et la lecture fait sourire : sous sa douche, le héros perd son pénis qu’il a la présence d’esprit de rapporté dans un sac de glace pour se le faire « remettre » à l’hôpital par une spécialiste en la matière. Pourquoi pas, le grandiose de l’exercice d’écriture est d’offrir à un auteur en proie à une imagination fertile une totale liberté et l'entrainer dans l’extravagance pour le sortir d’une réalité figée ! Donc, ici, pourquoi pas !

Vous l’avez compris, l’histoire est loufoque, décalée et absolument irréaliste, et absurde. Le cadre est planté et le récit peut débuter avec cette blague grotesque d’un pénis qui tombe. L’idée abracadabrante provoque un inéluctable sourire.

Reste que la suite postulat posé, la suite nous ballade… une histoire sans queue ni tête ! on est véhiculé d’abord dans le taxi puis dans le 4X4 de Fabrice, cet irrésistible tombeur (de pénis) est parvenu à séduire sa chirurgienne. Aucune femme ne lui résiste. Mais un problème surgit quand une femme est retrouvée morte dans son salon avec une enquête à la clé.

plus de détails sur : http://lesparolesenvolent.blogspot.fr/2017/12/le-jour-ou-mon-penis-est-tombe-de-david.html

Afficher en entier
Commentaire ajouté par ileanamaboitedepandore 2017-11-09T13:53:23+01:00
Lu aussi

Voici un thriller original !

Original de par la plume de David Duranteau, qui fourre des points suspension absolument partout. Si les premières pages sont difficiles à lire, car l’œil est habitué à faire une longue pause avec ce type de ponctuation, je m’y suis en fin de compte accoutumée. Autant ce style narratif colle bien à Fabrice, le personnage principal, autant il se révèle « de trop » pour les autres. Dommage, car chacun détient son propre caractère (complètement barré !), mais du coup cette particularité perd de son aspect inédit.

Quelques fautes d’orthographe se glissent ici ou là, mais rien qui ne dérange la lecture. J’ai beaucoup aimé les touches d’ironie acérée, qui servent principalement à la dérision du mode de vie de certaines personnes. L’auteur, sous couvert d’un ton léger et humoristique, balance finalement quelques messages bien sentis !

L’enquête policière, grâce à ce cher inspecteur Fredo, devient carrément loufoque, et même si j’avais deviné assez tôt l’assassin, le récit rythmé m’a entrainée.

Les personnages, bien que tous différents, emploient parfois le même vocabulaire ou ont des réactions similaires. Le côté burlesque des situations tient en grande partie grâce à eux et à leurs dialogues sans queue ni tête. Quiproquos, réparties salées… les instants cocasses ne manquent pas !

En bref, un roman « comico-policier » à découvrir si vous avez envie d’une lecture légère !

Read more at http://ma-boite-de-pandore.e-monsite.com/pages/chroniques/thriller/le-jour-ou-mon-penis-est-tombe.html#eEdSILVmfvDQdQLW.99

Afficher en entier
Commentaire ajouté par SophieSonge 2017-11-02T15:20:04+01:00
Argent

Fabrice Carmen est au sommet de sa gloire, animateur de radio célèbre, adulé, amateur et consommateur de femme. Il a tout pour être satisfait jusqu'au jour où son pénis, réceptacle de son égo démesuré se fait la malle. Réussira-t-il à surmonter cette épreuve et à passer le cap ?

Si vous pensiez où mettre les pieds en ouvrant ce livre, vous n'avez sans doute aucune idée en revanche où il allait vous mener...

Il y a un côté original, baroque, expressif voire décadent. Ce Fabrice Carmen est un sacré personnage libéré et sûr de lui. Cette aventure rocambolesque au cours de laquelle il perd l'objet de sa virilité nous amène vers une enquête criminelle un brin décalée. Tout est mis en place pour sinon en rire, au moins en sourire. Baroque, théâtral, les scènes s'enchaînent, se superposent ne laissant aucune place à l'ennui. L'atmosphère est ludique, les traits poussés à l'extrême. Il y a quelque chose d'inédit, de surprenant à ce récit tarabiscoté qui vacille, mais tient toujours sur sa béquille.

Les personnages sont ubuesques, stéréotypés, on s'en amuse, on s'en indigne aussi. Pas de grand suspens pour le lecteur omniscient, cela a l'avantage de contrebalancer, de prendre la mesure, le recul peut-être. L'écriture est insolente, humoristique, pleine de vie. Elle nous titille, nous pique, nous désarçonne parfois. On adopte un certain sens du rythme et de la dérision pour ce roman affriolant.

Un pénis qui tombe et c'est toute votre attention qui est détournée. Attention, vous êtes prévenus, tout peut très vite dégénérer !

Afficher en entier

Activité récente

Les chiffres

Lecteurs 9
Commentaires 7
Extraits 5
Evaluations 4
Note globale 6.25 / 10

Évaluations

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode