Livres
492 817
Membres
489 034

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par Marinou-Morgounou 2016-12-20T08:59:15+01:00

Les larmes roulent sous un œil, les autres sourdent sous l’autre œil.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Marinou-Morgounou 2016-12-20T08:59:02+01:00

Les mots me fondent dans la bouche, grains de gorge, pluie de paroles, ils se ruent, torrent sur ma langue, ils s’embruinent contre mes dents.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Marinou-Morgounou 2016-12-20T08:58:50+01:00

« Quelle engeance d’homme est la tienne, miteux, quelle race de mâles ?

Guère plus fringant qu’un gisant et tout juste plus beau qu’un mort ! »

Afficher en entier
Extrait ajouté par Marinou-Morgounou 2016-12-20T08:58:35+01:00

Le désir têtu me démange, l’envie me trotte la cervelle d’aller entonner la chanson, bouche parée pour le chant mage

égrenant le dit de ma gent, la rune enchantée de ma race.

Les mots me fondent dans la bouche, grains de gorge, pluie de paroles, ils se ruent, torrent sur ma langue, ils s’embruinent contre mes dents.

Afficher en entier
Extrait ajouté par Marinou-Morgounou 2016-12-20T08:58:21+01:00

page 102 - "Et le forgeron entra ainsi dans sa maison avec son épouse et ses invités.

Jamais tant de bonnes gens ne s'étaient réunies sous ce toit. Les invités, vêtus de blanc, prennent place et l'on dirait que la forêt couverte de givre est entrée dans la maison. Les parures d'argent luisent comme l'aurore, les bijoux d'or scintillent comme des étoiles.

Jamais sous ce toit, il n'y eut si riche festin.

Avec ses dix doigts légers, la bonne hôtesse, Lokka, a cuit le pain et les pâtés, a brassé la bière, a rôti le porc, a préparé le poisson. Les couteaux tranchants se sont émoussés d'avoir dépecé tant de saumons. Les lames d'acier se sont tordues d'avoir nettoyé tant de lavarets.

Déjà la bière et l'hydromel coulent à flots pour égayer les hôtes. Qui va chanter le premier en l'honneur de ce jour ?

Le coucou seul sait lancer son appel, le barde seul sait lancer son chant. Qui commencerait à chanter sinon le vieux et sage Vainamoïnen ?

Il loue la jeune épouse, et la mère âgée, il loue chacun des hôtes, il loue les beaux-parents. Mais avant tout, il loue le maître de maison, le forgeron éternel, Ilmarinen. Il chante les louanges de celui qui a construit sa demeure dans les marécages, qui a apporté les branches de sapin, les troncs des pins, qui a tiré la tourbe des marais et dépouillé de leur écorce les bouleaux pour bâtir ici une vaste et magnifique demeure."

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode