Livres
451 215
Membres
396 451

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode

Ajouter un extrait


Liste des extraits

“Leila Dalton, my one true love, will you do me the honor of becoming my wife?”

I might’ve brought Vlad to his knees at last, but in so many ways, he would never bend. I knew that as surely as I knew I’d always love him, and it left me with only one answer.

“Yes, Vlad, I will marry you. Tonight.”

- Leila Dalton, mon seul véritable amour, me ferais tu l'honneur de devenir ma femme ?

J'avais peut-être amené Vlad à genoux, mais de tellement de façon, il ne s'inclinerait jamais. je le savais aussi surement que je savais que je l'avais toujours aimé, et cela me laissa avec une seule réponse.

- Oui, Vlad, je vais t'épouser. Ce soir.

Afficher en entier

« Je peux vivre sans avoir vaincu mes ennemis. Mais je ne peux pas vivre sans toi.»

Afficher en entier

« Je suis tout ce que vous pensez que je suis, mais j'aime votre fille, et ce que j'aime, je le protège avec toute la violence que j'ai en moi, qui, vous l'aurez compris, est considérable. »

Afficher en entier

Yesterday, I woke up in the infirmary still nursing a broken heart. Today, I woke up in Vlad’s bed as Mrs. Dracula. What a difference a day made.

“If you introduce yourself to anyone as Mrs. Dracula, I’ll bite you in a manner you won’t enjoy.”

I smiled without opening my eyes. Some things didn’t change, like Vlad being grumpy when he first woke up.

Hier, je me réveillais à l'infirmerie soignant toujours un coeur brisé. Aujourd'hui, je me réveillais dans le lit Vlad en tant que Mme Dracula. Quelle différence un jour pouvait faire.

- Si tu te présentes à qui que ce soit en tant que Mme Dracula, je te mordrai d'une façon que tu n'aimeras pas.

Je souris sans ouvrir mes yeux. Certaines choses ne changeaient pas, comme Vlad étant grincheux quand il venait de se réveiller.

Afficher en entier

No one feels like you do, so every brush of your skin is a cruel reminder of what I’ve lost. I can barely stand the sight of you because you’re more beautiful than I’ve allowed myself to remember, and when I cut that wire off Maximus and smelled you all over him, I wanted to kill him more than I’ve wanted to kill anyone in my life, yet I couldn’t because of my promise to you.

Personne ne sens comme toi, alors chaque effleurement de ta peau est un cruel rappel de ce qu'ai j'ai perdu. Je peux à peine supporter de te voir parce que tu es encore plus belle que ce que je me suis autorisé à me rappelé, alors quand j'ai coupé ce câble sur Maximus et que je t'ai senti partout sur lui, j'ai eu envie de le tuer, plus que je n'ai jamais voulu tué qui que ce soit dans ma vie, pourtant je ne pouvais pas à cause de la promesse que je t'ai faite.

Afficher en entier

Vlad attendait en bas de l’escalier. Son costume tout noir aurait dû le rendre austère, mais au lieu de ça, il ressemblait à une version sensuelle de l’Ange de la Mort. Je ne pus m’empêcher de frissonner tandis que son regard glissait sur moi. Une lueur verte brilla brièvement dans ses yeux et, quand il prit ma main, je sentis sa chaleur même au travers de mes gants. Les vampires normaux étaient à température ambiante, mais pas Vlad. Le don de pyrokhinésie qui faisait de lui un être craint au sein même de sa propre espèce, le rendait également plus chaud que la plus part des humains quand ses capacités, son tempérament ou son désir s’embrasaient et prenaient vie.

« Tu es ravissant ».

Son long grognement me laissait imaginer clairement quel genre d’émotions le traversaient et une fois encore, je frissonnai. J’avais peut être des doutes quant à mes sentiments pour lui mais mon corps, mon corps n’en avait aucun. Je me rapprochai avant même de réaliser ce que je faisais, mes tétons durcissant dès que son torse se colla contre ma poitrine. Puis, une étrange langueur s’insinua à l’intérieur de mois au moment où sa bouche frôla ma nuque, son épaisse barbe de 3 jours se frottant délicieusement contre ma peau.

Il prit une profonde inspiration, l’air flottant sur mon pouls comme le plus doux des baisers quand il expira. Ensuite, ses mains se posèrent sur mes épaules, leur chaleur dégageant une impressionnante puissance. Je me mis à haleter quand il fit glisser sa bouche et que deux crocs durs et tranchants se pressèrent contre ma peau. Dans l’ordre normal des choses, à l’extase de sa morsure devrait succéder à quelques secondes près une folle nuit d’amour… Mais ces derniers temps, ces deux activités se faisaient rares. Mes actes précédant mes pensées, je l’attirai plus près de moi, mon corps frémissant par anticipation.

Il marmonna quelque chose d’inintelligible et s’écarta de moi, son regard toujours illuminé d’émeraudes.

« Pas maintenant. Nos invités attendent ».

Je m’en moque, fut ma première chose qui me vient à l’esprit, suivi immédiatement par Mais qu’est-ce qui cloche chez moi ? Oui, des gens nous attendaient, et c’était sans compter sur les quelques gardes qui étaient tapis dans l’ombre. Même si tout cela ne s’était jamais produit, j’avais de sérieux problèmes à résoudre avec Vlad et assouvir les demandes de ma libido arrivait tout en bas de ma liste de choses à faire.

« C’est vrai » dis-je, en laissant tomber mes mains et en reculant. Je ne le regardai pas tandis que je plaçais mes cheveux sur mes épaules, couvrant aussi bien que faire se peu ma cicatrice en forme de zigzag. Je n’avais pas honte, mais les inévitables regards de pitié de la part des gens qui l’avaient vu m’avaient vaccinée à jamais.

« Leila . »

La manière dont il prononça mon nom me fit soudainement relever la tête. Les yeux de Vlad avaient changé, reprenant leur couleur terre brûlée, le seul éclat vert présent constituant l’anneau naturel qui encerclait ses iris.

« Ne te cache de personne » déclara-t-il, enlevant mes cheveux de mon épaule. Seuls les idiots ont pitié des cicatrices des survivants, et tu ne devrais jamais t’aplatir devant eux. »

Ensuite, il retira sa main de mes cheveux, ses propres blessures de guerre sillonnant sa peau comme autant de petites rayures pales, ternies par le temps. « Viens ».

Je pris sa main, refoulant les émotions qui comprimaient mon cœur avec des bandages invisibles. Puis, je me mis à réciter des chansons dans ma tête, masquant ainsi mes pensées les plus dangereuses avant qu’il ne puisse les lire.

C’est une des raisons pour lesquelles je t’aime. Tu ne t’inclines devant personne.

Malheureusement, c’est ce même aspect de sa personnalité qui allait sans doute nous éloigner l’un de l’autre.

Twice tempeted, Jeaniene Frost. Traduit par Tito. Source: Chapitre 32!!!

ps: Un grand merci à chapitre32.com pour tous les extraits et news en exclu! Merci de ne pas nous laisser dépressionner!!!

Afficher en entier

« Il faut seulement une personne pour aimer, mais il en faut deux pour faire qu'une relation fonctionne.»

Afficher en entier

“You might be the cruelest person I’ve ever met,” he said in a conversational tone. (...)

“My first wife killed herself. Took me centuries to get over it and love again, yet you weren’t going to mention that you might be compelled to slay yourself in front of me.”

- Tu dois être la personne la plus cruelle que je n'ai jamais rencontré," dit-il sur le ton de la conversation. (...) Ma première femme s'est tuée. Ça m'a pris des siècles pour m'en remettre et aimer à nouveau, pourtant tu n'allais pas mentionner que tu pourrais être forcé à te tuer juste devant moi"

Afficher en entier

Don’t do this! I wanted to scream. I love you; can’t you even try to let yourself love me, too?

Ne fais pas ça ! avais-je envie de crier. Je t'aime, ne peux tu même pas essayer de te laisser aller à m'aimer aussi ?

Afficher en entier

(Début du Prologue)

This wasn’t the first time I’d woken up as a captive. It wasn’t even the second. I so needed to reevaluate my life choices.

Ce n'était pas la première fois que je me réveillais en tant que prisonnière. Ce n'était même pas la deuxième. J'avais vraiment besoin de réévaluer mes choix de vie

Afficher en entier

Nouveau ? Inscrivez-vous, c'est gratuit !


Inscription classique

En cliquant sur "Je m'inscris"
j'accepte les CGU de booknode