Livres
472 268
Membres
444 224

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

" Ce n'est pas parce que ça ne finit pas comme on le veut que ça finit mal."

Afficher en entier

" Le bonheur n'est jamais aussi grand que quand on s'apprête à le toucher."

Afficher en entier

" Je vis parce qu'il le faut, j'existe par automatisme. Je suis éteinte à l'intérieur d'une enveloppe qui fait semblant."

Afficher en entier

Le plus dur, c’est au réveil. Ces quelques secondes, plus ou moins nombreuses, plus ou moins étirées, durant lesquelles mon cerveau n’a pas encore fait la mise au point sur ma vie. Et puis, je me fracasse contre la réalité.

Les matins qui arrivent au terme de nuits peuplées de rêves dans lesquels il est encore là sont les plus difficiles. J’ouvre les yeux et, en lieu et place des rideaux blancs, des photos de Corse et de son torse à quelques centimètres du mien, je fais face à un mur rose, une affiche du film Titanic, et mon corps seul dans un lit une place. Je ne sais pas ce qui est le plus douloureux : avoir perdu mon mari, assister à l’explosion de notre famille ou retrouver ma chambre d’ado à trente-cinq ans.

Afficher en entier

"J'ai le chagrin égoïste. Je ne partage mon humeur que quand elle est bonne. Je n'aime pas gêner, et le malheur, ça gène." p.32

Afficher en entier

"La douleur, c'est comme un boomerang. Si on essaie de l'envoyer loin de soi, elle nous reviens en pleine tête.

On peut faire comme si elle n'existait pas, essayer de le faire taire, mais elle reste là, tapie, latente, à attendre la moindre faille pour se diffuser dans nos veines."

Afficher en entier

" Vous avez de la chance d'avoir vécu une épreuve. Vous faites maintenant partie de ceux qui savent voir l'essentiel."

Afficher en entier

" Ma chère Jeanne, ma douce épouse,

Victor Hugo disait : 'Tu n'es plus là où tu étais, mais tu es partout où je suis.'

C'est vrai. J'entends ta voix qui me réprimande d'avoir laissé trainer ma tasse, je vois ton sourire quand je me rase, je sens ton odeur sur l'oreiller. Tu es dans mon cœur, dans ma tête, tu es là, avec moi.

J'ai eu la chance de traverser l'existence avec une personne extraordinaire. Merci pour ta tendresse, ton amour, ta patience, ton humour, ta résistance. Merci pour tout ce bonheur, merci d'avoir rendu ma vie plus belle.

Embrasse notre fils pour moi et dis-lui que je vous rejoins vite. Je suis juste derrière toi.

A bientôt, mon tendre amour."

Afficher en entier

"-C'est quand on est à l'apogée du malheur que l'on apprécie le plus le bonheur.

-Mais, alors, ça veut dire qu'il faut rester malheureux ?

-Pas du tout ! Ça signifie que, quelle que soit la situation, le positif est là pour ceux qui savent le voir. Une fois qu'on le sait, tout a plus de saveur."

Afficher en entier

Je ne connais rien de plus apaisant que le fer brûlant qui glisse sur le tissu et le transforme en un clin d'oeil. De froissé et rêche, il devient lisse et doux. Pourvu qu'un jour on invente un fer à repasser sa vie.

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode