Livres
451 240
Membres
396 531

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

nouvelle scéne inédite

Vlad s’immobilisa alors qu’il n’était qu’à quelques centimètres de moi, m’emprisonnant toujours dans son regard sauvage et cuivré. Puis, il tendit sa main.

-« Ma bague . »

Je la plaçai dans sa paume, oubliant de d’abord la mettre dans ma main gauche avant de le toucher. A ce contact, un courant électrique bourdonna à l’intérieur en lui. Ca c’était à prévoir…Ce que je n’avais pas prévu en revanche, c’est ce qui se passa par la suite.

Le hall gothique s’évanouit, remplacé par un cocon douillet fait de sombres rideaux verts qui entouraient le lit sur le quel j’étais allongée. Je crispai ma main sur l’épais tissu tandis qu’un grognement quittai mes lèvres, grognement qui devient bientôt un cri provoqué par le plaisir incroyable qui déferlait en moi.

Ma prise sur les rideaux se fit plus forte alors que mon corps entier s’arcboutait; comme je succombai au délice érotique d’un va et viens profond et humide causé par le frottement de sa langue chaude sur ma chair la plus sensible.

« S’il te plaît, haletais-je. »

Vlad releva la tête, ses cheveux de soie noire reposaient contre mes cuisses et ses yeux avaient pris la couleur de l’émeraude.

« Non !, dit-il d’une voix rauque. Encore ! »

Et il abaissa de nouveaux sa bouche.

Le visage de Vlad se rematérialisa devant moi, mais au lieu d’être entourés de tentures vertes, nous étions de retour dans le hall et il me dévisageait en fronçant les sourcils.

-« Je sais que tu as capté une vision de quelque chose quant tu m’as touché….tes pensées sont devenues silencieuses. Dis moi ce que tu as vu. »

Mes joues s’enflammèrent. Au même moment, un sentiment d’incrédulité s’empara de moi.

Non ... pas moi et... Vlad… pas comme ça !

Il cessa de froncer ses sourcils pour les arquer. Maudit soit son don de lire dans les pensées ! Penses à autre chose !!

Je criai mentalement en évitant de le regarder, mais je pouvais presque sentir ses yeux glisser sur moi, s’attardant sur mes tétons récemment durcis, sur mon cœur qui battait à tout rompre et probablement aussi sur ces satanées palpitations entre mes jambes.

« Ca ne me surprend pas, dit-il enfin, sa voix rendue plus grave à cause de pensées que je ne voulais pas connaître.

J’ai moi-même prédit que ça allait arriver.

source: http://chapitre32.over-blog.com/article-scene-exclusive-de-once-burned-la-vision-de-leila-99755993.html

Afficher en entier

Je dinai seule dans le salon aux murs lambrissés attenant à ma nouvelle chambre, puis y restai une fois la table débarrassée. Les sièges en cuir et la grande télévision à écran plat juraient à côté de l'ancienne bibliothèque qui abritait des éditions si vieilles que j'arrivais à peine à déchiffrer les lettres sur leurs couvertures. Ces contrastes extrêmes, ajoutés à l'antique bouclier qui portait le même symbole de dragon que l'anneau sigillaire de Vlad, m'aidaient à deviner où menait l'autre porte de la pièce. C'est pour cela que je ne tournai pas la tête lorsque je l'entendis s'ouvrir, mais restai paisiblement assise sur le canapé, les yeux fixés sur les flammes crépitantes.

J'aperçus une forme élancée du coin de l'œil, puis sentis des mains fortes et chaudes glisser le long de mes bras, puis le frottement d'une barbe sur ma joue. J'avais décidé de commencer par régler certaines questions, mais je ne pus m'empêcher de constater que la chaleur qui irradiait de ses mains semblait se diriger vers un endroit bien précis de mon anatomie.

—Attends, dis-je d'une voix peu assurée.

Un rire grave me donna des picotements sur la nuque, à l'endroit où son haleine effleura ma peau.

—Ce n'est vraiment pas convaincant. Recommence.

Je ne pus me retenir de fermer les yeux lorsqu'il posa les lèvres sur le point où j'avais senti son souffle. Il me caressa lentement de ses lèvres et je poussai un soupir de plaisir, avant qu'une succion aussi ferme que soudaine me poignarde en plein cœur.

—Vlad ! haletai-je.

Après un nouveau gloussement, je sentis la pression dangereuse et sensuelle de ses canines. Vlad n'avait pas quitté mon cou, et il passait ses dents aiguisées sur ma peau sans la percer. Mon pouls battait contre sa bouche, comme pour le supplier de me mordre, mais je me glissai alors hors du canapé et pivotai pour le regarder en face.

Il s'approcha à nouveau de moi, les yeux étincelants d'une teinte émeraude. Je vis que ses boutons de manchettes étaient défaits, tout comme ceux du col de sa chemise noire. Le V de chair musclée qui apparaissait m'attirait le regard alors que je reculais. Tout ce que j'avais vu de sa peau jusque-là, c'était son avant-bras, lorsqu'il avait remonté sa manche pour me donner son sang. Je me surpris à me demander si son torse était recouvert de la même toison de poils noirs que ses bras, ou si le soupçon d'obscurité que j'apercevais provenait des ombres mouvantes des flammes.

Il montra les dents en un rictus trop prédateur pour être qualifié de sourire.

—Tu vas bientôt le savoir.

J'étendis la main, comme pour l'empêcher d'approcher davantage.

—Pas encore. Je veux d'abord savoir quelles sont tes intentions.

Nouveau sourire, qui fit cette fois apparaitre ses canines.

—T'entendre hurler mon nom dans la prochaine heure.

Afficher en entier

—Pas avant que tu me dises ce que je risque en couchant avec toi, parvins-je à dire avant que mes pulsions chassent mes dernières pensées rationnelles.

Il avait déjà glissé la main sous mon pull et détaché mon soutien-gorge, mais il s'arrêta à ces mots.

—Ce que tu risques ?

Ma respiration hachée rendit ma réponse confuse.

—Oui, s'il y a un piège, un prix, un revers, un truc qui me fera tout regretter demain lorsqu'il sera trop tard. Dis-le-moi maintenant.

Il recula pour me regarder avec curiosité, comme s'il était à la fois amusé et en train de se demander s'il ne devait pas plutôt ignorer ma question et reprendre mon effeuillage.

—Ah, ce genre de risque, dit-il enfin. Pour commencer, si tu me trompes avec un autre homme, je le brûlerai vif sous tes yeux.

Je m'étais attendue à une réponse dans ce genre, mais je ne comptais pas abdiquer sans conditions.

—Seulement si cette même règle s'applique à toi. Et ne me sors pas une ânerie du style «tu es a moi» si ça ne colle pas entre nous.

Il ôta les mains de mon dos et les enfouit dans ma chevelure, puis se pencha pour coller son visage contre le mien.

—Je n'érige jamais de règle que je ne respecte pas moi-même, et si tu veux me quitter, tu n'auras qu'un mot à dire. Mais ne le fais pas à la légère, Leila, parce que si je pars, ce sera définitif.

Les yeux de Vlad avaient retrouvé leur sombre teinte cuivrée, et s'ils ne brillaient plus de leur lueur inhumaine, ils n'en étaient que plus captivants.

—Pareil pour moi, rétorquai-je avec un regard aussi inflexible que le sien. C'est tout ?

Il sourit.

—Non. Je peux t'offrir mon honnêteté, ma fidélité et plus de passion que tu pourras jamais en désirer, mais pas de l'amour. Ce sentiment est mort en moi il y a longtemps, mais j'imagine que tu le savais déjà.

J'inspirai profondément pour tenter d'effacer un pincement au cœur qui était d'autant plus inutile qu'il avait vu juste. C'était bien une chose que j'avais devinée.

—Bien, répondis-je d'une voix ferme. J'avais peur que tu deviennes l'un de ces vampires à la guimauve qu'on voit au cinéma. Ça aurait été aussi embarrassant pour toi que pour moi.

Il éclata d'un rire franc qui se fit rapidement plus rauque... et infiniment plus sensuel.

—Assez parlé, marmonna-t-il, puis il baissa la tête.

La chaleur ferme de ses lèvres, combinée aux mouvements de sa langue, me fit grogner de plaisir. Enivrée par le désir, je le sentis me serrer contre lui. Sa main se crispa lentement dans mes cheveux et je m'abandonnai à la sensation aphrodisiaque de son baiser. Son autre main descendit le long de mon dos pour explorer insatiablement mes courbes, laissant un sillage brûlant sur son passage. Mon entrejambe se contracta, et les vibrations qui me parcouraient se firent plus douloureuses et plus insistantes. Je l'agrippai à mon tour en enfonçant les doigts dans son dos. Un éclair jaillit de ma main, et je la retirai aussitôt

Il la saisit immédiatement et la reposa contre lui.

—Ne t'avise plus d’ôter ta main de toute la nuit.

Afficher en entier

-Leila, arrête, dit Vlad

Je continuai de me diriger vers la porte.

-Tu as de la compagnie, je vais m'éclipser...

-Arrête !

J'obéis à son ton impérieux, puis jurai. Je n'étais pas son employée; il n'avait aucun ordre à me donner.

-Non, répondis-je d'un air de défi. Je suis pleine de sueur et de sang et je veux prendre une douche. Tout ce que tu as à me dire peut attendre.

Maximus perdit son impassibilité et me regarda comme si j'étais une Martienne. Vlad fronça les sourcils et ouvrit la bouche pour répondre, mais avant qu'il ait pu parler, un rire éclata dans le couloir.

-Il faut absolument que je rencontre l'inconnue qui vient de te remettre si glorieusement en place, Tepes, déclara une vois à l'accent anglais.

-Au fait, ils sont déjà descendus, maugréa Maximus une seconde avant que quatre personnes apparaissent dans l'encadrement de la porte.

La première était un brun aux cheveux courts, et je supposai à son sourire narquois que c'était lui qui avait lancé ce sarcasme à Vlad. Lui aussi était beau, mais d'une beauté un peu trop féminine. Avec moins de muscles, une perruque et un peu de maquillage, il aurait été ravissant en robe. Vlad perdit son air renfrogné et sourit alors que le brun tournait la tête vers moi comme s'il avait entendu ce que je venais de penser.

-On dirait que tu t'es fait remettre en place à ton tour, Bones, se réjouit Vlad.

Afficher en entier

Scène inédite:

Le mot « maison » était très loin de rendre justice à l’édifice blanc et gris qui se dressait devant moi. En fait, je dus carrément pencher ma tête en arrière pour en apercevoir le toit. La demeure s’étendait sur au moins quatre niveaux avec des étages supplémentaires dans les tourelles triangulaires qui s’élevaient de manière spectaculaire à chaque coin. Une myriade de sculptures décoraient la façade extérieure, des balcons sophistiqués qui habillaient les fenêtres jusqu’au toit ou les gargouilles de pierre semblaient vous foudroyer du regard.

Mais elles n’étaient pas les uniques sentinelles de ce palace aux allures gothiques. Au moins une douzaine de personnes étaient stationnées à divers endroits autour de la maison, certaines plongées dans une telle immobilité que je crus d’abord avoir à faire à des statues.

Un haut mur de pierre avec des tours de vigie encerclait la propriété. Au-delà du mur et de la forêt qui l’entourait, de sombres montagnes agissaient comme une barrière naturelle, accentuant d’avantage le côté majestueux de l’endroit.

« Leila »

La voix de Vlad ramena d’un coup mon attention sur lui. Il ne fit même pas mine de cacher son sourire, tandis que son regard s‘attardait sur mes pieds.

« Que dis tu de rentrer avant d’attraper un rhume ? »

Je suivais son regard comme pour me prouver que j’étais bien là, pieds nus sur le sol gelé.

Absorbée par la splendeur qui m’entourait, j’en avais oublié le froid. Mais à présent, une vive douleur me piquait les pieds tels des aiguilles acérées.

« J’arrive ! », m’empressai-je de dire

Deux doubles portes s’ouvrirent et Vlad s’immisça entre elles, faisant un signe de la tête à l’homme qui venait de lui faire une révérence. Cette fois, ce geste obséquieux semblait parfaitement à sa place dans ce décor. N’importe qui vivant dans un palace comme celui-ci, devait s’attendre à ce qu’on se prosterne devant lui. Bon sang, c’était plus grand que certains palais Royaux que j’avais vu à la télé !

Je le suivis, incapable de ne pas regarder tout ce qui se trouvait autour de moi.. comme une enfant !

Nous avions pénétré dans un énorme hall avec de hauts plafonds décorés avec une astucieuse combinaison d’armoiries, de poutres et de fresques.

Une peu plus à droite, le plafond s’amenuisait pour former une verrière en forme de dôme… et en dessous, un jardin d’intérieur avec des plantes et des fleurs était agencé autour de chaises et de divans et d’une fontaine en marbre.

Vlad se dirigea vers le jardin et je marchai derrière lui, jetant par ci par là quelques coups d’œil aux magnifiques pièces que nous apercevions en traversant le hall.

Il s’arrêta finalement devant un escalier en colimaçon.

« Maximus te conduira à ta chambre », déclara-t-il.

Il tourna les talons et commença à s’éloigner jusqu’à ce que mon « Attends ! » ne le stoppe net.

« Je ne peux pas me doucher avant d’avoir évacué mon excès d’électricité »…, dis-je en haussant les épaules. « Je suppose qu’il n’y a pas de paratonnerre dans le coin ?..

« Je t’en trouverai un, me répondit-il en s’approchant. En attendant, sers-toi de moi. »

« Je trouverai autre chose, bégayai-je »

Il arqua ses sourcils. « J’insiste »

En disant cela, il saisit mes mains. Ses prunelles cuivrées plongèrent dans les miennes, étouffant ma remarque avant qu’elle ne sorte de ma bouche. Il était si proche de moi, que je pouvais sentir son étrange chaleur dans le mince espace qui nous séparait. J’avais l’impression qu’elle glissait à l’intérieur de moi, faisant remonter le souvenir de ce que j’avais ressenti alors, blottie dans ses bras, son corps chaud et musclé pressé contre chaque centimètre carré de ma peau.

Je m’éclairci la gorge pour ne pas penser au durcissement inattendu d’une certaine partie, que je venais de sentir, là en bas.

Le fait qu’il caressait ma peau en attente de ma réponse n’arrangeait rien... ! Au contraire, à ce simple contact, une multitude de frissons se mirent à parcourir mon corps.

« Est-ce que tu es sur de toi ? » Il fallait que je me débarrasse entièrement de toute cette électricité pour que ça marche et même s’ il était résistant au feu, ça pouvait quand même faire mal.

Il se pencha vers moi, ses cheveux caressant mon visage. Ces mèches noires n’auraient pas du me faire l’effet de douces caresses…mais ce fut le cas, et à nouveau, je maudis l’étrange réaction que j’avais toujours face à lui.

« Je ne fais jamais rien à moins d’être sur. »

Il parla à voix basse tandis que ses doigts serraient les miens. Une déchargé électrique que je n’avais pas eu l’intention d’envoyer, glissa en lui… mais il ne s’en plaint pas. Au lieu de ça, un délicieux sourireapparût sur ses lèvres.

« Encore ! »

source : http://chapitre32.over-blog.com/pages/Vlad_Prince_de_la_Nuit-5327422.html

Afficher en entier

« —Je suis censée laisser ta vie entre les mains de Dracula sans broncher ?

—Pas de Dracula, dis-je avec un léger sourire tout en me retournant. De Vlad Tepes, ancien voïvode de Valachie, et également l'homme le plus arrogant, le plus dangereux et le plus effrayant que j'ai jamais rencontré.

Ses lèvres se retroussèrent sous l'effet d'un amusement dédaigneux.

—Les compliments ne me feront pas plus plier que les supplications, Leila.

—Vous prenez ça pour un compliment ? demanda Gretchen, incrédule.

—Bien sûr, répondit-il avec un sourire qui dévoila ses canines. Elle vient d'énumérer toutes mes meilleures qualités. »

Afficher en entier

« - Laisse moi te présenter mon ami, Cat.

La rousse. Pour je ne sais quelle raison, elle me parraissait familière.

- Son mari Bones..., Vlad souria niaisement au brun à cheveux court et poursuiva : N'est pas mon ami.»

Afficher en entier

nouvelle scene!

« Le Maître du feu, répétais-je. C’est lui que vous voulez que je retrouve avec ces objets ?

Vous êtes cinglés faillis-je dire à haute voix. Faillis-je ! Car si eux étaient cinglés, moi je ne l’étais pas !

« Vous pouvez le faire n’est-ce pas, me demanda Jackal alors que toute trace d’hilarité quittai son visage »

Bien sur que je pouvais, je ne voulais pas c’est tout. Je doutais que ce « Maitre du feu » était l’un de leurs amis. J’avais entendu Jackal le traiter de « batard » d’un ton plein de mépris. Ils ne pouvaient avoir que de mauvaises intentions en me demandant de le retrouver. N’importe quelle personne saine d’esprit aurait évité d’être sur le même continent que cette créature si un différent les opposaient, cependant Jackal et les autres voulaient lui tendre une embuscade..

Le souvenir du charmant sourire que le Maitre du feu avait fait avant de réduire Raziel en un tas de ruines fumantes était quelque chose que je voulais oublier. Mais si je refusais de le chercher, je ne vivrai pas assez longtemps pour me préoccuper d’oublier quoi que ce soit...

J’avais beau tourner et retourner le problème dans tous les sens, j’étais coincée entre le marteau et l’enclume. Ou plus exactement, entre des crocs et des flammes.

Je touchai le couteau en argent. A ce simple contact les images de la mort de Neddy me revinrent à l’esprit, sous le filtre grisâtre de sa propre mémoire. Ce fut comme si ces choses m’étaient arrivées en personne. Je ne fus pas étonnée de constater que le Maitre du feu avait bel et bien tué Neddy, utilisant le couteau après l’avoir préalablement carbonisé.

Ca ne me surprit pas non plus qu’il se soit exécuté avec la même froideur que celle dont il avait fait preuve pour Raziel. Je passais outre la douleur incandescente que je ressentais ainsi que le sentiment de flotter dans quoi que ce soit qui attendaient les gens après leur mort, pour me focaliser sur le Maitre du feu, essayant de le voir maintenant et non pas alors.

Cette partie là était plus difficile. Dans des situations ou l’émotion est à son comble, chaque personne laisse une partie de son essence sur des objets. Toutefois, on ne peut pas vraiment dire que tuer Neddy avait vraiment exité notre Maitre du feu, donc il n’y avait qu’un chouilla de son essence sur le couteau. Mais indifférent ou non, il n’y a rien qui lie plus deux êtres que la mort.

Il y a un je ne sais quoi à propos de la porte sur l’autre monde. Une fois entrebâillée, elle fait fusionner les essences et elles s’impriment plus clairement dans mon esprit. Une fois que j’eus séparé la rage et la peur de Neddy, je pus ressentir l’essence distincte de ma cible.

Elle était aussi mince qu’un fil, mais je projetai toute ma concentration autour d’elle et poussai sur le voile.

Les images en noir et blanc furent bientôt remplacées par des couleurs vives. Au lieu des bords d’un vieux ruisseau, décor crasseux ou Neddy avait trouvé la mort, je vis de splendides rideaux m’entourer . Au début, je pensais me trouver dans une petite pièce, mais je me rendis compte que les sombres tentures vertes pendaient autour d’un large un lit, comme un cocon. Le Maitre du feu était étendu en son centre, apprêté des pieds à la tête,ses yeux fermés comme s’ il dormait.

Je te tiens !, pensais-je, déchirée entre soulagement et angoisse, comme je le trouvai dans ce que je savais être le présent.

Je ne l’avais vu jusques là qu’à travers les tons grisâtres de la mémoire, mais l’espionner dans le présent était différent. J’étais la seule personne dans ma tête, complètement libre des perspectives des autres personnes. Je pris alors le temps d’étudier le maitre du feu.

Au premier abord, il ressemblait à un homme normal, bien bâti, approchant la trentaine… mais par la suite, sa singularité refit surface.

Ses cheveux couleur expresso reposaient sur ses épaules. Ils étaient plus long que ce que la plus part des hommes osent, mais sur lui, ça faisait extraordinairement masculin. Un pantalon noir et un t-shirt violet moulaient des muscles qui auraient fait pâlir de jalousie le membre le plus assidu d’un club de gym, et bien qu’aucunes flammes de léchaient ses mains, elles étaient balafrées par des cicatrices qui ressemblaient à des blessures de guerre.

Ses hautes pommettes étaient accentuées par une barbe d’un jour, qui ne le rendait non pas rustre mais sauvage et séduisant.

Je n’avais pas vu d’homme à qui ce look allait aussi bien depuis Aragorn dans le Seigneur des anneaux…et ses yeux…

Ouverts... des tons de cuivre encerclés par des anneaux d’émeraude.

J’aurai pu penser qu’ils étaient magnifiques, mais à cet instant précis, ils semblaient regarder droit dans les miens.

Ca me mit en rogne, mais je me forçai à me rappeler que ce n’était qu’une coïncidence. Personne n’a jamais su quand j’utilisai mes pouvoirs pour établir un lien. Je pouvais bien être le plus grand voyeur du monde si j’en avais envie… mais ma volonté la plus chère était d’en savoir le moins possible sur les gens et non pas le contraire.

« Qui êtes vous ? »

Je sursautai. Si je n’avais pas vu ses lèvres finement ciselées bouger, j’aurai cru avoir imaginé ces mots… Coïncidence, me rappelais-je. Dans quelques secondes, quelqu’un apparaitrait près de cet immense lit et je verrai à qui il était entrain de parler...

« Je le demande une deuxième fois, dit-il de sa voix profonde avec un léger accent. Qui êtes vous, et comment diable êtes-vous entrée dans ma tête ? »

source: http://chapitre32.over-blog.com/article-scene-exclusive-de-once-burned-la-rencontre-de-vlad-et-leila-105335245.html

Afficher en entier

Cette fois-ci, ça m'a chatouillé. si l'électrocution est ta méthode de flirt, permet-moi de te féliciter pour ton originalité.

Afficher en entier

« - Ou va t'on ? Tu ne me l'as jamais dis.

- Chez moi, en Roumanie.

Wow. Ce mec ne plaisantait pas avec sa fixation sur dracula. »

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode