Livres
487 244
Membres
478 080

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

« – Savez-vous que le commissaire Farroux a eu le culot de me reprocher d’avoir tiré les vers du nez à cette crapule de Brochard ? Il appelle ça des aveux extorqués sous la contrainte !

– Et vous, comment appelez-vous ça ?

– Des questions bien posées. » [p.143]

Afficher en entier

Cécile de Brescieux habitait depuis peu un hôtel particulier qui, en réalité, appartenait au Cercle Incarnat. Superbe et élégamment vêtue de rouge, comme à son habitude, elle reçut Farroux, Griffont et la baronne dans un charmant salon.

— Bonjour, Isabel. Quelle surprise de vous revoir !

— Bonne, la surprise ?

— Bien sûr !

— Jolie robe. Vous sortiez ?

— Mais non.

— Ah.

Et l'enchanteresse gratifia Louis d'un regard qui disait en substance : Et pour qui ces efforts de toilette, à ton avis ?

Arrête avec ça, répondit Griffont sur le même mode en fronçant le sourcil.

La magicienne fit servir du thé et des petits gâteaux, puis elle livra un premier témoignage qui couvrait l'essentiel de ce que Farroux savait déjà.

— Ainsi, dit-il, Paul Tixier a été enlevé devant chez vous...

— C'était vers dix heures. J'attendais mon coiffeur en buvant une tasse de chocolat à ma fenêtre quand...

— Vers dix heures ? souligna Isabel sans égard pour le regard courroucé que lui adressa Griffont. Vos journées commencent tard...

— Libre à vous de ne pas consacrer le temps nécessaire à votre toilette, répliqua Cécile avec un sourire crispé.

— Tout dépend de l'ampleur du chantier.

Afficher en entier

« L’un d’eux, un jeune homme maigre de vingt-six ans, s’attira un succès particulier avec un pamphlet plein d’humour et d’intelligence dont le Régent et son goût ridicule pour l’ésotérisme faisaient les frais.

– Qui est-ce ? demanda discrètement Griffont à son voisin.

– Un nommé Voltaire, je crois.

Ce nom ne lui disait rien. » [p.70]

Afficher en entier

« — Bonsoir, Balthazar.

La voix de l’arbre savant tombait de son feuillage rouge et brun. Grave et lente, elle avait les sonorités mélancoliques d’un violoncelle dont un archet expert aurait caressé les cordes dans une chapelle. À qui savait voir, les irrégularités de l’écorce dessinaient comme l’esquisse d’un visage à mi-hauteur du tronc rugueux et moussu.

— Allez-vous bien, Louis ?

— Assez bien, oui.

Griffont tira une cigarette de son étui d’argent, cassa trois allumettes, s’énerva, fit naître la braise d’un claquement de doigts.

— Vous êtes soucieux.

Louis soupira et dut le reconnaître.

Balthazar et lui étaient de vieux amis. Le chêne savant avait été replanté tout jeune à Paris, peu après le Jour des Fées, à savoir peu après que les fées révélèrent l’existence de l’OutreMonde. L’événement était déjà vieux d’un siècle. Balthazar avait fait sensation à l’époque, puis il avait passé de mode avant d’être oublié. Au registre des merveilles qu’Ambremer offrit à Paris, la tour de M. Eiffel, tout entière bâtie par des gnomes dans un bois blanc magique qui chante à la lune, constituait une attraction d’une envergure incomparable. Le chêne savant du Vieux-Square n’intéressait désormais plus grand monde. Il ne s’en plaignait pas. »

Afficher en entier

« — Bonsoir, Balthazar.

La voix de l’arbre savant tombait de son feuillage rouge et brun. Grave et lente, elle avait les sonorités mélancoliques d’un violoncelle dont un archet expert aurait caressé les cordes dans une chapelle. À qui savait voir, les irrégularités de l’écorce dessinaient comme l’esquisse d’un visage à mi-hauteur du tronc rugueux et moussu.

— Allez-vous bien, Louis ?

— Assez bien, oui.

Griffont tira une cigarette de son étui d’argent, cassa trois allumettes, s’énerva, fit naître la braise d’un claquement de doigts.

— Vous êtes soucieux.

Louis soupira et dut le reconnaître.

Balthazar et lui étaient de vieux amis. Le chêne savant avait été replanté tout jeune à Paris, peu après le Jour des Fées, à savoir peu après que les fées révélèrent l’existence de l’OutreMonde. L’événement était déjà vieux d’un siècle. Balthazar avait fait sensation à l’époque, puis il avait passé de mode avant d’être oublié. Au registre des merveilles qu’Ambremer offrit à Paris, la tour de M. Eiffel, tout entière bâtie par des gnomes dans un bois blanc magique qui chante à la lune, constituait une attraction d’une envergure incomparable. Le chêne savant du Vieux-Square n’intéressait désormais plus grand monde. Il ne s’en plaignait pas. »

Afficher en entier

Car si tous n'affectent pas de s'exprimer comme un ancien élève d'Oxford, les chats - ailés parlent. La plupart sont même savants. Cela vient de ce qu'ils absorbent la matière des écrits sur lesquels ils dorment. Azincourt appréciait particulièrement les romans historiques et les correspondances particulières.

Afficher en entier

-Nous avons besoin de vous.

-Nous ?

-Ambremer. Et Sa Majesté la reine Mélaine.

-Et c'est moi qu'on vient chercher ?

Aurélia sourit en coin, hocha la tête, et lâcha comme pour elle même :

-Alors ce doit être grave...

Afficher en entier

« — Bonsoir, Balthazar.

La voix de l’arbre savant tombait de son feuillage rouge et brun. Grave et lente, elle avait les sonorités mélancoliques d’un violoncelle dont un archet expert aurait caressé les cordes dans une chapelle. À qui savait voir, les irrégularités de l’écorce dessinaient comme l’esquisse d’un visage à mi-hauteur du tronc rugueux et moussu.

— Allez-vous bien, Louis ?

— Assez bien, oui.

Griffont tira une cigarette de son étui d’argent, cassa trois allumettes, s’énerva, fit naître la braise d’un claquement de doigts.

— Vous êtes soucieux.

Louis soupira et dut le reconnaître.

Balthazar et lui étaient de vieux amis. Le chêne savant avait été replanté tout jeune à Paris, peu après le Jour des Fées, à savoir peu après que les fées révélèrent l’existence de l’OutreMonde. L’événement était déjà vieux d’un siècle. Balthazar avait fait sensation à l’époque, puis il avait passé de mode avant d’être oublié. Au registre des merveilles qu’Ambremer offrit à Paris, la tour de M. Eiffel, tout entière bâtie par des gnomes dans un bois blanc magique qui chante à la lune, constituait une attraction d’une envergure incomparable. Le chêne savant du Vieux-Square n’intéressait désormais plus grand monde. Il ne s’en plaignait pas. »

Afficher en entier

« — C’était vers 10 heures. J’attendais mon coiffeur en buvant une tasse de chocolat à ma fenêtre quand…

— Vers 10 heures ? souligna Isabel sans égard pour le regard courroucé que lui adressa Griffont. Vos journées commencent tard…

— Libre à vous de ne pas consacrer le temps nécessaire à votre toilette, répliqua Cécile avec un sourire crispé.

— Je crois surtout que tout dépend de l’ampleur du chantier. »

Afficher en entier

« Elle se nommait Aurélia, avait bien d’autres noms sur Terre, et deviendrait un jour la baronne de Saint-Gil. Elle était une fée et jouissait à ce titre d’une élégance innée, d’une beauté rare et d’une assurance sans faille. Les lecteurs qui la connaissent déjà savent qu’elle ajoutait à ces qualités un caractère de cochon. »

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode