Vous utilisez un bloqueur de publicité

Cher Lecteur,

Nous avons détecté que vous utilisez un bloqueur de publicités (AdBlock) pendant votre navigation sur notre site. Bien que nous comprenions les raisons qui peuvent vous pousser à utiliser ces outils, nous tenons à préciser que notre plateforme se finance principalement grâce à des publicités.

Ces publicités, soigneusement sélectionnées, sont principalement axées sur la littérature et l'art. Elles ne sont pas intrusives et peuvent même vous offrir des opportunités intéressantes dans ces domaines. En bloquant ces publicités, vous limitez nos ressources et risquez de manquer des offres pertinentes.

Afin de pouvoir continuer à naviguer et profiter de nos contenus, nous vous demandons de bien vouloir désactiver votre bloqueur de publicités pour notre site. Cela nous permettra de continuer à vous fournir un contenu de qualité et vous de rester connecté aux dernières nouvelles et tendances de la littérature et de l'art.

Pour continuer à accéder à notre contenu, veuillez désactiver votre bloqueur de publicités et cliquer sur le bouton ci-dessous pour recharger la page.

Recharger la page

Nous vous remercions pour votre compréhension et votre soutien.

Cordialement,

L'équipe BookNode

P.S : Si vous souhaitez profiter d'une navigation sans publicité, nous vous proposons notre option Premium. Avec cette offre, vous pourrez parcourir notre contenu de manière illimitée, sans aucune publicité. Pour découvrir plus sur notre offre Premium et prendre un abonnement, cliquez ici.

Livres
713 947
Membres
1 009 102

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Le Meurtre du Commandeur, Livre 1 : Une idée apparaît



Description ajoutée par x-Key 2018-10-04T09:30:05+02:00

Résumé

Peut-être un jour serais-je capable de faire le portrait du rien. De la même façon qu’un peintre avait été capable de dessiner Le Meurtre du Commandeur. Mais il me faudrait du temps avant d’y parvenir. Je devais faire du temps mon allié.

Quand sa femme lui a annoncé qu’elle voulait divorcer, le narrateur, un jeune peintre en panne d’inspiration, a voyagé seul à travers le Japon. Et puis, il s’est installé dans la montagne dans une maison isolée, ancienne propriété d’un artiste de génie, Tomohiko Amada.

Un jour, le narrateur reçoit une proposition alléchante : faire le portrait de Wataru Menshiki, un riche homme d’affaires. Tandis que celui-ci pose comme modèle, le narrateur a du mal à se concentrer. Quelque chose chez Menshiki résiste à la représentation.

Une nuit, il découvre un tableau dans le grenier, une œuvre d’une grande violence, le meurtre d’un vieillard, comme tirée du Don Giovanni de Mozart. C’est Le Meurtre du Commandeur. Cette peinture obsède le narrateur. Et des choses étranges se produisent, comme si un autre monde s’était entrouvert. À qui se confier ? À Menshiki ? Mais peut-il vraiment lui faire confiance ?

Premier livre d’une œuvre exceptionnelle, dans la lignée du monumental 1Q84, un roman somme, ambitieux, profond. Deux tomes pour une odyssée initiatique étrange, inquiétante, envoûtante, où le maître Murakami dévoile ses obsessions les plus intimes.

(Source : Belfond)

Afficher en entier

Classement en biblio - 135 lecteurs

extrait

Je m’éveillai de moi-même à 5h30 du matin le lendemain, dimanche. Tout était encore sombre. Après avoir pris un petit déjeuner simple à la cuisine, j’enfilai ma tenue de travail et entrai dans l’atelier. Lorsque le ciel de l’est commença à blanchir, j’éteignis la lumière, ouvrit en grand la fenêtre et fis pénétrer dans la pièce l’air froid et vif du matin. J’entendais par la fenêtre ouverte chanter les premiers oiseaux. Les arbres autour étaient abondamment imbibés par la pluie incessante de la nuit.

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Or

Le prologue et la quatrième de couverture donnent envie de lire le livre.

Finalement, les pages se suivent, on avance dans notre lecture, mine de rien. Les sujets abordés par l’auteur peuvent parfois être complexes pour des lecteurs non avertis (peinture, bouddhisme, philosophie de vie, monter du IIIème Reich, ….).

En revanche, heureusement que le prologue est là pour nous faire comprendre l’onirisme du livre car cela met du temps à arriver.

Les chapitres peuvent parfois être longs, et semblent sans réel intérêt, ou plutôt avec des non-événements tout à fait banals. Mais malgré tout, l’histoire reste prenante et nous avons envie d’en découvrir plus sur les personnages.

J’espère que le deuxième tome sera plus riche en suspense que le premier tome.

Bonne lecture à vous

Afficher en entier
Diamant

Un régal ! On retrouve tout les ingrédients qui font de l'écriture de cet auteur, une oeuvre à part. Il réussit avec brio à nous prendre par la main dans cette histoire... un peintre, à un tournant de sa vie, en cours de divorce..Une rencontre étrange avec un voisin souhaitant avoir un portrait de lui même , découverte d'un tableau dénommé "le meurtre du commandeur" dans le grenier, ...Un zeste de fantastique pour nous embarquer dans cet univers de peinture.

Haruki Murakami, nous distille des éléments culturels concernant la peinture japonaise dénommé Nihonga en tout légèreté !

Afficher en entier
Lu aussi

Ce que j'apprécie particulièrement chez l'auteur, en plus de sa plume, c'est ses univers oniriques et ses descriptions. On retrouve ici son style poétique avec des métaphores, des échanges profonds et philosophiques sur des thèmes importants, ainsi qu'un côté mystique et surnaturel.

Malheureusement, je n'ai pas été aussi transporté par ce récit que d'autres (Chroniques de l'oiseau à ressort ; La course au mouton sauvage ; Kafka sur le rivage ; 1Q84). J'ai trouvé le rythme trop lent, parfois ennuyeux, avec beaucoup de répétitions. L'histoire en elle-même est intéressante (un peu à la Alice au pays des merveilles), avec de belles descriptions autour de la peinture et de la musique. Cependant, je n'ai pas réussi à véritablement entrer dans l'histoire (trop d'abstrait).

Ce premier tome semble être une mise en place du décor et des personnages, mais c'est trop long, trop descriptif, trop passif.

Afficher en entier
Or

J'ai vraiment apprécié cette lecture, j'avais lu quelques nouvelles de cet auteur et j'ai beaucoup aimé l'ambiance singulière de ses récits. L'histoire nous transporte dans les montagnes japonaises, un peintre y fait des rencontres et trouvailles énigmatiques. Ce roman à un style plutôt lent, pour ma part je peux dire que je l'ai dégusté. On y apprendra beaucoup sur certains sujets (La peinture, la musique classique, le bouddhisme...). Si vous aimez prendre votre temps pour lire et les ambiances singulières n'hésitez pas à lire ce roman. J'attaque de suite le deuxième et dernier tome de ce récit^^.

Afficher en entier
Argent

Ce livre m'a fait penser à la cartomancie : une part rationnelle trouvera une explication à la réalisation de certaines, une part plus mystique y verra des énergies qui nous dépassent.

Le "meurtre du commandeur" de Murakami est un histoire très terre à terre avec un personnage principal qui n'a rien d'extraordinaire : un peintre qui peint plus par habitude, un divorce qui se profile, sa femme qui a rencontré quelqu'un d'autre, de nouvelles amitiés et rencontres charnelles, sa retraite dans la montagne, des habitudes qui se changent, un travail d'introspection et de remise en question après un choc, etc...

Pourtant, c'est aussi une histoire avec une pointe de fantastique. Avec ce portraitiste, on navigue entre le réel et l'irréel.

Le choix de Murakami d'avoir un narrateur interne ne permet pas d'avoir un avis tranché : certains trouveront une explication surnaturelle, tandis que pour d'autres, il y verront du surnaturel.

Afficher en entier
Bronze

Cette lecture a créée des sentiments tellement ambivalents chez moi. C'est une histoire avec pas mal de longueurs et de répétitions qui sont un peu ennuyeuses mais pour autant, ça n'a pas suffit à me faire arrêter ma lecture. Je voulais quand même avoir le fin mot de cette histoire. Et puis au fur et à mesure une intrigue se met en place, très loin de celle que j'avais imaginé et il y a même de l'humour qui arrive alors que l'histoire était plutôt très sérieuse au début. Je ne sais toujours pas quoi penser de cette lecture mais je pense lire la suite.

Afficher en entier
Or

Il m'a fallu un temps fou pour lire ce livre, mais rien à voir avec sa qualité, je suis juste dans une phase dite "de panne de lecture", j'espère que ça me passera. Anyway, j’arrête de raconter ma vie, promis. Je voulais juste dire que j'ai trouvé bien au contraire ce livre remarquable, et que ce n'est pas du tout parce que je l'ai trouvé pénible à lire que j'ai pris du temps à le lire.

Ce n'est pas le Murakami qui m'a le plus touché, mais en même temps, ce n'est pas le but recherché ici, on n'est presque pas dans le registre de l'émotionnel. En revanche, c'est sûrement celui qui m'a le plus bluffé par l'univers qu'il a su créer ; et oui, j'ai déjà lu Kafka sur le rivage et 1Q84, qui avaient déjà des univers très ambitieux : je trouve donc bien ce livre MEILLEUR, et même largement meilleur, que ces deux autres créations.

J'irais même plus loin, en disant que pour moi, il y avait jusqu'alors deux Murakami. Celui que personnellement je préfère (préférais ?) qui proposait des histoires très terre à terre, malgré toujours une touche de mystère/surnaturel à un moment ; genre La ballade de l'impossible, Au sud de la frontière à l'ouest du soleil, L'incolore Tsukuru Tazaki. Et celui qui partait au contraire dans des univers plus oniriques, voire franchement fantastiques ; justement Kafka ou 1Q84. J'assume l'opinion non populaire, puisque ce sont sûrement ses livres les plus connus, mais pour ma part, Murakami ne m'a jamais complètement convaincu dans ce deuxième univers. Je trouve qu'il ne maîtrisait pas complètement ce style et ses ambitions, et proposait des livres pas totalement aboutis.

Le meurtre du commandeur est pour moi le premier livre qui vient réconcilier ces deux Murakami, par un traitement très pertinent de ces deux éléments caractéristiques qui font son style, en en faisant une sorte de synthèse. C'est une histoire très terre à terre, avec ce narrateur qui vient de divorcer, les nouvelles rencontres amoureuses qu'il fait, sa retraite en montagne, son travail de portraitiste, la relation d'amitié (?) particulière qu'il entretient avec son mystérieux voisin Spoiler(cliquez pour révéler)et sur la fin cette quête de paternité de Menshiki. Mais c'est aussi une histoire bien plus fantastique, mais au sens hyper classique de ce terme. On est plus que jamais avec cet auteur tout pile à la frontière entre le réel et le fantastique. Le choix d'un narrateur interne fait qu'on peut choisir finalement de croire et d'interpréter les choses un peu comme on en a envie. Ça ne sera peut-être plus le cas dans le tome deux, mais pour le moment, on ne nous impose aucune interprétation. On peut y voir du surnaturel, ou trouver une explication rationnelle. Spoiler(cliquez pour révéler)L'apparition du Commandeur par exemple, le narrateur étant le seul à le voir, on a aucun moyen de savoir si c'est "réel" ou si c'est de la folie. Et c'est là l’ÉNORME différence entre ce livre et 1Q84 ou Kafka, qui nous imposaient un univers irréel, trop vite, trop tôt dans l'histoire, et auquel j'avais personnellement beaucoup de mal à croire.

Pour le reste, c'est un Murakami, et il fait donc du Murakami. Sa façon de traiter les personnages masculins (souvent inspirés de lui-même) et féminins (souvent pots de fleurs) et les relations entre eux (souvent touche-pipi), ou encore dans ses superbes descriptions de la nature environnante sont les mêmes que dans tous les Murakami. Pas de surprise si vous le connaissez déjà. Mais il y a aussi cet "autre chose", ce mystère, cette frontière floue avec le fantastique, qui va prendre une place de plus en plus grande à mesure que l'intrigue avance, mais sans jamais franchement y basculer, et qui va explorer des terrains jamais explorés avant par cet auteur, et qui maintiendra, je pense, en éveille le plus blasé des lecteurs de Murakami.

Paradoxalement, c'est aussi l'un de ses livres que j'ai trouvé le plus mal écrit. Toute proportion gardée, Murakami écrira toujours infiniment mieux que la plupart des autres auteurs et sera toujours d'une grande justesse dans ses descriptions. Mais ce livre a une construction définitivement (et volontairement) brouillonne et saccadée. La chronologie est cafouilleuse, comme si ce n'était pas l'ordre logique pour présenter les choses. Il y a des répétitions, des retours en arrière. Et étonnement, c'est tout sauf un défaut. Le choix d'une narration à la première personne justifie cette maladresse et ce style moins travaillé, pour faire d'autant plus ressortir le trouble du héros. Pour aller explorer d'autant plus profondément cette "autre chose" dont je parlais plus haut.

Au final, je retiens de ce livre le plaisir que j'ai eu à le lire, mais aussi son ambiance remarquable et ce sentiment de trouble, agréable car brillant de par sa maîtrise. Si vraiment je dois trouver un défaut, je dirais que je n'ai pas compris ce qui justifiait de faire une coupure à ce moment-ci de l'intrigue. On n'est pas du tout à la fin d'un arc narratif, on aurait pu s'arrêter 100 pages plus tôt, l'effet aurait été à peu près le même. Mais d'un autre côté, on nous a donné tellement de cartes et de pistes pour la suite de l'intrigue, certaines dont on peine encore sérieusement à comprendre le lien avec le reste (je pense notamment aux références à la Seconde Guerre mondiale) que finalement cette étrange coupure devient un simple détail, car on sait qu'on ne tardera pas à se pencher sur la suite.

Pour mon classement, j'opte pour le moment pour une liste argent, parce que je ne veux pas "m'emballer" dans ma notation sans connaître la suite. Mais je n'exclus pas du tout de remonter cette saga plus haut dans ma bibliothèque si la suite est à la hauteur de cette première partie.

Afficher en entier
Argent

Pour l’instant, c’est mon roman préféré de cet auteur. Son style d’écriture est beau, le scénario comme toujours est intéressant et intriguant. Le personnage principal est bien construit ! Hâte de découvrir le second tome.

Afficher en entier
Diamant

Un auteur à part.

Un livre qui transporte vers un horizon inconnu . On ne sais jamais ce qu'il va advenir en description réaliste de la vie et une part de fable, de magie.

C'est un livre qui fait voyager dans le quotidien et pourtant dans l'extraordinaire.

Bref j'ai aimé.

Afficher en entier
Pas apprécié

Haruki Murakami est mon idole. J'ame toutes ses oeuvres sauf celle-ci. J'ai commencé le Tome 1 et je me suis vite rendue compte que celui-ci ne me plaisait pas. Je ne l'ai d'ailleurs pas terminé et n'ai pas lu le tome 2. On ne peut pas tout aimé. Aussi je le recommande quand mêmcar il peut plaire à d'autres !!!

Afficher en entier

Date de sortie

Le Meurtre du Commandeur, Livre 1 : Une idée apparaît

  • France : 2018-10-11 (Français)

Activité récente

juniper l'ajoute dans sa biblio or
2024-03-18T17:24:27+01:00
max2077 l'ajoute dans sa biblio or
2024-01-08T18:13:55+01:00
Wanwine l'ajoute dans sa biblio or
2024-01-02T17:20:47+01:00

Titres alternatifs

  • 騎士団長殺し - Japonais

Évaluations

Les chiffres

lecteurs 135
Commentaires 19
extraits 18
Evaluations 50
Note globale 7.58 / 10

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode