Livres
477 551
Membres
458 345

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Le Maître du Haut Château



Description ajoutée par Lyli 2011-06-15T20:08:32+02:00

Résumé

Et si Hitler avait gagné la Seconde Guerre Mondiale?

En 1947, les Alliés ont capitulé devant les forcent de l'Axe.

Les Etats-Unis sont partagés entre l'Allemagne nazie à l'Est et le Japon à l'Ouest. Dans cette partie du pays, le vie reprend peu à peu son cours, dans une ambiance mêlant culture asiatique et occidentale.

Afficher en entier

Classement en biblio - 404 lecteurs

Extrait

Extrait ajouté par x-Key 2010-11-28T17:43:07+01:00

- C’est sur ce point, dit Joe, que le système anglais dame le pion aux Américains. Tous les huit ans les Etats-Unis chassent leurs dirigeants, sans s’occuper de savoir s’ils sont qualifiés – mais Churchill reste, simplement. […] Chruchill était le seul grand chef que les Anglais aient eu pendant la guerre. S’ils n’avaient pas su le conserver, ils auraient aussi bien fait de renoncer à la lutte. Je te le dis : un Etat ne vaut que ce que vaut son chef. Führerprinzip – le principe du chef, comme disent les Nazis.

Afficher en entier

Commentaires les plus appréciés

Argent

Comme déjà exprimé dans certain commentaires, il est vrai que ce livre a un rythme très calme, et pour les amateurs d'action il ne serait pas à conseiller.

Mais plutot que de considérer ce manque d'action comme un point négatif, je trouve au contraire que c'est ce qui fait la force de cette oeuvre. Rappelons que K. Dick nous propose ici une uchronie, nous plongeant dans un monde où les forces de l'axe auraient gagné la seconde guerre mondiale. L'auteur nous propose de suivre la vie de trois personnages différents, et nous suivons leur quotidien dans sa plus grande banalité. Et c'est à mon sens ce qui fait réfléchir... Si l'axe avait gagné comment vivrions nous aujourd'hui ? très certainement dans l'indifférence et l'acceptation de la situation en toute "banalité".

Le point fort de cette oeuvre se trouve dans les descriptions psychologiques des personnages. K. Dick parvient à nous plonger dans leur pensées, et nous permet de comprendre leur façon de raisonner face à différentes situations. Les rapports humains et relations entre occupants et occupés sont superbement décrits et détaillés.

Mon seul regret a été l'indépendence entre les trois personnages que l'auteur nous ammène à suivre. Certe ils évoluent tous trois dans le même monde, et on reconnait la place de chacun, mais à aucun moment l'histoire de ses personnages ne se croisent directement. Chacun menant sa vie et ses actions de son côté, et le lecteur aurait pu s'attendre et souhaiter une relation plus directe entre ces personnages.

Malgrés tout, je conseille ce livre. Vous n'y trouverez pas d'action, mais il vous emmenera dans un univers qui nous parait à priori complètement inimaginable, avec une simplicité et un "normalité" effarante.

Afficher en entier
Diamant

L'anticipation c'est aussi l'exploitation des possibles différent, en voilà un bien bel exemple !

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Commentaire ajouté par Phiphi73 2019-12-06T00:20:00+01:00
Argent

Un peu déçu par la façon dont est menée l'histoire... Les occurrences au contexte historique sont finalement assez rares dans 2/3 du roman, et les personnages pourraient avoir plus ou moins la même vie dans n'importe quelle société. J'aurais mieux accroché avec des détails dès le début sur la situation géopolitique, il y aurait eu tellement à dire !

Afficher en entier
Argent

Quand Philip K. Dick écrit ce roman, seulement 17 ans se sont écoulés depuis la capitulation de l’Allemagne nazie. Les horreurs et les stigmates de la deuxième guerre mondiale sont encore bien présents dans les lieux, les hommes et les esprits. L’auteur prend alors pour hypothèse de départ que l’Axe a vaincu les Alliés. Le monde est alors partagé entre le Reich et l’empire nippon, entre deux puissances aux cultures si différentes. Des différences qui virent au mépris ; les anciens amis s’enfoncent de plus en plus dans leurs idéologies.

En 1948, la Seconde Guerre mondiale a pris fin et les Alliés ont capitulé... A San Francisco, 1968, la vie a repris son cours dans the Pacific States of America sous domination japonaise. L'occupant a apporté avec lui sa philosophie et son art de vivre. De nombreux américains se servent d’un livre le Yi King, le guide spirituel, pour faire des choix dans leur vie. Dans une Amérique orientalisée, les personnages de toutes origines et toutes importances croisent leurs destins.

Un autre livre, interdit par les Allemands et tolérés par les Japonais, fait également beaucoup parler de lui : le Poids de la sauterelle, il raconte un monde où les Alliés, en 1945, auraient gagné la Seconde Guerre mondiale. Utopie ou réalité…

Le Maître du Haut Château (The Man in the High-Castle, 1962), ce roman de Philip K. Dick, a obtenu le Prix Hugo en 1963. C’est véritablement un texte aux multiples entrées car au-delà des histoires personnelles qui se chevauchent, ce sont aussi deux livres qui sont les héros de ce roman. L’un évoque une Histoire alternative dans laquelle les Alliés sont vainqueurs de la guerre mais pas, tout à fait, comme dans la réalité. L’autre livre est un ouvrage de sagesse orientale, vieux de plusieurs millénaires, qui offre à qui sait l’interpréter une lecture de l’avenir.

Le génie de Phlip K. Dick nous absorbe dans ces différents univers et nous ramène le temps d’un flash à la notre réalité. Dans cette superposition d’univers parallèles, l’auteur nous laisse le choix de la vérité. Et la fin est encore plus déroutante.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par PhilippeD 2019-09-21T11:30:15+02:00
Diamant

On m'en avait parlé, je l'ai dévoré d'une traite. Dommage que l'auteur n'en ai pas fait une suite. Uchronie formidablement contée. C'est du grand K Dick qui mêle ici son thème favori de l'identité et l'humanité, le yi king (le livre des transformations chinois), un beau personnage d'écrivain (un effet miroir...) et une uchronie de grande qualité où les alliés ont capitulé en 1947 mais où l'on parle d'une histoire alternative où ils triomphèrent. Il est très difficile de résumer un tel bouquin, une fin surprenante et un goût d'inachevé mais un très grand livre à lire et relire peu importe dans quel rameau d'univers ou d'Histoire vous vous trouviez.

Afficher en entier
Argent

Une œuvre intéressante, originale et surprenante. En effet comme dit dans certains commentaires, on aurait pu s'attendre à une épopée fantastique où les personnages joueraient tous un rôle capital dans la chute du Reich. Cependant il n'en est rien car la guerre est terminée et que le Japon et l'Allemagne règnent sur le monde, un point c'est tout. Car le but de ce livre (à mon avis) n'est pas justement de renverser le système, mais d'y entrer, de le voir, le comprendre et percevoir les effets qu'il a sur les personnages qui y vivent. Je pense notamment à l'antiquaire qui pour moi est le personnage le plus intéressant, pour lequel on assiste à son combat intérieur entre la fureur d'être un américain gouverné par des japonnais, cette fureur d'avoir perdu la guerre et son identité propre qu'il cherche à retrouver, d'être libre, d'Etats-Unien, sa fierté et son honneur. Et de l'autre côté la fureur de se rendre compte qu'il adhère au système japonnais, cherche à y briller, le menant irrémédiablement à se renier.

Dommage de ne pas avoir eu de suite !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Kid_A 2019-06-04T19:42:14+02:00
Argent

Comment souvent avec Dick, j'ai beaucoup apprécié! Le propos de fond est bien développé et porté par des personnages qui ont de la complexité et de la profondeur.

Afficher en entier
Argent

Je reste assez dubitatif à la fin de cette lecture car, certes, s’il y a un talent et un travail certain (chapeau pour la réalité alternative et les impacts sociétaux), je suis resté sur ma faim et sur de fortes interrogations. Dommage, car pour moi ce livre culte aurait eu moyen d’être encore plus culte !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Malikame 2019-04-20T15:40:18+02:00
Or

Une uchronie intéressante, qui nous propose un monde qui fait très froid dans le dos. Mais plus intéressant encore, c'est l'uchronie qui est proposée dans cette uchronie. On est vite plongé dans un débat méta-textuel fascinant, dans lesquels les personnages lecteurs proposent des questionnements sur la version fictive de l'Histoire qu'ils lisent. C'est fascinant car certaines de leurs analyses ressemblent à celles que le lecteurs peut avoir lui-même en lisant cette uchronie. Bref c'est bien du K Dick qui nous fait réfléchir. En revanche, c'est la seconde fois que je lis l'un de ses livres et la fin m'a une fois de plus laissée avec plus de questions que de réponses.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par carroue 2019-04-12T15:01:34+02:00
Lu aussi

Oui une Uchronie, mais aussi une réflexion sur une possibilité de mondes parallèles. Un livre complexe qui demande une grande attention.Toutefois une bonne découverte de Philip K Dick. Lire le roman graphique de Laurent Quessy, "PHIL, une vie de Philip K.DICk" ma permis de découvrir son univers, ses névroses et ainsi de mieux apprécier "Le maître du haut château". Une bonne uchronie mais peut être pas le plus facile pour aborder ce genre de science fiction.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par FeyGirl 2019-04-04T20:53:35+02:00
Or

Les Nazis et les Japonais ont gagné la seconde guerre mondiale.

Début des années 60 : l’Est américain est occupé par les Japonais, tandis que l’ouest est aux mains des Allemands. Le centre du pays reste délaissé. Pourtant on commence à parler d’un livre écrit par un auteur reclus, qui décrit un monde où les Alliés auraient gagné la guerre et où l’Empire Britannique est plus fort que jamais et domine la Russie, et peut-être envisage une guerre contre les Etats-Unis… Une Uchronie dans l’uchronie, un roman profondément subversif pour les Allemands et les Japonais.

Nous ne sommes pas dans une ambiance étouffante ou totalitaire. Au contraire, l’auteur a installé son histoire dans son temps (l’Amérique du début des années 60), et je m’imaginais bien dans un film de cette époque se passant sur la côte Ouest des USA. Malgré quelques éléments typiquement SF (les Allemands se sont consacrés à fond à la conquête spatiale après leur victoire et s’apprêtent à aller sur Mars, les entreprises allemandes prospèrent et fabriquent des fusées qui remplacent nos avions), l’ambiance est extrêmement réaliste grâce à des personnages pétris de faiblesses et des gestes du quotidien qui émaillent le récit. A tel point qu’on peut y croire…

Le plus intéressant dans ce roman n’est sans doute pas le scénario lui-même, mais la vision de Philip K Dick sur l’être humain.

Plusieurs personnages-clé s’en remettent à un vieux livre chinois, le Yi King : ils lancent des baguettes, et selon le résultat ils lisent des hexagrammes du Yi King, qui prédit l’avenir et les forces en présence. Ils sont devenus incapables de prendre une décision sans ce jeu de hasard… Au contraire ils sont convaincus que ce livre trace leur destin. Etrange sensation que de voir des hommes parfois haut placés ne sachant plus analyser rationnellement une situation, et se sentant dépassés par les évènements. Comme si le destin était écrit.

Nous suivons aussi plusieurs personnages – pas forcément les mêmes – être continuellement en représentation, et ayant peur de mal agir ou de se faire mal voir de leurs interlocuteurs. C’est le cas des Japonais, mais aussi d’Américains travaillant pour des Japonais et ayant intégré cette culture typiquement asiatique qui consiste à ne pas faire de vague … Cependant ce thème est aussi développé avec des ouvriers américains tentant de se faire une place dans la société en développant une nouvelle activité, et ne sachant comment se comporter face à des acheteurs potentiels.

De façon générale la description des cultures asiatiques et allemandes est un brin caricaturale, mais certaines choses sont bien vues : dans ce monde, les Japonais sont à première vue très respectueux des Américains et de leur art passé, mais chacun doit rester à sa place dans la société et ces derniers ne sont que des larbins. L’antisémitisme est culturel et a détient sur les Américains occupés, les Nazis ont génocidé l’Afrique sans que cela n’émeuve grand monde. Quand on y pense, tout ceci paraît très crédible, et parfois pas si éloigné de notre réalité.

D’autres réflexions sont menées sur l’art, l’histoire, la culture, le sentiment d’infériorité. Elles parsèment le roman et nous interrogent sur nos certitudes.

Ce n’est ici que quelques éléments que j’ai relevés dans ce livre, car il mérite au minimum une deuxième lecture pour en saisir toutes les richesses.

Sur la forme, c’est un livre très bien écrit – et très bien traduit – nous offrant une lecture fluide et agréable.

Et évidemment, la fin du livre suggère un des thèmes préférés de l’auteur : qu’est-ce que la réalité ? qu’est-ce que la vérité ?

Afficher en entier
Commentaire ajouté par LaurenaLJ 2019-03-11T17:27:29+01:00
Argent

Le premier mot qui me vient à l'esprit quand je cherche à qualifier ce roman est "intelligent". Je me suis posée des questions tout au long de ma lecture, et je continue de m'en poser encore, tant l'auteur oblige à pousser la réflexion encore plus loins à chaque page. C'est au final une mise en abîme qui nous pousse à remettre notre monde en perspective, et à essayer de creuser plus profond.

Je regrette par ailleurs que l'auteur ne soit pas parvenu à venir au bout de la suite qu'il avait entreprise d'écrire, car je suis persuadée qu'il lui restait encore beaucoup à dire à ce sujet!

Afficher en entier

Date de sortie

Le Maître du Haut Château

  • France : 2012-02-15 - Poche (Français)

Activité récente

Titres alternatifs

  • The Man in the High Castle - Anglais

Évaluations

Meilleurs classements dans les Listes Booknode

Les chiffres

Lecteurs 404
Commentaires 57
Extraits 29
Evaluations 111
Note globale 7.43 / 10

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode