Livres
472 482
Membres
445 078

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par camillou360 2013-08-17T23:27:18+02:00

Blottie dans ses bras, je compris : je suis deux femmes et j'aime deux hommes. Elise aimera toujours Kit et Alice aime Daniel. Ce n'étaient ni la vie ni l'amour que j'avais attendus, mais c’était quand même de l'amour. Nous devions quitter Tyneford, toutefois nous ne partirions pas seuls.

Afficher en entier
Extrait ajouté par camillou360 2013-08-17T23:30:22+02:00

Cette nuit, je rêverai de Tyneford House. Dans mon sommeil, je verrai le manoir tel qu'il était en ce premier été. Les églantines autour de la porte de service. Le cheval dans la cour qui grince des dents. L'odeur du magnolia et des embruns. Alors je me réveillerai à l'intérieur de mon rêve. Me revoici Elise. Alice se repose et tout le monde est en vie. J'ai les mains douces et blanches, sans tâches brunes. Debout sur la pelouse, j'écoute l'appel de la mer, le heurt des vagues contre les voiliers de la baie. Je cours vers la plage. Mes pieds s’enfoncent dans les galets, l'eau frappe le rivage. Le soleil brille et il y'a un garçon sur la grève. presque un homme. Un anglais. Ses pieds baignent dans l'écume. Il m'attend là, il sourit toujours, il s’apprête à m'embrasser. J'ai un goût salé sur la langue. Un goût de larmes et de longue traversée. Et par dessus tout cela, j'entends le grondement de la mer.

Afficher en entier
Extrait ajouté par camillou360 2013-08-17T23:00:31+02:00

Mr. Rivers me saisit par la main et me fit tourner de nouveau. l'alcool et l'exercice rosissaient son visage, et il avait l'air heureux. J'aurais voulu que la musique ne s'arrête jamais. J'aurais voulu que le gramophone continue à débiter ses airs, aussi stupides fussent-ils, et Mr. Rivers à sourire.Je ne l'avais plus vu aussi gai depuis la mort de Kit. Je m'approchait en dansant de l'appareil, entraînant mon cavalier avec moi. " qui conduit qui , " se plaignit celui-ci; il essaya de me ramener vers l'autre bout du salon tout en me faisant virevolter. prise de vertige, je ne voyais plus que des couleurs floues, clignotantes.

"Je vais remettre le disque" criai-je, une pointe de panique dans la voix. Je posai la main sur le bras du gramophone.

Je savais que si la musique se taisait, le charme serait rompu et nous retrouverions nos personnalités mornes de tous les jours. Tant que la platine tournait, Mr. Rivers serait heureux, nous ne pensions à rien sinon à boire, à rire et à danser.

Afficher en entier
Extrait ajouté par camillou360 2013-08-17T22:54:18+02:00

Mr. Rivers ôta le cigare de sa bouche et me le passa. Je tirai dessus en m'efforçant de ne pas tousser. Mon compagnon m'observait Je remarquai qu'un de ses yeux, d'un bleu intense, était plus foncé que l'autre. Personne d'autre ne le savait. C'était le genre d'informations que seules les mères ou les amantes apprécient. Sa mère était morte, sa femme et son fils aussi. Ce petit détail n'appartenait donc qu'à moi.

"Vous pensez à Kit", dit Mr. Rivers, interrompant ma rêverie. Je rougis. "Oui", mentis-je.

Afficher en entier
Extrait ajouté par camillou360 2013-08-17T22:52:06+02:00

"Les cheveux longs, c’était avant, dis-je en guise d'explication.

-Ils sont très bien comme ça aussi, mais ça vous vieillit.

Je souris. "J'ai vieilli, mister Rivers."

Afficher en entier
Extrait ajouté par camillou360 2013-08-17T22:41:34+02:00

"Alice. Alice Land, répéta Mr. Rivers, goûtant mon nouveau nom comme s'il se fût agi d'un plat inconnu. Bon, d'accord. Ça sonne bien. Sans doute nous faudra-t-il un peu de temps pour nous y habituer."

Je fermai les yeux, me demandant s'il pouvait voir se détacher un pan de ma personne. Je me sentais coupée en deux : il y'avait Alice et Elise. je souris. C'était mourir en quelque sorte. Une partie de moi était morte avec Kit, celle qui rêvait d'épouser son bien-aimé et de pique-niquer sur la pelouse; d'avoir un mariage où Anna porterait sa robe en soie noire et Julian son habit de soirée; de sortir le roman de mon père de l'alto et de me balancer dans un hamac à Durdle Door; de permettre à Kit d'enlever mes bas l'un après l'autre et de caresser mes cuisses lisses et potelées; de faire un tour en bateau avec lui, au crépuscule - nus tous les deux, moi trempant mes orteils dans l'eau-, et de le laisser embrasser mon ventre, ma gorge, mes seins; de profiter des longues et languides journées d'été. c'était moins douloureux si je cessais d'être Elise. Une autre fille, celle que j'avais été autrefois, en avait rêvé. A présent, je m'appelais Alice.

Afficher en entier
Extrait ajouté par LadyRomance 2016-06-28T11:55:05+02:00

Ce ne fut pas seulement la beauté du bâtiment qui me frappa cet après-midi là et bien d'autres après, mais aussi sa situation ; rares sont les endroits en Angleterre où la nature a été plus prodigue. Des bois de hêtres bordaient le jardin, et la demeure, construite sur un terrain en pente, avait la rangée de collines en arrière-plan. Une élégante terrasse courait le long de la maison d'où quelques marches menaient à une pelouse soyeuse qui descendait vers la mer. Toutes les fenêtres de la façade donnaient sur cette étendue d'eau étincelante, calme, enchanteresse. Je respirai de nouveau cet air à l'étrange odeur de thym, de terre fraîchement retournée, de sueur et de sel.

Afficher en entier
Extrait ajouté par LadyRomance 2016-06-28T11:54:38+02:00

Vous avez de la chance, Elise. Mr. Rivers appartient à une très bonne famille qui, sans être aristocratique, est néanmoins très ancienne. Vous devez essayer de ne pas décevoir la confiance qu'il place en vous, ajouta-t-elle d'un ton qui indiquait clairement qu'elle jugeait cela impossible. Je ne veux pas vous revoir ici dans une ou deux semaines parce que vous avez trouvé ce travail trop dur. Il y a un mois, une femme qui se disait comtesse, ou quelque chose de ce genre, m'a confié qu'elle n'avait jamais mis ses bas toute seule. Sans la pénurie de domestiques que nous connaissons, je l'aurais envoyée paître. Mais ce matin j'ai reçu un mot de Mrs. Forde m'assurant qu'elle n'avait jamais eu une aussi bonne femme de ménage que cette comtesse.

Afficher en entier
Extrait ajouté par camillou360 2013-08-17T23:16:18+02:00

"Vous avez fichu une sacrée trouille à ces messieurs. Quand Mr. Rivers est revenu de sa promenade et a découvert qu'on vous avait emmenée, il a pris sa voiture et il a filé. On ne l'avait jamais vu rouler aussi vite. J'en ai eu des palpitations."

Mrs. Ellsworth s'interrompit et s'éventa de la main comme si elle voulait refroidir ce souvenir.

"Et quand Mr. Kit est revenu de la plage et a constaté votre disparition et celle de son père... Je ne vous dis pas...Nous étions tous bouleversés. Puis Mr. Rivers est entré comme un ouragan, vous portant dans ses bras. Mr. Kit était dans tous ses états. Il ne s’est calmé que lorsque le médecin est venu et lui a assuré qu'il s'agissait d'une crise de nerfs. D'une migraine ou d'un truc comme ça."

Bien que me reprochant d'avoir ce genre de pensées, je regrettai de ne pouvoir me rappeler le moment où Mr. Rivers m'avait tenue dans ses bras et où Kit était fou d'inquiétude. La description que m'en donnait la gouvernante faisait paraître cela fort agréable. Dommage que j'eusse gâché l'événement en vomissant sur les chaussures de de mon sauveteur.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode