Livres
458 218
Membres
411 106

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Le Meilleur des mondes



Description ajoutée par Fleurdencre 2013-11-05T16:15:19+01:00

Résumé

An 2500. Technologie et science remplacent la liberté. Les êtres naissent in vitro, les émotions et les sentiments sont remplacés par des sensations programmées. La société est organisée, hiérarchisée et uniformisée, chaque être, rangé par catégorie, a sa vocation, ses capacités et ses envies, maîtrisées, disciplinées, accomplies. Mais un homme, pourtant est né dans cette société, avec, chose affreuse, un père et une mère et, pire encore, des sentiments et des rêves. Ce "sauvage" peut-il être un danger pour le "monde civilisé" ?

Afficher en entier

Classement en biblio - 3 985 lecteurs

Extrait

Extrait ajouté par camillel54 2010-08-14T20:43:54+02:00

«Si l’on est différent, il est fatal qu’on soit seul.»

Afficher en entier

Commentaires les plus appréciés

Diamant

un livre troublant, à la fois futuriste, mais ô combien réaliste. J'ai adoré le livre, et l'avertissement que l'auteur nous lance, un peu à la Big Brother. L'auteur dépeint un monde vide d'émotion réelle, un peu automatique, un endroit ou le malheur n'existe pas... ni même le bonheur, au fond. Le roman peut semblait très futuristes et fort extrémistes aux yeux de plusieurs, mais au fond... qui sais si ce n'est pas tranquillement le chemin que la société est déjà en train d'emprunter, malgré tout.

Afficher en entier
Or

Comment rendre tout le monde heureux ? Réponse : en supprimant tous les problèmes qui font souffrir les gens, ainsi que les responsabilités qui l'obligent à faire des concessions. Mais un homme qui ne souffre plus, qui ne s'assume plus... est-ce vraiment un homme ? Ou une enveloppe vide, qui éprouve certes des émotions mais fonctionne à la façon d'une machine ?

En lisant ce livre, j'ai repensé à une phrase de Paul-Emile Victor :

"Initiative, responsabilité, décision sont les trois qualités nécessaires pour accéder à la dignité d'homme."

C'est justement de ces qualités que les hommes de ce monde parfait ont été amputés.

*****

Ahem pour ne pas virer dans la dissertation de philo...

En fait, après avoir lu "1984", j'ai paradoxalement trouvé que ce monde n'était pas si horrible que ça ! au moins ici, il s'agit d'une utopie, où l'objectif est le bonheur des gens.

Qui attire finalement notre attention sur la vanité de vouloir échapper à nos responsabilités.

J'ai adoré ce livre, comme Hrader j'ai trouvé le début très intéressant, en plus il nous permet de suivre le parcours des petits humains jusqu'à ce qu'ils soient formatés comme si on grandissait dans cette société.

Les préfaces sont peut-être un peu arides, mais elles placent le livre dans son contexte. J'ai été étonnée de voir que ce livre était si ancien, Huxley était un visionnaire ! Et surtout, il est intéressant de voir que son avis sur son livre a évolué avec le temps.

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Commentaire ajouté par John88 2019-05-19T21:01:10+02:00
Argent

Chaque personne a sa propre définition d'un momde parfait. C'est selon moi ce que tente de nous inculquer ce livre. Sans réel suspense et sans punch, cet oeuvre demeure tout de même très bonne.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Ledesignerdu29 2019-05-03T10:43:31+02:00
Argent

Une anticipation désolante mais pourtant qui peut devenir réalité si nous n'agissons pas pour une cohésion à l'échelle mondiale. Une œuvre magistrale, où la création d'une société utopique frise l'horreur humaine et le rejet de "l'humanité" de la situation.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par pwachevski 2019-04-17T10:51:30+02:00
Bronze

Sans nul doute un grand et bon livre de SF. Il s'en dégage une intelligence et un côté visionnaire absolument indéniable et remarquable. On y aborde des sujets bien plus variés que je ne le pensais au départ Spoiler(cliquez pour révéler)(je pensais que ça allait presque uniquement tourner autour des bébés-éprouvette, je ne pensais pas qu'on parlerait également autant des classes sociales, des relations humaines, du bonheur, ou encore de la place de la culture dans nos sociétés), ce qui amorce de très nombreuses réflexions.

Après ce n'est pour ma part pas un coup de cœur. J'ai trouvé l'ensemble beaucoup trop froid ! Les personnages sont quand même hyper fadasses et pas attachants pour un rond Spoiler(cliquez pour révéler)(il n'y a que "le sauvage" qui sort un peu du lot, et encore, c'est pas incroyable non plus). Et si l'univers est dingue, l'intrigue en soit n'est pas très marquante ou fouillée. Je l'ai au contraire trouvée très linéaire, répétitive, et un peu attendue par moment. Spoiler(cliquez pour révéler)En fait je crois que c'est le côté "dystopie heureuse" qui m'a gêné. Le virage entre l'utopie qui veut le bonheur de tous et le cauchemar n'est pas assez marqué à mon sens.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Cyrlight 2019-04-14T18:05:21+02:00
Pas apprécié

https://leslecturesdelietcyrlight.blogspot.com/2019/04/le-meilleur-des-mondes.html

Le meilleur des mondes est une uchronie d’Aldous Huxley, qui nous présente une société futuriste où les gens ne naissent plus, mais viennent au monde artificiellement. Les maladies et la vieillesse n’existent plus, et tous sont conditionnés dès l’enfance à éprouver un bonheur artificiel.

Que dire de ce roman ? Bien qu’il soit brillant, je ne l’ai pas vraiment apprécié, et je vais m’efforcer d’expliquer pourquoi.

Commençons par les points positifs, qui me permettent malgré mon ressenti personnel de comprendre pourquoi ce livre est considéré comme un classique du genre. Tout d’abord, l’auteur, à l’époque où il a écrit son œuvre, a fait preuve d’une capacité d’anticipation incroyable, presque terrifiante. Pas seulement vis-à-vis de la technologie, mais également de sa société en elle-même qui, sur certains points, évoque la nôtre actuelle.

Ce roman incite à la réflexion. Quel est le prix à payer pour le bonheur ? Car il est indéniable que la majeure partie de la société décrite dans ce livre est heureuse, mais au détriment de son libre-arbitre, de son individualité... Qu’est-ce qui est le plus important, dans le fond ? Être bien ou être soi ?

Assurément, cette œuvre aiguise les pensées et l’esprit. Qu’est-ce que je lui reproche, dans ce cas ? De m’être ennuyée ferme à la lecture. Aussi remarquable que soit ce livre, je l’ai trouvé assommant et j’ai eu beaucoup de mal à avancer. Rien qu’à la lecture des premiers chapitres, j’ai failli décrocher à maintes reprises, et même par la suite, l’histoire ne décolle jamais vraiment.

Déjà, elle est très répétitive. Heureusement, il y a peu de chance pour que j’entende à nouveau un jour le mot « soma », parce que j’ai cru qu’il allait me rendre folle. Idem pour les filles dites « pneumatiques ». Parenthèse qui n’a rien à voir, mais pour ce qui est de la sexualité, ce livre m’a évoqué Histoire d’O et Roissy, où les filles sont éduquées et mises à la disposition de tout le monde, avec leur consentement.

Alors oui, cette répétition insiste certes sur le conditionnement des gens, mais c’est tellement appuyé que cela en devient vite lassant. Quant aux personnages, je ne crois pas qu’il y en ait un seul de véritablement sympathique. Au début, Bernard paraît intéressant parce qu’il ose aller à contre-courant, mais il n’est finalement même pas cohérent avec lui-même. Il blâme ceux qui considèrent Lenina comme un morceau de viande, mais se réjouit ensuite d’avoir toutes les femmes à ses pieds lorsqu’il acquiert la notoriété. Quant à sa lâcheté et sa vanité, elles finissent par le rendre totalement antipathique.

Idem pour le Sauvage, qui m’a déçue par son attitude. Qu’il condamne la société qu’il découvre est une chose, mais il est dans l’excès inverse. En plus de refuser un bonheur artificiel, il se condamne à l’auto-punition, et même à l’auto-flagellation, à croire qu’il est impossible de trouver un juste milieu entre le bonheur et le malheur.

Mon avis sur ce livre est donc très mitigé. Je pense qu’il mérite d’être lu, ne serait-ce que pour toutes les réflexions qu’il soulève. D’un point de vue philosophique, il mérite le détour, mais d’un point de vue purement littéraire, ce n’est pas une réussite. Si vous préférez quelque chose de plus divertissant, alors je vous le déconseille fortement.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Raphy96 2019-04-11T14:38:20+02:00
Argent

Que voulons-nous vraiment ?

Est-ce faire le jeu du bien de l'humanité que de tendre vers un bonheur inconditionnel et individuel ?

La société du Meilleur des Mondes est lisse. Elle n'inclue ni envie ni passion, ni rivalité ni ambition. Elle fait frissonner autant qu'elle fascine. Elle exemplifie la parodie voltairienne des théories de Leibnitz: Tout va bien dans le meilleur des mondes. Car ici, le meilleur des mondes possibles est atteint.

Cette société amorale et libérée des vices humains nous force à nous interroger sur ce qu'est vraiment le désir du coeur de l'homme civilisé. La poursuite du bonheur et de la paix individuels doit-elle se faire au prix du particularisme qui donne tout son relief à l'homme et à la civilisation ?

Afficher en entier
Commentaire ajouté par LesRosesDeTrianon 2019-03-09T10:37:22+01:00
Argent

L'une des meilleures dystopies qu'il m'ait été donné de lire à ce jour! La partie sur la description de la reproduction était réellement passionnante. Le plus effrayant est de voir que tout le monde est conditionné, mais que le Directeur le revendique et que la population l'accepte!

Afficher en entier
Commentaire ajouté par MarshallDSkyler 2019-03-09T09:17:33+01:00
Diamant

Je m’y attendais pas moins de la part de cette auteur. Ce roman d’anticipation est si réaliste, Huxley déjà à son temps avait imaginé, envisagé notre monde aujourd’hui et le plus étonnant est que l’une de ses imaginations existent réellement de nos jours. Cette œuvre est hors du commun. Elle nous fait réfléchir, amène à nous poser des questions où notre monde pourrait devenir celui-ci.

Coup de maître de sa part.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Musashi56 2019-03-03T15:27:56+01:00
Or

Écrit en 1931 par Aldous Huxley, « Le meilleur des mondes » nous décrit une société dystopique où les maladies ont été éradiquées, les effets de la vieillesse arrêtés, les naissances sont totalement contrôlées et les enfants se voient formater, très tôt, pour leur futur rôle social par l’hypnopédie. On nous décrit ainsi un État mondial, hiérarchisé en castes où chaque individu se voit assigner un rôle précis. La population ne ressent aucune envie de se révolter puisqu’elle est entièrement contrôlée par le plaisir (sexualité, consommation, le soma).

Lorsqu’il écrivit une préface à l’édition de 1946, Huxley notait que les gouvernements s’attacheront dans le futur à sonder « le problème du bonheur » « en d’autres termes, le problème consistant à faire aimer aux gens leur servitude. »

Selon lui, la réalisation de ce monde, qu’il avait « lancé à six cents ans dans l’avenir », n’était plus si éloigné et il l’envisageait dans « trois ou quatre générations ». Un des signes révélateurs était, selon lui, la croissance du nombre des divorces. « A mesure que diminue la liberté économique et politique, la liberté sexuelle a tendance à s’accroître en compensation. Et le dictateur […] fera bien d’encourager cette liberté-là. ».

Un roman captivant et effrayant.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Jorkane 2019-02-25T23:34:59+01:00
Argent

J'ai beaucoup aimé ce livre. La société dystopique qui y est dépeinte est réaliste, complète et s'enligne bien avec les enjeux éthiques et les avancées bio-technologiques qui sont d'actualités de nos jours. J'ai aimé l'idée d'un monde utopique où tout le monde est heureux, mais personne ne connaît le bonheur. J'ai aussi aimé qu'on transgresse certaines de nos certitudes, comme le droit à la maternité/paternité ou l'idée selon laquelle les enfants n'ont pas de sexualité. À partir du moment où le monde civilisé et le monde des sauvages entrent en collision, on est évidemment forcé de compiler les pour et les contre de chacun de ces mondes, et d'en venir à la conclusion que l'un n'est probablement pas mieux que l'autre, si l'on fait abstraction de nos sentiments. Ce livre pousse à la réflexion et est intéressant, mais je ne recommanderais pas à ceux qui cherchent une lecture divertissante ou addictive, tout simplement car les personnages ne sont pas spécialement attachants (ils sont là pour faire passer un message, sans plus) et il y a peu d'action. Le meilleur des mondes est toutefois un livre qu'on gagne à découvrir, qui incite à la réflexion et nous ouvre l'esprit sur des enjeux éthiques qui doivent être adressés.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Em-6 2019-01-23T20:25:33+01:00
Lu aussi

J'ai mis pas mal de temps à le lire et ça ne m'a pas vraiment plut.

Afficher en entier

Date de sortie

Le Meilleur des mondes

  • France : 2002-10-11 - Poche (Français)

Activité récente

Maku l'ajoute dans sa biblio or
2019-05-18T19:11:52+02:00

Les chiffres

Lecteurs 3985
Commentaires 423
Extraits 81
Evaluations 847
Note globale 7.39 / 10

Évaluations

Meilleurs classements dans les Listes Booknode

Titres alternatifs

  • Brave New World - Anglais
  • Admirável Mundo Novo - Portugais
  • Il mondo nuovo - Italien
  • Schöne neue Welt - Allemand
  • Feliz Mundo Nuevo - Espagnol
  • О дивный новый мир - Russe
  • Heerlijke nieuwe wereld - Hollandais
  • Fagre nye verden - Danois
  • Du sköna nya värld - Suédois
  • Szép új világ - Hongrois
  • Θαυμαστός καινούργιος κόσμος - Grec
  • Minunata lume nouă - Roumain
  • Konec civilizace - Tcheque
  • Uljas uusi maailma - Finlandais

Quizz terminés récemment

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode