Livres
464 409
Membres
425 205

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Le lac



Description ajoutée par Sadess 2010-08-27T19:14:20+02:00

Résumé

Histoire d'une obsession, Le Lac retrace la quête d'une perfection irréalisable, d'une beauté hors de portée. Sans foyer, exclu de toute douceur humaine, seul avec son poids de péchés sur le coeur, Gimpei Momoï ne peut résister à la soif inextinguible qui le pousse, au long des rues, à s'attacher aux pas de belles inconnues, à les admirer de loin tandis qu'elles avancent, magnifiques et inaccessibles - car leur beauté n'est pas de ce monde mais participe d'un rêve. La réalité, symbolisée par ses propres pieds grotesquement difformes, poursuit Gimpei en tous lieux. Et c'est le caractère inconciliable de ces deux univers qui explique la texture déshumanisée, ambiguë, furtive de l'érotisme dont cette oeuvre est empreinte. Ce roman ne s'inscrit dans aucune forme traditionnelle. C'est une sorte de « happening », et en tout cas l'un des livres les plus modernes de conception et d'allure du grand Kawabata. De même que l'intérêt du héros peut, à tout moment, être éveillé par une inconnue croisée dans la rue, de même ici le passé surgit brutalement dans le présent, ou bien l'hallucination pulvérise le souvenir, ou encore la réalité crue jaillit lorsque le voile du songe et des fantasmes se déchire. Ceux qui, à la lecture de ses ouvrages précédents, imaginaient que tout n'était que délicatesse et demi-teintes chez l'auteur de Pays de neige et de La Danseuse d'Izu, seront sans doute surpris par la sensualité aiguë de certaines scènes et parle ton cruel du livre. Le Lac apparaît comme si singulier, si inhabituel, qu'il illumine d'un jour tout à fait nouveau l'ensemble de l'oeuvre de Yasunari Kawabata

Afficher en entier

Classement en biblio - 18 lecteurs

Extrait

Extrait ajouté par Caroline 2013-08-20T15:24:43+02:00

"Pour Gimpei, le moment parfait incarné dans l’adolescente ne pouvait être qu’éphémère. Et quel secret, quand les autres jeunes filles ont si tôt fait d’ensevelir, sous la poussière des manuels scolaires, le subtil parfum du bouton à peine éclos, conférait à celle-là sa beauté, son inégalable perfection ? Quelle lumière, propre à elle seule, lui donnait ce rayonnement, cette transparence ? "

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Commentaire ajouté par pwachevski 2016-09-13T13:01:48+02:00
Bronze

Je suis bien embêtée pour noter ou commenter ce livre, parce que je trouve que c'est objectivement un bon livre, je peine vraiment à lui trouver des défauts, mais je n'ai pas pris plaisir à le lire. Étrange comme sensation...

Donc bon, pour ceux qui ne le savent pas, l'auteur, Yasunari Kawabata, a reçu le prix Nobel de littérature dans les années 60. Autant dire qu'il écrit très bien, avec un style qui peut dérouter par sa simplicité, je pense. Il y a vraiment pas de fioriture, on va droit au but. Ça créé des récits que je trouve dynamiques, sans lourdeurs, qui sont somme toute agréables à lire. Dans ce livre comme dans d'autres qu'il a pu écrire, il parle surtout de la beauté, et pour le coup de la beauté féminine. Il propose d'excellentes descriptions de toutes ces petites choses qui rendent une femme attirante, pouvant même instaurer un certain érotisme ou au moins de la sensualité, notamment dans le premier chapitre.

Seulement, pour moi il y a un gros problème au niveau du narrateur. La personne à travers laquelle on voit cette beauté féminine, c'est tout simplement un malade. Un obsédé. Un type qui suit, harcèle et manipule des femmes qu'il trouve belles. On propose un peu le point de vu inverse d'un thriller, on ne s'intéresse pas ici à la victime, mais à son agresseur. C'est un angle de vu original qui peut avoir son intérêt. Dans sa construction, ça m'a fait penser à la série télé Dexter, par exemple.

Sauf qu'il y a une différence fondamentale entre Dexter et Gimpei, le narrateur de ce livre, c'est que Dexter sait qu'il fait des choses illégales, a conscience de ses pulsions déviantes et tente de les endiguer. On suit donc un combat avec lui-même, qui crée l'empathie. Et ce n'est pas le cas de Gimpei. J'ai été franchement gêné par le fait qu'à aucun moment il prend conscience que ce qu'il fait n'est pas normal. A aucun moment on ne condamne son comportement. A aucun moment il ne semble avoir des remords ou regretter son geste. Pire, par moment on justifie ses actions, on les rend presque valorisantes, en laissant entendre que les femmes qu'il suit ont apprécié cette "attention". Bref, j'ai été profondément mal à l'aise avec ce personnage, et plus largement avec le message qu'il véhicule. Je n'ai même pas réussi à ressentir de la pitié pour lui, il m'a juste dégouté.

Et donc, pour cette raison, je n'ai pas apprécié ma lecture. Mais après, ça reste objectivement un personnage très travaillé et abouti. On a quand même une certaine logique dans son comportement, qui trouve ses racines dans l'enfance, et dans les événements qui ont eu lieu autour de ce fameux lac. Ses obsessions sont en plus multiples, ne portent pas seulement sur la beauté des femmes, mais parfois aussi sur lui-même. Par exemple le dégout viscéral qu'il peut avoir pour ses pieds n'est pas normal non plus. Et de ce dégout de lui-même nait l'obsession pour la beauté des autres. Ce n'est pas du tout un personnage raté, que l'auteur à mal construit. C'est au contraire un personnage complexe, avec de multiples facettes... Mais qui ne dégage pas une once de sympathie chez le lecteur.

D'une façon plus générale, le livre est très travaillé. En plus d'un bon style d'écriture, la construction est pertinente. On suit vraiment les pensées de notre personnage, et c'est troublant à quel point c'est similaire à ce qui se passe dans notre tête. Il n'y a pas de transition : on vit un événement présent et en même temps on peut penser à tout à fait autre chose. L'auteur retranscrit parfaitement cette façon dont l'esprit peut sauter du coq à l'âne, faire deux choses en même temps ou faire resurgir un vieux souvenir dans un moment inattendu. ça provoque bien quelques digressions inutiles, mais globalement j'ai trouvé ça extrêmement bien fait. Les jonctions entre les différents chapitres, qui se font grâce aux personnages secondaires, finalement tous liés entre eux, sont également bien pensées. Elles m'auront néanmoins moins bluffé, car c'est quelques choses que j'ai déjà vu dans de nombreux livres.

Je termine également, malheureusement, ma lecture sur une grosse interrogation sur la fin du livre, que j'avoue ne pas avoir comprise. Je n'ai pas compris la conclusion qu'il fallait en tirer. Je n'ai pas compris où l'auteur voulait en venir avec l'introduction de ce dernier personnage, une femme laide. Je n'ai pas compris pourquoi le roman s'arrêtait à ce moment là, alors qu'il me semblait y avoir encore plein de chose à dire. Une fin qui m'aura troublée, mais dans le mauvais sens du terme, et qui ne fera donc pas remonter l'opinion générale que je peux avoir de ce livre.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Lupa 2015-12-01T17:15:12+01:00
Lu aussi

Mon avis est mitigé... Le héros m’a semblé trop pathétique, voire malsain, pour m’y attacher, mais le style de l'auteur est juste et inimitable pour parler de la beauté des femmes ! J'ai parfois trouvé le temps un peu long malgré quelques beaux passages, mais je ne regrette pas la lecture de ce deuxième Kawabata, même si « Les belles endormies » fût une bien plus jolie découverte :)

Afficher en entier

Date de sortie

Le lac

  • France : 2004-01-21 - Poche (Français)

Activité récente

Andita le place en liste or
2016-02-29T07:31:43+01:00

Les chiffres

Lecteurs 18
Commentaires 2
Extraits 10
Evaluations 5
Note globale 6 / 10

Évaluations

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode