Livres
451 638
Membres
397 226

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Le Prince d'Eté



Description ajoutée par Audrey-Cstt 2014-07-06T10:55:53+02:00

Résumé

Sur la côte de ce que l'on appelait jadis le Brésil, ce sont les femmes qui dirigent la légendaire ville-pyramide de Palmares Três. La Reine ne cède le pouvoir à un homme qu'une fois tous les cinq ans, à un Roi d'été dont l'histoire enfiévrera la cité l'espace d'une année.

Pour June Costa, la vie n'est qu'Art. Ses œuvres impressionnent ses professeurs autant que ses camarades. Elle rêve de remporter le prestigieux Trophée de la Reine. Un rêve qu'elle n'avait jamais remis en question... jusqu'à ce qu'elle rencontre Enki.

Fraîchement élu Roi d'été, Enki est le garçon dont tout le monde parle. Mais lorsque June le regarde, elle voit bien au-delà de ses fascinants yeux d'ambre et de sa samba ravageuse : elle reconnaît en lui un artiste total. Follement amoureuse, June décide alors de créer avec lui un chef-d’œuvre qui restera gravé à jamais dans les mémoires.

Mais le temps leur est compté. Car, comme tous les Rois d'été qui l'ont précédé, Enki va devoir être sacrifié.

Afficher en entier

Classement en biblio - 274 lecteurs

Extrait

Extrait ajouté par [email protected] 2013-04-14T20:02:18+02:00

« Pour aimer la lumière, il faut aimer l'obscurité. Je ne fais pas de la philosophie, je sais que tu comprendras. Je ne veux pas dire qu'il faut haïr pour pouvoir aimer, ni mourir pour vivre. Ce que je veux te faire toucher du doigt, c'est que l'ont éteint parfois la lumière rien que pour le plaisir de la rallumer. »

Afficher en entier

Commentaires les plus appréciés

Or

http://wandering-world.skyrock.com/3155780714-Le-Prince-d-Ete.html

LE PRINCE D'ÉTÉ est un récit obsédant. Une fois le roman refermé, on en garde un sentiment perdu entre la confusion et l'exaltation. En lisant la dernière page, j'étais complètement déboussolé. Cette histoire sort totalement des sentiers battus. L'auteure ne se gêne absolument pas pour nous en faire voir de toutes les couleurs, et c'est tout simplement grisant. LE PRINCE D'ÉTÉ est une lecture qui marque et qui nous laisse un drôle de goût dans la bouche. C'est un roman décalé et comme aucun autre, dans lequel Alaya Dawn Johnson prend énormément de risques. Je peux facilement comprendre les critiques, puisque pas mal de choses restent quand même très floues, mais, personnellement, j'ai été très agréablement surpris par cette intrigue tellement spéciale et tellement prenante. Je pense que LE PRINCE D'ÉTÉ fait parti de ces récits qu'on aime ou qu'on déteste, il n'y a pas de juste milieu possible, et j'ai énormément de chance de faire parti du premier cas de figure.

Rien qu'en quelques pages, l'auteure nous permet d'immerger complètement dans son récit. Nous suivons June, une jeune femme vivant à Palmares Três, une ville futuriste gouvernée exclusivement par des femmes. Le tout se déroule dans un univers très poussé technologiquement parlant, avec lequel il est assez compliqué de se familiariser au premier abord. Je dois bien reconnaître qu'il m'a fallu un petit temps d'adaptation pour me faire à toute la culture dont nous fait part l'auteure dans la première partie de l'histoire. C'est réellement un monde tout entier auquel nous sommes confrontés, et pas seulement au quotidien de quelques personnages. Nous avons le droit à énormément de mouvements, de descriptions de lieux et d'instants mêlant cérémonies sacrées et retrouvailles passionnées. Le truc, c'est qu'on a tellement l'impression d'être plongés corps et âme dans le récit qu'il devient quasiment impossible d'en ressortir. Une fois pris au piège, difficile de ne pas se laisser aller. Palmares Três est une ville qui m'a ensorcelé et qui m'a pris aux tripes, et dont la société à la fois énigmatique et si moderne m'a complètement subjugué. J'ai adoré voyagé avec June, Enki et Gil dans cet univers imaginé à la perfection.

En parlant de ce trio, d'ailleurs, j'aimerais vous parler de leurs personnalités. Seigneur, qu'ils m'ont touché !!! June est une adolescente rebelle et déterminée, à la fois passionnée d'art et une jeune femme bien décidée à renverser l'ordre établi. Suivre l'intrigue à ses côtés à été un véritable plaisir. Elle est complètement différente de toutes les héroïnes YA que j'ai pu découvrir jusqu'ici. Ses réflexions, ses sentiments et ses moindres faits et gestes m'ont pris de court. Je ne m'attendais pas à rencontrer une héroïne aussi décalée et forte. Son meilleur ami, Gil, est le protagoniste qui m'a le plus ému dans cette histoire. C'est une jeune homme très séduisant qui possède de nombreuses failles dont il ne se cache pas. J'ai beaucoup aimé les moments où il livrait ses émotions à June. Leur amitié est pure et sincère, et nous paraît irrémédiablement vraie et humaine. Leur duo est poignant et adorable, et je réalise qu'il me manque déjà. Enki, quant à lui, est un personnage complètement... Je ne sais... Je n'ai pas vraiment de mots pour le décrire. Un mélange d'étrangeté, de magnificence, d'humanité brute, d'extravagance et de singularité. Je ne parviens vraiment pas à mettre des mots sur les sensations qu'il m'a fait ressentir. C'est un des protagonistes les plus uniques et les plus renversants que j'ai jamais connu. Le triangle qu'ils forment avec Gil et June m'a totalement déstabilisé. Il y a tellement de mots muets et d'instants gorgés d'intensité et de destruction entre eux qu'il est impossible de rester de marbre en les lisant. Ouaw ♥

Je pense que, dans le fond, ce qui rend ces personnages aussi spéciaux - et surtout concernant June et Enki - ce sont les aventures qu'ils vont connaître ensemble. Alaya Dawn Johnson nous livre ici deux héros passionnés d'art. Une passion qui va les mener dans leurs derniers retranchements. C'est juste un truc de dingue. J'en ai pris plein la tête en voyant à quel point leur passion tournait à l'obsession, puis à la dévastation. C'est juste... ouaw quoi. June et Enki sont deux protagonistes ULTRA complexes et ambigus, qui m'ont vraiment ( mais vraiment ) perturbés. Les expériences qu'ils vont vivre ensemble m'ont coupé le souffle. Il y a un truc chez eux qui frôle la folie. Qui frôle l'autodestruction. Qui frôle le malsain. Et pourtant, on ne peut pas s'empêcher d'en redemander. C'est monstrueux. C'est exaltant. C'est enivrant. C'est dévastateur. Toutes les émotions qu'ils ressentent l'un pour l'autre sont brutes et pures. Je n'arrive, une fois de plus, pas à trouver mes mots, et j'en suis le premier dérangé, vu que je n'ai absolument pas l'habitude d'éprouver cela en écrivant une chronique. Je crois que ces deux personnages m'ont profondément marqué, tout simplement. Ils ont laissé une trace indélébile quelque part en moi, de part leur force, leur passion, leur amour et leur détermination.

Niveau rebondissements, on ne s'arrête jamais. L'auteure sait exactement où elle veut nous emmener. Elle a bâti un univers entier et parfait, par lequel plus d'une personne sera surprise. La sexualité est un thème omniprésent, auquel je ne m'attendais pas à être confronté au départ. Certains seront mécontents, d'autres diront que c'est n'importe quoi, mais, personnellement, j'ai beaucoup aimé ce côté de l'intrigue. Non pas parce que l'érotisme me plaît, mais parce qu'il ne fait qu'ajouter de la profondeur et de la vraisemblance à ce récit déjà bourré de magnificence. Les surprises s'accumulent sans cesse et, bien que nous connaissons dès le départ la fin de l'intrigue, on espère sans arrêt que les choses changent. June, Enki et Gil nous font vivre un périple marquant et exceptionnel, dans lequel les coups de théâtre s'entrechoquent encore et encore. Les dernières pages débordent d'émotions et de révélations que je n'avais pas vu venir. Il faut s'accrocher émotionnellement parlant, puisque l'auteure passe sous silence certains évènements, ce qui ne fait qu'empirer la tension déjà bien présente. Le truc, c'est que beaucoup de personnes risquent d'être insatisfaites par tous ces instants assez flous et pas assez approfondis. Mais regardez-moi ! Moi qui adore tout savoir, je dois bien avouer que l'auteure maîtrise assez bien son histoire pour ne pas me frustrer, alors qu'un paquet d'explications manque. Mais tout est tellement prenant et tellement déchirant que ces "silences" ne font qu'augmenter l'aspect dramatique de l'intrigue. Et j'ai adoré ça ♥

La plume de l'auteure est également extraordinaire. Tout au long de l'histoire, j'ai été subjugué par chaque mot. Ce monde qui s'offre à nous est tout simplement hors-du-commun. Il pullule de sons et d'odeurs, de sensations corporelles et de touchers brûlants. Nous découvrons ici un univers qui cache toujours des secrets, mais qui sait aussi se sublimer pour nous en mettre plein la vue. J'ai eu, à de très nombreuses reprises, des milliards d'étoiles dans les yeux. Tout est tellement vibrant, tellement attirant, tellement retentissant et tellement incandescent... C'est fou ♥ Merci Alaya Dawn Johnson pour vos mots forts et puissants, plein d'émotions et de découvertes.

Concernant la conclusion du roman, je pense que c'est le seul point qui m'a obligé à ne pas attribuer la note de 5/5. Bien qu'elle m'ait énormément plu, je ne suis pas certain de l'avoir entièrement comprise. Il y a beaucoup d'actes précipités et de moments confus. Tout est flou, en fait. Il me manque quelques explications. Ce n'est pas frustrant ni agaçant, c'est juste... Je ne sais pas, bizarre. La dernière page m'a vraiment bouleversé, et j'ai dû la relire plusieurs fois avant d'avoir une embauche d'idée sur sa signification. Il y a trop de possibilités pour que j'en ressorte entièrement convaincu, en fait. Mais, paradoxalement, cette fin apporte encore un plus à l'histoire. Elle nous permet d'en être habité un peu plus longtemps. C'est obsédant. C'est hantant. C'est étrange. Je ne sais pas vraiment quoi penser de cette conclusion, et, à cause de ça, on passe à côté de la perfection absolue.

En résumé, LE PRINCE D'ÉTÉ est une lecture inoubliable et enflammée, qui marquera certainement beaucoup de monde. June, Enki et Gil nous livrent une intrigue des plus prenantes et des plus bouleversantes. June et Enki m'ont vraiment déchiré, et je ne trouve toujours pas les mots pour pouvoir exprimer mon ressenti sur eux. Ils ont ambigus et complexes, exactement comme tout le récit en général. LE PRINCE D'ÉTÉ est mené d'une main de maître, et nous offre un univers aussi magnifique que mystérieux, mais qui nous attire irrésistiblement dans les deux cas. Si la conclusion n'est pas parfaite, elle possède au moins le mérite d'être assez obscure pour nous faire réfléchir, chose que j'apprécie beaucoup. LE PRINCE D'ÉTÉ est véritablement un roman pas comme les autres, qui nous habite et nous touche profondément. Une lecture insolite et prodigieuse, à découvrir sans plus attendre.

Afficher en entier
Pas apprécié

Je ne sais pas si c'etait à cause de mon humeur mais je n'ai même pas réussi à lire plus de 10 pages ce n'est que mon avis donc n'hésitez pas à le lire il pourrait vous plaire

Afficher en entier

Ajoutez votre commentaire

Ajoutez votre commentaire

Commentaires récents

Commentaire ajouté par Kita-chan 2018-10-07T12:53:10+02:00
Lu aussi

Une lecture difficile. Je n’ai pas tout compris, même si j’ai trouvé l’histoire très originale.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par ElleyaneFantasy 2018-08-29T19:55:12+02:00
Or

Une petite claque.

Le Prince d'été est un super livre qui mêle mythologie, dystopie, faits passés et Romance.

L'univers est absolument incroyable. Il y a un vrai côté féministe derrière ce nouveau Brésil. Malheureusement parfois il manque des explications ce qui nous laisse dans le flou : cependant on est très vite happé par l'histoire de June pour se poser pas mal de questions.

June est une heroine très combative, très forte tête (parfois un peu trop) qui vit mal la mort de son père et la présence de sa belle mère. Elle exprimé comme elle peut son côté rebel grâce à l'art. Ce mélange art et dystopie rend le livre encore plus imagé. Par ailleurs les descriptions sont tellement bien écrites que l'idée de sacrifices des Princes rendent le monde presque effrayant.

À lire sans modération.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par sorcieregarou 2018-04-24T19:03:03+02:00
Argent

C'est la première fois que je lis un roman avec ce genre d'univers, entre l'art et la technologie. Je ne sais pas trop quoi en penser... Je ne me suis malheureusement attachée ni a June ni a Enki mais seulement à Gil qui est un personnage secondaire. A vrai dire je ne sais pas où l'histoire voulais nous mener je suis encore perdue. Mais j'ai bien aimée ma lecture, le fais que ce livre ne contient pas d'hétéro-normalité me rend joie ! Je conseille ce livre à tous ceux qui aime le brésil et les livres queers.

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Cassy33 2018-04-23T19:00:21+02:00
Pas apprécié

Le Prince d’Été est une énorme déception.

En lisant le résumé, je m'attendais à me retrouver immergée dans une dystopie originale où seules les femmes auraient le droit de vivre librement, et où les hommes seraient perçus comme des personnes impures. Je pensais que la société dans laquelle vivait June se composait uniquement de femmes (et de quelques hommes sélectionnés pour assurer la survie de l'espèce humaine) et j'imaginais Palmares Três comme une ville assez sauvage, presque primitive, obligeant ses habitants à mener une existence assez dure et précaire. En ce qui concerne le scénario, je croyais qu'il allait surtout se focaliser sur Enki et June, qui tomberaient amoureux l'un de l'autre grâce à leur passion commune pour l'art tout en sachant pertinemment que leur relation ne pourrait pas durer plus d'un an puisque tous les Rois d’Été sont sacrifiés après avoir régné une année entière. D'ailleurs, je pensais également qu'ils essaieraient tous les deux de changer le système politique de Palmares Três pour préserver leur amour et pour empêcher le sacrifice des prochains Rois d’Été.

Mais finalement, rien ne s'est déroulé comme je l'espérais. Palmares Três n'a rien d'une ville sauvage, elle est au contraire très moderne et basée sur un système de castes (ici appelés niveaux) qui m'a rappelé celui de La Sélection ; les hommes vivent comme les femmes à la seule différence qu'ils sont peu nombreux à diriger la ville ; et plutôt que de s'intéresser directement à June, Enki, le Roi d’Été, tombe d'abord amoureux de Gil qui n'est autre que le meilleur ami de notre héroïne. Enfin, tomber amoureux n'est même pas le mot que j'emploierais pour définir leur relation. Gil a, à mon avis, développé des sentiments à l'égard d'Enki, mais ce dernier couchait simplement avec lui comme il le faisait avec à peu près tout le monde... Alors bon, je ne suis pas contre la romance gay, mais je pense qu'il serait tout de même judicieux de le préciser dans le résumé, car tout le monde n'y est pas tolérant... Et puis, j'avoue avoir tout de même été très surprise et déçue de constater que l'amour qu'on nous promet dans le résumé n'est en réalité qu'une histoire de sexe... Si je l'avais su, il est clair que je n'aurais pas lu ce livre et franchement, j'ai presque eu l'impression de m'être fait avoir en découvrant le réel scénario de ce roman.

En plus de ça, Enki et Gil ne sont pas les seuls à agir de cette manière. En fait, la grande majorité des habitants de Palmares Três sont aussi bien attirés par les femmes et les hommes et couchent avec n'importe qui sans éprouver le moindre sentiment...

Pour ce qui est de l'art, très présent dans ce roman, je ne peux pas dire qu'il ait relevé le niveau de l'intrigue. Le fait que je ne sois pas spécialement fan de l'art en général n'a pas dû beaucoup aider, certes, mais je pense que la façon dont l'auteure l'a présenté ne m'a pas permis de m'en faire une meilleure opinion.

En fait, j'ai trouvé les descriptions des projets artistiques de June très brouillons. Même en me concentrant, je n'ai pas vraiment réussi à les imaginer, ce qui rend cette partie du scénario tout à fait inintéressante à mes yeux.

D'ailleurs, toutes les descriptions que nous livre l'auteure m'ont donné cette impression. Son style d'écriture n'est pas mauvais en soi, certains passages étaient même très bien écrits, mais j'ai vraiment eu beaucoup de mal avec tous les lieux ou projets décrits.

En ce qui concerne les personnages, je vais encore une fois me montrer critique et pessimiste car je n'ai apprécié pour ainsi dire aucun protagoniste.

June n'est pas une héroïne attachante, elle est assez capricieuse, insolente et agaçante, surtout quand elle se retrouve en compagnie de sa mère, de Tante Yaha, de ses profs et de Bebel. Quand elle a un avis sur quelqu'un ou quelque chose, elle refuse catégoriquement d'en changer, même quand la personne en question fait des efforts et des sacrifices pour lui prouver qu'elle tient à elle (je parle bien évidemment de Tante Yaha ici). Sa passion pour l'art ne la rend pas plus intéressante car ses projets étaient trop flous pour attirer mon attention, et j'avoue ne pas avoir apprécié la façon dont elle se vantait être la meilleure artiste de Palmares Três juste parce qu'elle a du talent (comme beaucoup d'autres gens).

Enki est un personnage trop ambigu pour que l'on s'attache à lui. On ne sait jamais vraiment ce qu'il pense et même si cela pourrait le rendre mystérieux, ce n'est pas l'impression qu'il m'a donné durant ma lecture. En sachant qu'il était assez provocateur envers les Tantes et très imprévisible, je m'attendais à ce qu'il se révèle captivant et qu'il anime énormément le récit, mais ça n'a pas été le cas. Et puis, je pense que le fait qu'il couche avec n'importe qui sans sentiment ne m'a pas aidé à l'apprécier davantage.

Gil, quant à lui, est le seul à avoir attiré mon attention au début du roman. J'aimais sa complicité avec June, son côté charmeur et sûr de lui ainsi que son humour, mais à partir du moment où j'ai compris qu'il était amoureux d'Enki, qu'il couchait lui aussi avec n'importe qui, et quand son caractère enjoué s'est un peu effacé pour laisser place à un garçon qui n'arrête pas de pleurer dès qu'il parle d'Enki, de sa relation avec lui et du fait qu'il va mourir à la fin de son règne, je l'ai tout de suite trouvé beaucoup moins intéressant.

Pour terminer, la fin n'a pas amélioré mon opinion générale du roman et a confirmé le fait que ce roman n'était clairement pas fait pour moi.

Pour conclure, Le Prince d’Été est un roman qui n'a strictement rien avoir avec son résumé. Peut-être qu'il plaira à d'autres, mais en ce qui concerne, il ne représente qu'un livre que j'aurais préféré ne pas lire. Entre ses personnages qui se sont tous révélés décevants, leurs relations vides et sans sentiments, son scénario qui ne correspond en rien à ce à quoi je m'attendais et la présence un peu trop importante et ennuyeuse de l'art, je ne lui trouve vraiment aucun point positif...

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Metehera89 2017-06-24T10:51:08+02:00
Pas apprécié

La couverture que je trouve fidèle au roman m'a beaucoup plus et le résumé intriguant a finit de me convaincre. le fait que le livre soit une one shot lui apporte une petite touche de singularité.

Je n'ai pas apprécié ce roman malgré l'univers dystopique très original mais pas assez expliqué ... Après on sent l'implication et le travail que l'auteur a du fournir pour en arrivée a cet univers, c'est dommage !

Et que dire des personnages. Ils ne m'ont pas convaincus du tout. Entre June qui est chiante et finis par te taper sur le système et Enki qu'on n'arrive pas à prendre au sérieux, je n'ai pas réussi à l'attacher à ce livre.

En résumé, je ne recommande pas !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Milca 2017-05-14T20:40:41+02:00
Lu aussi

Un très bon roman jeune adulte qui a le mérite d'avoir des personnages queers et racisés.

Ma vidéo : https://www.youtube.com/watch?v=6Fx6_hHsYFQ&index=22&list=PLiaXKX1IPRXU62uj9sfPDh5WrMVuputkU

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Sophie2810 2016-02-13T17:17:22+01:00
Pas apprécié

J'ai vraiment fait tout mon possible pour poursuivre ma lecture ... Malheureusement j'ai dû m'arrêter à la moitié du livre ... J'ai lu les dernières pages par curiosité mais je n'ai vraiment pas eu la force de poursuivre la moitié restante...

Je n'ai pas accroché au style d'écriture ... Le livre est très long à démarrer et est très lent dans la narration ... Ce roman manque d'action...

L'univers créé est vraiment très intéressant mais reste assez flou (manque de détails )

Peut être qu'un jour je le reprendrai et le finirai mais ce ne sera pas pour tout de suite

Dommage... Je comprends que l'on puisse vraiment adoré ce livre comme je l'ai vu dans certains commentaires mais ça ne l'a pas fait avec moi.

J'avais longtemps hésité' à le lire ... Et bien j'aurais dû m'abstenir

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Ice-Queen 2015-12-14T18:18:42+01:00
Argent

http://les-lectures-de-ice-queen.blogspot.fr/2015/12/le-prince-dete.html

Je crois qu’il ne va pas être simple pour moi d’écrire un avis sur ce livre, pour la bonne raison que j’ai un tas d’impressions différentes et parfois même contradictoires.

Nous faisons la connaissance de June, une jeune artiste vivant au sein de la ville futuriste de Palmares Tres, située au cœur de ce que l’on appelait autrefois le Brésil. Elle aspire à mener une vie comme les autres, souhaitant juste être reconnue pour son talent. Mes ses plans vont êtres bouleversés lorsqu’elle va croiser la route d’Enki, le Roi d’Été, qui sera sacrifié au terme de son année de règne aux côtés de la Reine. Elle va se laisser entrainer, toujours plus loin, se retrouvant mêlée à d’importantes intrigues politiques malgré elle. Jusqu’à ce que June atteigne le point de non-retour, jusqu’à ce qu’elle soit obligée de choisir entre son cœur, ses convictions et son propre avenir…

J’ai un rapport assez particulier avec ce livre. Au départ, j’ai eu un peu de mal à accrocher, à saisir où l’auteur voulait nous emmener. Au départ, je trouvais cet univers étrange, les mœurs des habitants de Palmares Tres vraiment bizarres… L’histoire est un peu longue à démarrer et on se demande vraiment le but de tout cela. Jusqu’à ce que tout commence réellement. Ensuite, j’ai réussi à m’attacher à June et même à Enki. Malgré leur obsession pour l’art, ce sont deux jeunes gens qui ont un passé douloureux. On comprend en fait qu’ils se donnent corps et âme à leur art qui agit pour eux comme un exutoire.

Le Prince d’Été est une dystopie plutôt originale. Je pense pouvoir affirmer sans me tromper que c’est le genre de livre que l’on aime ou que l’on déteste. Car le récit bouleverse, met mal à l’aise, dérange. Et je dois dire que cela a très bien fonctionné sur moi, si bien qu’une fois l’univers apprivoisé, j’avais du mal à me détacher de cette lecture.

La ville de Palmarès Tres est incroyable. Gouvernée par les femmes, l’homme y a sa place, mais n’a pas accès au pouvoir. Les femmes ne leur font plus confiance, les considérant comme responsables de la fin du monde d’avant. Bien entendu, on comprend très rapidement que le titre de Prince n’est donc que poudre aux yeux… Mais de lourds secrets se cachent derrière cette élection…

Si la ville nous émerveille de par sa technologie, on se rend vite compte que tout n’est pas aussi fantastique qu’il y paraît. Malgré l’abolition de l’esclavage, certains, les plus pauvres, se sacrifient pour le bien-être des autres. Ainsi, au sein de cette cité construite en pyramide, seuls les niveaux supérieurs vivent bien et la plupart ignorent ce que subissent ceux qui demeurent en bas.

L’histoire en elle-même est très prenante et dynamique une fois qu’elle a véritablement démarré. L’action ne laisse aucun répit au lecteur et j’avais vraiment hâte de connaître le dénouement, étant surprise à chaque rebondissement. Les relations entre les personnages principaux sont complexes et ambigües et on ne peut oublier l’échéance de la fin du règne d’Enki… bref, le lecteur perçoit tout à fait la pression qui écrase de plus en plus les protagonistes et s’engage à leurs côtés dans une véritable course contre la montre. June qui était au départ une jeune fille ordinaire, va devenir un véritable symbole pour sa ville. Tout cela, car elle aime l’art et qu’elle est plutôt curieuse. De ce fait, elle se retrouve mêlée à des enjeux politiques et va découvrir avec surprise qu’elle se débat assez bien dans ce milieu.

Il y a beaucoup de non-dits, mais cela ne m’a pas dérangée, car du coup on se retrouve au même niveau que June et les autres. Le fait de ne pas en savoir plus qu’eux contribue à nous faire vivre pleinement cette histoire à travers eux. J’ai particulièrement été touchée par toute la dernière partie du roman, sans compter le final lui-même. C’est le genre de fin que j’adore ! Tout se passe très vite, un peu comme dans un rêve et l’auteur arrive réellement à nous mettre dans le même état que June. Encore une fois, on ne comprend pas vraiment avant qu’elle-même comprenne. Niveau émotions, j’ai été servie ! Je dois dire que j’ai eu beaucoup de mal à passer à une autre lecture après cela, tant cette histoire restait présente à mon esprit.

La plume de l’auteur est fluide et agréable. J’aurais juste souhaité avoir un petit lexique à la fin pour mieux comprendre certains termes employés. Je n’arrivais pas toujours à en saisir le sens tout de suite et du coup cela me déconnectait un peu de l’histoire, c’est dommage. Mais c’est là le seul point « négatif » que j’ai pu trouver. Après je comprends tout à fait que certains n’aient pas apprécié ce livre. Je pense sincèrement qu’il n’est pas forcément accessible à tout le monde. On peut totalement passer à côté. Fort heureusement, cela n’a pas été mon cas !

En résumé, Le Prince d’Été est un roman que je ne suis pas prête d’oublier ! C’est un récit dérangeant, bouleversant, parfois même étrange, mais qui a su me prendre aux tripes. J’ai vécu cette histoire aux côtés de June et j’ai eu un mal fou à passer à autre chose après cette lecture, tant ce livre me hantait encore. Je ne dis pas que je le conseillerais à tout le monde, car avec ce roman il n’y a pas de demi-mesure possible : on l’aime ou on le déteste. J’espère sincèrement que ceux qui se laisseront tenter seront aussi conquis que moi !

Afficher en entier
Commentaire ajouté par THgirl 2015-12-10T21:01:49+01:00
Lu aussi

Je dois que ce roman m'a transporté dans un autre monde. Je crois bien que c'était le livre le plus bizarre que j'aie jamais lu. On ne comprend jamais vraiment bien les sentiments de Enki envers June et cela m'a totalment débousolée... Le plus incohérent était la fin où je me suis vraiment demandée pourquoi j'avais pris la peine de lire tout ce livre. Bien sûr, j'ai aimé le côté révolutionnaire et artistique, ce qui d'ailleurs était vraiment incroyable.

Bref, ce livre m'a laissé perplexe et j'espère que vous le comprendrez mieux que moi...

Afficher en entier
Commentaire ajouté par Milie_Baker 2015-12-07T23:34:50+01:00
Bronze

Un livre incroyable, riche en bouleversement et en émotions.

Les personnages sont vraiment attachants et on à très peur d'arriver à la fin du livre. Cependant, bien que très surprenante (pour moi en tout cas) j'ai adoré comme l'auteur à choisi de terminer son livre. Je le conseille !

Afficher en entier

Dates de sortie

Le Prince d'Eté

  • France : 2013-03-28 (Français)
  • USA : 2013-03-01 (English)

Activité récente

loska le place en liste or
2019-03-16T13:56:36+01:00

Les chiffres

Lecteurs 274
Commentaires 52
Extraits 21
Evaluations 70
Note globale 6.39 / 10

Évaluations

Meilleurs classements dans les Listes Booknode

Titres alternatifs

  • The Summer Prince - Anglais

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode