Livres
439 039
Membres
368 120

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

Extrait ajouté par GladysditeRaton 2018-08-05T17:23:27+02:00

Les musiciens se font un signe de tête et entament le quatuor à cordes no 14 de Schubert

Les premières notes résonnent avec gravité, comme une force retenue. Un violon leur répond douloureusement. La musique semble chercher son souffle une dernière fois avant de couler librement . La mélodie est gaie, mais les instruments lui confèrent un timbre chargé du chagrin d'autres âmes perdues

Chaque jour sont fabriquées trente-neuf millions de cartouches pour différentes armes à feu. Au bas mot, les dépenses militaires du monde s'élèvent à 1'226 milliards de dollars par an. Malgré la grande quantité de matériel de guerre fabriqué, il est impossible de satisfaire la demande

Les neufs plus grands exportateurs d'armes conventionnelles dans le monde sont les Etats-unis, la Russie, l'Allemagne, la France, la Grande-Bretagne, les Pays-Bas, l'Italie, la Suède et la Chine

Afficher en entier
Extrait ajouté par Stephanelefort 2016-12-22T19:55:38+01:00

Quand, par une nuit claire, un large bateau de plaisance est retrouvé à la dérive dans le pertuis de Jungfrufjärden, au sud de l’archipel de Stockholm, c’est le calme plat. L’eau bleu-gris s’abandonne à des mouvements doux comme la brume.

Le vieux qui approche dans sa barque appelle à plusieurs reprises mais il se doute qu’il n’obtiendra pas de réponse. Cela fait presque une heure qu’il observe le bateau à moteur dériver lentement vers le large sous l’effet du courant.

L’homme manœuvre son embarcation et vient l’accoler au yacht. Il remonte les rames, s’amarre à la plate-forme située à l’arrière du bateau, grimpe à l’échelle en inox et enjambe le bastingage. Un transat rose trône au milieu du pont arrière. Le vieux attend un petit moment et tend l’oreille. N’entendant pas le moindre bruit, il ouvre la porte vitrée et descend un petit escalier menant au salon. Au travers des grandes fenêtres, une lueur grise tombe sur les meubles en teck verni et le tissu bleu nuit des canapés.

Afficher en entier
Extrait ajouté par ilovelire 2016-06-17T10:05:48+02:00

Penelope Fernandez déteste la guerre, la violence et les armes. Une aversion qui l’a poussée à entreprendre des études de sciences politiques à Uppsala. Puis, elle a travaillé pour l’organisation Action contre la Faim au Darfour avec Jane Oduya. Elle a écrit un article très remarqué pour Dagens Nyheter sur les femmes des camps de réfugiés et leurs difficultés à retrouver une vie normale après les sévices qu’elles ont subis. Enfin, il y a deux ans, elle a remplacé Frida Blom à la tête de la SFSF.

Afficher en entier
Extrait ajouté par ilovelire 2016-06-17T10:05:37+02:00

Penelope Fernandez est originaire de La Libertad, l’un des plus grands départements du Salvador. Sa mère, Claudia Fernandez, a été emprisonnée durant la guerre civile et Penelope est venue au monde dans une cellule où quinze autres femmes incarcérées avec elle se sont improvisées sages-femmes. Claudia était médecin et avait activement participé à des campagnes d’information pour sensibiliser le plus grand nombre aux droits fondamentaux. Elle s’était retrouvée dans les geôles du régime pour avoir promu le droit de se syndiquer auprès de la population indigène.

Afficher en entier
Extrait ajouté par ilovelire 2016-06-17T10:05:31+02:00

Penelope a vingt-cinq ans et des cheveux noirs bouclés qui lui arrivent aux épaules. Une courte chaîne en argent, ornée d’une petite croix qu’elle a reçue pour sa communion solennelle, brille autour de son cou. Sa peau douce a une teinte dorée. Celle de l’huile d’olive vierge ou du miel, comme l’avait un jour écrit un garçon de sa classe, au collège, dans un exercice où ils devaient se décrire mutuellement. Ses yeux sont grands et graves. On lui a dit plus d’une fois qu’elle ressemblait trait pour trait à l’actrice Sophia Loren.

Afficher en entier
Extrait ajouté par ilovelire 2016-06-17T10:05:24+02:00

Penelope Fernandez quitte le studio de Sveriges Television et marche en direction de Valhallavägen. Elle avait attendu pendant presque deux heures afin de poursuivre le débat dans une autre émission matinale mais le producteur a fini par lui expliquer qu’ils avaient décidé de la déprogrammer au profit d’un sujet sur les cinq astuces minceur en prévision de l’été.

Afficher en entier
Extrait ajouté par ilovelire 2016-06-17T10:05:16+02:00

Penelope l’affronte du regard. Elle bout de colère et de frustration, mais elle se force à rester muette. Pontus Salman lui adresse un sourire désolé, puis parle de l’usine de Trollhättan. Deux cents emplois ont été créés à la suite de l’autorisation obtenue par Silencia Defence de lancer la production. Il explique le mécanisme de l’autorisation de principe et détaille le processus de fabrication. Il s’attarde pour gagner du temps.

Afficher en entier
Extrait ajouté par ilovelire 2016-06-17T10:05:08+02:00

Stefanie von Sydow, la présentatrice, change de sujet, bat des cils en direction de la caméra et commence à parler des licenciements qui ont suivi l’achat de la société anonyme Bofors par le groupe de défense nationale britannique BEA Systems Limited. Elle se tourne ensuite vers Penelope :

Afficher en entier
Extrait ajouté par ilovelire 2016-06-17T10:04:56+02:00

Un frisson parcourt le dos de Penelope Fernandez. Les battements de son cœur s’accélèrent et elle jette un coup d’œil par-dessus son épaule. Peut-être, à cet instant, a-t-elle une prémonition de ce qui se passera plus tard dans la journée.

Malgré la chaleur qui règne dans le studio, Penelope ressent une sensation de fraîcheur sur le visage. Celle-ci persiste depuis qu’elle a quitté la loge de maquillage. On a appuyé une éponge humide contre sa peau pour y déposer du fond de teint et on a détaché de ses cheveux la pince ornée d’une colombe pour les imprégner de mousse et accentuer le mouvement de ses boucles.

Afficher en entier
Extrait ajouté par ilovelire 2016-06-17T10:04:48+02:00

Le violoniste et compositeur de légende Niccolò Paganini naquit en 1782 à Gênes. Aujourd’hui encore, très peu de violonistes sont capables de jouer les œuvres rapides et complexes qu’il a composées, jusqu’a sa mort, le musicien fut poursuivi par une rumeur selon laquelle il devait son exceptionnel talent à un pacte qu’il aurait conclu avec le diable.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode