Livres
540 826
Membres
571 732

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode


Ajouter un commentaire


Liste des commentaires

Diamant

Aperçu de l'intérieur de la BD sur mon blog : https://booksbookmarks.wordpress.com/2020/11/03/la-bete-t1-zidrou-frank-pe/

10/10 coup de coeur !

Tout d’abord, je souhaite remercier les éditions Dupuis pour l’envoi de cette bande dessinée.

J’ai eu un réel coup de cœur pour cette lecture que je viens de finir il y a quelques heures. Je ne m’attendais pas à aimer autant mais il est vrai que j’ai été charmée par les dessins que j’ai pu découvrir lors de mon abonnement au Journal de Spirou cet été. J’ai ainsi voulu lire l’histoire intégrale pour me faire une idée de cette version du Marsupilami.

Je ne connaissais du Marsupilami que sa version animée que j’avais l’habitude de regarder le matin avant d’aller à l’école. Je n’avais jamais lu les BD desquelles le dessin animé était tiré mais j’avais connaissance de leur existence. Ainsi, j’étais curieuse de découvrir comment les auteurs Frank Pé et Zidrou s’étaient approprié l’histoire du Marsupilami de Franquin. J’avais l’impression que l’histoire de La Bête était plus sombre que la version originale compte tenu des dessins et cela m’enchantait pas mal.

Et cette histoire, mais quelle histoire ! On se retrouve dans une Belgique de 1955, une dizaine d’années après la fin de la seconde guerre mondiale et on suit un jeune belge d’origine allemande ; François Van Den Bosche et sa maman qui vivent dans une petite maison entourée d’une floppée d’animaux tous plus différents et attachants les uns que les autres. En effet, François se plaît à secourir tous les animaux en détresse qu’il trouve sur son chemin en rentrant de l’école, et j’ai adoré cet aspect attachant et généreux de la part de ce petit garçon. J’ai trouvé cette histoire très émouvante par moments étant donné que François et sa maman subissent pas mal de racisme quant à leurs origines allemandes, surtout que le père de François était un ancien nazi. C’était très injuste que par moments, François doive subir les brimades de ses camarades à cause de ce que la nation allemande a fait dix ans plus tôt et qu’il n’était sûrement même pas né à cette époque et n’a en aucun cas participé aux horreurs infligées par les nazis.

J’ai aussi trouvé quelques notes d’humour éparpillées par-ci par-là dans le roman pour alléger l’ambiance du récit qui était quand même assez dramatique. J’ai adoré les animaux de François, les personnages de sa maman ainsi que monsieur Boniface, mais également et bien évidemment le Marsupilami.

Ce Marsupilami, parlons-en. Je l’ai trouvé encore très mystérieux tout au long de ce récit mais très intriguant et intéressant à découvrir. J’ai adoré la détermination de François pour le protéger coûte que coûte et j’ai hâte d’en apprendre davantage dans le tome suivant car la fin se finit sur une sorte de cliffhanger et j’ai été en miettes tellement tout se complique.

Les dessins sont magnifiques et ensorcelants, assez sombres pour la plupart, mais si profonds. La colorisation est très belle et je ne peux que vous partager des photos de l’intérieur de cette BD magique. Cela m’a vraiment donné envie de découvrir la série originale de Franquin. Ce que je peux assurément vous dire, c’est que cette version apporte une touche plus profonde à l’oeuvre originale avec ses dessins plus humoristiques et je vous conseille de la découvrir que vous soyez fan de l’univers ou bien que vous souhaitez découvrir une histoire remplie d’émotions et de péripéties.

Afficher en entier
Argent

Bande dessinée qui donne l'occasion de revisiter l'histoire du marsupilami. Grâce à elle j'ai pu retomber en enfance!

Fini le monde tout rose et nous voici dans la Belgique de l'après guerre ! Une pépite !

Afficher en entier
Argent

https://lapommequirougit.com/2020/10/30/la-bete-1-frank-pe-et-zidrou/

Je remercie les Éditions Dupuis pour l’envoi de cette lecture. Quand j’étais gamine, j’adorais regarder le dessin animé le Marsupilami, donc c’est tout naturellement que je me suis empressée de découvrir ce titre de Frank Pé et Zidrou.

Ici, nous avons le droit à une jolie revisite du Marsupilami. On se retrouve dans les années 50. Nous suivons un jeune garçon, François, qui est fan d’animaux. Dès qu’il retrouve un animal mal en point, il ne peut pas s’empêcher de le ramener chez lui.

C’est ainsi que sa mère nomme leur chez eux « l’arche de Noé », tant il y a d’animaux. Pourtant, un jour, François va ramener une créature des plus étranges. Un genre de singe, un marsupial, avec une queue extrêmement longue…

J’ai apprécié de découvrir cette revisite d’un personnage emblématique de mon enfance. Les dessins sont vraiment très beaux et appréciables. C’était pour ma part, un vrai plaisir pour mes yeux. De plus, ce style de dessin nous donne justement, une sensation de réalisme, ce qui m’a d’autant plus aidé à me plonger dans cette histoire.

En bref, j’ai aimé découvrir ce premier tome et je suis impatiente de voir ce que la suite donnera. J’ai très hâte de voir comment Frank Pé et Zidrou vont clôturer cette histoire !

Afficher en entier
Lu aussi

Un premier tome intéressant dans lequel on retrouve un marsupial célèbre dans un monde qui n'est pas agréable, une Belgique d'après guerre

Afficher en entier
Argent

Ce fut une très agréable lecture pour ma part.

Les dessins de Frank Pé sont sublimes et font de l'objet une œuvre d'art. Fins, vifs et pleins d'émotions, les traits nous transmettent toute l'horreur de certaines situations, comme la magnificence d'autres.

La palette de couleurs plutôt sombres, tranche par moment avec des couleurs vives, ce qui donne vie aux personnages. L'ensemble formant un objet peu commun.

Le scénario est bien écrit et bien réalisé, les personnages prennent de l'ampleur au fur et à mesure que l'on tourne avidement les pages. L'écriture ingénieuse est pleine de références diverses et variées.

Néanmoins, je ne saurais dire pourquoi, mais cette lecture n'a pas marqué en moi une trace indélébile. Je n'ai pas réussi à rentrer dans l'histoire, il me manquait quelque chose, cette petite étincelle pour être transportée.

Afficher en entier
Bronze

Fan de la série originale, dont j'ai toutes les BD, cette petite bestiole poilue au fichu caractère m'a toujours fait marrer.

Ici, les auteurs revisitent le classique, situant leur histoire en Belgique dans les années 50.

Un cargo arrivant de Palombie arrive au port d'Anvers. Une panne de plusieurs jours en pleine jungle a décimé la cargaison d'animaux exotiques, seuls les plus forts s'en sortis. Et l'un des plus forts est une petite bête jaune à taches noires, avec une queue longue de plusieurs mètres, qui s'échappe du bateau.

Un petit garçon, fils d'un soldat allemand reparti au pays à la fin de la guerre et d'une fille-mère (très mal vu à l'époque), harcelé par ses camarades de classe, trouve inconsciente cette petite bête et la ramène chez lui, comme la dizaine d'animaux éclopés qu'il a déjà ramenés (spécial big up au couple de ragondins dans la baignoire)...

Mais la jalousie de ses petits camarades lancent les gendarmes sur la piste de l'animal, accusé d'avoir mordu un enfant...

La version originale est lumineuse, enjouée, enfantine et pleine de gags. Ici, le scénariste traite également du trafic d'animaux, mais aborde aussi le harcèlement scolaire et la vie des enfants nés de soldats allemands juste après la guerre. Son trait est beaucoup plus sombre, plus dur, plus adulte, mais présente aussi des scènes plutôt drôles et tendres. Une vraie réussite.

Ce tome est le premier d'une série et s'arrête sur un sacré suspense... A quand la suite ?

Merci à NetGalleyFrance pour ce Service Presse.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode