Livres
388 555
Comms
1 362 384
Membres
277 128

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

“I treasure the gift of your virginity, but if you’d given it to another I would still love you to the same dangerous degree. You are in my soul, and nothing you did before we met or will do in the future can change that. And to answer the question you’ve never asked me, yes, I do love you more than I loved Clara. If she were alive now, I would still choose you.”

- Je chéris le cadeau de ta virginité, mais si tu l'avais donné à un autre, je t'aimerais toujours avec la même intensité dangereuse. Tu es dans mon âme, et rien de ce que tu as fait avant qu'on ne se rencontre or que tu feras dans le future ne peut changer ça. Et pour répondre à la question que tu ne m'as jamais posé, oui, je t'aime plus que j'aimais Clara. Si elle était en vie aujourd'hui, c'est quand même toi que je choisirais.

Afficher en entier

“Long ago, I used to dream that I was back in prison. My rage over my helplessness would sometimes cause me to wake up with my hands on fire. Those dreams went away with time, but another one never did. It’s the same thing I dreamt earlier: I’m by the river, holding my wife’s dead body and screaming . . .”

I closed my eyes. He’d asked me if I really wanted to know what he’d dreamed and I’d said yes. How would I have guessed that it would hurt me, too? Vlad didn’t have to tell me how much he had loved his former wife. I’d felt it when I relived that day by the river the first time I touched him. His guilt over her suicide was the sin he held closest to his skin.

“ . . . only this time, when I pushed her hair back, I didn’t see Clara’s face,” Vlad went on, his newly harsh tone snapping my eyes open. “I saw yours.”

- Il y a longtemps, j'avais l'habitude de rêver que j'étais de retour en prison. Ma colère face à mon impuissance me faisait me réveiller avec mes mains en feu. Ces rêves ont disparu avec le temps, mais un autre n'a jamais disparu. C'est le même chose dont j'ai rêvé plus tôt: je suis à côté de la rivière, tenant le corps de femme morte et criant...

Je fermai les yeux. Il m'avait demandé si je voulais vraiment savoir ce dont il avait rêvé et j'avais dit oui. Comment aurais-je pu deviner que cela me blesserait aussi? Vlad n'avait pas besoin de me dire combien il avait aimé son ex-femme. Je l'avait senti quand j'avais revécu ce jour près de la rivière la première fois que je l'ai touché. Sa culpabilité au sujet de son suicide était le pêché qu'il gardait le plus proche de sa peau.

- ... Sauf que cette fois, lorsque j'ai repoussé ses cheveux, je n'ai pas vu le visage de Clara, continua Vlad, son ton brusquement dur m'obligeant à ouvrir les yeux. J'ai vu le tien.

Afficher en entier

- Bon sang, à quoi est-ce que tu pensais?, demanda Vlad quelques instants plus tard, tandis qu’il claquait la porte de notre chambre derrière nous.

- A quel moment?, répliquais-je, refusant de me laisser faire maintenant que nous étions seuls. Faire la morte marchait face à un grizzly en colère, mais Vlad était plutôt du genre dragon. Soit je rendais coup sur coup, soit je me faisais cramer les fesses en essayant de fuir.

Ses yeux tournèrent au vert quand il posa ses yeux sur moi. » Quand tu t’es permise de passer du temps en tête à tête avec un autre vampire! »

Il avait déjà réduit le Joker en cendres, mais apparemment, ce n’était pas suffisant pour qu’il oublie qu’on m’avait mis la main aux fesses.

- J’avais besoin de rester proche de lui pour pouvoir enlever mon gant en cachette et le toucher. Je n’aurai jamais cru qu’il se montrerait aussi violent, surtout avec la centaine de personnes qui se trouvaient juste derrière le rideau.

Vlad me saisit les épaules, ses mains étaient si chaudes que je m’attendais à moitié à ce que mon costume fonde à leur contact.

- Tu penses que je suis en colère parce qu’il t’a peloté? Un rire rauque s’échappa de sa bouche. C’est sans doutes la raison pur laquelle je l’ai tué, mais pas celle pour laquelle je suis furieux.

- Alors pourquoi répliquais-je? Parce que je ne suis pas partie comme tu me l’as ordonné?

leila- Parce que, il aurait pu te tuer. » Si notre chambre n’étais pas insonorisée, toutes les personnes se trouvant dans la salle de bal l’auraient entendu. J’étais d’accord pour te laisser essayer tes trucs ce soir, parce que tu m’avais promis de ne jamais te retrouver seule avec quiconque, et pourtant, tu es allée derrière un rideau avec un vampire dont je t’avais avertie qu’il était assez assez dangereux pour être de mèche avec Szilagyi. Estimes toi heureuse qu’il ai essayé de te baiser et non pas de t’en foncer un couteau en argent dans le cœur!

- Je n’étais seule avec lui que pour 10 secondes, dis-je sèchement.

- Je pourrais te tuer une douzaine de fois en seulement 10 secondes, me rétorqua-t-il, sa voix soudain plus grave. Toutes les différentes manières par lesquelles tu aurai pu mourir m’ont torturé tandis que je te voyais disparaître derrière le rideau. La seule raison pour laquelle je ne l’ai pas explosé directement était parce que je ne savais pas à quelle distance de lui tu te trouvais.

Un peu de ma colère se dissipa comme je plongeai mes yeux dans les siens. Ils étaient toujours verts de rage, mais quelque chose d’autre se tapissait à l’intérieur. Une émotion que je n’avais que rarement vu chez lui: la peur.

Il avait vraiment pensé que ma vie était en danger. Vlad savait bien que je me serai défendue si le Joker avait tenté de me tuer, mais il connaissait également l’horrible douleur de perdre quelqu’un qu’on aime. Sa culpabilité quant au suicide de son ancienne femme était le péché que j’avais vu la première fois que je l’avais touché. De plus il n’avais sans doute pas tord. Je n’aurai pas du laisser le Joker me conduire dans une alcôve isolée. J’étais peut être déguisée, mais un costume n’étais pas infaillible et les ennemis de Vlad avaient déjà tenté de me tuer. L’un d’entre eux avait même réussi. Seul le fait que Vlad m’avait transformée en vampire après que je j’ai saigné à mort dans ses bras, était la raison pour laquelle je pouvais encore me disputer avec lui.

- J’aurai dû être plus prudente, admis-je dans un soupir. Je voulais à tout prix attraper Szilagyi et ça m’a rendue négligente. Même si on oublie le fait qu’il nous ai fait vivre un enfer à toi et à moi, ma famille doit rester cachée jusqu’à ce qu’on en termine. Peut être que nous, nous avons tout le temps pour en finir avec Szilagyi, mais pas eux.. pas eux.

- Je m’en moque, dis-il avec une honnêteté brutale. S’ils le souhaitent, je peux remplacer chaque minute que ta famille perd tandis qu’ils restent cachés, mais toi, je ne peux pas te remplacer.

C’était du Vlad tout cracher de dire quelque chose de mignon et de furieux à la fois. Oui, si ma famille buvait assez du sang de Vlad, il pourrait rallonger leur espérance de vie de plusieurs décennies. Ma sœur, Gretchen serait peut être intéressée si notre chasse de Szilagyi se prolongeait, mais mon père refuserait net. Il ne m’avait pas adressé la parole depuis qu’il avait appris que je n’étais plus humaine.

kiss- Espérons qu’on en arrivera pas là, mais peu importe, la prochaine fois, je ferai attention. Je te le promets.

Je caressai son visage, aussi légèrement qu’un plume; comparé à la manière dont il avait agrippé mes épaules. Je te l’ai déjà dit, tu ne me perdras pas. »

« Tu as raison, je ne le permettrai pas » murmura-t-il, avant que sa bouche ne fonde sur la mienne, coupant court à toute réponse que j’aurai pu formuler.

Je n’eu pas le temps d’être surprise par son soudain changement d’humeur. Vlad me poussa vers le mur le plus proche, faisant tomber tous ses boucliers émotionnels en même temps que le reste de mon costume. Rage, désir et amour explosèrent dans mon subconscient, se mélangeant avec mes propres émotions jusqu’à ce que je ne sache plus lesquelles étaient les miennes et lesquelles étaient les siennes. Non pas que ça me pose un problème. Je l’aimais avec la même intensité démentielle et j’avais plus envie de lui que le sang dont j’avais besoin pour survivre. De plus, personne ne m’enrageait autant que Vlad… nous avions aussi ça en commun.

Sa soudaine transition de furie à passion m’aurait sans doute affolée il y a encore quelques mois, mais à présent, je me délectais de pouvoir ressentir toutes les choses qu’il ne se permettait pas lui même de dire à haute voix. Il avait besoin de me toucher, de me goûter, de calmer cette peur tenace qu’il avait ressentie quant il avait cru que j’étais en danger. Sa manière de me toucher avait l’air plus brutale que sensuelle, mais si je le repoussai, il arrêterai net. Cependant, via toutes les émotions qu’il faisait bouillir à l’intérieur de moi, il me criait de n’en rien faire. A la place, il me mettait au défi de lui répondre avec la même intensité débridée, et de libérer mes inhibitions de la même manière qu’il avait par le passé, libéré son cœur intouchable.

Je relevai le défi, agrippai ses cheveux et utilisai ses longues mèches noires pour presser son corps contre le mien.

Afficher en entier

You aren’t just my weakness, Leila. You are my destruction, because if I were to lose you, it would finish me.

Tu n'es pas juste ma faiblesse, Leila. Tu es ma destruction, parce que si je devais te perdre, ce serait la fin pour moi.

Afficher en entier

“Have you ever seen an animal skinned?” Vlad interrupted, his voice icily pleasant. “It’s a bloody, brutal business under normal circumstances, but imagine if the animal were alive and screaming. Then imagine that it wasn’t an animal, but the person you loved being repeatedly slashed and hacked so that their skin could be ripped away faster than it could heal.”

Cat gasped, her hand flying to her mouth. Vlad seized her by the shoulders, his tone sharpening into razor wire.

“That’s the first tape Szilagyi sent me to prove that he had captured Leila during his attack on my home. The second showed my oldest friend raping her while she was manacled to a wall. Now, ask yourself if you’d rather have my undying gratitude and promised support for helping me save my wife from further suffering, or if you’d rather have me as the merciless enemy I will become if you refuse.”

- As-tu déjà un animal être écorché? l'interrompit Vlad, sa voix froidement charmante. C'est une affaire sanglante, brutal sous des circomstances normales, mais imagine si l'animal était vivant et en train de crier. Puis imagine que ce n'était pas un animal, ais la personne que tu aimes être entaillée et charcutée pour que leur peau soit arrachée plus vite qu'elle ne peut guérrir.

Cat ravala son souffle, sa main recouvrant sa bouche. Vlad la saisit par les épaules, son ton aussi coupant que des lames de rasoirs.

-C'est la première vidéo que m'a envoyé Szilagyi pour prouver qu'il avait capturé Leila pendait l'attaque sur ma maison. La seconde montrait mon plus vieil ami l'a violée pendant qu'elle était menottée au mur. Maintenant demande toi si tu préférerais avoir ma gratitude éternelle and ma promesse de support pour m'avoir aidée à sauver ma femme de plus de souffrance, ou si tu préférerais m'avoir comme l'ennemi sans pitié que je deviendrai si tu refuses.

Afficher en entier

“Don’t sit there.”

Cat pivoted, lowering herself into the chair across from Vlad instead of the one next to him. In Romanian, the pilots announced that they were taking off. Moments later, the sleek Learjet tilted as it became airborne.

“Sorry,” Cat murmured. “Didn’t mean to invade your space.”

Vlad glanced at the ivory seat to his left, his mouth tightening. “It’s not that. This is where Leila normally sits so that I can keep hold of her hand . . .”

- Ne t'assois pas là.

Cat pivota, s'installant sur la chaise face à Vlad plutôt que celle à côté de lui. En Roumain, les pilotes annoncèrent qu'ils décollaient. Quelques instants plus tard, le superbe Learjet s'inclina alors qu'il devenait s'élevait dans les airs.

- Désolée, murmura Cat. Je n'avais pas l'intention d'envahir ton espace.

Vlad lança un coup d’œil au siège d'ivoire à sa gauche, sa bouche se serrant.

- Ce n'est pas ça. C'est là que Leila s'assoit normalement pour que je puisse tenir sa main...

Afficher en entier

Thinking I’d lost you is why I nearly blew up the bedroom in my sleep.

Penser que je t'avais perdue est la raison pour laquelle j'ai pratiqueement fait explosé la chambre dans mon sommeil.

Afficher en entier

Wow. I was about to meet a legendary historical figure.

You married one, dumb ass, came my next thought, and I laughed despite my nervousness.

Wow, j'étais sur le point de rencontrer un légendaire personnage historique.

Tu en as marié un, idiote, fut ma pensée suivante, et je ris malgré ma nervosité.

Afficher en entier

“You gave me the right,” he breathed against my lips, “when you made me admit that I loved you.”

-Tu m'en as donné le droit, souffla-t-il contre mes lèvres, quant tu m'as forcé à admettre que je t'aimais.

Afficher en entier

“Stop this foolishness,” he said, speaking for the first time in several minutes. “You won’t kill yourself, Leila. You don’t want to die any more than I do.”

“Ready to bet your life on that?” I said evenly. “Then prepare to be amazed at what I’ll do to protect Vlad.

- Arrêtes ces absurdités, dit-il, parlant pour la première depuis plusieurs minutes. Tu ne tu tueras pas, Leila. Tu ne veux pas mourir, pas plus que moi.

- Prêt à parier ta vie là dessus? dis-je d'un ton égal, alors prépare toi à être surpris par ce que je ferais pour protéger Vlad.

Afficher en entier